20 mai 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

29 novembre 2011

Recul du Parti social-démocrate de Finlande : reflet d'une social-démocratie malade


Éric Bouchard
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Balado: Le monde en perspective




Nouveauté. Écoutez en baladodiffusion les rencontres qu'animent les professeures Isabelle Lacroix et Karine Prémont sur des questions qui touchent les enjeux démocratiques, les relations internationales ou les modes de scrutin. Des rencontres de 20 minutes dans un style simple et ouvert avec des spécialistes, des personnes présentes sur le terrain et aussi des étudiantes et étudiants de second cycle.

Au fil du temps

juillet
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

avril
2011
Tenue d’élections législatives en Finlande

juin
2009
Début des élections législatives au Parlement européen

juin
2004
Tenue d'élections au Parlement européen

juin
1999
Tenue d'élections au Parlement européen

janvier
1999
Passage à l'euro pour onze pays de l'Union européenne

juin
1998
Création de la Banque centrale européenne

janvier
1995
Entrée de l'Autriche, la Finlande et la Suède dans l'Union européenne

août
1975
Signature à Helsinki d'un accord sur la sécurité en Europe

Avec la crise financière qui secoue la planète depuis 2008 et qui perdure, on remarque un fort brassage politique en Occident. En Europe, on parle même d'une crise de la social-démocratie. Lors des élections législatives de 2007 et de 2011, la Finlande a été un bel exemple témoignant de cette situation. En effet, la Finlande a depuis fort longtemps été gouvernée par le Parti social-démocrate (SDP). Cependant, si l'on se base sur la tendance actuelle, le vent semble avoir tourné.

Des racines profondes

Créé en 1899 d'inspiration marxiste, originellement appelé le Parti ouvrier de Finlande, le Parti social-démocrate (SDP) prend son nom actuel en 1903. Depuis l'instauration du suffrage universel en 1906, le SDP est longtemps demeuré la principale force politique du pays. Cependant, étant donné la pluralité des partis politiques finlandais, ce pays n'a jamais connu un gouvernement ayant un parti majoritaire au pouvoir et a donc toujours été dirigé par des gouvernements de coalition.

Depuis la fin des années 1960, l'électorat finlandais a majoritairement été divisé entre trois partis politiques : le SDP (centre-gauche), le Parti de la coalition nationale, aussi appelé Rassemblement conservateur (de droite), et le Parti du centre (1). Traditionnellement, les gouvernements de coalition sont formés des deux partis politiques ayant obtenu le plus de sièges au Parlement, alors que le troisième parti politique en importance forme l'opposition officielle. D'autres formations politiques de moindre importance font généralement partie des gouvernements de coalition (2).

Le SDP a fait partie des gouvernements de coalition de 1966 jusqu'en 2007. En effet, lors des élections législatives de 2007 il est relégué à la troisième place et forma l'opposition (3). Bien que la composition des gouvernements de coalition puisse varier d'une élection à une autre, les élections présidentielles ont depuis 1982 constamment été remportées par des candidat(e)s du SDP. Actuellement, la Finlande a comme chef d'État une femme et une social-démocrate, Tarja Halonen, élue en 2000 puis réélue en 2006.

Retour sur la social-démocratie finlandaise

À la création du SDP en 1899, son objectif s'orientait vers l'émancipation économique et sociale de la classe ouvrière. Il a adopté le programme socialiste du mouvement ouvrier international et a opté pour des formes démocratiques de l'action politique. À ce jour, le SDP continue sa lutte en faveur de l'égalité sociale et matérielle des individus (4).

Évidemment, les valeurs prônées par le SDP ne sont pas différentes des autres mouvements socialistes européens. Depuis ses origines, la social-démocratie cherche à « aider les personnes qui ont été ignorées, exploitées ou même opprimées par les systèmes politiques ou économiques »(5). Les sociaux-démocrates ont lutté contre la « pauvreté, pour de meilleurs salaires, pour une législation plus stricte concernant le travail, une taxation plus équitable et le droit pour tous les citoyens à l'éducation, à un système de santé et des services sociaux »(6).

Pour les sociaux-démocrates finlandais, cette lutte est loin d'être terminée. Sur son site internet, le SDP explique que « globalement, la pauvreté, la souffrance et l'oppression sont encore très présents. [...] Le fossé entre riches et pauvres continue de s'agrandir. La discrimination par la race, le sexe et l'orientation sexuelle, existe toujours » (7). À cela s'ajoute de nouveaux défis tels que l'environnement et surtout la crise financière européenne.

