Université de Sherbrooke
École de politique appliquée     Vendredi 6 mars 2015      Accueil              
       
Pays | Statistiques | Années | Événements | Conflits | Organisations | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Valeurs | Jeux     

Un site pédagogique


Depuis 1945, le monde a changé. Des pays ont émergé, des régimes politiques sont tombés et des centaines d'évenements majeurs ont transformé nos sociétés. Pour mieux comprendre les phénomènes qui ont marqué le monde depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, pour trouver des statistiques démographiques ou économiques, pour visualiser par des graphiques et des cartes la répartition de la richesse, utilisez le site Perspective monde.

Il ne s'agit pas d'un site spécialisé, mais d'un site pédagogique. On y a regroupé les données les plus importantes et les plus fréquemment utilisées par les étudiants et le grand public. Les informations, les illustrations graphiques ou les cartes peuvent être récupérées et reproduites sans permission ou restriction dans la mesure où la source est identifiée et dans le mesure où les récupérations demeurent ponctuelles.

Des données accessibles

Pays

Accédez à une foule d'informations sur plus de 150 pays. Des cartes, des graphiques, des statistiques, des données historiques et politiques, etc.

Statistiques

200 statistiques, regroupées en quinze grands thèmes, touchant presque tous les pays et qu'on peut voir sous forme d'histogrammes, de nuages de points, de cartes, etc.

Événements

Plus de 1200 événements qui ont marqué l'histoire mondiale depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, présentés et expliqués en un coup d'oeil, des hyperliens et des chronologies.

Analyses

Presque 500 bulletins d'analyse sur l'actualité mondiale rédigés par des analystes en formation surpervisés par notre rédacteur en chef.

Documents

Des grands textes (conventions, discours, rapports, etc.) et une présentation des grandes organisations internationales des Nations Unies.

Glossaire

Une centaine de termes définis simplement et clairement. Illustrées, associées à des exemples, ces définitions permettent de mieux comprendre le monde depuis 1945.

Quiz  

Des jeux de type choix de réponses sur les drapeaux, les cartes et les capitales. Participez souvent et améliorez votre score.

Un site de référence


14 000 pages vues par jour, 100 000 par semaine. À l'échelle d'une année, c'est plus de 5 millions de pages vues! (Données de Google Analytics)

Le site est principalement utilisé en France (57%), au Canada (18%), en Belgique (5%), en Suisse (3%) . Il a une vocation pédagogique reconnue dans des écoles, des lycées, des collèges et des universités. Ajoutez le site à vos favoris!

Un site en évolution, appuyé par l'Université de Sherbrooke et la Faculté des lettres et sciences humaines!

Vous souhaitez nous souligner une erreur, formulez un commentaire, proposez un ajout... communiquez avec nous


Dans l'actualité


35 ans de présidence de Theodoro Obiang : croissance économique et démocratie de façade pour la Guinée équatoriale

Yoan Lebel Gaudreault,
analyste en formation,
École de politique appliquée

Décriée par l'Organisation non gouvernementale (ONG) « Freedom House » comme ayant l'un des neuf régimes les plus répressifs au monde (1), la Guinée équatoriale est également le pays d'Afrique subsaharienne dont le chef d'État détient le record actuel de longévité (2). En poste depuis 1979, Theodoro Obiang Nguema Mbasogo s'est maintenu au pouvoir en remportant à trois reprises l'élection présidentielle et toujours par une forte majorité de plus de 95% (3). Pourtant, le personnage, à l'instar de son pays, reste méconnu.

Un passé violent

Après des études militaires en Espagne sous le régime de Francisco Franco (4), Obiang Nguema intègre le sanguinaire régime dictatorial de son oncle Francisco Macias, en tant que gouverneur militaire de l'ile de Bioko (5). Il fut également responsable de la prison de Black Beach où, encore aujourd'hui, de nombreux prisonniers politiques sont régulièrement torturés et maintenus dans des conditions inhumaines; pratiques qui auraient d'ailleurs été instaurées sous sa gouverne (6).

Obiang Nguema participa ainsi aux massacres perpétrés par le régime de Macias qui furent à l'origine de l'émigration massive de ressortissants équato-guinéens vers les pays voisins (7); un dur coup pour une économie moribonde qui semblait n'aller nulle part à cette époque (8). En 1979, Obiang Nguema orchestra un coup d'État afin de chasser son oncle du pouvoir et prendre les commandes du pays (9).

Le « boom pétrolier »

Les premières années d'Obiang Nguema à la présidence furent plus difficiles, si bien que la Guinée équatoriale était dépendante de l'aide financière internationale, notamment du Maroc (10). Toutefois, à la fin des années 1990, l'exploitation de pétrole « offshore » par des entreprises américaines s'avére rentable pour le gouvernement Obiang Nguema qui entreprend, dès lors, un vaste chantier d'infrastructures afin de moderniser Malabo, la capitale insulaire du pays (11). Ce qui fait qu'à partir de ce moment, la Guinée équatoriale devient attirante pour les capitaux étrangers, mais également pour la main-d'oeuvre spécialisée venant de Chine, de France ainsi que des pays limitrophes, afin de répondre à la demande engendrée par le grand plan d'infrastructures (12).

Ce petit pays de 757 000 habitants est non seulement devenu le troisième plus grand producteur de pétrole d'Afrique, mais également l'un des principaux fournisseurs des États-Unis (13). Par ailleurs, les liens qu'entretiennent les Américains avec le régime d'Obiang Nguema sont sérieux et les échanges vont au-delà du secteur pétrolier. En effet, c'est l'entreprise privée de l'ancien secrétaire de la Défense américaine Donald Rumsfeld, la Military Professional Resources Inc. (MPRI), qui s'occupe de la sécurité maritime de la Guinée équatoriale et des installations des entreprises américaines (14). La MPRI garantit non seulement la sécurité maritime du pays, mais s'occupe également de la formation du personnel militaire équato-guinéen (15). Cette alliance avec le géant américain est donc vitale d'un point de vue économique, mais également sécuritaire pour le gouvernement Obiang Nguema.

