Université de Sherbrooke
École de politique appliquée     Samedi 30 avril 2016      Accueil              
       
Pays | Statistiques | Années | Événements | Conflits | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Valeurs | Jeux     


Un site pédagogique


Depuis 1945, le monde a changé. Des pays ont émergé, des régimes politiques sont tombés et des centaines d'évenements majeurs ont transformé nos sociétés. Pour mieux comprendre les phénomènes qui ont marqué le monde depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, pour trouver des statistiques démographiques ou économiques, pour visualiser par des graphiques et des cartes la répartition de la richesse, utilisez le site Perspective monde.

Il ne s'agit pas d'un site spécialisé, mais d'un site pédagogique. On y a regroupé les données les plus importantes et les plus fréquemment utilisées par les étudiants et le grand public. Les informations, les illustrations graphiques ou les cartes peuvent être récupérées et reproduites sans permission ou restriction dans la mesure où la source est identifiée et dans le mesure où les récupérations demeurent ponctuelles.

Des données accessibles

Pays

Accédez à une foule d'informations sur plus de 150 pays. Des cartes, des graphiques, des statistiques, des données historiques et politiques, etc.

Statistiques

200 statistiques, regroupées en quinze grands thèmes, touchant presque tous les pays et qu'on peut voir sous forme d'histogrammes, de nuages de points, de cartes, etc.

Événements

Plus de 1200 événements qui ont marqué l'histoire mondiale depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, présentés et expliqués en un coup d'oeil, des hyperliens et des chronologies.

Analyses

Presque 500 bulletins d'analyse sur l'actualité mondiale rédigés par des analystes en formation surpervisés par notre rédacteur en chef.

Documents

Des grands textes (conventions, discours, rapports, etc.) et une présentation des grandes organisations internationales des Nations Unies.

Glossaire

Une centaine de termes définis simplement et clairement. Illustrées, associées à des exemples, ces définitions permettent de mieux comprendre le monde depuis 1945.

Quiz  

Des jeux de type choix de réponses sur les drapeaux, les cartes et les capitales. Participez souvent et améliorez votre score.

Un site de référence


14 000 pages vues par jour, 100 000 par semaine. À l'échelle d'une année, c'est plus de 5 millions de pages vues! (Données de Google Analytics)

Le site est principalement utilisé en France (57%), au Canada (18%), en Belgique (5%), en Suisse (3%) . Il a une vocation pédagogique reconnue dans des écoles, des lycées, des collèges et des universités. Ajoutez le site à vos favoris!

Un site en évolution, appuyé par l'Université de Sherbrooke et la Faculté des lettres et sciences humaines!

Vous souhaitez nous souligner une erreur, formulez un commentaire, proposez un ajout... communiquez avec nous


Dans l'actualité


Soudan du Sud : 5 ans après l'indépendance, rien ne va plus !

Audrey-Anne Nadeau,
analyste en formation,
École de politique appliquée

Le 9 juillet 2011, le Soudan du Sud obtenait son indépendance, devenant ainsi le plus jeune pays au monde. Il obtient sa souveraineté après plus d'un demi-siècle de guerre civile contre le gouvernement de Khartoum. Cette indépendance avait donné beaucoup d'espoir à la communauté internationale qu'une paix durable était possible dans le pays (1). Or, malgré cela, celui-ci demeure dans un climat incertain. La guerre civile et les mauvaises conditions de vie ne font qu'accélérer la dégringolade du pays.

Une guerre civile sans fin

Au début de 2012, le pays avait suspendu sa production de pétrole pour protester contre le Soudan. Celui-ci désirait payer son voisin seulement un dollar le baril de pétrole, quand la redevance fixée était de 24 dollars le baril (2). Soulignons ici que le Soudan du Sud est le producteur de pétrole et que le Soudan est l'exportateur.

