Université de Sherbrooke
École de politique appliquée     Jeudi 28 août 2014      Accueil              
       
Pays | Statistiques | Années | Événements | Conflits | Organisations | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Valeurs | Jeux     

Un site pédagogique


Depuis 1945, le monde a changé. Des pays ont émergé, des régimes politiques sont tombés et des centaines d'évenements majeurs ont transformé nos sociétés. Pour mieux comprendre les phénomènes qui ont marqué le monde depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, pour trouver des statistiques démographiques ou économiques, pour visualiser par des graphiques et des cartes la répartition de la richesse, utilisez le site Perspective monde.

Il ne s'agit pas d'un site spécialisé, mais d'un site pédagogique. On y a regroupé les données les plus importantes et les plus fréquemment utilisées par les étudiants et le grand public. Les informations, les illustrations graphiques ou les cartes peuvent être récupérées et reproduites sans permission ou restriction dans la mesure où la source est identifiée et dans le mesure où les récupérations demeurent ponctuelles.

Des données accessibles

Pays

Accédez à une foule d'informations sur plus de 150 pays. Des cartes, des graphiques, des statistiques, des données historiques et politiques, etc.

Statistiques

200 statistiques, regroupées en quinze grands thèmes, touchant presque tous les pays et qu'on peut voir sous forme d'histogrammes, de nuages de points, de cartes, etc.

Événements

Plus de 1200 événements qui ont marqué l'histoire mondiale depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, présentés et expliqués en un coup d'oeil, des hyperliens et des chronologies.

Analyses

Presque 500 bulletins d'analyse sur l'actualité mondiale rédigés par des analystes en formation surpervisés par notre rédacteur en chef.

Documents

Des grands textes (conventions, discours, rapports, etc.) et une présentation des grandes organisations internationales des Nations Unies.

Glossaire

Une centaine de termes définis simplement et clairement. Illustrées, associées à des exemples, ces définitions permettent de mieux comprendre le monde depuis 1945.

Quiz  

Des jeux de type choix de réponses sur les drapeaux, les cartes et les capitales. Participez souvent et améliorez votre score.

Un site de référence


14 000 pages vues par jour, 100 000 par semaine. À l'échelle d'une année, c'est plus de 5 millions de pages vues! (Données de Google Analytics)

Le site est principalement utilisé en France (57%), au Canada (18%), en Belgique (5%), en Suisse (3%) . Il a une vocation pédagogique reconnue dans des écoles, des lycées, des collèges et des universités. Ajoutez le site à vos favoris!

Un site en évolution, appuyé par l'Université de Sherbrooke et la Faculté des lettres et sciences humaines!

Vous souhaitez nous souligner une erreur, formulez un commentaire, proposez un ajout... communiquez avec nous


Dans l'actualité


L'Inde et l'Afrique : entre partenariat et influence

Ivan Brankovic,
analyste en formation,
École de politique appliquée

L'Inde et la Chine ont eu depuis longtemps des relations tendues, par le fait de différends frontaliers et d'une coopération sino-pakistanaise dont New Delhi ne s'est jamais satisfait (1). Ces rivalités diplomatiques s'accompagnent aussi d'une évidente concurrence économique, la Chine, première exportatrice mondiale, étant de plus en plus talonnée par une Inde dorénavant quatrième PIB mondial en parité de pouvoir d'achat (2).

Bien que la Chine soit un acteur indétrônable à l'heure actuelle sur bien des aspects, l'Inde a des atouts incontestables face à Pékin, et l'Afrique pourrait être un de ceux-ci. Ce continent risque bien de devenir le tremplin lui permettant de se mesurer au géant chinois, tant l'Inde semble y jouir d'une place de choix dans la lutte actuelle qui l'oppose à une Chine de plus en plus expansionniste.

Une histoire sous le signe de l'harmonie

L'Inde est présente en Afrique depuis plusieurs siècles. Des échanges économiques, notamment par la route de la soie, entraînèrent l'installation de commerçants indiens et d'ouvriers dont les descendants forment une communauté toujours présente, entre autres au Kenya et en Afrique du Sud (3). Ces liens anciens, non basés sur l'exploitation et la coercition comme cela fut le cas avec les colons occidentaux, ont favorisé le développement de relations économiques durables à l'époque moderne. Le non-alignement, érigé en principe de la politique étrangère indienne par le président Jawaharlal Nehru au cours des années 1950 (4), a été le moyen par lequel l'Inde a scellé des partenariats. Ils lui ont permis d'étendre son aire d'influence et de bénéficier aujourd'hui de rapports privilégiés avec le continent africain.

