Université de Sherbrooke, Faculté des lettres et sciences humaines, École de politique appliquée Accueil 29 juillet 2016
Pays | Statistiques | Années | Événements | Conflits | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Valeurs | Jeux


Un site pédagogique


Depuis 1945, le monde a changé. Des pays ont émergé, des régimes politiques sont tombés et des centaines d'évenements majeurs ont transformé nos sociétés. Pour mieux comprendre les phénomènes qui ont marqué le monde depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, pour trouver des statistiques démographiques ou économiques, pour visualiser par des graphiques et des cartes la répartition de la richesse, utilisez le site Perspective monde.

Il ne s'agit pas d'un site spécialisé, mais d'un site pédagogique. On y a regroupé les données les plus importantes et les plus fréquemment utilisées par les étudiants et le grand public. Les informations, les illustrations graphiques ou les cartes peuvent être récupérées et reproduites sans permission ou restriction dans la mesure où la source est identifiée et dans le mesure où les récupérations demeurent ponctuelles.

Des données accessibles

Pays

Accédez à une foule d'informations sur plus de 150 pays. Des cartes, des graphiques, des statistiques, des données historiques et politiques, etc.

Statistiques

260 statistiques, regroupées en quinze grands thèmes, touchant presque tous les pays et qu'on peut voir sous forme d'histogrammes, de nuages de points, de cartes, etc.

Événements

Plus de 1400 événements qui ont marqué l'histoire mondiale depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, présentés et expliqués en un coup d'oeil, des hyperliens et des chronologies.

Analyses

Plus de 1000 bulletins d'analyse sur l'actualité mondiale rédigés par des analystes en formation surpervisés par notre rédacteur en chef.

Documents

Des grands textes (conventions, discours, rapports, etc.) et une présentation des grandes organisations internationales des Nations Unies.

Glossaire

Une centaine de termes définis simplement et clairement. Illustrées, associées à des exemples, ces définitions permettent de mieux comprendre le monde depuis 1945.

Quiz  

Des jeux de type choix de réponses sur les drapeaux, les cartes et les capitales. Participez souvent et améliorez votre score.

Un site de référence


14 000 pages vues par jour, 100 000 par semaine. À l'échelle d'une année, c'est plus de 5 millions de pages vues! (Données de Google Analytics)

Le site est principalement utilisé en France (57%), au Canada (18%), en Belgique (5%), en Suisse (3%) . Il a une vocation pédagogique reconnue dans des écoles, des lycées, des collèges et des universités. Ajoutez le site à vos favoris!

Un site en évolution, appuyé par l'Université de Sherbrooke et sa Fondation, la Faculté des lettres et sciences humaines de même que des généreux donateurs.

Le site repose sur des pages dynamiques générées par une combinaison de technologie: Apache, Tomcat, MySQL, Java, Javascript et JQuery. La plupart des graphiques découlent d'une adaptation des modules développés par l'équipe de Highchart.com.

Vous souhaitez nous souligner une erreur, formulez un commentaire, proposez un ajout... communiquez avec nous


Dans l'actualité


25 ans plus tard : un retour sur l'héritage de Gorbatchev

Jonathan Naisby,
analyste en formation,
École de politique appliquée

L'année 2016 représente le 25e anniversaire de la chute de l'Union soviétique. S'effectuant sur une courte période de temps, les évènements menant à la fin de cet empire se sont succédé les uns après les autres. Un acteur est au coeur de ce bouleversement : Mikhaïl Gorbatchev.