Assiste-t-on à un déclin de la social-démocratie en Finlande ?

Si l'on met en perspective le taux de vote et le nombre de sièges au Parlement détenus par le SDP lors des élections des trente dernières années, on remarque assurément une perte de popularité progressive. De plus, lors des dernières élections législatives d'avril 2011, le SDP a affiché sa pire performance depuis sa création (8).

Dans les faits, le SDP n'est pas le seul parti social-démocrate en Europe à vivre des temps durs. En 2007, lorsqu'il a perdu son statut de plus imposante formation politique en Finlande, le SDP s'ajouta à treize autres formations social-démocrates européennes sur quinze à perdre les derniers scrutins (9). Pour plusieurs analystes, ce phénomène s'explique par le fait que « c'est la crise idéologique et politique de la social-démocratie qui a précipité l'Europe dans une spirale récessive et antisociale dont se défient aujourd'hui les peuples » (10).

De plus, afin de mettre en perspective la baisse de popularité de la social-démocratie en Europe, on pourrait ajouter le cas de la Grèce qui, à l'automne 2011, a subi tout un remue-ménage dans sa classe politique afin de sauver le pays de la faillite. En même temps, l'Espagne témoigne de ce phénomène lors des dernières élections législatives de novembre 2011. En effet, le Parti populiste de droite a littéralement pulvérisé les socialistes, alors au pouvoir, ce que le quotidien Le Monde a surnommé la « débâcle socialiste en Espagne » (11).

Aux élections d'avril 2011, la Finlande a également vu une montée fulgurante de la droite au Parlement. Tout d'abord, bien que le Parti de la coalition nationale (de centre-droit) ait perdu quelques sièges, c'est tout de même lui qui demeure le plus populaire (44 sièges sur 200). C'est le parti des « Vrais Finlandais », ouvertement de droite, qui a affiché le plus de gains pour un total de 39 sièges. Celui-ci n'en détenait que cinq avant l'élection. Le Parti du centre, quant à lui, en a perdu 16 ; il n'en détient désormais que 35. Le SDP n'en a perdu que trois, pour un total de 42 (12).

Au cours de ces élections, le discours pro-européen du SDP a véritablement nui à sa popularité. En effet, une grande place du débat lors de ces élections tournait autour de l'aide financière à apporter aux pays de la zone euro en difficulté comme le Portugal, la Grèce et l'Espagne (13). Actuellement, on assiste donc à une montée du nationalisme grandement influencée par les « Vrais Finlandais », particulièrement eurosceptiques. D'autant plus qu'en 2010, la Finlande a été le « meilleur élève » de la zone euro (14). Contrairement au SDP, le dirigeant des « Vrais Finlandais », Timo Soini, affirme qu'il est inacceptable que les contribuables finlandais paient pour les pays n'ayant pas été financièrement responsables (15).

Les « Vrais Finlandais » s'insurgent particulièrement contre le fait que la Finlande, en 1999, s'est jointe à la zone euro sans référendum populaire. Rappelons qu'à cette époque le SDP était à son plus fort depuis la Seconde Guerre mondiale avec 63 sièges au Parlement et qu'il dirigeait le gouvernement (16).

Aujourd'hui, ce sont principalement les conservateurs et le SDP qui forment le pouvoir en Finlande. À l'été 2011, le gouvernement a confirmé son soutien à la zone euro et a contribué à l'aide financière accordée au Portugal et à la Grèce (17).

Place du SDP au sein du gouvernement

Actuellement, la place du SDP dans le gouvernement est principalement représentée par sa chef, Jutta Urpilainen, qui dirige le ministère des Finances. Quatre autres ministères sur les 18 sont dirigés par les sociaux-démocrates : les affaires étrangères, l'éducation, le travail, le logement et les communications. Le Parti de la coalition nationale en dirige six en plus d'assumer la direction du gouvernement avec son premier ministre. Les autres ministères sont dirigés par d'autres formations politiques (18).

Bien que tout porte à croire que le SDP est en déclin depuis les dernières années, la participation de celui-ci au gouvernement démontre qu'il détient toujours un rôle important la vie politique finlandaise.