Ce conflit était la principale préoccupation du gouvernement sud-soudanais. Les tensions entre Khartoum et Djouba se sont rapidement transformées en petites rébellions armées (3). C'est alors, en décembre 2013, qu'une guerre civile éclate au Soudan du Sud opposant les forces fidèles au président Salva Kiir, les Dunkas, contre les forces fidèles au leader de l'opposition Riek Machar, les Nuers. Ce conflit a, jusqu'à maintenant, fait une dizaine de milliers de morts civils ainsi qu'une centaine de milliers de personnes qui se sont déplacées hors du pays.

Ce violent contentieux a incité un panel d'experts de l'Organisation des Nations unies (ONU) à demander au Conseil de sécurité d'émettre un embargo total sur les armes à destination du Soudan du Sud (4). Les Dinkas ont également lancé une attaque contre une base de l'ONU à Malakal, au Soudan du Sud, où se réfugiaient des civils. Plus de 48 000 personnes vivaient dans cette base où 40 personnes ont été blessées et 18 sont mortes.

En plus des Dinkas et des Nuers, se joint un troisième groupe ethnique, les Shilluks. Ceux-ci profitent de la guerre civile pour prendre le contrôle de la ville (5). Ce conflit politique s'est alors converti en conflit interracial.

Des conditions de vie difficiles

Le Soudan du Sud étant un pays d'Afrique très pauvre, la guerre civile accentue ce phénomène. Les conditions de vie des citoyens se font donc de plus en plus difficiles.

Zeid Ra'ad Al Hussein, le haut-commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, a déclaré que la situation des droits de l'Homme au Soudan du Sud fait partie des plus horribles au monde. Entre septembre et avril 2015, 1300 cas de viols ont été rapportés. Le viol est utilisé massivement. Selon un observateur, les milices pro-gouvernementales sont autorisées à violer des femmes en gage de salaire (6).

La guerre civile empêche l'aide humanitaire, car les États sont craintifs d'envoyer des hommes pour aider. Près d'un quart de la population vit dans une situation précaire et fait face à des besoins humanitaires urgents. De ce fait, le Soudan du Sud fait face à une insécurité alimentaire touchant environ 2,8 millions de citoyens (7). Ce conflit armé a également détruit les infrastructures, les écoles, les hôpitaux et des centaines de villages (8).

Dans un second ordre d'idées, la saison sèche nuit à l'agriculture et à l'élevage de bétail. La saison des pluies complique également les déplacements des convois d'aide humanitaire dans certaines régions déjà peu accessibles (9). Selon l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF) ainsi que le programme alimentaire mondial (WFP), les risques de famine et d'insécurité alimentaire s'accentueront durant la période sèche et la saison des pluies (10).

D'autres facteurs amplifient les conditions de vie difficiles. Par exemple, une épidémie de choléra, une économie asphyxiée, une grande famine, une situation sanitaire préoccupante, etc. (11).

La communauté internationale au service du peuple sud-soudanais

En août 2015, la communauté internationale a demandé qu'un accord de paix soit signé entre les deux opposants de la guerre civile pour que celle-ci prenne fin. Malgré une demande de cessez-le-feu ainsi que la signature de cet accord, les deux clans ne cessent de faire des ravages dans la région. L'ONU doit également donner suite aux recommandations de l'embargo sur les armes pour consolider un respect durable envers les droits fondamentaux. Plusieurs pays croient que cet embargo est une mesure punitive, mais c'est plutôt une mesure préventive (12).

Ensuite, l'organisation internationale Oxfam est aussi de la partie. Elle apporte une aide humanitaire à plus de 700 000 personnes sous différentes formes : approvisionnement en eau potable, équipements sanitaires et moyens de subsistance. Elle vise également à une consolidation de la paix et elle travaille sur des questions de gouvernance (13).

De plus, depuis 2011, la Croix-Rouge canadienne supporte la Croix-Rouge du Soudan du Sud dans tous les problèmes auxquels le pays fait face. À cause des nombreux affrontements armés, des millions d'hommes et de femmes ont besoin d'aide médicale. De plus, on leur offre une sécurité alimentaire en formant les agriculteurs adéquatement, en leur apportant de l'eau potable et en utilisant de la semence résistant à la sécheresse (14).

