Université de Sherbrooke
École de politique appliquée     Vendredi 28 août 2015      Accueil              
       
Pays | Statistiques | Années | Événements | Conflits | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Valeurs | Jeux     


Un site pédagogique


Depuis 1945, le monde a changé. Des pays ont émergé, des régimes politiques sont tombés et des centaines d'évenements majeurs ont transformé nos sociétés. Pour mieux comprendre les phénomènes qui ont marqué le monde depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, pour trouver des statistiques démographiques ou économiques, pour visualiser par des graphiques et des cartes la répartition de la richesse, utilisez le site Perspective monde.

Il ne s'agit pas d'un site spécialisé, mais d'un site pédagogique. On y a regroupé les données les plus importantes et les plus fréquemment utilisées par les étudiants et le grand public. Les informations, les illustrations graphiques ou les cartes peuvent être récupérées et reproduites sans permission ou restriction dans la mesure où la source est identifiée et dans le mesure où les récupérations demeurent ponctuelles.

Des données accessibles

Pays

Accédez à une foule d'informations sur plus de 150 pays. Des cartes, des graphiques, des statistiques, des données historiques et politiques, etc.

Statistiques

200 statistiques, regroupées en quinze grands thèmes, touchant presque tous les pays et qu'on peut voir sous forme d'histogrammes, de nuages de points, de cartes, etc.

Événements

Plus de 1200 événements qui ont marqué l'histoire mondiale depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, présentés et expliqués en un coup d'oeil, des hyperliens et des chronologies.

Analyses

Presque 500 bulletins d'analyse sur l'actualité mondiale rédigés par des analystes en formation surpervisés par notre rédacteur en chef.

Documents

Des grands textes (conventions, discours, rapports, etc.) et une présentation des grandes organisations internationales des Nations Unies.

Glossaire

Une centaine de termes définis simplement et clairement. Illustrées, associées à des exemples, ces définitions permettent de mieux comprendre le monde depuis 1945.

Quiz  

Des jeux de type choix de réponses sur les drapeaux, les cartes et les capitales. Participez souvent et améliorez votre score.

Un site de référence


14 000 pages vues par jour, 100 000 par semaine. À l'échelle d'une année, c'est plus de 5 millions de pages vues! (Données de Google Analytics)

Le site est principalement utilisé en France (57%), au Canada (18%), en Belgique (5%), en Suisse (3%) . Il a une vocation pédagogique reconnue dans des écoles, des lycées, des collèges et des universités. Ajoutez le site à vos favoris!

Un site en évolution, appuyé par l'Université de Sherbrooke et la Faculté des lettres et sciences humaines!

Vous souhaitez nous souligner une erreur, formulez un commentaire, proposez un ajout... communiquez avec nous


Dans l'actualité


Le syndrome électoral de McGovern

Gilles Vandal,
analyste, Ph.D.,
École de politique appliquée

Avec plus de quinze candidats engagés dans leurs primaires et sans aucun qui se démarque vraiment, le parti républicain semble avoir peu de chance de l'emporter contre Hillary Clinton lors des présidentielles de 2016. Pire encore, les candidats républicains sont engagés dans une sorte de bataille de rues où ils multiplient les déclarations incendiaires. Dans ce contexte, une victoire démocrate semble encore plus possible. À moins que le parti démocrate soit rattrapé par le syndrome McGovern.

Rappelons l'histoire. En 1972, le parti démocrate formait le parti dominant aux États-Unis. Il aurait dû alors remporter les présidentielles. C'est pourquoi l'équipe de Nixon jugeait nécessaire de mettre sur pied une stratégie illégale qui a mené au scandale du Watergate. Pourtant une telle stratégie n'était pas nécessaire. Les démocrates se sont battus eux-mêmes.

Emportés par leur opposition à la guerre du Vietnam et leur hostilité vis-à-vis le président Nixon, les démocrates ont choisi finalement George McGovern comme leur porte-étendard. En tant que champion de la cause libérale, McGovern a embrassé la lutte pour la justice sociale et économique, en plus de se positionner comme le candidat de la paix. Toutefois, McGovern est apparu trop radical pour la majorité des Américains. En conséquence, les électeurs américains ont réélu Richard Nixon dans un raz-de-marée.

La question se pose donc à savoir si le parti démocrate pourrait revivre en 2016 le syndrome de McGovern. Présentement, Hillary Clinton domine largement dans les sondages. Parmi les trois candidats qui ont choisi de la défier, seul Bernie Sanders compte vraiment. Un grand nombre de libéraux démocrates, désespérant de voir Elizabeth Warren se présenter, se sont repliés sur sa candidature.

Cette décision des libéraux démocrates n'est pas surprenante. Après tout, Sanders est le seul socialiste de tout le Congrès américain. Sa campagne, en plus de comporter un agenda ultra progressiste, se démarque par un style très populiste qui attire les foules et donne un air d'authenticité à sa candidature.

