Université de Sherbrooke
École de politique appliquée     Mercredi 20 août 2014      Accueil              
       
Pays | Statistiques | Années | Événements | Conflits | Organisations | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Valeurs | Jeux     

Un site pédagogique


Depuis 1945, le monde a changé. Des pays ont émergé, des régimes politiques sont tombés et des centaines d'évenements majeurs ont transformé nos sociétés. Pour mieux comprendre les phénomènes qui ont marqué le monde depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, pour trouver des statistiques démographiques ou économiques, pour visualiser par des graphiques et des cartes la répartition de la richesse, utilisez le site Perspective monde.

Il ne s'agit pas d'un site spécialisé, mais d'un site pédagogique. On y a regroupé les données les plus importantes et les plus fréquemment utilisées par les étudiants et le grand public. Les informations, les illustrations graphiques ou les cartes peuvent être récupérées et reproduites sans permission ou restriction dans la mesure où la source est identifiée et dans le mesure où les récupérations demeurent ponctuelles.

Des données accessibles

Pays

Accédez à une foule d'informations sur plus de 150 pays. Des cartes, des graphiques, des statistiques, des données historiques et politiques, etc.

Statistiques

200 statistiques, regroupées en quinze grands thèmes, touchant presque tous les pays et qu'on peut voir sous forme d'histogrammes, de nuages de points, de cartes, etc.

Événements

Plus de 1200 événements qui ont marqué l'histoire mondiale depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, présentés et expliqués en un coup d'oeil, des hyperliens et des chronologies.

Analyses

Presque 500 bulletins d'analyse sur l'actualité mondiale rédigés par des analystes en formation surpervisés par notre rédacteur en chef.

Documents

Des grands textes (conventions, discours, rapports, etc.) et une présentation des grandes organisations internationales des Nations Unies.

Glossaire

Une centaine de termes définis simplement et clairement. Illustrées, associées à des exemples, ces définitions permettent de mieux comprendre le monde depuis 1945.

Quiz  

Des jeux de type choix de réponses sur les drapeaux, les cartes et les capitales. Participez souvent et améliorez votre score.

Un site de référence


14 000 pages vues par jour, 100 000 par semaine. À l'échelle d'une année, c'est plus de 5 millions de pages vues! (Données de Google Analytics)

Le site est principalement utilisé en France (57%), au Canada (18%), en Belgique (5%), en Suisse (3%) . Il a une vocation pédagogique reconnue dans des écoles, des lycées, des collèges et des universités. Ajoutez le site à vos favoris!

Un site en évolution, appuyé par l'Université de Sherbrooke et la Faculté des lettres et sciences humaines!

Vous souhaitez nous souligner une erreur, formulez un commentaire, proposez un ajout... communiquez avec nous


Dans l'actualité


Les camps de réfugiés somaliens : une situation critique qui perdure

Stéphanie Dumont,
analyste en formation,
École de politique appliquée

Depuis plus de 20 ans, les Somaliens quittent leur pays pour se réfugier majoritairement au Kenya et en Éthiopie. Plusieurs raisons sont à l'origine de cet exode somalien. À commencer avec la guerre civile de 1990 qui frappe le pays (1), alors que le président est écarté du pouvoir par un coup d'État de forces rebelles, insatisfaites du régime autoritaire instauré par le président Siyad Barre.

Ces rebelles entrent eux-mêmes en guerre pour l'accession au pouvoir et plongent le pays dans une guerre civile qui ne se terminera en quelque sorte jamais. Et ce, malgré l'intervention onusienne dans les années 1992-1995 (2).

Par ailleurs, ayant pris une tournure religieuse, le conflit perdure encore de nos jours(3). Les extrémistes islamistes contrôlant le sud du pays tentent de prendre le pouvoir, engendrant de nombreuses attaques partout à travers la Somalie (4).