Rappelons que les nombreuses diasporas indiennes disséminées à travers le continent africain y ont permis l'implantation de la culture indienne et y assurent son rayonnement. Ainsi, de nos jours, le champ cinématographique africain est bien investi par l'industrie du film indien ? aussi connue sous le nom de « Bollywood » ? , particulièrement appréciée en Afrique du Nord (5).

L'Inde et l'Afrique, surtout une question économique...

L'Afrique et l'Inde sont d'abord liées par des rapports économiques importants. Plusieurs entreprises indiennes sont aujourd'hui bien implantées dans le paysage économique africain : en cinq ans, ce sont 80 sociétés africaines de secteurs variés qui sont passées aux mains du secteur privé indien (6). Les rapports économiques entre l'Inde et l'Afrique sont importants et croissants, comme en atteste l'augmentation exponentielle des échanges commerciaux bilatéraux entre le sous-continent et les pays africains dans les dernières décennies. Ceux-ci sont passés de 967 millions de dollars en 1991 à plus de 50 milliards en 2010 (7). Entre 2002 et 2007 seulement, ces échanges ont quintuplé (8).

La croissance moyenne de 8 % que l'Inde a réussi à maintenir dans les années 2000 a accru ses besoins énergétiques, et l'Afrique est évidemment attrayante du point de vue des combustibles fossiles. Depuis 2004, face à un besoin urgent de diversification de ses approvisionnements pétroliers, l'Inde a stimulé ses entreprises à se tourner vers certains pays africains avec lesquels elle négocie des concessions d'exploitation pétrolière en échange de crédits liés au développement de projets socioéconomiques (9).

Mais l'implication du secteur privé indien ne se limite pas à la seule exploitation des ressources fossiles du continent noir. De nombreuses sociétés indiennes de domaines variés investissent beaucoup et partagent généreusement leurs compétences au profit de secteurs économiques variés dans différents pays africains qui accueillent avec gratitude ces contributions (10).

Il en est ainsi par exemple des mises de fonds du très important groupe industriel Tata, s'élevant à plus d'un milliard de dollars dans les télécommunications, l'automobile, ou encore l'urbanisme au Kenya, en Zambie, en Algérie, ou au Sénégal. Le président Abdoulaye Waye a d'ailleurs salué les bénéfiques retombées de ces investissements (11). Téléphonie mobile, pharmaceutique, agroalimentaire (12) : l'approche multisectorielle de l'investissement privé indien en Afrique, en plus de consolider des liens économiques qui sont autant de nouveaux débouchés pour les entreprises indiennes, contribue au développement de sociétés africaines qui en ont souvent bien besoin.

... mais aussi des projets de développement

C'est justement sur le développement que l'Inde se distingue de la Chine par sa stratégie à l'égard de l'Afrique souvent perçue comme plus durable, « plus constructive (13) », que l'approche chinoise. En effet, si l'engagement indien dans le continent africain n'est pas dénué d'intérêt ? la majeure partie des besoins pétroliers indiens étant comblés par l'importation (14) ?, la coopération et le développement sont aussi des axes forts de l'action indienne en Afrique. À l'exemple du réseau « Pan-African e-Network », par lequel plusieurs grandes villes africaines bénéficient du télé-enseignement permettant de précieux transferts de connaissances d'universités et hôpitaux indiens réputés (15). À l'image aussi du financement d'écoles spécialisées en management, en enseignement, en technologies de l'information et en formations professionnelles au Burundi, en Ouganda et au Botswana, pour ne citer que ceux-ci (16). Mentionnons enfin le transfert de connaissances pour la mise en oeuvre de solutions facilement reproductibles visant à améliorer l'organisation et le rendement des exploitations agricoles africaines (17).

Ces efforts participent tous d'un plan d'action établi par le gouvernement indien pour sa politique africaine. Il aspire à positionner l'Inde en tant que représentant des valeurs gandhiennes sur la scène internationale, axé sur la « coopération équitable », le « renforcement des capacités » par un échange d'idées et de services plutôt que le simple commerce de biens de consommation (18).

