20 octobre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

15 novembre 2011

L'indépendantisme en Catalogne : un mouvement qui s'essouffle


Katherine Viens
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

avril
2019
Élections législatives en Espagne

octobre
2017
Déclaration d’indépendance de la Catalogne

août
2017
Manifestation d’envergure contre le terrorisme à Barcelone, en Espagne

décembre
2015
Tenue d'élections législatives en Espagne

septembre
2015
Élections régionales au Parlement de Catalogne

novembre
2014
Tenue d'une consultation sur l'auto-détermination de la Catalogne

juin
2014
Annonce de l'abdication du roi d'Espagne, Juan Carlos 1er

novembre
2011
Élection du Parti populaire de Mariano Rajoy en Espagne

juin
2009
Début des élections législatives au Parlement européen

mars
2008
Réélection en Espagne du Parti socialiste ouvrier de Jose Luis Zapatero

juin
2004
Tenue d'élections au Parlement européen

mars
2004
Attentats terroristes dans le métro de Madrid

juin
1999
Tenue d'élections au Parlement européen

janvier
1999
Passage à l'euro pour onze pays de l'Union européenne

juin
1998
Création de la Banque centrale européenne

juin
1994
Tenue d'élections au Parlement européen

février
1992
Signature du traité de Maastricht

juin
1989
Tenue d'élections au Parlement européen

juin
1985
Signature des traités d'adhésion de l'Espagne et du Portugal à la Communauté économique européenne

La région de la Catalogne est l'une des 17 communautés autonomes d'Espagne. Elle bénéficie de ce statut particulier à cause de l'utilisation de la langue catalane qui est propre à ce territoire. En termes de population, la Catalogne représente, avec ses 7,5 millions d'habitants, la deuxième région en importance en Espagne. De plus, elle est également l'une des plus riches et des plus dynamiques de ce pays. Grâce à ses caractéristiques particulières qui la distinguent du reste du territoire espagnol, la Catalogne possède même son propre Parlement situé à Barcelone, la capitale de la région (1).

Cette région catalane, située en Espagne du Nord, est également caractérisée, depuis plusieurs années, par un mouvement indépendantiste. À la base de ses idées, celui-ci est un mouvement de gauche visant à défendre les intérêts du peuple catalan. Ce mouvement revendique également la création d'un État indépendant, s'étendant de la frontière française à la ville de Valence et englobant les îles Baléares (2).

La Catalogne en gain d'autonomie

Afin de bien comprendre les origines de cette revendication territoriale de la Catalogne, il est important de connaître l'histoire de la région ainsi que l'évolution de son statut légal. La région de la Catalogne fut conquise par Charlemagne, au VIIIe siècle (3). Celle-ci fut donc possession française, jusqu'à ce que le comte de Barcelone épouse l'héritière du royaume d'Aragon, au XIIe siècle, ce qui unifie les deux régions. Afin d'administrer le territoire, un mode très décentralisé est adopté dans le but de répondre aux différences, principalement linguistiques, des deux régions (4).

À la suite de l'extinction de la dynastie catalane d'Aragon, en 1410, la Catalogne est intégrée à l'Espagne. Cette période coïncide avec le déclin du territoire catalan qui atteint son paroxysme lors de la guerre de succession d'Espagne, de 1701-1714 (5). En effet, des lois furent appliquées pour abolir les institutions et les droits des Catalans. Par contre, malgré cette répression, le catalan comme langue du peuple ne disparut jamais (6).

Il fallut attendre 1870 pour que le catalan connaisse une véritable renaissance, autant culturelle que littéraire. De plus, la région s'industrialise rapidement et devient très prospère au XIXe siècle. Cette ascension de la Catalogne se conclut par l'obtention d'un statut d'autonomie politique, en 1932, au sein de la IIe République espagnole (7).

