Université de Sherbrooke
École de politique appliquée     Mardi 24 mai 2016      Accueil              
       
Pays | Statistiques | Années | Événements | Conflits | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Valeurs | Jeux     


Un site pédagogique


Depuis 1945, le monde a changé. Des pays ont émergé, des régimes politiques sont tombés et des centaines d'évenements majeurs ont transformé nos sociétés. Pour mieux comprendre les phénomènes qui ont marqué le monde depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, pour trouver des statistiques démographiques ou économiques, pour visualiser par des graphiques et des cartes la répartition de la richesse, utilisez le site Perspective monde.

Il ne s'agit pas d'un site spécialisé, mais d'un site pédagogique. On y a regroupé les données les plus importantes et les plus fréquemment utilisées par les étudiants et le grand public. Les informations, les illustrations graphiques ou les cartes peuvent être récupérées et reproduites sans permission ou restriction dans la mesure où la source est identifiée et dans le mesure où les récupérations demeurent ponctuelles.

Des données accessibles

Pays

Accédez à une foule d'informations sur plus de 150 pays. Des cartes, des graphiques, des statistiques, des données historiques et politiques, etc.

Statistiques

200 statistiques, regroupées en quinze grands thèmes, touchant presque tous les pays et qu'on peut voir sous forme d'histogrammes, de nuages de points, de cartes, etc.

Événements

Plus de 1200 événements qui ont marqué l'histoire mondiale depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, présentés et expliqués en un coup d'oeil, des hyperliens et des chronologies.

Analyses

Presque 500 bulletins d'analyse sur l'actualité mondiale rédigés par des analystes en formation surpervisés par notre rédacteur en chef.

Documents

Des grands textes (conventions, discours, rapports, etc.) et une présentation des grandes organisations internationales des Nations Unies.

Glossaire

Une centaine de termes définis simplement et clairement. Illustrées, associées à des exemples, ces définitions permettent de mieux comprendre le monde depuis 1945.

Quiz  

Des jeux de type choix de réponses sur les drapeaux, les cartes et les capitales. Participez souvent et améliorez votre score.

Un site de référence


14 000 pages vues par jour, 100 000 par semaine. À l'échelle d'une année, c'est plus de 5 millions de pages vues! (Données de Google Analytics)

Le site est principalement utilisé en France (57%), au Canada (18%), en Belgique (5%), en Suisse (3%) . Il a une vocation pédagogique reconnue dans des écoles, des lycées, des collèges et des universités. Ajoutez le site à vos favoris!

Un site en évolution, appuyé par l'Université de Sherbrooke et la Faculté des lettres et sciences humaines!

Vous souhaitez nous souligner une erreur, formulez un commentaire, proposez un ajout... communiquez avec nous


Dans l'actualité


Iran - Arabie Saoudite : des décennies de relations abruptes

Catherine Laflamme,
analyste en formation,
École de politique appliquée

L'Iran et l'Arabie Saoudite sont deux pays guidés par des dirigeants islamistes. L'Iran est principalement chiite, le chiisme se référant à un courant de l'Islam (1). Quant à elle, l'Arabie Saoudite est dirigée par une monarchie sunnite, un autre courant de l'Islam (2). Les différences religieuses, culturelles et identitaires amènent beaucoup d'opposition dans cette région du Moyen-Orient.

Entre l'Arabie Saoudite et l'Iran, il y a beaucoup de tensions ainsi que de multiples conflits qui sont constants et persistants. En effet, la rivalité entre les pays voisins est vieille d'environ 35 ans (3). D'ailleurs, le conflit a principalement pris source lors de la révolution iranienne de 1979 (4).

L'opposition entre les deux États rivaux est d'ordre économique, religieux, géopolitique, mais aussi diplomatique (5). Les relations diplomatiques sont par le fait même teintées d'une tension et marquées par des interruptions depuis les années 1980.

1979 : naissance de la dispute

Les conflits entre l'Arabie Saoudite et l'Iran remontent à très longtemps. Plus récemment, un des conflits majeurs à la base des relations complexes entre les deux États est la révolution iranienne de 1979 (6). Le régime pro-américain du chah d'Iran a été renversé et l'ayatollah Ruhollah Khomeyni a pris le pouvoir en février 1979 (7). Celui-ci voulait exporter la révolution islamique chiite dans le monde musulman. Ainsi naquit l'inquiétude de l'Arabie Saoudite qui était un leader sunnite, majoritairement présent dans le monde arabe. Mais l'Iran n'est pas parvenue à exporter la révolution en dehors de ses frontières, ce qui, au final, a conforté l'Arabie Saoudite. Par contre, les tensions et les désaccords dans la région se perpétuent entre les deux puissances.