Le modèle indien de partenariat et de transfert de nouvelles technologies directs entre les acteurs privés indiens et les acteurs économiques africains, au contraire de l'approche des Chinois basée principalement sur l'action de l'État cantonnée au commerce et aux infrastructures, est indiscutablement un avantage à long terme pour l'Inde (21).

L'Afrique : un possible marchepied pour l'Inde

Cette politique africaine de l'Inde axée sur la coopération, le bénéfice multilatéral, et son action inspirée de l'esprit gandhien de générosité, « fonctionnelle et collaborative (19) », du moins en apparence, pourrait lui être d'un grand secours. Surtout dans un jeu où la Chine et même récemment la Malaisie tentent aussi de se faire la part la plus belle d'un marché africain prometteur dans lequel pas moins de 132 millions de consommateurs devraient dépenser près de 600 milliards de dollars en 2020 (20).

D'autre part, politiquement, les pays africains sont un élément clé de la diplomatie indienne. Ceux-ci appuient généralement l'Inde dans les institutions internationales, voyant en elle un partenaire sérieux, fiable et crédible en matière de lutte contre le terrorisme, de soutien militaire, et d'équilibre apaisé face à la toute-puissance américaine (22). L'Inde détient là potentiellement un outil de taille sur la scène internationale, d'autant que ses affinités culturelles et historiques avec le continent noir ne sont pas à négliger. Comme le rappelle bien la journaliste Ursula Soares, celles-ci sont liées à « une histoire partagée sous le colonisateur britannique, et à la solidarité de la décolonisation et du mouvement des non-alignés dans les années 60 et 70 (23) ».

Pour l'Inde, l'Afrique est donc incontournable pour son essor en tant que puissance indépendante de premier plan, tant aux niveaux économique que politique, mais aussi pour s'affirmer devant une Chine aux appétits sans cesse grandissants. Et, qui sait, pour lui donner peut-être aussi l'occasion de devenir plus qu' « une puissance émergente (24) ».




Accès à l'article complet, références comprises. Vous y trouverez également une chronologie du pays concerné.


Des événements en perspective


Il y a 51 ans, soit le 28 août 1963: Marche pour les droits civiques à Washington

Des centaines de milliers d'Américains, en grande majorité de race noire, participent à une marche à Washington afin de réclamer des autorités politiques la reconnaissance de leurs droits civiques. Un des leaders du mouvement, le pasteur Martin Luther King, prononce alors un vibrant discours qui restera gravé dans les mémoires.

Des réalités à explorer

Des graphiques à interpréter





Et plus encore.

Il y a 57 ans, soit en 1957: [Malaisie] Tunku Abdul Rahman Putra accède à la tête du gouvernement.
Il y a 40 ans, soit en 1974: [Islande] Geir Hallgrímsson accède à la tête du gouvernement.
Il y a 36 ans, soit en 1978: [Guinée-Bissau] João Bernardo Vieira accède à la tête du gouvernement.
Il y a 36 ans, soit en 1978: [Portugal] Alfredo (Jorge) Nobre da Costa accède à la tête du gouvernement.
Il y a 34 ans, soit en 1980: [Jordanie] Mudar Badran accède à la tête du gouvernement.
Il y a 21 ans, soit en 1993: [Pérou] Alfonso Bustamante accède à la tête du gouvernement.
Il y a 12 ans, soit en 2002: [Namibie] Theo-Ben Gurirab accède à la tête du gouvernement.
Il y a 10 ans, soit en 2004: [Pakistan] Shaukat Aziz accède à la tête du gouvernement.
Il y a 71 ans, soit en 1943: [Bulgarie] Simeon II accède à la tête de l'État
Il y a 7 ans, soit en 2007: [Turquie] Abdullah Gül accède à la tête de l'État
Il y a 2 ans, soit en 2012: [Somalie] Mohamed Osman Jawari accède à la tête de l'État
Il y a 2 ans, soit en 2012: [Roumanie] Traian Basescu accède à la tête de l'État
 Dir: Jean-Herman Guay Faculté des lettres et sciences humaines       Version 9.6 2014    ©Tous droits protégés     Bilan du siècle   Dimension