Démocratie de façade et corruption

À première vue, le bilan d'Obiang Nguema parait bien. Le PIB par habitant est passé de 1191 $US en 1995 à près de 22 404 $US en 2013 (16), soit un résultat similaire à celui de la République tchèque (17). Ce qui s'explique par le fait que le taux de croissance du PIB s'est maintenu à un niveau élevé, nettement supérieur à 10%, pendant les dix premières années du XXIe siècle (18).

Mais cette richesse créée par l'effervescence du secteur pétrolier ne semble pas profiter à tous, puisque 77% de la population vivait sous le seuil de pauvreté en 2011 et que le taux de mortalité infantile n'a cessé d'augmenter depuis la fin des années 1990 (19). Cela s'expliquerait par l'instauration d'un important réseau de corruption établi par le président Obiang et son entourage, selon « Transparency International » (20). Ce réseau est manifeste et ne semble pas gêner les représentants de l'État. Par exemple, le ministre de l'Agriculture et des Forêts, le fils d'Obiang Nguema, est également propriétaire d'une entreprise forestière (21).

Dans un pays où les contrats d'infrastructures sont attribués oralement par le président lui-même (22), il va de soi que le niveau d'ouverture démocratique est faible. Ce n'est que tout récemment, soit depuis 2008, que fut élu Placido Mico, premier député de l'opposition (23). Avant cela, des élections étaient tenues sans opposition, faisant en sorte que le président Obiang Nguema remportait la présidentielle par une écrasante majorité de 99,9% (24). Le régime d'Obiang Nguema est également accusé par de nombreuses ONG de détenir et de torturer des opposants politiques (25). L'ambassade américaine, avec qui le régime équato-guinéen entretient des liens étroits, a également corroboré les faits concernant l'emploi de torture par des représentants de l'ordre (26).

Au fil de ses années à la tête du pays, Obiang Nguema a construit une véritable « entreprise familiale » (27). Un de ses neveux siège au ministère du Trésor (28), son fils cadet est ministre des Mines et de l'Énergie et le frère aîné de celui-ci, Teodorin, a été nommé à titre de vice-président de la défense et de la sécurité afin d'obtenir l'immunité diplomatique et fuir les accusations de corruption qui pèsent contre lui en France (29). Cette nomination témoigne également de la volonté de l'actuel président d'assurer la succession à son fils Teodorin. La modification récente de la Constitution indique que le vice-président deviendra le successeur légitime au titre du président, advenant le départ de celui-ci (30).

Après 35 années au pouvoir, le président Obiang Nguema ne semble pas vouloir s'écarter du pouvoir de sitôt. Mais peu importe s'il brigue un autre mandat ou si son fils le remplacera, l'avenir de la gouvernance de la Guinée équatoriale ne s'annonce pas de tout repos pour « l'entreprise familiale », avec la chute des prix du pétrole qui a tout récemment plongé le pays dans une période de récession (31).




Accès à l'article complet, références comprises. Vous y trouverez également une chronologie du pays concerné.


Des événements en perspective


Il y a 58 ans, soit le 6 mars 1957: Proclamation de l'indépendance du Ghana

Le Ghana, une ancienne colonie britannique connue sous le nom de « Gold Coast » (Côte-de-l'or), proclame officiellement son indépendance le 6 mars 1957. Il s'agit d'une première pour un pays de l'Afrique noire.

Des réalités à explorer

Des graphiques à interpréter





Et plus encore.

Il y a 70 ans, soit en 1945: [Roumanie] Petru Groza accède à la tête du gouvernement.
Il y a 58 ans, soit en 1957: [Ghana] Kofi Kwame Nkrumah accède à la tête du gouvernement.
Il y a 57 ans, soit en 1958: [Cuba] Emilio Núñez Portuondo accède à la tête du gouvernement.
Il y a 36 ans, soit en 1979: [Congo (rep. dem.)] Bo-Boliko Lokonga Mihambo accède à la tête du gouvernement.
Il y a 20 ans, soit en 1995: [Pologne] Józef Oleksy accède à la tête du gouvernement.
Il y a 19 ans, soit en 1996: [Turquie] Ahmet Mesut Yilmaz accède à la tête du gouvernement.
Il y a 3 ans, soit en 2012: [Congo (rep. dem.)] Louis Alphonse Koyagialo accède à la tête du gouvernement.
Il y a 58 ans, soit en 1957: [Ghana] Charles Arden-Clarke accède à la tête de l'État
Il y a 51 ans, soit en 1964: [Grèce] Constantin II accède à la tête de l'État
Il y a 23 ans, soit en 1992: [Azerbaïdjan] Yaqub Cavad oglu Mamadov accède à la tête de l'État
Il y a 18 ans, soit en 1997: [Guyana] Samuel Archibald Anthony Hinds accède à la tête de l'État
Il y a 16 ans, soit en 1999: [Bahreïn] Hamad ibn Isa Al Khalifa accède à la tête de l'État
Il y a 7 ans, soit en 2008: [Bosnie-Herzégovine] Haris Silajdzic accède à la tête de l'État
Il y a 5 ans, soit en 2010: [Bosnie-Herzégovine] Haris Silajdzic accède à la tête de l'État
 Dir: Jean-Herman Guay Faculté des lettres et sciences humaines       Version 9.6 2014    ©Tous droits protégés     Bilan du siècle   Dimension