Cependant, cette crise humanitaire est oubliée et retient peu l'attention des médias. Selon François Audet, directeur de l'Observatoire canadien sur les crises et l'aide humanitaire à l'Université du Québec à Montréal, seulement 6 % des fonds nécessaires ont été amassés pour venir en aide aux Soudanais du Sud (15).

Une indépendance vouée à l'échec ?

Avant l'indépendance, le Soudan du Sud ne disposait d'aucune structure, d'aucun parti politique ni d'organisation de la société. De ce fait, ceux qui avaient pris le pouvoir par les armes l'ont conservé (16).

Selon le président de l'organisation oeuvrant pour la réussite du processus de paix à Djouba, Edmund Yakani, «l'indépendance du 9 juillet 2011 n'a pas été un décollage, mais un crash (17)». De son côté, le ministre des Routes et du Transport, Kuong Danhier Gatluak, a vu son budget chuter de trois quarts en deux ans (18). Dans son rapport, l'Union africaine rapporte que le bilan est catastrophique depuis l'indépendance du Soudan du Sud, malgré l'euphorie qu'elle avait propagée (19).

En somme, la situation humanitaire du Soudan du Sud ne fait que dégénérer selon l'ONU (20). Même si la communauté internationale met tous les efforts possibles pour venir en aide à ce pays africain, les conflits politiques lui met des bâtons dans les roues. L'adhésion à l'indépendance de 2011 était supposée être un signe d'espoir. Or, 5 ans après, on remarque qu'il y a encore du chemin à faire. D'autant plus que les médias ont laissé de côté cette crise humanitaire et que l'on ne parle pratiquement pas de la situation future de cet État.




Accès à l'article complet, références comprises. Vous y trouverez également une chronologie du pays concerné.


Des événements en perspective


Il y a 39 ans, soit le 30 avril 1977:
Première marche des mères de la Plaza de Mayo en Argentine

Une association de mères dont les enfants ont disparu sous la dictature en Argentine, voit le jour le 30 avril 1977. Cette organisation de protestation émerge comme la principale force de résistance au gouvernement qui devra rendre des comptes sur les quelque 30 000 disparus de la «sale guerre», entre 1976 et 1983.

Des réalités à explorer


                  Profil historique et politique
                  Une carte statique et dynamique
                  Leaders politiques au fil du temps
                  Portrait du commerce international

Des graphiques à interpréter





Et plus encore.

Il y a 68 ans, soit en 1948: [Népal] Mohan Shamshir Jang Bahadur Rana accède à la tête du gouvernement.
Il y a 52 ans, soit en 1964: [Sierra Leone] Albert Michael Margai accède à la tête du gouvernement.
Il y a 32 ans, soit en 1984: [Liban] Rashid Karame accède à la tête du gouvernement.
Il y a 29 ans, soit en 1987: [Finlande] Harri Hermanni Holkeri accède à la tête du gouvernement.
Il y a 25 ans, soit en 1991: [Islande] Davíd Oddsson accède à la tête du gouvernement.
Il y a 10 ans, soit en 2006: [Népal] Girija Prasad Koirala accède à la tête du gouvernement.
Il y a 7 ans, soit en 2009: [Sénégal] Souleymane Ndéné Ndiaye accède à la tête du gouvernement.
Il y a 51 ans, soit en 1965: [Lesotho] Moshoeshoe II accède à la tête de l'État
Il y a 47 ans, soit en 1969: [Australie] Sir Paul Hasluck accède à la tête de l'État
Il y a 38 ans, soit en 1978: [Afghanistan] Nur Mohammad Taraki accède à la tête de l'État
Il y a 36 ans, soit en 1980: [Pays-Bas] Beatrix Wilhelmina Armgard accède à la tête de l'État
Il y a 13 ans, soit en 2003: [Burundi] Domitien Ndayizeye accède à la tête de l'État
Il y a 3 ans, soit en 2013: [Pays-Bas] Willem-Alexander accède à la tête de l'État
 Dir: Jean-Herman Guay Faculté des lettres et sciences humaines       Version 10.7 2015    ©Tous droits protégés     Bilan du siècle   Dimension