Université de Sherbrooke
École de politique appliquée     Vendredi 22 août 2014      Accueil              
       
Pays | Statistiques | Années | Événements | Conflits | Organisations | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Valeurs | Jeux     

Un site pédagogique


Depuis 1945, le monde a changé. Des pays ont émergé, des régimes politiques sont tombés et des centaines d'évenements majeurs ont transformé nos sociétés. Pour mieux comprendre les phénomènes qui ont marqué le monde depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, pour trouver des statistiques démographiques ou économiques, pour visualiser par des graphiques et des cartes la répartition de la richesse, utilisez le site Perspective monde.

Il ne s'agit pas d'un site spécialisé, mais d'un site pédagogique. On y a regroupé les données les plus importantes et les plus fréquemment utilisées par les étudiants et le grand public. Les informations, les illustrations graphiques ou les cartes peuvent être récupérées et reproduites sans permission ou restriction dans la mesure où la source est identifiée et dans le mesure où les récupérations demeurent ponctuelles.

Des données accessibles

Pays

Accédez à une foule d'informations sur plus de 150 pays. Des cartes, des graphiques, des statistiques, des données historiques et politiques, etc.

Statistiques

200 statistiques, regroupées en quinze grands thèmes, touchant presque tous les pays et qu'on peut voir sous forme d'histogrammes, de nuages de points, de cartes, etc.

Événements

Plus de 1200 événements qui ont marqué l'histoire mondiale depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, présentés et expliqués en un coup d'oeil, des hyperliens et des chronologies.

Analyses

Presque 500 bulletins d'analyse sur l'actualité mondiale rédigés par des analystes en formation surpervisés par notre rédacteur en chef.

Documents

Des grands textes (conventions, discours, rapports, etc.) et une présentation des grandes organisations internationales des Nations Unies.

Glossaire

Une centaine de termes définis simplement et clairement. Illustrées, associées à des exemples, ces définitions permettent de mieux comprendre le monde depuis 1945.

Quiz  

Des jeux de type choix de réponses sur les drapeaux, les cartes et les capitales. Participez souvent et améliorez votre score.

Un site de référence


14 000 pages vues par jour, 100 000 par semaine. À l'échelle d'une année, c'est plus de 5 millions de pages vues! (Données de Google Analytics)

Le site est principalement utilisé en France (57%), au Canada (18%), en Belgique (5%), en Suisse (3%) . Il a une vocation pédagogique reconnue dans des écoles, des lycées, des collèges et des universités. Ajoutez le site à vos favoris!

Un site en évolution, appuyé par l'Université de Sherbrooke et la Faculté des lettres et sciences humaines!

Vous souhaitez nous souligner une erreur, formulez un commentaire, proposez un ajout... communiquez avec nous


Dans l'actualité


Royaume-Uni : un avenir incertain pour le parti de Cameron

Florence Darveau Routhier,
analyste en formation,
École de politique appliquée

À quelque deux mois des élections européennes et à quinze mois des prochaines législatives, la population anglaise semble divisée sur la performance de son gouvernement. Un vent de nostalgie a d'ailleurs soufflé sur l'île britannique lors du décès de l'ex-première ministre Margaret Thatcher, en 2013. Alors que les finances publiques du pays sont dans le rouge, le Parti conservateur et son chef, le premier ministre David Cameron, mettent de l'avant des politiques d'austérité et espèrent obtenir l'appui de la population lors des prochaines élections (1).

Un parti qui a fait l'histoire

Porté au pouvoir pour la première fois en 1815, le Parti conservateur britannique, alors appelé « Parti des tories », a une longue histoire (2). De par sa tradition bipartiste, le Royaume-Uni a souvent été gouverné par le Parti conservateur. Plusieurs figures marquantes du XXe siècle en sont d'ailleurs issues, pensons entre autres à Winston Churchill et à Margaret Thatcher.

Entre la fin des années 1990 et le début des années 2000, le Parti conservateur (PC) a connu des moments laborieux. Alors traumatisés par d'importantes défaites, divisés entre les plus modérés et les plus radicaux, les « tories », « malmenés » dans les sondages, ont de la difficulté à trouver un nouveau souffle (3). Plus déchiré que jamais, le PC se retrouve alors devant une base électorale vieillissante; la moyenne d'âge de ses membres s'élève à près de 66 ans (4).

Un vent de renouveau

En 2005, le Parti conservateur porte à sa tête le jeune député David Cameron, alors réputé pour ses positions de centre-droit (5). Le parti fait donc le pari du changement en se dotant d'un chef jeune et plus modéré. Ce recentrage sera d'ailleurs payant, tant pour les élections locales que législatives suivantes (6).

En 2010, le PC de David Cameron est élu avec un nombre de sièges insuffisant pour former un gouvernement majoritaire. Afin d'obtenir le nombre de sièges nécessaire, le parti a dû former une coalition gouvernementale avec les libéraux démocrates (7). Depuis, afin de rendre le gouvernement fonctionnel, il Parti conservateur a dû faire certaines concessions, notamment au sujet du mariage homosexuel, qui lui ont coûté des appuis au sein de son électorat plus à droite (8).

Un retour à droite

À partir de 2012, Cameron se montre de plus en plus intransigeant avec l'Union européenne. Divisé entre eurosceptiques et europhiles, le Parti conservateur met de l'avant la question de la place du Royaume-Uni dans l'Union européenne. Devant la montée de l'United Kingdom Independancy Party (Ukip), parti indépendantiste populiste de droite, le parti de David Cameron a d'ailleurs fait la promesse à ses citoyens de tenir un référendum sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne d'ici 2017 (9).