À l'été 1987, de vives tensions subsistent entre l'Arabie Saoudite, alliée des États-Unis, ainsi que l'Iran, ennemi des Américains (8). Des affrontements ont eu lieu entre des pèlerins iraniens ainsi que les forces de l'ordre saoudiennes dans la ville de La Mecque, en Arabie Saoudite. Ces attaques ont causé la mort d'environ 400 personnes, principalement des Iraniens (9).

Selon le journaliste Pierre Weill, la foule était en colère à Téhéran, capitale de l'Iran. En effet, le 3 août 1987, il affirma sur France international que : « À Téhéran hier, des centaines de milliers de personnes ont manifesté en criant vengeance. Le gouvernement iranien avait décrété que ce dimanche était journée de haine contre les États-Unis. Le président du parlement iranien a demandé à la foule de détruire le régime saoudien et de venger le sang des martyrs de la Mecque (10). »

Pour l'Iran, l'Arabie Saoudite était un acteur qui : « favorise l'impérialisme américain entravant le pèlerinage des fidèles chiites, et détenteur d'une vision fausse de l'Islam (11) ». Finalement, après plusieurs mois de tensions, il y eut une rupture diplomatique entre les deux États.

Alliances et retour du nucléaire

Cette tension et cette rivalité n'ont jamais vraiment disparu, elles se ressentent et se perpétuent encore aujourd'hui dans les relations entre les deux pays ainsi qu'au Moyen-Orient.

Lors des révolutions du printemps arabe, l'Iran a soutenu son allié, le président syrien Bachar al-Assad, tandis que les Saoudiens ont soutenu l'opposition, soit le Front islamique (12). Celui-ci est formé d'un rassemblement de différents groupes de combattants qui cherchent à installer en Syrie un gouvernement sunnite (13). Les pays se sont engagés dans des guerres par procuration. Le soutien aux différents groupes et alliés en Syrie augmente une fois de plus les tensions. Les rivalités se creusent et des guerres civiles s'ensuivent.

D'autres guerres par procuration, comme celles du Yémen et du Bahreïn, sont existantes et justifiées par la rivalité de longue date entre chiites et sunnites.

Par ailleurs, après plus de dix ans de sanctions de la part de la communauté internationale, l'Iran a connu en 2015 la fin des négociations ainsi qu'un accord sur sa production d'énergie nucléaire (14). L'accord effectué entre l'Iran et les pays du « P5 + 1 » (États-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni, Allemagne) « consiste à mettre en place des restrictions envers l'Iran afin de garantir que le programme nucléaire iranien n'aura pas de débouchés militaires (15) ». En échange, les sanctions économiques en place depuis plusieurs années, et qui asphyxient l'économie iranienne, seront levées. Cela est profitable pour l'Iran, mais ne l'est pas pour son rival l'Arabie Saoudite.

L'Arabie Saoudite se sentait déjà menacée par la possession du nucléaire iranien et, à la suite de cet accord, son sentiment s'est renforcé (16). Celle-ci se sent effrayée par cette annonce, puisqu'elle craint l'assouplissement des sanctions qui avaient été imposées à Téhéran il y a une dizaine d'années, ce qui lui permettrait de soutenir davantage les groupes chiites au Moyen-Orient (17). Les Saoudiens craignent aussi que l'Iran n'honore pas l'accord qui a été déterminé, ce qui conduirait à une course aux armements nucléaires dans cette région du monde (18). Perpétuant ainsi les querelles, les menaces et les tensions liées au pouvoir, entre les rivaux.

Assassinat et rupture diplomatique

Le 2 janvier 2016, l'ambassade saoudienne à Téhéran a été la proie d'un incendie, à la suite de l'exécution en Arabie Saoudite d'un important dignitaire chiite appelé Cheikh Al-Nimr (19). Pour répliquer à ces événements, l'Arabie Saoudite annonça qu'elle cessait les relations diplomatiques avec son voisin iranien (20).