Dans un autre ordre d'idées, en plus de ces nombreuses guerres qui entraînent chaque année, et ce, depuis maintenant près de 25 ans, la mort où l'exil de nombreux habitants, la sécheresse qui s'abat depuis plus de deux décennies a conduit le pays dans une famine sans précédent. En 2011, on comptait qu'un enfant sur trois souffrait de malnutrition au pays(5). De plus, les décès causés par cette famine se multiplient à vue d'oeil. Et donc, depuis les débuts de la guerre civile en 1991, plus d'un million de Somaliens auraient quitté le pays pour se réfugier chez leurs voisins(6). Mettant ainsi l'Éthiopie et le Kenya à rude épreuve.

Le Kenya et l'Éthiopie ensevelis par la présence somalienne

C'est au Kenya que l'on retrouve le plus grand camp de réfugiés au monde. Il s'agit du camp de Dadaab (7), qui se trouve tout juste sur la frontière entre les deux pays, créé en 1990 afin de répondre à l'importante arrivée de Somaliens. En 2012, le camp comptait plus de 465 611 habitants, dont près de 95 % sont d'origine somalienne.

On retrouve également au Kenya le camp Kakuma (8). Près de la frontière soudanaise, ce camp avait été créé pour accueillir les «enfants perdus» provenant du Soudan. Cependant, ce ne fut pas bien long avant qu'une importante présence somalienne se fit ressentir dans le camp. De plus, en 2009, près de 15 000 réfugiés somaliens y furent transférés du camp de Dadaab. De nos jours, près de 50 % de la population du camp provient de la Somalie.

Au total, on compte près de 520 000 Somaliens vivant au Kenya, et ce, sans compter les nombreux réfugiés qui y sont présents sans papiers (9).

En Éthiopie, on retrouve le camp de Liben, qui regroupe en fait 5 camps situés sur la frontière entre les deux pays (10). En 2011, on dénotait qu'en moyenne près de 300 Somaliens traversaient la frontière chaque jour pour atteindre les camps.

Une vie mise à rude épreuve

Pour la plupart des réfugiés, la vie dans les camps est incomparable à la réalité dans leur pays. Toutefois, la qualité de vie dans ces camps n'est pas du tout optimale. En effet, malgré l'aide humanitaire et le financement de ces camps, la malnutrition y est également très présente (11). De plus, les conditions de vie en général y sont parfois critiques, alors que le nombre de réfugiés présents dépasse souvent les limites du camp (12). Tel que le camp de Dadaab qui compte maintenant près de 500 000 habitants et qui avait été construit pour n'en contenir qu'une centaine de milliers.

La présence de Médecins sans frontières (MSF) dans plusieurs des camps présentés précédemment est d'une grande importance pour la survie de plusieurs réfugiés. Au camp de Hiloweyn, par exemple, MSF a soigné en 2011 plus de 50 000 personnes (16). De plus, la majorité des hôpitaux dans les camps acceptent des patients au-delà de leur capacité d'accueil et tous les intervenants sont invités à travailler sans relâche pour soigner le plus de gens possible.

Par ailleurs, plusieurs féministes s'inquiètent de la problématique du genre dans les camps de réfugiés (13). Plusieurs programmes du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) portent en effet sur la protection de la femme réfugiée. Selon les études, les hommes réfugiés se sentiraient émasculés et donc renforceraient leur autorité sur la femme, pour combler leur manque d'autorité traditionnelle, remplacée par les organismes d'aide. De plus, les femmes seraient souvent exclues de la vie politique et organisationnelle des camps et même parfois victimes de violence.

Par ailleurs, les ressources du camp seraient beaucoup plus accessibles pour les hommes que pour les femmes. L'éducation en est un bon exemple. Dans le camp de Dadaab, les jeunes filles représentent seulement 39 % des étudiants au primaire et 26 % des étudiants au secondaire (14). Dans le camp de Kakuma, des 400 élèves au secondaire, on ne retrouve que 67 filles (15).