Références:

(1) PERSPECTIVE MONDE, Finlande, Élections, [En ligne], 2011, http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BM... (Page consultée le 27 novembre 2011)

(2) LAROUSSE, Encyclopédie, Finlande, [En ligne], http://www.larousse.fr/encyclopedie/pays/Finlande/119533 (Page consultée le 27 novembre 2011)

(3) LAROUSSE, Social-démocratie scandinave, La Finlande, [En ligne], http://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/social-... (Page consultée le 27 novembre 2011)

(4) SDP, What we believe¸ Principle, [En ligne], 2011, http://www.sosialidemokraatit.fi/en/node/2492 (Page consultée le 27 novembre 2011)

(5) SDP, What we believe¸ Social Democraty, [En ligne], 2011, http://www.sosialidemokraatit.fi/en/node/2281 (Page consultée le 27 novembre 2011)

(6) loc.cit.

(7) loc.cit.

(8) WORLD ELECTIONS, Finland 2011, [En ligne], 18 avril 2011, http://welections.wordpress.com/2011/04/18/finland-2011/ (Page consultée le 27 novembre 2011)

(9) LE MONDE, Idées, La social-démocratie en crise d'identité, [En ligne], 13 novembre 2008, http://www.lemonde.fr/idees/article/2008/11/13/la-... (Page consultée le 28 novembre 2011)

(10) loc.cit.

(11) LE MONDE, Europe, La débâcle socialiste offre une majorité absolue à Mariano Rajoy en Espagne, [En ligne], 21 novembre 2011, http://www.lemonde.fr/europe/article/2011/11/21/la... (Page consultée le 28 novembre 2011)

(12) HELSINGIN SANOMAT, International Edition, Massive Gains for True Finns and a Bad Night for Centre Party. [En ligne], 18 avril 2011 http://www.hs.fi/english/article/bSUNDAY+EVE... (Page consultée le 28 novembre 2011).

(13) HELSINGIN SANOMAT, International Edition, Timo Soini rewrote the electoral history books, [En ligne], 18 avril 2011 http://www.hs.fi/english/article/EDITORIAL+Timo+So... (Page consultée le 28 novembre 2011).

(14) ROLLAND, Sylvain, La Finlande accepte, sous conditions, d'aider le Portugal, La Tribune.fr, 12 mai 2011.

(15) LE MONDE, Idées, Considérable percée des populistes aux élections législatives en Finlande, [En ligne], 2011, http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/04/19/con... (Page consultée le 28 novembre 2011)

(16) ELECTIONS RESOURCES, Elections to the Finnish Eduskunta (Parliament) - Results Lookup, [En ligne], http://electionresources.org/fi/eduskunta.php?election=1995 (Page consultée le 28 novembre 2011)

(17) HELSINGIN SANOMAT, Archives, Parliament passed nearly EUR 14 billion in loan guarantees, [En ligne], 29 septembre 2011, http://www.hs.fi/english/article/Parliament+passed... (Page consultée le 28 novembre 2011)

(18) ÉLECTIONS EUROPE, Élections en Europe, Nouveau gouvernement de coalition en Finlande, [En ligne], 20 juin 2011, http://www.electionseneurope.net/2011/06/nouveau-g... (Page consultée le 28 novembre 2011)

Autres références

PARTIES AND ELECTIONS IN EUROPE, FINLAND, [En ligne], 2011, http://www.parties-and-elections.de/finland.html (Page consultée le 11 septembre 2011)

BBC, Country Profile, Finland country profile, [En ligne], 4 août 2011, http://news.bbc.co.uk/2/hi/europe/country_profiles... (Page consultée le 20 novembre 2011)

SOCIAL EUROPE JOURNAL, Social Democracy: the Finnish Progressive Movement and the Red Green Divide, [En ligne], 15 avril 2011, http://www.social-europe.eu/2011/04/social-democra... (Page consultée le 20 novembre 2011)

PERSPECTIVE MONDE, Analyses, Élections en Finlande : une montée de la droite, [En ligne], 2 mai 2007, http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BM... (Page consultée le 28 novembre 2011)

Dernière modification: 2011-12-05 09:11:24

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Le gouvernement finlandais mis à l'épreuve avec la scission du parti True Finns
>février 2018


Donald Trump reçoit le président finlandais Sauli Niinistö
>janvier 2018


L'OTAN contre la Russie : quelle place pour la neutralité finlandaise ?
>novembre 2016


La réforme finlandaise couronnée de succès
>novembre 2014


La droite populiste progresse en Finlande
>octobre 2014


Présidentielle finlandaise: un conservateur comme chef d'État
>février 2012


Recul du Parti social-démocrate de Finlande : reflet d'une social-démocratie malade
>novembre 2011


Le changement de cap finlandais
>septembre 2011


Après la tornade économique, le Premier ministre finlandais démissionne
>septembre 2010


Un Nobel qui fait chaud au coeur
>novembre 2008


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016