Université de Sherbrooke
École de politique appliquée     Dimanche 21 septembre 2014      Accueil              
       
Pays | Statistiques | Années | Événements | Conflits | Organisations | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Valeurs | Jeux     

Un site pédagogique


Depuis 1945, le monde a changé. Des pays ont émergé, des régimes politiques sont tombés et des centaines d'évenements majeurs ont transformé nos sociétés. Pour mieux comprendre les phénomènes qui ont marqué le monde depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, pour trouver des statistiques démographiques ou économiques, pour visualiser par des graphiques et des cartes la répartition de la richesse, utilisez le site Perspective monde.

Il ne s'agit pas d'un site spécialisé, mais d'un site pédagogique. On y a regroupé les données les plus importantes et les plus fréquemment utilisées par les étudiants et le grand public. Les informations, les illustrations graphiques ou les cartes peuvent être récupérées et reproduites sans permission ou restriction dans la mesure où la source est identifiée et dans le mesure où les récupérations demeurent ponctuelles.

Des données accessibles

Pays

Accédez à une foule d'informations sur plus de 150 pays. Des cartes, des graphiques, des statistiques, des données historiques et politiques, etc.

Statistiques

200 statistiques, regroupées en quinze grands thèmes, touchant presque tous les pays et qu'on peut voir sous forme d'histogrammes, de nuages de points, de cartes, etc.

Événements

Plus de 1200 événements qui ont marqué l'histoire mondiale depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, présentés et expliqués en un coup d'oeil, des hyperliens et des chronologies.

Analyses

Presque 500 bulletins d'analyse sur l'actualité mondiale rédigés par des analystes en formation surpervisés par notre rédacteur en chef.

Documents

Des grands textes (conventions, discours, rapports, etc.) et une présentation des grandes organisations internationales des Nations Unies.

Glossaire

Une centaine de termes définis simplement et clairement. Illustrées, associées à des exemples, ces définitions permettent de mieux comprendre le monde depuis 1945.

Quiz  

Des jeux de type choix de réponses sur les drapeaux, les cartes et les capitales. Participez souvent et améliorez votre score.

Un site de référence


14 000 pages vues par jour, 100 000 par semaine. À l'échelle d'une année, c'est plus de 5 millions de pages vues! (Données de Google Analytics)

Le site est principalement utilisé en France (57%), au Canada (18%), en Belgique (5%), en Suisse (3%) . Il a une vocation pédagogique reconnue dans des écoles, des lycées, des collèges et des universités. Ajoutez le site à vos favoris!

Un site en évolution, appuyé par l'Université de Sherbrooke et la Faculté des lettres et sciences humaines!

Vous souhaitez nous souligner une erreur, formulez un commentaire, proposez un ajout... communiquez avec nous


Dans l'actualité


Percée de l'extrême-droite en Argentine: Bandera Vecinal intègre le paysage politique

Louis Lalonde,
analyste en formation,
École de politique appliquée

Actuellement aux prises avec de graves difficultés économiques, l'Argentine constitue un terreau fertile à l'émergence de mouvements politiques radicaux. La reconnaissance légale du parti Bandera Vecinal vient renforcer les assises de l'extrême-droite en cette période critique pour les finances argentines(1).

Un parti politique qui crée des remous

Le parti Bandera Vecinal a fait son apparition légale sur la scène politique de l'Argentine le 11 juin 2014, provoquant du même coup de fortes réactions. À la suite de l'obtention des 4 000 signatures nécessaires de ses membres (2), le parti fondé par Alejandro Biondini a reçu l'approbation de la justice argentine par le verdict du juge fédéral Ariel Lijo (3). Le jugement rendu permettra ainsi à ce nouveau venu du système politique d'Argentine de présenter la candidature de son chef à la prochaine élection présidentielle du pays en 2015 (4).

Loin de faire l'unanimité, la décision d'Ariel Lijo a mené à la mobilisation de plusieurs groupes dénonçant le verdict du juge de Buenos Aires. À commencer par la coalition au pouvoir, Frente Para la Victora et Partido Justicialista (FPV-PJ), qui a dénoncé avec énergie l'accession à la légalité du parti Bandera Vecinal. Crisitina Fioramonti, la présidente du bloc FPV-PJ, a affirmé que Bandera Vecinal ne possède pas sa place dans le système politique du pays, notamment en raison de ses références au nazisme (5). Fioramonti a aussi ajouté qu'un parti faisant la promotion de la discrimination et de la haine envers plusieurs communautés est nécessairement en discordance avec la loi (6).

La communauté juive s'est elle aussi mobilisée contre la décision du juge Lijo. À l'intérieur des frontières argentines, la Délégation des associations israélites argentines (DAIA) a activement dénoncé l'accession à la légalité d'un parti dont le chef arbore une attitude « antidémocratique et intolérante (7) ». La DAIA entreprend actuellement des démarches judiciaires pour renverser la décision (8). À l'extérieur du pays, les dénonciations ont été faites à travers des quotidiens et organismes juifs. Ce fut notamment le cas du Centre Simon-Wiesenthal aux États-Unis, qui appelle les électeurs et les autres partis politiques à ostraciser complètement Bandera Vecinal (9).

