Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

9 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

17 January 2012

Élections en Jamaïque : victoire écrasante de l'opposition


Caroline Duteau
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

October
1983
Débarquement de troupes américaines à la Grenade

December
1982
Signature de la Convention des Nations unies sur le droit de la mer

Les Jamaïcains se sont massivement rendus aux urnes lors des législatives du 29 décembre 2011 et ont élu le Parti national du peuple (PNP), mené par Mme Portia Simpson Miller. Le parti de la nouvelle première ministre de l'île caribéenne l'emporte face au Parti travailliste (JLP) dirigé par Andrew Holness(1).

Un épisode dévastateur

Le PNP revient à la tête du gouvernement avec une large majorité puisqu'il occupera 41 des 63 sièges au Parlement(2). Cette victoire électorale marque le retour du PNP au pouvoir après avoir formé l'opposition principale pendant quatre ans. En effet, le PNP avait dirigé le pays pendant 18 années consécutives avant d'être évincé en 2007 par le Parti travailliste, alors dirigé par Bruce Golding(3).

Les élections législatives jamaïcaines étaient prévues pour septembre 2012, mais Andrew Holness, en poste depuis octobre, avait choisi de devancer le scrutin afin de garantir sa légitimité(4). Le premier ministre sortant était devenu chef du gouvernement après la démission de Bruce Golding, l'ancien chef des travaillistes.

Bruce Golding a dû démissionner à la suite de la mauvaise gestion de l'extradition vers les États-Unis d'un important narcotrafiquant, Christopher « Dudus » Coke. Cet incident avait engendré de violents affrontements dans la capitale en mai 2010 entre les autorités policières et les partisans du prétendu baron de la drogue. Les conflits provoqués par le départ de « Dudus » ont fait au moins 76 victimes et contraint le gouvernement à déclarer l'état d'urgence(5).

Les circonstances du départ de Bruce Golding ont sans doute été favorables à l'opposition lors de ces élections. Le directeur de la campagne du Parti travailliste, Karl Samuda, affirme même que ces événements ont causé la défaite du JLP(6).

Mme Simpson Miller a notamment souligné, durant cette campagne, que l'avenir prometteur du pays ne découlerait pas des actions du parti corrompu de M. Holness qui était insensible aux masses les plus pauvres du pays(7). Fidèle au PNP depuis qu'il a adopté des politiques sociale-démocrates au cours des années 70, la candidate a su trouver l'appui de l'électorat le plus défavorisé de l'île(8).

La dualité idéologique présente entre le Parti du peuple, de centre-gauche, et le Parti travailliste, de centre-droit, n'est plus aussi marquante qu'elle ne l'a été au lendemain de l'indépendance de cette ancienne colonie britannique en 1962(9). Le parti vainqueur de Mme Simpson Miller est tout de même perçu comme défendant des politiques axées davantage sur les programmes sociaux, tandis que le JLP tend vers une approche plus conservatrice(10).

D'importants défis à relever

Portia Simpson Miller devra désormais s'attaquer aux problèmes économiques d'un pays qui, selon un rapport du Fonds monétaire international (FMI), compte près de la moitié de sa population vivant sous le seuil de la pauvreté(11). De plus, il est un des plus endettés de la planète avec une dette atteignant 130% de son PIB(12).

Lors de la campagne électorale, les deux partis ont promis de relever l'économie du pays, favoriser les investissements étrangers, la collaboration avec les prêteurs internationaux ainsi que la création d'emplois(13). Le taux de chômage se situait à près de 13% et s'élevait à 60 % au sein des quartiers plus défavorisés de l'île(14).

La stratégie des travaillistes lors de cette campagne était marquée par la volonté d'assurer la continuité du travail du parti et l'application de politiques budgétaires conservatrices. Pour sa part, Portia Simpson Miller insista sur la nécessité d'un changement de gouvernement, en soulignant l'inefficacité du JLP à faire reculer le chômage, qui est passé de 9,8% en 2007 à 12,9% en 2011(15), et à améliorer les conditions économiques de l'ensemble des Jamaïcains(16).




Références:

1. DAVIDSON, Vernon, « It's Portia! - PNP delivers crushing 41-22 seat defeat to JLP », Jamaican Observer, 30 décembre 2011, [En ligne], http://www.jamaicaobserver.com/news/It-s-Portia---... (page consultée le 16 janvier 2012).

2. MCFADDEN, David, « Jamaica's opposition party wins big in elections », The Globe and Mail, 2011, [En ligne], http://www.theglobeandmail.com/news/world/americas... (page consultée 16 janvier 2012).

3. ASSOCIATED PRESS, « Jamaica's opposition chief wins election », 2012, [En ligne], http://www.cbc.ca/news/world/story/2011/12/29/jama... (page consultée le 9 janvier 2012).

4. AFP, « Jamaïque: élections sous tension avant un scrutin qui s'annonce serré », Le Point, 29 décembre 2011, [En ligne], http://www.lepoint.fr/monde/jamaique-elections-sou... (page consultée 16 janvier 2012).

5. AFP, « Jamaïque: l'opposition revient au pouvoir après quatre ans d'absence », L'Express, 30 décembre 2011, [En ligne], http://www.lexpress.fr/actualites/1/monde/jamaique... (page consultée 16 janvier 2012).

6. Loc. cit.

7. MCFADDEN, David, « Jamaica's youngest leader in tough re-election bid », The Guardian, 29 décembre, [En ligne], http://www.guardian.co.uk/world/feedarticle/10016862, (page consultée le 16 janvier).

8. Loc. cit.

9. MCFADDEN, David, op. cit.

10. Loc. cit.

11. AFP, « Simpson Miller swears in again as Jamaica's leader », The Independent, 7 janvier 2012, http://www.theindependentbd.com/international/othe... (page consultée 16 janvier 2012).

12. ASSOCIATED PRESS, op. cit.

13. MCFADDEN, David, op.cit.

14. AFP, « Jamaïque: le nouveau Premier ministre évoque une ‘'tâche colossale'' », 6 janvier, [En ligne], http://fr.canoe.ca/infos/international/archives/20... (page consultée le 16 janvier 2012).

15. REUTERS ÉCONOMIQUE, « L'opposition en tête des législatives jamaïcaines - résultats partiels », 30 décembre 2011.

16. DAVIDSON, Vernon, op. cit.

Autres références

ASSOCIATED PRESS, « Dominating victory in Jamaica elections even surprises winning opposition side », Washington post, 2011, [En ligne], http://www.washingtonpost.com/world/americas/domin... (page consultée le 12 janvier 2012).

CBC NEWS, « New Jamaica PM vows break with monarchy », 2012, [En ligne], http://www.cbc.ca/news/world/story/2012/01/07/jama... (page consultée le 9 janvier 2012).

HEPLS, Horace, « Bad economy puts Jamaica opposition back in power », Reuters, 30 décembre 2011, [En ligne], http://www.reuters.com/article/2011/12/30/us-jamai... (page consultée le 9 janvier 2012).

Dernière modification: 2012-01-23 08:59:52

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016