Université de Sherbrooke
École de politique appliquée     Dimanche 26 octobre 2014      Accueil              
       
Pays | Statistiques | Années | Événements | Conflits | Organisations | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Valeurs | Jeux     

Un site pédagogique


Depuis 1945, le monde a changé. Des pays ont émergé, des régimes politiques sont tombés et des centaines d'évenements majeurs ont transformé nos sociétés. Pour mieux comprendre les phénomènes qui ont marqué le monde depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, pour trouver des statistiques démographiques ou économiques, pour visualiser par des graphiques et des cartes la répartition de la richesse, utilisez le site Perspective monde.

Il ne s'agit pas d'un site spécialisé, mais d'un site pédagogique. On y a regroupé les données les plus importantes et les plus fréquemment utilisées par les étudiants et le grand public. Les informations, les illustrations graphiques ou les cartes peuvent être récupérées et reproduites sans permission ou restriction dans la mesure où la source est identifiée et dans le mesure où les récupérations demeurent ponctuelles.

Des données accessibles

Pays

Accédez à une foule d'informations sur plus de 150 pays. Des cartes, des graphiques, des statistiques, des données historiques et politiques, etc.

Statistiques

200 statistiques, regroupées en quinze grands thèmes, touchant presque tous les pays et qu'on peut voir sous forme d'histogrammes, de nuages de points, de cartes, etc.

Événements

Plus de 1200 événements qui ont marqué l'histoire mondiale depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, présentés et expliqués en un coup d'oeil, des hyperliens et des chronologies.

Analyses

Presque 500 bulletins d'analyse sur l'actualité mondiale rédigés par des analystes en formation surpervisés par notre rédacteur en chef.

Documents

Des grands textes (conventions, discours, rapports, etc.) et une présentation des grandes organisations internationales des Nations Unies.

Glossaire

Une centaine de termes définis simplement et clairement. Illustrées, associées à des exemples, ces définitions permettent de mieux comprendre le monde depuis 1945.

Quiz  

Des jeux de type choix de réponses sur les drapeaux, les cartes et les capitales. Participez souvent et améliorez votre score.

Un site de référence


14 000 pages vues par jour, 100 000 par semaine. À l'échelle d'une année, c'est plus de 5 millions de pages vues! (Données de Google Analytics)

Le site est principalement utilisé en France (57%), au Canada (18%), en Belgique (5%), en Suisse (3%) . Il a une vocation pédagogique reconnue dans des écoles, des lycées, des collèges et des universités. Ajoutez le site à vos favoris!

Un site en évolution, appuyé par l'Université de Sherbrooke et la Faculté des lettres et sciences humaines!

Vous souhaitez nous souligner une erreur, formulez un commentaire, proposez un ajout... communiquez avec nous


Dans l'actualité


La légalité de la guerre contre l'État islamique au coeur des débats à l'ONU

Étienne Olivier,
analyste en formation,
École de politique appliquée

C'est le 24 septembre 2014 que débutait la 69e session de l'Assemblée générale des Nations unies (ONU). Plusieurs crises majeures étaient à l'ordre du jour, mais c'est surtout la situation au Moyen-Orient qui a dominé les débats durant la séance.

Lors de son discours d'ouverture, le président des États-Unis, Barack Obama, a exhorté le monde entier à se rallier aux États-Unis dans la guerre contre les djihadistes du groupe armé connu sous le nom d'État islamique (EI). Celui-ci contrôle une large partie des territoires irakiens et syriens (1). La veille, une coalition internationale, menée par les Américains et leurs alliés arabes, avait entamé des frappes aériennes en Syrie, ce qui constitue une première intervention étrangère dans ce pays depuis le début de la guerre civile en 2011 (2).

Un groupe armé en pleine expansion

Les origines de l'EI remontent à 2003, alors que les États-Unis envahissaient l'Irak pour renverser le régime dictatorial de Saddam Hussein. Ce groupe est aujourd'hui composé de sunnites radicaux en provenance de Syrie et d'Irak, mais compte aussi des extrémistes occidentaux. On estime qu'il y a entre 10 000 et 50 000 combattants au sein de l'EI (3).

L'EI n'est pas un État au sens propre, mais plutôt une association de groupes terroristes qui ont pour objectif commun de rétablir un califat islamique sur l'ensemble des territoires contrôlés (4). Le chef de l'EI, Abu Bakr Al-Baghdadi, s'est autoproclamé « calife » le 29 juin 2014, au premier jour du Ramadan, appelant tous les musulmans à lui faire allégeance (5).