Cheikh Al-Nimr, un dissident politique saoudien, était à l'origine d'une crainte dans son pays natal : la scission de l'est du pays. Al-Nimr proposait de fusionner cette région avec le Bahreïn, État majoritairement chiite, mais dirigé par des sunnites (21). L'Arabie Saoudite a alors considéré le prédicateur comme une menace. Il était même perçu comme un terroriste aux yeux des Saoudiens.

Le Cheikh Al-Nimr a été exécuté, samedi le 2 janvier 2016 (22). De plus, 46 autres personnes ont aussi connu la mort. Parmi celles-ci, il y avait des combattants d'Al Qaïda ainsi que quelques militants chiites accusés de violences lors des manifestations. L'exécution du dissident politique saoudien a soulevé la colère dans le monde chiite, principalement en Iran, mais aussi au Liban, au Yémen, en Irak, etc. À cet effet, à Téhéran, des manifestants sont entrés dans l'ambassade saoudienne dans le but de saccager les lieux, les fenêtres ainsi que des meubles. Il y eut des protestations contre l'exécution de l'éminent responsable religieux chiite, qui se battait depuis longtemps pour les droits des minorités chiites dans le royaume d'Arabie Saoudite. Téhéran a affirmé que la politique saoudienne subirait les conséquences des gestes irresponsables qui ont été posés.

À la suite de ces événements, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Hossein Jaberi-Ansari, a affirmé que : « Le gouvernement Saoudien devra payer pour la poursuite de cette politique (23). » Après ces déclarations, la capitale de l'Arabie Saoudite avait convoqué l'ambassadeur d'Iran pour affirmer son désaccord. À la suite de ces difficultés et des discours des hommes politiques, l'Arabie Saoudite a annoncé, dimanche le 3 janvier 2016, qu'elle rompait ses relations diplomatiques avec l'Iran pour la deuxième fois de son histoire.

L'avenir des relations entre l'Iran et l'Arabie Saoudite reste donc inconnu et incertain, et il est difficile de savoir si une atténuation des tensions pourrait s'installer. Les relations complexes qu'ils ont, leur désir d'expansion et de contrôle dans la région du monde la plus volatile, en plus de leur instabilité économique et politique, amènent même une série de questionnements quant à la continuité de leur relation avec la communauté internationale.




Accès à l'article complet, références comprises. Vous y trouverez également une chronologie du pays concerné.


Des événements en perspective


Il y a 52 ans, soit le 24 mai 1964:
Émeute dans un stade de soccer au Pérou

Une partie de soccer préparatoire aux Jeux olympiques de 1964 oppose l'Argentine et le Pérou dans le stade national de Lima. Elle dégénère en émeute lorsque l'arbitre refuse un but au Pérou. Le bilan est lourd : 318 morts et environ 1000 blessés.

Des réalités à explorer


                  Profil historique et politique
                  Une carte statique et dynamique
                  Leaders politiques au fil du temps
                  Portrait du commerce international

Des graphiques à interpréter





Et plus encore.

Il y a 68 ans, soit en 1948: [Taiwan] Wong Wen-hao accède à la tête du gouvernement.
Il y a 41 ans, soit en 1975: [Liban] Nureddin Rifai accède à la tête du gouvernement.
Il y a 33 ans, soit en 1983: [Autriche] Alfred (Fred) Sinowatz accède à la tête du gouvernement.
Il y a 25 ans, soit en 1991: [Corée du Sud] Shin Hyon-hwak accède à la tête du gouvernement.
Il y a 24 ans, soit en 1992: [Thaïlande] Meechai Ruchupan accède à la tête du gouvernement.
Il y a 10 ans, soit en 2006: [Algérie] Abdelaziz Belkhadem accède à la tête du gouvernement.
Il y a 5 ans, soit en 2011: [Ouganda] Amama Mbabazi accède à la tête du gouvernement.
Il y a 43 ans, soit en 1973: [Israël] Ephraim Katzir accède à la tête de l'État
Il y a 35 ans, soit en 1981: [Équateur] Osvaldo Hurtado Larrea accède à la tête de l'État
Il y a 23 ans, soit en 1993: [Érythrée] Issayas Afeworki accède à la tête de l'État
Il y a 12 ans, soit en 2004: [Malawi] Bingu wa Mutharika accède à la tête de l'État
Il y a 3 ans, soit en 2013: [Équateur] Rafael Correa accède à la tête de l'État
 Dir: Jean-Herman Guay Faculté des lettres et sciences humaines       Version 10.7 2015    ©Tous droits protégés     Bilan du siècle   Dimension