Sur la question de l'immigration, le parti de la dame de fer se positionne aussi de plus en plus à droite. Il faut dire que, depuis la levée des restrictions à l'accès du marché du travail européen pour les Roumains et les Bulgares, la population anglaise manifeste des inquiétudes (10). On craint un afflux massif « de ces ressortissants d'Europe de l'Est dans le pays (11) ».

Le premier ministre a donc fait des promesses concernant une diminution de l'immigration, mais aussi en matière de restrictions aux droits des immigrants (12). En effet, le 24 mars 2014, Cameron, annonçait des restrictions en ce qui a trait à l'accès aux soins de santé, aux indemnités liées au chômage ainsi qu'à l'aide au logement pour les personnes immigrantes (13).

D'importantes mesures d'austérité

En plus d'avoir durci son discours sur l'immigration, le Parti conservateur met de l'avant une politique d'austérité « draconienne (14)». Effectivement, le 6 janvier 2014, le ministre des Finances, George Osborne, annonçait un « plan de réductions massives des dépenses publiques (15) ». En conférence de presse, celui qui porte le titre de chancelier de l'Échiquier a annoncé une réduction des dépenses publiques de 30 milliards d'euros supplémentaires à la suite des prochaines législatives (16).

Encore une fois, ces choix politiques s'inscrivent dans un retour vers la droite du PC, vraisemblablement motivé par des questions électoralistes. Selon Marc Roche, journaliste au quotidien Le Monde, « l'accent mis sur l'austérité (17)», tout comme les annonces au sujet de l'immigration, « vise à reconquérir l'électorat tory traditionnel (18)». Toujours selon Roche, le Parti conservateur tenterait aussi de reconquérir un électorat plus âgé en préservant l'indexation des retraites (19)

Des élections qui s'annoncent ardues

Les perspectives électorales en vue des élections européennes et des législatives sont peu prometteuses pour le parti de Cameron. En plus d'avoir subi une défaite sévère aux élections locales de mai 2013, les conservateurs voient une bonne partie de leur électorat menacer de les quitter pour les populistes anti-européens de l'Ukip aux prochaines élections (20).

La percée de ce parti a d'ailleurs été confirmée par un sondage publié le 17 mars 2014 par le Sunday Mirror (21). En effet, en plus d'annoncer une régression des conservateurs, qui obtiennent désormais 28% dans les intentions de vote, le sondage présente un record pour l'Ukip qui atteint les 17% (22). C'est donc le Parti travailliste qui est donné gagnant, avec 37% des intentions de vote (23).

Selon Amandine Alexandre, les inondations historiques survenues en février 2014 ont contribué de façon importante à la chute des appuis envers le gouvernement (24). Les importantes inondations ont en effet mis en lumière les limites des politiques d'austérité. En raison de la diminution du financement de l'agence pour l'environnement, la gestion de la crise a été compliquée par le manque de ressources (25). À la mi-février, 51% des Britanniques considéraient que Cameron avait mal géré la situation (26). Cette catastrophe, dont l'ampleur n'avait pas été vue depuis 250 ans, a très certainement nui à la position de Cameron et de son parti (27).

Victime du mode de scrutin

Malgré qu'il jouisse encore d'une popularité relative, David Cameron semble ne pas parvenir à rassembler l'électorat de droite derrière son parti. Alors qu'il tente de «tenir l'équilibre (28) » au sein même de son parti, grandement divisé entre modérés et jusqu'au-boutistes, Cameron conserve tout de même un appui populaire plus important que son adversaire travailliste (29).

Pourtant, en raison du mode de scrutin uninominal à un tour, les « tories » sont en mauvaise posture devant la division du vote à droite (30). Un retour des travaillistes au centre de l'échiquier lors des prochaines élections pourrait aussi nuire grandement aux conservateurs. Une telle situation ne serait pas sans rappeler la victoire de Tony Blair en 2005.




Accès à l'article complet, références comprises. Vous y trouverez également une chronologie du pays concerné.


Des événements en perspective


Il y a 36 ans, soit le 22 août 1978: Assaut des rebelles sandinistes sur l'Assemblée nationale au Nicaragua

À la tête d'un commando de 23 hommes, le commandant Eden Pastora s'empare du palais national de Managua et fait 1500 otages, dont la moitié sont des membres de l'Assemblée législative ou des hauts fonctionnaires du Nicaragua. Ce coup d'éclat fait instantanément de Pastora un héros national.

Des réalités à explorer

Des graphiques à interpréter





Et plus encore.

Il y a 31 ans, soit en 1983: [Cameroun] Luc Ayang accède à la tête du gouvernement.
Il y a 20 ans, soit en 1994: [Pays-Bas] Wim Kok accède à la tête du gouvernement.
Il y a 19 ans, soit en 1995: [Éthiopie] Meles Zenawi accède à la tête du gouvernement.
Il y a 43 ans, soit en 1971: [Bolivie] Hugo Banzer Suárez accède à la tête de l'État
Il y a 36 ans, soit en 1978: [Kenya] Daniel arap Moi accède à la tête de l'État
Il y a 19 ans, soit en 1995: [Éthiopie] Negaso Gidada accède à la tête de l'État
Il y a 14 ans, soit en 2000: [Somalie] Abdullahi Derow Isaq accède à la tête de l'État
Il y a 1 ans, soit en 2013: [Zimbabwe] Robert Gabriel Mugabe accède à la tête de l'État
 Dir: Jean-Herman Guay Faculté des lettres et sciences humaines       Version 9.6 2014    ©Tous droits protégés     Bilan du siècle   Dimension