Un possible retour des réfugiés en Somalie?

En 2014, ainsi que pour l'année 2015, le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés s'est fixé comme objectif la coordination et le retour de milliers de réfugiés, principalement somaliens.

D'ailleurs, en novembre 2013, le HCR, le gouvernement du Kenya et celui de la Somalie ont signé un accord pour le retour des réfugiés somaliens dans leur pays d'origine (16). Cet accord a pour but d'offrir un cadre juridique aux réfugiés pour qu'ils puissent retourner dans leur pays. Accord qui était très attendu par le gouvernement du Kenya, selon qui la présence des réfugiés somaliens est de plus en plus dangereuse pour la sécurité interne du pays. Selon le premier ministre, l'importante présence des réfugiés aurait, entre autres, occasionné du terrorisme, du banditisme et de la prolifération d'armes au Kenya (17).

Toutefois, le retour des réfugiés dans leur propre pays est une décision volontaire qui leur appartient et les études de MSF effectuées en 2013(18), dans divers camps au Kenya, démontrent que la plupart d'entre eux n'ont pas l'intention de remettre les pieds en Somalie. Seulement 20 % des répondants ont affirmé être prêts à retourner dans leur pays d'origine, dans les conditions actuelles.

Cette étude met donc en doute l'éventualité du retour de nombreux réfugiés somaliens dans leur pays. De plus, elle laisse croire que cette problématique des camps, quant à la santé, à l'égalité de droits des réfugiés ainsi qu'à la menace pour la sécurité du Kenya, ne sera pas réglée de sitôt.




Accès à l'article complet, références comprises. Vous y trouverez également une chronologie du pays concerné.


Des événements en perspective


Il y a 54 ans, soit le 20 août 1960: Proclamation de l'indépendance du Sénégal

Après avoir exprimé le désir de se retirer de la Fédération du Mali, le Sénégal proclame son indépendance le 20 août 1960. Élu le 5 septembre 1960, son premier président, l'écrivain Léopold Sédar Senghor, sera une des figures de proue du mouvement de décolonisation en Afrique.

Des réalités à explorer

Des graphiques à interpréter





Et plus encore.

Il y a 55 ans, soit en 1959: [Malaisie] Tunku Abdul Rahman Putra accède à la tête du gouvernement.
Il y a 54 ans, soit en 1960: [Sénégal] Mamadou Dia accède à la tête du gouvernement.
Il y a 49 ans, soit en 1965: [Grèce] Elias I. Tsirimokos accède à la tête du gouvernement.
Il y a 21 ans, soit en 1993: [Géorgie] Otar Patsatsia accède à la tête du gouvernement.
Il y a 18 ans, soit en 1996: [Togo] Kwassi Klutse accède à la tête du gouvernement.
Il y a 10 ans, soit en 2004: [Bhoutan] Lyonpo Yeshey Zimba accède à la tête du gouvernement.
Il y a 10 ans, soit en 2004: [Mongolie] Tsakhiagiyn Elbegdorj accède à la tête du gouvernement.
Il y a 2 ans, soit en 2012: [Somalie] Abdiweli Mohamed Ali accède à la tête du gouvernement.
Il y a 2 ans, soit en 2012: [Éthiopie] Hailemariam Desalegn accède à la tête du gouvernement.
Il y a 65 ans, soit en 1949: [Qatar] Sheikh Ali bin Abdullah Al Thani accède à la tête de l'État
Il y a 53 ans, soit en 1961: [Mauritanie] Moktar Ould Daddah accède à la tête de l'État
Il y a 2 ans, soit en 2012: [Somalie] Muse Hassan Shaykh Abdulle accède à la tête de l'État
 Dir: Jean-Herman Guay Faculté des lettres et sciences humaines       Version 9.6 2014    ©Tous droits protégés     Bilan du siècle   Dimension