16 juin 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   





  • Chronologie contemporaine des principaux événements politiques
  • Liste des dirigeants politiques depuis 1945
  • Indice de corruption (Transparency International)
  • Évolution du niveau de démocratie de 1867 à 2011
  • Groupes armés non-étatiques

    Faction militaire (forces loyales à Gervais Nyangoma)

    Année(s) de combats: 1965
    Motif idéologique prépondérant: Nationaliste Militaire

    Depuis son accession à l'indépendance, en 1962, le Burundi vit dans un climat de violence et de tensions entre les Hutus, l'ethnie majoritaire, et les Tutsis, qui contrôlent la vie politique. L'assassinat du premier ministre hutu Pierre Ngendandumwe par un tireur tutsi, en janvier 1965, exacerbe les tensions ethniques. De plus, les législatives de mai 1965, les premières depuis l'indépendance, se soldent par l'élection d'une nette majorité de candidats hutus. Malgré cela, le souverain Mwambutsa IV désigne Léopold Biha, un Tutsi, le groupe ethnique minoritaire dominant la vie politique du pays, au poste de premier ministre. Le 18 octobre 1965, des Hutus exécutent un coup d'État. Le roi quitte le pays, mais les Tutsis conserveront la mainmise sur l'appareil politique.

    Ne sont recensés ici que les conflits ayant provoqué en une année plus de 25 morts. Il peut s'agir de conflits entre États, mais le plus souvent il s'agit d'une opposition entre un État et un groupe armé non-étatique, le terme pour désigner un groupe qui utilise la violence pour faire valoir ses objectifs. Les dates indiquent les années où le total de morts provoqués par le conflit dépasse le seuil de 25. Cette section de Perspective monde est en construction.

    Pour les autorités gouvernementales en place, ces groupes sont généralement considérés comme des groupes «terroristes». Ces groupes -ou des mouvements associés- peuvent cependant prendre le pouvoir au terme du processus d'affrontement. C'est évidemment le cas du Parti communiste chinois, ou du Viet minh, ou encore du Congrès national africain, mais c'est aussi le cas de factions militaires, comme celle d'Hugo Chavez au Venezuela, ou celle d'Augusto Pinochet au Chili.

    Pour un certain nombre de pays, il n'y a pas de conflits -tels que définis- recensés.

    Autres groupes, factions ou pays ayant des activités militaires:

  • Front de libération nationale (1997)
  • Conseil national pour la défense de la démocratie (1994-2003)
  • Parti pour la libération du peuple hutu (1991-1992,1997-2006,2008)
  • Faction militaire (forces loyales à Gervais Nyangoma) (1965)
  • Forces de libération nationale (1997-2006,2008)
  • Palipehutu-FNL (1997-2006,2008)



  • Liens internes

    Les objectifs de Perspective monde
    Son équipe au fil des ans
    Les sources et les mises à jour
    Récupérer des éléments de Perspective monde

    Pour en savoir plus

    Pour nous écrire un commentaire
    Pour nous suivre sur Facebook
    Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
    Dimension, sur le langage statistique R

    Liens externes

    Observatoire des politiques publiques
    Observatoire des Amériques
    Politique appliquée.tv
    Cahiers de recherche

    Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016