Une puissance en mutation

L'Union des républiques socialistes soviétiques (URSS) connaît une succession rapide de dirigeants au début des années 1980. Iouri Andropov devient secrétaire général du Parti communiste de l'Union soviétique (PC) de 1982 à 1984. C'est d'ailleurs durant ces années que Mikhaïl Gorbatchev devient l'un des membres les plus actifs du Politburo (1). À la suite de la mort d'Andropov, en 1984, c'est Konstantin Tchernenko qui prend les rênes du PC en février de la même année. Celui-ci ne restera pas longtemps au pouvoir puisque l'on annonce, 13 mois plus tard, sa mort le 10 mars 1984. Alors grand favori à la succession de Tchernenko, Gorbatchev lui succède le lendemain, soit le 11 mars 1985. L'arrivée de Gorbatchev à 54 ans apporte un sentiment de renouveau au sein du Parti communiste.

À son arrivée au pouvoir, l'URSS éprouve plusieurs difficultés économiques. En effet, cette puissance économique connait une période de stagnation de la production depuis environ une quinzaine d'années (2). L'organisation du secteur industriel mène à des irrégularités dans l'approvisionnement et un dysfonctionnement dans les industries (3). Cette situation serait due au fait que le modèle économique du pays repose essentiellement sur une économie planifiée où les entreprises doivent atteindre les objectifs d'un plan à l'échelle nationale. N'étant pas capables d'atteindre ces objectifs et faisant face à de graves sanctions, les entreprises sont contraintes de surestimer leurs besoins et de sous-estimer leur capacité, ce qui nuit à la productivité de l'URSS (4). La production agricole connaît elle aussi plusieurs difficultés. Le système des sovkhozes et des kolkhozes n'apporte pas les résultats escomptés et les difficultés du climat nuisent à la production (5).

Tentatives de réformes majeures en politique intérieure

Face aux nombreux problèmes de l'URSS, Mikhaïl Gorbatchev tente de réformer les façons de faire et rendre le système soviétique plus efficient. Celui-ci met donc de l'avant deux concepts fondamentaux dans les réformes apportées pour relever l'État. Le premier concept est celui de la glasnost, ce qui veut dire « transparence » (6). Il consiste à promouvoir la liberté d'expression ainsi que la liberté de presse. La population a donc dorénavant le droit de critiquer le pouvoir en place et d'apporter des débats sur la place publique. Les dirigeants sont maintenant capables de prendre le pouls de la population et ainsi connaître l'opinion publique (7).

La glasnost est un élément essentiel dans l'instauration du deuxième concept, soit la perestroïka. Celle-ci consiste essentiellement à restructurer la politique soviétique. Cette restructuration débute par un changement des têtes dirigeantes du PC, le Politburo (8). Ensuite, Gorbatchev entame un changement de l'économie planifiée vers une économie de marché (9). Cette réforme économique a pour objectif de réduire les dépenses de l'État en donnant une plus grande autonomie à l'appareil productif (10).

S'enclenche par la suite une réforme institutionnelle par laquelle Mikhaïl Gorbatchev veut changer l'ancien régime de l'URSS, basé sur le monopole d'un seul parti, par le multipartisme (11). Celle-ci est principalement le fruit de la glasnost d'où, par le pluralisme des opinions, le pluralisme politique émerge (12). Cette nouvelle réalité au sein de l'Union soviétique aboutit à la création du Congrès des députés du peuple. La création de cette nouvelle institution vient séparer l'État du PC, puisque le monopole du Parti communiste est rayé de la Constitution (13). Deux chambres sont créées et les premières élections se déroulent le 26 mars 1989 afin d'élire les députés qui, dans certains cas, seront élus directement par la population. Gorbatchev deviendra par la suite chef du Soviet suprême, élu par les députés du Congrès (14).

Assouplissement des relations extérieures

Devant une situation économique difficile et ne pouvant plus faire face à la course aux armements avec les États-Unis, Gorbatchev entrera, dès le début de son mandat, en relation avec le président des États-Unis. À plusieurs reprises, les deux hommes politiques se rencontrent afin de discuter de la fin de la course aux armements (15). Ainsi, Mikhaïl Gorbatchev et le président américain Ronald Reagan signent, le 8 décembre 1987, un accord de diminution du stockage nucléaire (16).

