Université de Sherbrooke
École de politique appliquée     Dimanche 21 septembre 2014      Accueil              
       
Pays | Statistiques | Années | Événements | Conflits | Organisations | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Valeurs | Jeux     

Un site pédagogique


Depuis 1945, le monde a changé. Des pays ont émergé, des régimes politiques sont tombés et des centaines d'évenements majeurs ont transformé nos sociétés. Pour mieux comprendre les phénomènes qui ont marqué le monde depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, pour trouver des statistiques démographiques ou économiques, pour visualiser par des graphiques et des cartes la répartition de la richesse, utilisez le site Perspective monde.

Il ne s'agit pas d'un site spécialisé, mais d'un site pédagogique. On y a regroupé les données les plus importantes et les plus fréquemment utilisées par les étudiants et le grand public. Les informations, les illustrations graphiques ou les cartes peuvent être récupérées et reproduites sans permission ou restriction dans la mesure où la source est identifiée et dans le mesure où les récupérations demeurent ponctuelles.

Des données accessibles

Pays

Accédez à une foule d'informations sur plus de 150 pays. Des cartes, des graphiques, des statistiques, des données historiques et politiques, etc.

Statistiques

200 statistiques, regroupées en quinze grands thèmes, touchant presque tous les pays et qu'on peut voir sous forme d'histogrammes, de nuages de points, de cartes, etc.

Événements

Plus de 1200 événements qui ont marqué l'histoire mondiale depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, présentés et expliqués en un coup d'oeil, des hyperliens et des chronologies.

Analyses

Presque 500 bulletins d'analyse sur l'actualité mondiale rédigés par des analystes en formation surpervisés par notre rédacteur en chef.

Documents

Des grands textes (conventions, discours, rapports, etc.) et une présentation des grandes organisations internationales des Nations Unies.

Glossaire

Une centaine de termes définis simplement et clairement. Illustrées, associées à des exemples, ces définitions permettent de mieux comprendre le monde depuis 1945.

Quiz  

Des jeux de type choix de réponses sur les drapeaux, les cartes et les capitales. Participez souvent et améliorez votre score.

Un site de référence


14 000 pages vues par jour, 100 000 par semaine. À l'échelle d'une année, c'est plus de 5 millions de pages vues! (Données de Google Analytics)

Le site est principalement utilisé en France (57%), au Canada (18%), en Belgique (5%), en Suisse (3%) . Il a une vocation pédagogique reconnue dans des écoles, des lycées, des collèges et des universités. Ajoutez le site à vos favoris!

Un site en évolution, appuyé par l'Université de Sherbrooke et la Faculté des lettres et sciences humaines!

Vous souhaitez nous souligner une erreur, formulez un commentaire, proposez un ajout... communiquez avec nous


Dans l'actualité


Élections en Inde : victoire de la droite nationaliste

Étienne Olivier,
analyste en formation,
École de politique appliquée

L'Inde a subi le 16 mai 2014 un véritable tsunami politique. L'Alliance progressiste unie (UPA), au pouvoir depuis dix ans, a essuyé une cuisante défaite lors des élections législatives. La victoire revient au Bharatiya Janata Party (BJP), le Parti du peuple indien, et à son chef, le nationaliste hindou Narendra Modi. Retour sur un scrutin décisif pour la plus populeuse démocratie du monde.

Défaite historique pour la dynastie Gandhi-Nehru

C'est la première fois depuis l'indépendance de l'Inde, en 1947, qu'un parti conservateur forme un gouvernement majoritaire (1). Le BJP a en effet remporté une majorité absolue de 282 sièges à la Lok Sabha, la Chambre basse du Parlement indien. Au total, le parti a obtenu 31% des suffrages et 52% des sièges, soit un bond de 12 points par rapport aux dernières élections générales (2).

La victoire des nationalistes met fin à la domination du Parti du Congrès, dirigé depuis 1907 par la lignée Gandhi-Nehru. Créé en 1885, le Parti du Congrès a profondément influencé l'Inde contemporaine et a été l'instrument politique de la lutte pour l'indépendance face à l'Empire britannique (3).

La campagne électorale de Rahul Gandhi, l'héritier de la famille, s'est soldée par un échec cinglant, le Parti du Congrès enregistrant la pire défaite de son histoire avec 44 sièges et 20% des suffrages (4). Lors des élections en 2009, le Parti du Congrès avait réussi à reconduire l'UPA au pouvoir en remportant 206 des 262 sièges de cette coalition. Les nationalistes du BJP formaient alors l'opposition officielle avec 116 sièges, 152 avec leurs alliés (5).

