Université de Sherbrooke
École de politique appliquée     Jeudi 17 avril 2014      Accueil              
       
Pays | Statistiques | Années | Événements | Conflits | Organisations | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Valeurs | Jeux     

Un site pédagogique


Depuis 1945, le monde a changé. Des pays ont émergé, des régimes politiques sont tombés et des centaines d'évenements majeurs ont transformé nos sociétés. Pour mieux comprendre les phénomènes qui ont marqué le monde depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, pour trouver des statistiques démographiques ou économiques, pour visualiser par des graphiques et des cartes la répartition de la richesse, utilisez le site Perspective monde.

Il ne s'agit pas d'un site spécialisé, mais d'un site pédagogique. On y a regroupé les données les plus importantes et les plus fréquemment utilisées par les étudiants et le grand public. Les informations, les illustrations graphiques ou les cartes peuvent être récupérées et reproduites sans permission ou restriction dans la mesure où la source est identifiée et dans le mesure où les récupérations demeurent ponctuelles.

Des données accessibles

Pays

Accédez à une foule d'informations sur plus de 150 pays. Des cartes, des graphiques, des statistiques, des données historiques et politiques, etc.

Statistiques

200 statistiques, regroupées en quinze grands thèmes, touchant presque tous les pays et qu'on peut voir sous forme d'histogrammes, de nuages de points, de cartes, etc.

Événements

Plus de 1200 événements qui ont marqué l'histoire mondiale depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, présentés et expliqués en un coup d'oeil, des hyperliens et des chronologies.

Analyses

Presque 500 bulletins d'analyse sur l'actualité mondiale rédigés par des analystes en formation surpervisés par notre rédacteur en chef.

Documents

Des grands textes (conventions, discours, rapports, etc.) et une présentation des grandes organisations internationales des Nations Unies.

Glossaire

Une centaine de termes définis simplement et clairement. Illustrées, associées à des exemples, ces définitions permettent de mieux comprendre le monde depuis 1945.

Quiz  

Des jeux de type choix de réponses sur les drapeaux, les cartes et les capitales. Participez souvent et améliorez votre score.

Un site de référence


14 000 pages vues par jour, 100 000 par semaine. À l'échelle d'une année, c'est plus de 5 millions de pages vues! (Données de Google Analytics)

Le site est principalement utilisé en France (57%), au Canada (18%), en Belgique (5%), en Suisse (3%) . Il a une vocation pédagogique reconnue dans des écoles, des lycées, des collèges et des universités. Ajoutez le site à vos favoris!

Un site en évolution, appuyé par l'Université de Sherbrooke et la Faculté des lettres et sciences humaines!

Vous souhaitez nous souligner une erreur, formulez un commentaire, proposez un ajout... communiquez avec nous


Dans l'actualité


Égypte : une économie asphyxiée, une destination délaissée

Marc-Olivier Grandmaître,
analyste en formation,
École de politique appliquée

Le 16 février 2014, le secteur du tourisme en Égypte subissait un autre coup dur, s'ajoutant à la longue liste de maux qui ne cessent de tourmenter sa prospérité. Alors que ce pays est déjà sous l'asphyxie des répercussions économiques de la révolution arabe depuis 2011, un attentat survenu dans un autobus de tourisme ne vient qu'altérer la situation. L'attaque à la bombe, revendiquée par le groupe djihadiste Sinaï Ansar Baït al Mkadis, a surpris la communauté internationale par sa violence dirigée intentionnellement vers des étrangers (1). En effet, le groupe affilié à Al-Qaïda a lancé un ultimatum aux touristes en les avisant de quitter le pays sous peine de subir à nouveau des attaques ciblant les « intérêts économiques égyptiens (2)».

L'économie du pays, grandement touchée à la suite de la chute du président Hosni Moubarak, se retrouve désormais sur le bord du gouffre. Le tourisme, qui représente l'un des secteurs principaux de l'économie égyptienne, est gravement menacé. Selon un cheikh égyptien : « la situation est de plus en plus hors de contrôle. Les touristes étaient de plus en plus rares, ils ne vont plus venir du tout désormais (3).»

