Université de Sherbrooke
École de politique appliquée     Dimanche 23 novembre 2014      Accueil              
       
Pays | Statistiques | Années | Événements | Conflits | Organisations | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Valeurs | Jeux     

Un site pédagogique


Depuis 1945, le monde a changé. Des pays ont émergé, des régimes politiques sont tombés et des centaines d'évenements majeurs ont transformé nos sociétés. Pour mieux comprendre les phénomènes qui ont marqué le monde depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, pour trouver des statistiques démographiques ou économiques, pour visualiser par des graphiques et des cartes la répartition de la richesse, utilisez le site Perspective monde.

Il ne s'agit pas d'un site spécialisé, mais d'un site pédagogique. On y a regroupé les données les plus importantes et les plus fréquemment utilisées par les étudiants et le grand public. Les informations, les illustrations graphiques ou les cartes peuvent être récupérées et reproduites sans permission ou restriction dans la mesure où la source est identifiée et dans le mesure où les récupérations demeurent ponctuelles.

Des données accessibles

Pays

Accédez à une foule d'informations sur plus de 150 pays. Des cartes, des graphiques, des statistiques, des données historiques et politiques, etc.

Statistiques

200 statistiques, regroupées en quinze grands thèmes, touchant presque tous les pays et qu'on peut voir sous forme d'histogrammes, de nuages de points, de cartes, etc.

Événements

Plus de 1200 événements qui ont marqué l'histoire mondiale depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, présentés et expliqués en un coup d'oeil, des hyperliens et des chronologies.

Analyses

Presque 500 bulletins d'analyse sur l'actualité mondiale rédigés par des analystes en formation surpervisés par notre rédacteur en chef.

Documents

Des grands textes (conventions, discours, rapports, etc.) et une présentation des grandes organisations internationales des Nations Unies.

Glossaire

Une centaine de termes définis simplement et clairement. Illustrées, associées à des exemples, ces définitions permettent de mieux comprendre le monde depuis 1945.

Quiz  

Des jeux de type choix de réponses sur les drapeaux, les cartes et les capitales. Participez souvent et améliorez votre score.

Un site de référence


14 000 pages vues par jour, 100 000 par semaine. À l'échelle d'une année, c'est plus de 5 millions de pages vues! (Données de Google Analytics)

Le site est principalement utilisé en France (57%), au Canada (18%), en Belgique (5%), en Suisse (3%) . Il a une vocation pédagogique reconnue dans des écoles, des lycées, des collèges et des universités. Ajoutez le site à vos favoris!

Un site en évolution, appuyé par l'Université de Sherbrooke et la Faculté des lettres et sciences humaines!

Vous souhaitez nous souligner une erreur, formulez un commentaire, proposez un ajout... communiquez avec nous


Dans l'actualité


Déforestation en Indonésie : un pilier économique, mais un désastre écologique

Philippe Simard,
analyste en formation,
École de politique appliquée

À l'approche imminente de la Conférence mondiale sur le climat, qui se déroulera en France du mois de novembre à décembre 2015, plusieurs enjeux à caractère environnemental sont soulevés. C'est le cas de l'Indonésie qui, depuis plusieurs décennies, fait face à un enjeu gravissime : la déforestation. En effet, celle-ci est mise en oeuvre pour laisser place aux plantations de palmiers à l'huile, principalement utilisés pour la production d'huile de palme; un procédé fort coûteux pour l'environnement (1).

Une plaie pour l'Indonésie

La déforestation des forêts vierges indonésiennes est sans aucun doute une problématique de haute importance. Celle-ci entraîne de nombreuses conséquences, tant du point de vue écologique que du point de vue social et économique.

Tout d'abord, la déforestation des territoires indonésiens qui perdure depuis une trentaine d'années, c'est-à-dire depuis la production massive d'huile de palme, représente un enjeu écologique de taille. Comme l'a indiqué le magazine scientifique Nature Climate Change, plus de 6 millions d'hectares de surfaces boisées ont disparu depuis 2000 (2). Qui plus est, l'Indonésie se trouve maintenant en tête de lice, devant le Brésil, en ce qui concerne le nombre d'hectares disparus à la suite de la déforestation (3).