Le triomphe de Narendra Modi

Comment expliquer une telle débâcle? Il faut comprendre que la coalition, menée par le Parti du Congrès, s'est avérée incapable de relancer l'économie du pays. Celle-ci a atteint une croissance de 4,6% en 2013, alors qu'elle était à plus de 9% durant la dernière décennie (6).

Selon le politologue Christophe Jaffrelot, professeur à l'Institut d'études politiques de Paris, le Congrès paie le coût politique du ralentissement économique, d'autant plus que ce parti a été ébranlé par de nombreux scandales de corruption au cours des dernières années (7).

Pour ce spécialiste de l'Inde, les élections de 2014 constituent un « tournant » pour la scène politique indienne. L'absence d'un leader charismatique et dynamique, en la personne de Rahul Gandhi, a finalement dissuadé l'électorat d'appuyer le traditionnel parti au pouvoir. Dans un contexte économique difficile et face à ce manque de leadership, les Indiens se sont tournés vers celui qui prétend incarner le changement, Narendra Modi (8).

Modi est un personnage hautement controversé en Inde. Ministre en chef de l'État du Gujarat depuis 2001, il a été accusé d'avoir encouragé les émeutes antimusulmanes de 2002 dans la capitale régionale, Ahmedabad (9). Son implication dans les affrontements n'a jamais été formellement établie.

Modi s'est finalement imposé sur la scène politique fédérale en adoptant un style beaucoup plus populiste et consensuel qui rappelle vaguement les campagnes de Barack Obama (10). D'une part, il a beaucoup misé sur les réseaux sociaux et les dons en ligne. Le marketing politique mis de l'avant par Modi a joué un grand rôle dans son élection et a contribué à établir son image de « self-made-man » en politique (11). D'autre part, Modi a orienté sa campagne sur le développement économique et sur l'emploi, en défendant notamment le bilan économique du Gujarat, un État industrialisé qui affiche une croissance de l'ordre de 10% par année (12).

Pour sa part, Rahul Gandhi a donné sa démission comme vice-président du parti au lendemain de sa défaite (13). Ce dernier s'est avéré un candidat plutôt terne, voire « léthargique » durant la campagne (14). Certains estiment que le parti, présidé par sa mère Sonia Gandhi, a fait un pari risqué en le catapultant au sommet, lui qui n'a pratiquement aucune expérience en politique. Gandhi a effectivement paru faible dans sa maîtrise des enjeux (15). D'autres affirment que le parti devra tôt ou tard mettre à l'écart la famille Gandhi-Nehru à la tête du parti afin de renouer avec les électeurs (16).




Accès à l'article complet, références comprises. Vous y trouverez également une chronologie du pays concerné.


Des événements en perspective


Il y a 38 ans, soit le 21 septembre 1976: Assassinat de l'ex-ministre chilien Orlando Letelier

Arrêté et torturé après le coup d'État du 11 septembre 1973, l'ex-ministre Orlando Letelier est expulsé du Chili en 1974. Il s'établit par la suite aux États-Unis où il devient la principale voix d'opposition à la dictature militaire qui dirige son pays, avant d'être abattu à Washington en septembre 1976.

Des réalités à explorer

Des graphiques à interpréter





Et plus encore.

Il y a 57 ans, soit en 1957: [Thaïlande] Pote Sarasin accède à la tête du gouvernement.
Il y a 54 ans, soit en 1960: [Arabie Saoudite] Sa`ud ibn `Abd al-`Aziz Al Faysal Al Sa`ud accède à la tête du gouvernement.
Il y a 44 ans, soit en 1970: [Malaisie] Tun Abdul Razak bin Hussein accède à la tête du gouvernement.
Il y a 29 ans, soit en 1985: [Centrafricaine (rep)] André Dieudonné Kolingba accède à la tête du gouvernement.
Il y a 22 ans, soit en 1992: [Tadjikistan] Abdumalek Abdulajanov accède à la tête du gouvernement.
Il y a 59 ans, soit en 1955: [Argentine] José Domingo Molina Gómez accède à la tête de l'État
Il y a 57 ans, soit en 1957: [Norvège] Olag V accède à la tête de l'État
Il y a 49 ans, soit en 1965: [Malaisie] Tuanku Ismail Nasiruddin Shah ibni al-Marhum accède à la tête de l'État
Il y a 44 ans, soit en 1970: [Malaisie] Tuanku Abdul Halim Muadzam Shah ibni al-Marhum accède à la tête de l'État
Il y a 42 ans, soit en 1972: [Philippines] Ferdinand Edralin Marcos accède à la tête de l'État
Il y a 29 ans, soit en 1985: [Centrafricaine (rep)] André Dieudonné Kolingba accède à la tête de l'État
 Dir: Jean-Herman Guay Faculté des lettres et sciences humaines       Version 9.6 2014    ©Tous droits protégés     Bilan du siècle   Dimension