Les impacts de la révolution du Nil sur l'économie égyptienne

Le Groupe de la Banque mondiale de développement (BAD) confirme les inquiétudes d'une multitude de marchands qui vivent essentiellement de l'industrie du tourisme. Depuis les débuts du printemps arabe de 2011, la croissance économique a diminué drastiquement et le déficit budgétaire est anormalement haut. La BAD indique un taux de croissance à 2,2 % pour le cycle 2011-2012, comparativement à 5,1 % dans le cas de 2009-2010 (4). On parle d'une économie sous asphyxie avec une hausse du niveau des prix de 4,5 % pour 2012. Les réserves de change s'amoindrissent et la valeur de la livre égyptienne a chuté en flèche depuis la crise entourant le référendum constitutionnel de décembre 2012 (5).

À ce lourd bilan se combinent un taux d'inflation inquiétant de 7 % ainsi qu'un taux de chômage dépassant les 13 % pour juin 2013. Ce marasme économique a d'ailleurs entraîné une baisse des investissements directs étrangers qui ont atteint un solde négatif de 483 millions en 2011, pour toutefois remonter la pente en 2012 et grimper à 2,8 milliards de dollars (6).

Le tourisme, au coeur des tourments économiques

Depuis quelques mois, plusieurs endroits, autrefois fortement fréquentés par le flot de touristes qui envahissait le territoire égyptien, sont désormais des lieux désertés. Parmi ceux-ci, une ville située sur la rive du Nil en Haute-Égypte sort du lot. Il s'agit de Louxor, localité où les vestiges de l'Égypte pharaonique ont perdu en popularité en raison des tensions au sein du pays, situation exacerbée par l'écrasement d'une montgolfière survenu le 26 février 2013 qui occasionna la mort de 19 touristes (7).

Certains chiffres viennent confirmer les difficultés du tourisme en Égypte. En 2010, le pays recevait près de 14 millions de touristes, ce qui contribuait à 11,3 % du produit intérieur brut. En 2012, un écart à la baisse de près de 3 millions de touristes était constaté. Cependant, l'année 2013 fut marquée par une hausse de 2 millions, dévoilant ainsi une reprise du secteur (8).

L'attentat du 16 février n'est pas sans conséquence. Celui-ci survient pendant une phase de redressement économique et ne vient pas atténuer les doutes qui planaient déjà chez les touristes en regard de leur sécurité. L'attaque figure parmi les plus meurtrières menées depuis l'incident dans un hôtel à Taba, en 2004, qui avait tué 34 personnes (9).

En réplique à cette agression, l'ambassade française en Égypte a d'ailleurs mis en garde ses ressortissants de la menace terroriste qui pèse sur cette destination populaire (10). Toutefois, la frappe la plus dommageable pour le secteur du tourisme se produisit lorsque la Russie, allié politique de l'Égypte, demanda à ses citoyens de quitter le pays. Cette sollicitation, visant 2,4 millions de Russes, a assurément semé les bases déficitaires pour l'industrie et l'économie tout entière (11).

Madgy al-Adasi, un entrepreneur dans le domaine hôtelier, a perçu dans l'appel lancé aux touristes européens une sanction économique tacite à l'endroit du régime égyptien, et ce, dans le but de contraindre l'Égypte à accepter les termes des négociations avec l'Union européenne (12).

Une part des hommes d'affaires et investisseurs qui ont quitté le pays après la chute du régime Moubarak est désormais approchée par le gouvernement afin de revigorer les investissements et l'activité économique (13).

Les problèmes structurels et institutionnels s'entassent

Le 24 juin 2012, Mohamed Morsi, candidat à la présidence issu des Frères musulmans, est élu démocratiquement. La nouvelle Constitution, qui sera adoptée par référendum constitutionnel en décembre 2012, aura pour conséquence une division marquée de la population (14). Le 3 juillet 2013, le président est renversé par l'armée et la Constitution est suspendue. Une seconde Constitution est adoptée dans la foulée du renversement, mais l'opposition est forte et les Frères musulmans s'opposent fermement au siège militaire.

Les résultats du référendum sont pourtant sans équivoque, la grande majorité des électeurs s'affichèrent en faveur du projet constitutionnel (15).

L'instabilité politique qui perdure depuis la révolution du 25 janvier 2011 représente néanmoins un frein pour la reprise économique. Des critiques adressées à la gestion de la crise touristique, voire économique, ont été manifestées à l'endroit du pouvoir militaire. Ce dernier a notamment été accusé de mauvaise gestion après son refus du prêt présenté par le Fonds monétaire internationale, avant d'ultérieurement accepter les termes du prêt sous des clauses moins avantageuses pour l'État (16).

