20 octobre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

29 novembre 2011

L'économie polonaise : un modèle à suivre pour les pays du «vieux continent»


Philippe Gauthier Graveson
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

octobre
2015
Élection en Pologne du parti Droit et Justice

avril
2010
Écrasement d'un avion transportant le président polonais Lech Kaczynski

juin
2009
Début des élections législatives au Parlement européen

octobre
2007
Élection en Pologne d'un gouvernement dirigé par Donald Tusk

juin
2004
Tenue d'élections au Parlement européen

avril
2003
Annonce de l'adhésion de dix pays à l'Union européenne

juillet
1997
Annonce de l'intégration de la Hongrie, la Pologne et la République tchèque au sein de l'OTAN

mai
1997
Tenue d’un référendum constitutionnel en Pologne

décembre
1990
Élection de Lech Walesa à la présidence de la Pologne

mai
1984
Annonce du boycott des Jeux olympiques de Los Angeles par l'Union soviétique

septembre
1980
Fondation du syndicat Solidarnosc en Pologne

juin
1979
Premier voyage du pape Jean-Paul II en Pologne

octobre
1978
Élection du pape Jean-Paul II

août
1975
Signature à Helsinki d'un accord sur la sécurité en Europe

décembre
1970
Soulèvements ouvriers dans plusieurs villes polonaises

juin
1956
Dénouement d'une grève spontanée à Poznan, en Pologne

mai
1955
Signature du pacte de Varsovie

octobre
1947
Annonce de la fondation du Kominform

janvier
1947
Tenue d'élections législatives en Pologne

Malgré la crise économique européenne qui sévit sur le continent depuis 2008, la Pologne semble avoir trouvé le remède afin de lui faire obstacle. En effet, elle est le seul pays d'Europe à avoir connu une croissance économique en 2009 (1). Le succès de son économie est attribuable à une série de mesures mises en place par l'équipe du Parti libéral de Donald Tusk, réélu premier ministre le 9 octobre 2011 pour un deuxième mandat consécutif. La libre économie et l'ouverture sur le marché européen ont été les deux principales mesures mises de l'avant par le gouvernement.

Un succès surprenant

Dès les années 2000, la Pologne a fait un bond significatif vers la dynamisation et la diversification de son économie. Son entrée dans l'Union européenne (UE), en 2004, a dynamisé le développement du pays, grâce à des fonds structurels dont la Pologne est la première bénéficiaire parmi tous les pays de l'UE. De plus, l'économie polonaise, jadis jugée inefficace et en-deçà des standards européens, a réussi à changer son image grâce à une politique responsable et l'esprit d'entreprise des Polonais eux-mêmes (2).

Actuellement, la Pologne est la sixième économie en importance de l'UE et elle représente pour l'Allemagne un partenaire commercial plus important que la Russie (3). En 2009, elle a connu une croissance positive de 1,7%. Même au sein de l'Organisation de Coopération et de Développement économique (OCDE), aucun pays ne peut se vanter d'avoir fait mieux (4). Le Produit intérieur brut (PIB)est passé de 496,9 milliards de dollars américains, en 2004, à 755,5 milliards en 2010 (5).

Afin de stimuler l'économie, le gouvernement de M. Tusk a également entrepris un large programme de privatisations auprès de 800 entreprises entre 2009 et 2010. Partiellement exécutées, ces réformes ont permis d'amasser des recettes équivalant à environ 2% du PIB (6). Le gouvernement a également annoncé d'autres réformes pour la période de 2011 à 2013.

Un autre facteur expliquant la réussite polonaise est la dépréciation du zloty. Dans les faits, la monnaie nationale a servi d'excellent amortisseur dans la crise. Cela est dû au fait que le zloty a perdu environ 30% de sa valeur, ce qui a permis à la Pologne d'éviter les déficits comme les pays de l'UE qui, eux, utilisaient l'euro comme monnaie d'échange (7). Depuis 2000, les autorités ont laissé flotter le zloty sur le marché des changes, ce qui a rendu les exportations plus compétitives pendant la crise (8).

Les bons résultats de 2009 cachent tout de même un côté plus sombre de l'économie polonaise : en 2010, le déficit budgétaire s'est élevé à 7,9% du PIB et la dette à 55% du PIB. Pour adhérer à l'euro, la Pologne devra abaisser son déficit à 3% du PIB. De plus, le coût de la vie est un enjeu majeur puisqu'en mars dernier l'inflation a atteint un nouveau sommet : 4,3% par rapport à mars 2010 (9). Le taux de chômage est d'ailleurs inquiétant puisqu'il s'élèverait à près de 15% dans certaines villes (10).

Sous l'influence de la vision des libéraux

L'énorme vague de privatisation des entreprises, mise de l'avant par le gouvernement de M. Tusk, semble avoir porté ses fruits. Parmi les nombreuses réformes entreprises, la bourse de Varsovie a été privatisée en octobre 2010, une première en Europe centrale. Le succès a dépassé les attentes. Les investisseurs étaient prêts à acheter 25 fois la quantité d'actions offertes (11). Les multiples privatisations entreprises ces dernières années ont aussi initié des dizaines de milliers de ménages polonais au capitalisme financier. À elles seules, les entreprises PZU (assureur) et Tauron (groupe énergétique) ont attiré, chacune, près de 200 000 petits investisseurs (12).