Le califat est un régime politique issu de l'époque du prophète Mohammed, le fondateur de l'islam. Le titre de calife désigne la personne à la tête du califat. Considéré comme le successeur du prophète, le calife est en quelque sorte le leader suprême du monde arabo-musulman, celui qui est chargé d'appliquer la loi islamique, ou charia, en terre musulmane (6).

La montée en puissance de l'État islamique est due à la marginalisation des communautés sunnites d'Irak durant le règne de l'ancien premier ministre chiite Nouri Al-Maliki (2006-2014). Face au mépris de Bagdad, la population sunnite s'est alors tournée vers les militants de l'EI, qui arrivaient dans les villages irakiens en prônant la libération par les armes (7). L'EI s'est par la suite étendu à la Syrie, pays contrôlé par un président autoritaire qui opprime la majorité sunnite (8).

La légalité de l'intervention militaire en Syrie et en Irak

Les frappes lancées contre les bases de l'EI sont au coeur du débat entourant la légalité de l'intervention armée. En Irak, le gouvernement de Bagdad, incapable d'endiguer les terroristes, a demandé l'aide de la coalition internationale menée par les États-Unis, conférant ainsi un cadre légal à l'intervention (9). L'aval du Conseil de sécurité des Nations unies n'est donc pas requis.

La situation en Syrie est beaucoup plus complexe. Le gouvernement de Bachar Al-Assad n'a jamais formellement sollicité l'assistance de la communauté internationale (10). La plupart des pays considèrent le régime d'Al-Assad comme illégitime depuis le début de la guerre civile en Syrie. Or, même si la Coalition nationale syrienne, l'opposition en exil, a été reconnue en tant que « représentant légitime du peuple syrien » par la communauté internationale, il reste qu'elle n'a jamais été considérée comme étant le gouvernement officiel de la Syrie. Sa requête ne saurait donc justifier une intervention militaire de la part de la coalition (11).

L'autorisation de l'ONU apparaît donc nécessaire dans le cas syrien. Ce scénario a cependant été écarté par la Russie depuis 2011. Une intervention militaire sans l'accord unanime des membres permanents du Conseil de sécurité constituerait alors un « acte d'agression » et violerait clairement le droit international.

Ainsi, comme l'affirme Marc Weller, professeur de droit international de l'Université de Cambridge, la base légale la plus susceptible d'être invoquée pour des actions contre l'EI en Syrie est liée à la campagne menée en Irak (12).

L'opération militaire en sol syrien peut alors être justifiée dans la mesure où elle s'inscrit dans le mandat conféré à la coalition internationale par les autorités irakiennes. Cet argument reste cependant fragile et risque d'être fortement contesté par les nations du monde.




Accès à l'article complet, références comprises. Vous y trouverez également une chronologie du pays concerné.


Des événements en perspective


Il y a 22 ans, soit le 26 octobre 1992: Tenue d'un référendum au Canada sur l'entente de Charlottetown

Lors d'un référendum pan-canadien, l'entente constitutionnelle de Charlottetown est rejetée par six provinces sur dix, dont le Québec. Sur l'ensemble du pays, le Non l'emporte avec une claire majorité de 54,8 % tandis que le Oui ne recueille que 45,2 % du vote.

Des réalités à explorer

Des graphiques à interpréter





Et plus encore.

Il y a 63 ans, soit en 1951: [Royaume-Uni] Winston Churchill accède à la tête du gouvernement.
Il y a 21 ans, soit en 1993: [Pologne] Waldemar Pawlak accède à la tête du gouvernement.
Il y a 20 ans, soit en 1994: [Guinée-Bissau] Manuel Saturnino da Costa accède à la tête du gouvernement.
Il y a 14 ans, soit en 2000: [Lituanie] Rolandas Paksas accède à la tête du gouvernement.
Il y a 54 ans, soit en 1960: [Salvador] Junte du gouvernement accède à la tête de l'État
Il y a 53 ans, soit en 1961: [Rwanda] Grégoire Kayibanda accède à la tête de l'État
Il y a 42 ans, soit en 1972: [Bénin] Mathieu Kérékou accède à la tête de l'État
Il y a 35 ans, soit en 1979: [Corée du Sud] Choi Kyu- hah accède à la tête de l'État
Il y a 14 ans, soit en 2000: [Côte-d'Ivoire] Laurent Gbagbo accède à la tête de l'État
 Dir: Jean-Herman Guay Faculté des lettres et sciences humaines       Version 9.6 2014    ©Tous droits protégés     Bilan du siècle   Dimension