Un plan de relance pour lequel les attentes sont grandes a néanmoins été mis de l'avant pas Ahmed Galal, ministre des Finances, en janvier 2014. Un plan caractérisé par des emprunts massifs aux pays du Golfe, soit l'Arabie saoudite, le Koweït et les Émirats arabes unis, et par le risque économique qu'il propose (17). En effet, les risques sont notables étant donné l'ampleur du déficit de l'État et l'exubérance des dépenses publiques qui en découlent. Toutefois, ce serait des problèmes structurels qui occasionneraient les retards économiques, tels que l'incertitude politique et la lacune de la primauté du droit (18).

Durant la brève période politique occupée par Mohamed Morsi, le parti Al-Nour a contribué à la baisse du tourisme en Égypte. En s'affichant contre la consommation d'alcool et le port de bikinis dans les endroits fréquentés par les touristes, le parti a participé au délaissement du pays. Les Frères musulmans, de leur côté, se sont contentés de réitérer leur désir du respect des valeurs culturelles du pays (19).

Malgré le bilan pour le moins sombre, le gouvernement Morsi s'emploie à dénouer l'impasse économique. Il a, entre autres, mis de l'avant un programme de réforme des subventions énergétiques en octobre 2012 (20). On observe également une augmentation du flot de touristes pour 2013 ce qui augure bien, en principe, pour l'année 2014.

Finalement, le gouvernement canadien affirmait travailler de pair, en 2013, avec l'ambassade égyptienne pour redonner confiance aux Canadiens vis-à-vis leur sécurité (21). Le creux qu'a connu l'industrie touristique depuis quelques années en Égypte est donc sans aucun doute dans la mire des dirigeants. Cependant, le cul-de-sac est encore loin d'être résorbé.




Accès à l'article complet, références comprises. Vous y trouverez également une chronologie du pays concerné.


Des événements en perspective


Il y a 68 ans, soit le 17 avril 1946: Proclamation d'indépendance de la Syrie

Cinq ans après avoir obtenu son indépendance des Forces françaises libres, en 1941, la Syrie se soustrait de la tutelle française. Ses dirigeants proclament l'indépendance le 17 avril 1946 alors que les dernières troupes françaises quittent le pays.

Des réalités à explorer

Des graphiques à interpréter





Et plus encore.

Il y a 65 ans, soit en 1949: [Syrie] Husni al-Zaim accède à la tête du gouvernement.
Il y a 61 ans, soit en 1953: [Pakistan] Mohammad Ali Bogra accède à la tête du gouvernement.
Il y a 53 ans, soit en 1961: [Éthiopie] Teshafi Aklilu Abte-Wold accède à la tête du gouvernement.
Il y a 42 ans, soit en 1972: [Turquie] Ferit Melen accède à la tête du gouvernement.
Il y a 39 ans, soit en 1975: [Cambodge] Penn Nouth accède à la tête du gouvernement.
Il y a 21 ans, soit en 1993: [Niger] Mahamadou Issoufou accède à la tête du gouvernement.
Il y a 19 ans, soit en 1995: [Estonie] Tiit Vähi accède à la tête du gouvernement.
Il y a 11 ans, soit en 2003: [Finlande] Anneli Tuulikki Jäätteenmäki accède à la tête du gouvernement.
Il y a 10 ans, soit en 2004: [Espagne] José Luis Rodríguez Zapatero accède à la tête du gouvernement.
Il y a 6 ans, soit en 2008: [Kenya] Raila Amolo Odinga accède à la tête du gouvernement.
Il y a 2 ans, soit en 2012: [Mali] Cheick Modibo Diarra accède à la tête du gouvernement.
Il y a 47 ans, soit en 1967: [Canada] Roland Michener accède à la tête de l'État
Il y a 43 ans, soit en 1971: [Bangladesh] Sayeed Nazrul Islam accède à la tête de l'État
Il y a 39 ans, soit en 1975: [Cambodge] Prince Norodom Sihanouk accède à la tête de l'État
Il y a 21 ans, soit en 1993: [Turquie] Hüsamettin Cindoruk accède à la tête de l'État
 Dir: Jean-Herman Guay Faculté des lettres et sciences humaines       Version 9.6 2014    ©Tous droits protégés     Bilan du siècle   Dimension