L'année suivante, après 9 ans de guerre, Gorbatchev complétait le retrait des troupes de l'armée rouge en Afghanistan (17). Cette intervention soviétique aura coûté la vie à 15 000 hommes et représente la première défaite reconnue de l'URSS depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale (18).

À la suite de la démocratisation des institutions de l'URSS et de la plus grande place accordée à la liberté de parole dans la sphère publique, certaines républiques de l'URSS optent pour la fin du marxisme et l'indépendance envers l'Union. Les républiques baltes, soit la Lettonie, la Lituanie et l'Estonie, déclarent leur indépendance en 1990. Ce mouvement indépendantiste se propage à plusieurs autres républiques de l'Union soviétique (19). À la suite de cette vague, Gorbatchev propose par référendum un nouveau statut sur l'Union afin de permettre une certaine autonomie à ces républiques (20). Cependant, plusieurs d'entre elles boycottent ce référendum, ce qui consacre la perte de contrôle de l'URSS sur ces républiques (21).

L'éclatement de l'URSS

Voyant venir la fin de l'Union soviétique, un groupe de conservateurs du Parti communiste font un putsch en août 1991 contre Gorbatchev, à la veille de la signature du traité de la nouvelle union proposée par celui-ci (22). Ce putsch constitue un échec pour ses commanditaires, mais contraint Gorbatchev à démissionner de son poste de secrétaire général du PC. À la suite de ce putsch, plusieurs républiques soviétiques annoncent leur indépendance sans entrave de la part de l'URSS (23).

Le morcellement de l'URSS se fait au cours du mois de décembre 1991. Le 8 décembre, les présidents des Républiques de Russie, d'Ukraine et de Biélorussie se rencontrent pour signer l'Accord de Minsk qui dissout l'Union des républiques socialistes soviétiques pour la remplacer par la Communauté des États indépendants (24). Le 25 décembre, Mikhaïl Gorbatchev annonce sa démission. Disparaît avec son départ l'URSS, après plus de 75 ans d'existence.




Accès à l'article complet, références comprises. Vous y trouverez également une chronologie du pays concerné.


Dans le passé


Il y a 26 ans, soit le 29 juillet 1990:
Tenue d'élections démocratiques en Mongolie

Après plusieurs décennies de domination communiste, les Mongols participent à leurs premières élections législatives. Elles sont remportées par le Parti révolutionnaire du peuple mongol (PPRM) qui obtient 343 des 430 sièges au Grand Khoural.

Des réalités à explorer


                  Profil historique et politique
                  Une carte statique et dynamique
                  Leaders politiques au fil du temps
                  Portrait du commerce international

Des graphiques à interpréter



Pour en savoir plus



Pour en savoir plus

Et plus encore.

Il y a 68 ans, soit en 1948: [Finlande] Karl-August Fagerholm accède à la tête du gouvernement.
Il y a 40 ans, soit en 1976: [Italie] Giulio Andreotti accède à la tête du gouvernement.
Il y a 29 ans, soit en 1987: [Italie] Giovanni Giuseppe Goria accède à la tête du gouvernement.
Il y a 16 ans, soit en 2000: [Cap-Vert] António Gualberto do Rosário accède à la tête du gouvernement.
Il y a 16 ans, soit en 2000: [Pérou] Federico Salas accède à la tête du gouvernement.
Il y a 41 ans, soit en 1975: [Nigeria] Murtala Ramat Mohammed accède à la tête de l'État
Il y a 34 ans, soit en 1982: [Australie] Sir Ninian Martin Stephen accède à la tête de l'État
Il y a 31 ans, soit en 1985: [Ouganda] Tito Lutwa Okello accède à la tête de l'État
 Dir: Jean-Herman Guay Faculté des lettres et sciences humaines       Version 6/7/2016    ©Tous droits protégés     Bilan du siècle   Dimension