Centrant son message sur la réduction du fardeau fiscal de la classe moyenne par une augmentation de l'aide fédérale pour la garde des enfants et l'éducation, Sanders dénonce aussi les banques de Wall Street et le 1 % qui ne paient pas une part équitable d'impôts. De plus, il promet de dépenser un trillion de dollars afin de créer 13 millions d'emplois. Finalement, il propose de doubler le salaire minimum, le faisant passer à 15 $ l'heure. Ses propositions sont si radicales, dans le contexte américain, que plusieurs observateurs parlent déjà d'une « révolution Sanders » pour décrire l'émergence de Bernie Sanders comme force politique.

Toutefois, la candidature de Sanders est confrontée à des obstacles immenses. Il ne dispose pas d'une puissance machine nationale comme Hillary Clinton. En fait, il n'a presque pas d'organisation politique. De plus, ses prises de position indépendantes lui ont aliéné l'establishment du parti démocrate.

Sanders a donc peu de chance de remporter l'investiture démocrate. La majorité des démocrates sont conscients que ses politiques de gauche ne seraient pas acceptables pour l'électorat américain en général. Après tout, c'est au centre que les élections américaines se gagnent ou se perdent.

Néanmoins, par son message et par ses qualités charismatiques, Sanders crée de véritables maux de tête aux organisateurs de la campagne de Clinton. Cette dernière se rappelle d'un certain Barack Obama à qui on ne donnait pas de chance de l'emporter. Elle ne veut pas répéter les erreurs de 2008.

Mme Clinton sait que Sanders représente son adversaire le plus coriace.

Ce faisant, Sanders est en train de façonner les primaires démocrates autour des questions de justice économique et de l'équité, forçant ainsi Hillary Clinton à abandonner le centre politique qu'elle désirait occuper.

Ne désirant pas s'aliéner les démocrates libéraux, Clinton est donc forcée de se positionner de plus en plus à gauche sur des questions comme la protection des droits des homosexuels, les droits de vote, les condamnations pénales, l'égalité salariale pour les femmes, l'établissement d'un congé familial payé, les sanctions contre ceux qui déposent leurs avoirs dans des abris fiscaux et l'immigration. Ces prises de position fournissent des munitions pour décrire Hillary Clinton comme une libérale extrémiste que les républicains pourront utiliser lors des élections générales.

Pour l'instant, Hillary Clinton a su éviter le syndrome McGovern. Mais l'entrée éventuelle en scène du vice-président Joe Biden qui doit annoncer en août s'il pose ou non sa candidature pourrait changer la donnée. Mme Clinton devrait alors partager le centre avec ce dernier. La menace de Sanders pourrait devenir alors encore plus sérieuse.


Accès à l'article complet, références comprises. Vous y trouverez également une chronologie du pays concerné.


Des événements en perspective


Il y a 23 ans, soit le 28 août 1992:
Début de procès collectifs en Tunisie

Les procès collectifs de 279 islamistes tunisiens se tiennent devant une cour militaire entre le 28 et 30 août 1992. La grande majorité des accusés est reconnue coupable. Ces procès permettront, entre autres, d'entraîner la disparition du mouvement d'opposition islamiste an-Nahdha.

Des réalités à explorer


                  Profil historique et politique
                  Une carte statique et dynamique
                  Leaders politiques au fil du temps
                  Portrait du commerce international

Des graphiques à interpréter





Et plus encore.

Il y a 58 ans, soit en 1957: [Malaisie] Tunku Abdul Rahman Putra accède à la tête du gouvernement.
Il y a 41 ans, soit en 1974: [Islande] Geir Hallgrímsson accède à la tête du gouvernement.
Il y a 37 ans, soit en 1978: [Guinée-Bissau] João Bernardo Vieira accède à la tête du gouvernement.
Il y a 37 ans, soit en 1978: [Portugal] Alfredo (Jorge) Nobre da Costa accède à la tête du gouvernement.
Il y a 35 ans, soit en 1980: [Jordanie] Mudar Badran accède à la tête du gouvernement.
Il y a 22 ans, soit en 1993: [Pérou] Alfonso Bustamante accède à la tête du gouvernement.
Il y a 13 ans, soit en 2002: [Namibie] Theo-Ben Gurirab accède à la tête du gouvernement.
Il y a 11 ans, soit en 2004: [Pakistan] Shaukat Aziz accède à la tête du gouvernement.
Il y a 72 ans, soit en 1943: [Bulgarie] Simeon II accède à la tête de l'État
Il y a 8 ans, soit en 2007: [Turquie] Abdullah Gül accède à la tête de l'État
Il y a 3 ans, soit en 2012: [Somalie] Mohamed Osman Jawari accède à la tête de l'État
Il y a 3 ans, soit en 2012: [Roumanie] Traian Basescu accède à la tête de l'État
Il y a 1 ans, soit en 2014: [Turquie] Recep Tayyip Erdogan accède à la tête de l'État
 Dir: Jean-Herman Guay Faculté des lettres et sciences humaines       Version 10.7 2015    ©Tous droits protégés     Bilan du siècle   Dimension