Université de Sherbrooke
École de politique appliquée     Vendredi 24 octobre 2014      Accueil              
       
Pays | Statistiques | Années | Événements | Conflits | Organisations | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Valeurs | Jeux     

Un site pédagogique


Depuis 1945, le monde a changé. Des pays ont émergé, des régimes politiques sont tombés et des centaines d'évenements majeurs ont transformé nos sociétés. Pour mieux comprendre les phénomènes qui ont marqué le monde depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, pour trouver des statistiques démographiques ou économiques, pour visualiser par des graphiques et des cartes la répartition de la richesse, utilisez le site Perspective monde.

Il ne s'agit pas d'un site spécialisé, mais d'un site pédagogique. On y a regroupé les données les plus importantes et les plus fréquemment utilisées par les étudiants et le grand public. Les informations, les illustrations graphiques ou les cartes peuvent être récupérées et reproduites sans permission ou restriction dans la mesure où la source est identifiée et dans le mesure où les récupérations demeurent ponctuelles.

Des données accessibles

Pays

Accédez à une foule d'informations sur plus de 150 pays. Des cartes, des graphiques, des statistiques, des données historiques et politiques, etc.

Statistiques

200 statistiques, regroupées en quinze grands thèmes, touchant presque tous les pays et qu'on peut voir sous forme d'histogrammes, de nuages de points, de cartes, etc.

Événements

Plus de 1200 événements qui ont marqué l'histoire mondiale depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, présentés et expliqués en un coup d'oeil, des hyperliens et des chronologies.

Analyses

Presque 500 bulletins d'analyse sur l'actualité mondiale rédigés par des analystes en formation surpervisés par notre rédacteur en chef.

Documents

Des grands textes (conventions, discours, rapports, etc.) et une présentation des grandes organisations internationales des Nations Unies.

Glossaire

Une centaine de termes définis simplement et clairement. Illustrées, associées à des exemples, ces définitions permettent de mieux comprendre le monde depuis 1945.

Quiz  

Des jeux de type choix de réponses sur les drapeaux, les cartes et les capitales. Participez souvent et améliorez votre score.

Un site de référence


14 000 pages vues par jour, 100 000 par semaine. À l'échelle d'une année, c'est plus de 5 millions de pages vues! (Données de Google Analytics)

Le site est principalement utilisé en France (57%), au Canada (18%), en Belgique (5%), en Suisse (3%) . Il a une vocation pédagogique reconnue dans des écoles, des lycées, des collèges et des universités. Ajoutez le site à vos favoris!

Un site en évolution, appuyé par l'Université de Sherbrooke et la Faculté des lettres et sciences humaines!

Vous souhaitez nous souligner une erreur, formulez un commentaire, proposez un ajout... communiquez avec nous


Dans l'actualité


Élection au Malawi : la fin du règne tumultueux de Joyce Banda

Jean-Philippe Doyon,
analyste en formation,
École de politique appliquée

Un événement d'une grande importance a finalement trouvé une conclusion au Malawi. À la suite de l'élection du 20 mai 2014 et de la contestation des résultats, ceux-ci sont finalement confirmés le 31 mai. Joyce Banda, la première présidente du Malawi et la deuxième présidente d'un pays africain, a été défaite par Peter Mutharika du Democratic Progressive Party (DPP). Cette défaite représente pour le Malawi à la fois un changement de garde, mais aussi un retour en arrière.

Défaite cuisante de Joyce Banda

L'élection du 20 mai 2014 au Malawi a eu son lot de rebondissements. Après de nombreuses irrégularités dans le début du décompte des votes, la présidente Banda avait demandé son annulation(1). Cette demande a d'ailleurs été très mal reçue par ses adversaires, la population et les observateurs internationaux selon l'envoyé de l'Agence France Presse à cette élection (2).

Après une vérification par les bureaux de vote, les résultats de l'élection étaient clairs. La candidate Joyce Banda a été battue par l'ancien ministre des Affaires étrangères, Peter Mutharika. Celui-ci a obtenu 36,4 % des votes, contre seulement 20,2 % pour Joyce Banda. Ce 20,2 % place Joyce Banda au troisième rang derrière le candidat du Malawi Congress Party, Lazarus Chekwera, qui a obtenu 27,8 %.

Cette défaite de Joyce Banda représente un dur coup pour l'ex-présidente qui cherchait à obtenir une légitimité à son pouvoir qui fut fortement critiqué à son arrivée. Vice-présidente de l'ancien président et frère de Peter Mutharika, Bingu wa Mutharika, Joyce Banda est devenue présidente après la mort subite de celui-ci. Selon la Constitution du Malawi, la mort du président en service donne la présidence au vice-président(3). Joyce Banda avait quitté le parti DPP de Mutharika pour former le sien à l'époque. Malgré le caractère inhabituel de sa nomination, elle est devenue présidente du Malawi jusqu'à la dernière élection.

L'élection de Peter Mutharika, frère de l'ancien président Bingu wa Mutharika, signifie le retour de la famille Mutharika au pouvoir. Celui-ci avait d'ailleurs participé auparavant à la vie politique du parti de son frère en tant que ministre des Affaires étrangères. Il a également été pressenti pour le poste de son frère après sa mort (4). Par contre, des accusations d'avoir tenté un coup d'État planent autour de lui, ce qui n'a pas été prouvé (5). Mutharika devra travailler avec l'héritage de Joyce Banda.