Cette disparition d'espaces forestiers menace également la faune du territoire. C'est le cas du tigre de Sumatra, de l'orang-outan d'Indonésie et des éléphants d'Asie qui voient leur habitant naturel disparaître au profit de plantations de palmiers à l'huile (4).

Au-delà des nombreux hectares de forêts perdus, et de différentes espèces animales menacées par la déforestation, plusieurs experts soulignent l'importance de cette pratique dans l'émission de gaz à effet de serre. Ceux-ci affirment que cette pratique représente 70 % des émissions de l'Indonésie. Cette forte émission est principalement causée par le rejet, dans l'atmosphère, de carbone présent dans les arbres et les sols (5).

La déforestation entraîne aussi des conséquences sociales considérables. Malgré l'instauration en 2011 d'un moratoire sur les permis d'exploitation, plus de 40 % de la déforestation est effectuée de façon illégale, étant donné l'incapacité des autorités à veiller sur les territoires protégés et les terres arables (6). Cette façon de faire n'est pas sans conséquence, notamment parce qu'elle va à l'encontre des droits des indigènes et parce qu'elle viole les droits de propriété. Ce phénomène rend donc les propriétaires fonciers et les populations indigènes vulnérables face aux grandes entreprises d'exploitation qui prennent possession des terres nécessaires au maintien de leur condition de vie.

Enfin, la déforestation, qui est étroitement liée à l'exploitation du palmier à l'huile, affecte de façon négative l'économie indonésienne. L'expansion de cette monoculture met en danger la diversification des revenus de l'Indonésie, rendant ainsi sa population sensible à toute fluctuation des prix des matières premières. Du même coup, elle met en péril la durabilité de l'économie (7).

Une demande croissante pour l'huile de palme

Plusieurs experts s'entendent pour dire que la déforestation en Indonésie est un résultat direct de la forte croissance de la demande mondiale pour l'huile de palme. En effet, selon l'Organisation des Nations unies (ONU), la demande a augmenté d'environ 2,5 mégatonnes par année, depuis les trente dernières années (8). De plus, l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) prévoient une hausse considérable de 30 % de la consommation mondiale d'huile de palme d'ici 2019 (9).

Ce phénomène peut être expliqué par différents facteurs, tels que l'utilisation de plus en plus fréquente de l'huile de palme dans les produits agroalimentaires, dans les produits cosmétiques et dans la production de biocarburants (10). En fait, ce sont majoritairement les pays d'Asie, tels que l'Inde et la Chine, ainsi que l'Union européenne qui dominent en terme d'importation de l'huile de palme.

Cela dit, cette croissance constante de la demande pousse les pays producteurs, tels que l'Indonésie et la Malaisie, qui détiennent près de 90% du marché mondial, à augmenter leur production de façon considérable. Concrètement, la production de l'huile de palme a crû de façon exponentielle depuis les dernières décennies, passant de quelques millions de tonnes dans les années 1970 à près de 50 millions de tonnes en 2010 (11).

Les agrocarburants : davantage un problème qu'une solution

Comme il est mentionné précédemment, l'huile de palme est en partie utilisée à des fins de production d'agrocarburants. Les agrocarburants sont des carburants produits à partir de matériaux organiques non fossiles qui, selon leur méthode de production et de consommation, sont nettement moins polluants que le pétrole ou le charbon (12). Cela peut être expliqué par leur faible émission de gaz à effet de serre lors de leur consommation, et par leur capacité de renouvellement.

C'est pour cette raison que l'ONU, par son « Nouveau pacte vert mondial » adopté en 2008, et l'Agence internationale de l'énergie (AIE), avec sa « Révolution énergétique » de 2009, ont présenté les agrocarburants comme « une solution aux nombreuses crises mondiales : augmentation des prix de l'énergie, changement climatique et récession économique (13)». Ceux-ci soutenaient dans leur rapport énergétique que l'utilisation d'agrocarburants réduisait de façon significative l'émission de gaz à effet de serre.

Ce faisant, certaines grandes puissances, telles que les États-Unis, l'Union européenne, la Chine et plusieurs autres, se sont engagées à mélanger le biodiesel ou l'éthanol à leurs énergies fossiles, afin de réduire leurs émissions de CO2 (14).