Ce parti, dont le nom signifie Drapeau local, fut fondé en 2014 par la fusion des partis Gente En Acción (GEA), Alternativa Social (AS) ainsi que plusieurs mouvements citoyens se définissant comme « patriotes » (10). Ce regroupement se définit comme un parti pragmatique, qui n'est pas affilié à la gauche, la droite ou le centre. Il se présente plutôt comme l'alternative à un système politique jugé « décadent ». Ultranationaliste, Bandera Vecinal déploie un programme élaboré autour de quatre points principaux : la souveraineté nationale, l'indépendance économique, la justice sociale et le nationalisme culturel. Le parti résume son action par la « restitution de l'Argentine aux Argentins (11) ».

Bandera Vecinal : création d'un néo-nazi?

Bandera Vecinal a pour chef Alejandro Biondini. Ce dernier est au coeur même de la contestation du parti, en raison de son passé politique chargé. Associé au fascisme, Biondini s'est fait connaître dès les années 1980 alors qu'il a été affilié au groupe Alerta Nacional (Alerte nationale). Au cours de cette période, il participa à de nombreuses manifestations d'extrême-droite à caractère antisémite (12). Régulièrement présenté comme un adorateur d'Adolf Hitler (13), Alejandro Biondini a souvent vu ses projets politiques bloqués. Par exemple, il lui a été interdit de fonder un parti national-socialiste en 1991, alors que son groupe politique avait pour symbole une croix gammée (14).

En 2009, son parti Partido Nuevo Triunfo (Parti du triomphe nouveau) fut banni pour incitation à la haine et utilisation de symbole à la manière des nazis. Le parti arborait alors un « 7 » stylisé comme le swastika pour emblème. Ces échecs passés n'ont pas découragé Biondini qui a posé sa candidature à la mairie de Buenos Aires en 2011. Il ne récolta que 0,19% du suffrage (15).

Malgré les imposantes contestations de certains groupes politiques, les chances de voir Bandera Vecinal provoquer un virement de cap majeur en Argentine restent très minces. Il n'en demeure pas moins qu'Alejandro Biondini se présentera à la présidentielle de 2015. Cependant, même le chef de Bandera Vecinal affirme que la possibilité d'être porté au pouvoir dans la prochaine année est presque impossible (16).




Accès à l'article complet, références comprises. Vous y trouverez également une chronologie du pays concerné.


Des événements en perspective


Il y a 38 ans, soit le 21 septembre 1976: Assassinat de l'ex-ministre chilien Orlando Letelier

Arrêté et torturé après le coup d'État du 11 septembre 1973, l'ex-ministre Orlando Letelier est expulsé du Chili en 1974. Il s'établit par la suite aux États-Unis où il devient la principale voix d'opposition à la dictature militaire qui dirige son pays, avant d'être abattu à Washington en septembre 1976.

Des réalités à explorer

Des graphiques à interpréter





Et plus encore.

Il y a 57 ans, soit en 1957: [Thaïlande] Pote Sarasin accède à la tête du gouvernement.
Il y a 54 ans, soit en 1960: [Arabie Saoudite] Sa`ud ibn `Abd al-`Aziz Al Faysal Al Sa`ud accède à la tête du gouvernement.
Il y a 44 ans, soit en 1970: [Malaisie] Tun Abdul Razak bin Hussein accède à la tête du gouvernement.
Il y a 29 ans, soit en 1985: [Centrafricaine (rep)] André Dieudonné Kolingba accède à la tête du gouvernement.
Il y a 22 ans, soit en 1992: [Tadjikistan] Abdumalek Abdulajanov accède à la tête du gouvernement.
Il y a 59 ans, soit en 1955: [Argentine] José Domingo Molina Gómez accède à la tête de l'État
Il y a 57 ans, soit en 1957: [Norvège] Olag V accède à la tête de l'État
Il y a 49 ans, soit en 1965: [Malaisie] Tuanku Ismail Nasiruddin Shah ibni al-Marhum accède à la tête de l'État
Il y a 44 ans, soit en 1970: [Malaisie] Tuanku Abdul Halim Muadzam Shah ibni al-Marhum accède à la tête de l'État
Il y a 42 ans, soit en 1972: [Philippines] Ferdinand Edralin Marcos accède à la tête de l'État
Il y a 29 ans, soit en 1985: [Centrafricaine (rep)] André Dieudonné Kolingba accède à la tête de l'État
 Dir: Jean-Herman Guay Faculté des lettres et sciences humaines       Version 9.6 2014    ©Tous droits protégés     Bilan du siècle   Dimension