De bons et mauvais coups

Autant en relations internationales qu'en politique intérieure, Joyce Banda a laissé sa marque sur le pays. Le Malawi est reconnu comme étant un des pays les plus pauvres au monde : 40 % de son budget provient de l'aide internationale (6). Avant l'arrivée de Banda, le président Bingu wa Mutharika avait grandement endommagé les relations extérieures du Malawi (7). Un des défis de Banda était donc de rétablir les relations avec plusieurs pays qui apportaient leur aide au Malawi. Elle a en partie réussi avec le Fonds monétaire international (FMI) (8). L'administration de Banda a aussi laissé sa marque en refusant d'être l'État hôte du sommet de l'Union africaine à cause de la présence du président du Soudan et des accusations portées contre lui devant la Cour de justice internationale (9). En 2014, elle a aussi été déclarée par le magazine Forbes la femme la plus puissante d'Afrique (10), lui donnant un statut de symbole.

En politique intérieure, Joyce Banda a fait « la réforme d'une économie uniquement basée sur l'agriculture (11)». Elle a aussi dépénalisé l'homosexualité et fait la lutte contre la tuberculose et le sida(12). Face à une situation économique précaire et avec les conseils du FMI, Banda a dû dévaluer la monnaie du pays, le Kwacha malawite. Cette action a eu des répercussions négatives sur l'économie en créant une vague d'achat exagéré des aliments de base (13). Dans le but d'aider l'économie du Malawi très endetté, Joyce Banda a pris l'initiative de vendre son jet privé ainsi qu'une collection de voitures. Les traces de cette vente ayant disparu, le gouvernement de Banda a été accusé de corruption. On appellera ce scandale le « Cashgate » (14).

Corruption et mauvaise gestion

Les analystes ont déterminé 4 raisons pour expliquer cette défaite de Joyce Banda. La première est celle des allégations de corruption du « Cashgate ». Dans un pays pauvre comme le Malawi, les accusations de « pertes de 13 milliards en Kwasha malawien (32,5 millions) en moins de 6 mois (15) » de la part du gouvernement de Banda ont grandement affecté l'électorat. Malgré les campagnes pour s'attaquer à ces accusations, l'ensemble des autres candidats ont utilisé cet argument contre Joyce Banda (16).

Une autre raison pour la défaite serait ses attaques contre l'ancien gouvernement de Mutharika. Albert Jajja, un expert en communication internationale, écrivait qu'en « Afrique, on respecte les morts, on ne parle pas en mal d'eux (17) ». Or, à la suite de sa nomination comme présidente, Joyce Banda aurait souvent attaqué l'héritage de son prédécesseur, ce qui était mal vu politiquement.

Une autre raison serait la dévaluation du Kwasha malawite. Les mesures d'austérité qui ont suivi la dévaluation pour aider l'économie ont reçu un accueil favorable, mais elles étaient mal perçues « dans le pays pour avoir rendu la vie difficile pour les urbains du Malawi (18) ».

La dernière raison qui aurait mené à la défaite de Joyce Banda est la famine qui a touché le Malawi. Selon Frank Jomo, « Banda a hérité d'un gouvernement qui pouvait s'occuper de la sécurité alimentaire, mais après juste un an au pouvoir, un sérieux manque alimentaire est arrivé (19) ». Pendant que la population avait de la difficulté à se nourrir, les rassemblements politiques de Banda n'avaient pas de problèmes à s'approvisionner (20). Ce facteur, conjugué aux autres, a joué un rôle significatif dans la défaite de l'ex-présidente.




Accès à l'article complet, références comprises. Vous y trouverez également une chronologie du pays concerné.


Des événements en perspective


Il y a 50 ans, soit le 24 octobre 1964: Proclamation de l'indépendance de la Zambie

Après avoir été un protectorat britannique et un membre de la Fédération de la Rhodésie et du Nyassaland, la Zambie, un État d'Afrique australe connu auparavant sous le nom de Rhodésie du Nord, proclame son indépendance le 24 octobre 1964.

Des réalités à explorer

Des graphiques à interpréter





Et plus encore.

Il y a 58 ans, soit en 1956: [Hongrie] Imre Nagy accède à la tête du gouvernement.
Il y a 56 ans, soit en 1958: [Pakistan] Mohammad Ayub Khan accède à la tête du gouvernement.
Il y a 14 ans, soit en 2000: [Serbie] Milomir Minic accède à la tête du gouvernement.
Il y a 3 ans, soit en 2011: [Jordanie] Awn Khasawneh accède à la tête du gouvernement.
Il y a 57 ans, soit en 1957: [Guatemala] Col. Óscar Mendoza Azurdia accède à la tête de l'État
Il y a 54 ans, soit en 1960: [Qatar] Sheikh Ahmad bin Ali Al Thani accède à la tête de l'État
Il y a 50 ans, soit en 1964: [Zambie] Kenneth David Kaunda accède à la tête de l'État
Il y a 33 ans, soit en 1981: [Singapour] Chengara Veetil Devan Nair accède à la tête de l'État
Il y a 6 ans, soit en 2008: [Azerbaïdjan] Ilham Heydar oglu Aliev accède à la tête de l'État
 Dir: Jean-Herman Guay Faculté des lettres et sciences humaines       Version 9.6 2014    ©Tous droits protégés     Bilan du siècle   Dimension