Outre la privatisation des entreprises, la politique étrangère a également joué un rôle clé dans la transformation de la Pologne. Depuis la défaite des conservateurs, il y a quatre ans, le pays s'est transformé. Selon Marcin Zaborowski, directeur de l'Institut polonais des affaires internationales, «alors qu'elle (la Pologne) était rabat-joie et eurosceptique, elle est devenue un ardent partisan de l'intégration européenne et a même commencé à normaliser ses relations avec son éternel ennemi, la Russie» (13).

Cette ouverture vers les pays qui l'entourent lui a permis d'établir un contact avec des entreprises étrangères et ainsi d'attirer de nouveaux capitaux par la vente de biens et services et les taxes qui en découlent. Près de 80% de ses exportations se répartissent dans l'UE, ce qui ne saurait mieux prouver son intégration commerciale (14).

Sur le plan local, la Pologne a su compter sur un marché intérieur fort pour assurer son succès. Avec ses 38 millions d'habitants, elle peut compter sur sa consommation intérieure, qui s'est maintenue dans les dernières années, «moins ouverte que ses voisins, moins dépendante de ses exportations, forte d'une économie diversifiée, elle n'a pas vécu comme un drame le ralentissement du commerce mondial» (15). Selon Rafal Kierzenkowski, économiste à l'OCDE, il semble que les Polonais continuent de consommer malgré le ralentissement du commerce mondial, pour compenser pour les années perdues sous l'ère communiste (16).

En somme, la Pologne a su compter sur les efforts d'un gouvernement libéral visionnaire afin d'atténuer les effets négatifs de la crise dans un contexte de récession mondiale. Bien que les facteurs énumérés précédemment ne puissent, à eux seuls, expliquer l'ensemble des succès de la Pologne, il n'en demeure pas moins qu'ils en constituent les principaux éléments.

Pour les prochaines années, l'OCDE prévoit que la croissance économique devrait accuser un ralentissement notable en 2012-2013, sous l'effet de restrictions budgétaires sévères et du ralentissement prononcé dans la zone euro. Cela aurait pour effet de provoquer une rapide décélération de la consommation privée et de l'investissement. En contrepartie, l'affaiblissement de la demande intérieure pourrait être compensée, en partie, par une progression des exportations nettes, engendrée par la forte dépréciation du zloty et le championnat d'Europe de football en 2012 (17).




Références:

(1) THÉRIN, Frédéric. «Jan Vincent-Rostowski le ministre des finances polonais «Aucun pays n'aurait dû adopter un programme de relance»», Journal Les Echos, (France), 24 décembre 2009, no.20580, p.6.

(2) KOHLMÜZER, Krysztof. «La présidence polonais de l'UE : du rêve à la réalité», Le Monde, (France), 20 juillet 2011, p.13.

(3) M. SIMECKA, Martin. «Union européenne, Modifiez votre regard, la Pologne a radicalement changé», Courrier International, 13 juillet 2011, no.1080, p.22.

(4) BEAUGÉ, Florence. «Dans une Europe en crise, la Pologne fait figure d'exception, le pays est le seul à avoir affiché une croissance positive en 2009, mais il doit réduire ses déficit», Le Monde, (France), 11 mars 2010, p.16.

(5) OCDE. Économie, tableau clé de l'OCDE, [En ligne], 2010,http://www.oecd-ilibrary.org/economics/produi... consultée le 26 novembre 2011)

(6) OCDE. Réformes économiques 2011 : objectifs et croissance, [En ligne], 2011, http://www.oecd.org/dataoecd/5/42/47536945.pdf (Page consultée le 26 novembre 2011)

(7) SMOLAR, Piotr. «En Pologne, la monnaie unique n'est plus un eldorado», Le Monde, 27 mai 2010, p.7.

(8) BEAUGRÉ, Florence. Op. Cit., p.16

(9) SMOLAR, Piotr. Op. Cit., p.7.

(10) BEAUGÉ, Florence, Op. Cit., p.16.

(11) MODOUX, François. «Varsovie, une bourse pour l'Europe centrale», Le Temps, (Suisse), 4 juillet 2011.

(12) Loc. cit.

(13) M. SIMECKA, Martin. Op. Cit., p.22.

(14) SMOLAR, PIOTR, Op. Cit., p.7.

(15) BEAUGÉ, Florence, Op. Cit., p.16.

(16) Loc. cit.

Dernière modification: 2011-12-08 14:21:41

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Avenir incertain pour le parti Spring en Pologne
>octobre 2019


Varsovie : un sommet qui divise
>septembre 2019


Une confrontation entre la Pologne et l'Union européenne
>octobre 2018


Pologne : des mouvements migratoires inégaux
>avril 2017


L'avortement en Pologne : volte-face du gouvernement
>novembre 2016


Élections en Pologne : un vent de changements
>janvier 2016


Une surprise lors de l'élection présidentielle en Pologne
>septembre 2015


Donald Tusk : la détermination que l'Europe attendait
>janvier 2015


L'héritage controversé de Wojciech Jaruzelski
>septembre 2014


Le parcours d'un célèbre politicien polonais : Lech Walesa
>janvier 2014


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019