Par contre, comme l'affirment bon nombre d'experts, la consommation d'agrocarburants peut être profitable pour l'environnement, mais uniquement si l'émission de CO2 provenant de leur production est moins importante que celle provenant de leur consommation, et que les effets négatifs reliés à leur production sur la biodiversité sont absents ou minimes (15). Comme le démontrent certains pays comme l'Indonésie et la Malaisie, la plantation, qui nécessite une déforestation et une utilisation de pesticides, et la culture, qui requiert de la machinerie dépendante de l'énergie fossile, font en sorte que la production d'huile de palme, nécessaire au biodiesel, n'est pas rentable en terme de protection de l'environnement.

Cette réalité a poussé plusieurs experts à se pencher sur le réel avantage environnemental que représente l'utilisation des agrocarburants par rapport aux énergies fossiles. Selon certains, leur utilisation ne résout en rien l'émission de CO2. Dans certains cas, comme celui de l'Indonésie et de la Malaisie, la production de l'huile de palme, nécessaire à la conception de biodiesel, est même plus nocive pour l'environnement que la production et la consommation d'énergies fossiles, principalement à cause de la déforestation qu'elle engendre (16).

Malgré les nombreuses conséquences qu'amènent la production d'huile de palme et la consommation d'agrocarburants, la demande face à ces produits est toujours grandissante. Celle-ci se traduit, depuis quelques années, par l'émergence de nouveaux producteurs, tels que le Cameroun et le Nigeria, qui viennent faire concurrence à la grande industrie indonésienne (17). Enfin, certains analystes soulignent la possibilité que, dans les prochaines années, ces pays deviennent des producteurs majeurs sur le marché mondial (18).




Accès à l'article complet, références comprises. Vous y trouverez également une chronologie du pays concerné.


Des événements en perspective


Il y a 19 ans, soit le 24 novembre 1995: Référendum sur la légalisation du divorce en Irlande

Après l'avoir rejeté une première fois en 1986, les électeurs irlandais se prononcent en novembre 1995 en faveur de la légalisation du divorce par une faible marge de 0,6% (50,3%-49,7%). L'Irlande devient le dernier pays européen à légaliser le divorce.

Des réalités à explorer

Des graphiques à interpréter





Et plus encore.

Il y a 68 ans, soit en 1946: [Bulgarie] Georgi Mihaylov Dimitrov accède à la tête du gouvernement.
Il y a 64 ans, soit en 1950: [Corée du Sud] Chang Myon accède à la tête du gouvernement.
Il y a 62 ans, soit en 1952: [Irak] Nureddin Mahmud accède à la tête du gouvernement.
Il y a 61 ans, soit en 1953: [Cambodge] Chan Nak accède à la tête du gouvernement.
Il y a 35 ans, soit en 1979: [Swaziland] Mabandla Dlamini accède à la tête du gouvernement.
Il y a 26 ans, soit en 1988: [Hongrie] Miklós Németh accède à la tête du gouvernement.
Il y a 25 ans, soit en 1989: [Grèce] Xenophon E. Zolotas accède à la tête du gouvernement.
Il y a 12 ans, soit en 2002: [Pakistan] Mir Zafarullah Khan Jamali accède à la tête du gouvernement.
Il y a 1 ans, soit en 2013: [Tadjikistan] Kokhir Rasulzoda accède à la tête du gouvernement.
Il y a 124 ans, soit en 1890: [Pays-Bas] Wilhelmina Helena Pauline Maria accède à la tête de l'État
Il y a 44 ans, soit en 1970: [Singapour] Yeoh Gim Seng accède à la tête de l'État
Il y a 19 ans, soit en 1995: [Tanzanie] Benjamin William Mkapa accède à la tête de l'État
Il y a 11 ans, soit en 2003: [Géorgie] Nino Burdzhanadze accède à la tête de l'État
Il y a 3 ans, soit en 2011: [Yémen] Abdul Rahman Mansur al-Hadi accède à la tête de l'État
Il y a 2 ans, soit en 2012: [Sierra Leone] Ernest Bai Koroma accède à la tête de l'État
 Dir: Jean-Herman Guay Faculté des lettres et sciences humaines       Version 9.6 2014    ©Tous droits protégés     Bilan du siècle   Dimension