Lors de la guerre civile espagnole, la région de la Catalogne tomba aux mains des partisans du général Francisco Franco, au pouvoir de 1939 à 1975. Sous ce régime dictatorial, la Catalogne perdit son statut autonome. Durant cette période, le catalan fut même interdit, tant à l'oral qu'à l'écrit. Cette situation persista jusqu'à la mort de Franco, en 1975 (8).

Depuis cette période, les avancées pour la région catalane sont considérables. En 1978, le statut d'autonomie de la Catalogne fut réinstauré par la nouvelle Constitution espagnole. En 1983, une loi sur la normalisation linguistique en Catalogne fut adoptée. Par ailleurs, le Parlement catalan a adopté en 2005 un nouveau statut d'autonomie, reconnaissant la Catalogne comme une nation bénéficiant d'une souveraineté fiscale et judiciaire. Par contre, le terme « nation » n'a toutefois pas été accepté au Parlement espagnol (9).

Des partis majoritairement fédéralistes

On retrouve au Parlement catalan trois principaux partis ayant des revendications bien distinctes. On constate que la majorité d'entre eux sont fédéralistes et que la volonté de sécession de la région est quelque peu en déclin. Cette situation est également observable dans d'autres endroits où il existe des mouvements sécessionnistes. C'est le cas notamment du Québec, une province canadienne où le Parti libéral, une formation fédéraliste, est à la tête du gouvernement québécois depuis 2003 (10). Soulignons toutefois que les partis catalans sont tous nationalistes et revendiquent plus d'autonomie pour la région, sans nécessairement réclamer tous son indépendance.

Tout d'abord, le parti Esquerra Republicana de Catalunya (ERC) est un parti indépendantiste qui a été créé en 1931. Cette formation politique, qui est présente sur une base régionale sur le territoire catalan, a pour chef Joan Puigcercòs. Elle prône une idéologie de gauche basée sur le nationalisme catalan et visant à l'indépendance. Parmi ses réalisations, le ERC a participé à la rédaction du projet d'un nouveau statut d'autonomie pour la Catalogne, adopté en 2005, et élargissant les compétences du territoire. Par contre, depuis les dernières élections de 2010, ce parti enregistre un recul au gouvernement catalan (11).

Ensuite, le parti Convergència i Unio est une coalition permanente de deux partis politiques nationalistes. Celle-ci regroupe le Convergència Democràtica de Catalunya, qui a été fondé en 1974, ainsi que l'Union démocratique de Catalogne, qui existe depuis 1931. Cette coalition a été à la tête du gouvernement catalan de 1980 à 2003, puis a repris le pouvoir en décembre 2010. Cette formation politique a pour chef Arthur Mas et se situe, d'un point de vue idéologique, au centre-droit. Elle prône le nationalisme catalan, mais ne revendique pas l'indépendance (12).

Enfin, le Parti socialiste catalan (PCS) constitue, en 2010, l'opposition officielle au gouvernement catalan. Fondé en 1978, le PCS, qui est dirigé par Isidre Molas i Batllori, est d'idéologie sociale-démocrate et d'orientation fédéraliste (13). On constate donc que le mouvement indépendantiste catalan s'essouffle quelque peu, étant donné que son principal porte-parole, le ERC, n'a obtenu que 3 députés aux élections de 2010 (14).

L'enjeu principal : la protection de la langue

Dans l'ensemble, le mouvement indépendantiste catalan, qui est représenté au Parlement par le ERC, a trois principaux buts et revendications. Celui-ci tente à la fois de proclamer l'indépendance de son territoire, ainsi que d'obtenir davantage de pouvoirs et une plus grande autonomie pour la région. Enfin, il veut protéger la langue catalane.

Un référendum a été tenu en 2011 demandant aux Catalans s'ils souhaitent la sécession de leur territoire. Bien que le vote ait été nettement en faveur de l'indépendance de la Catalogne, le taux de participation a toutefois été très faible. En effet, seulement 21,4% de la population catalane inscrite sur les listes électorales s'est rendue aux urnes pour participer à ce référendum (15). On peut donc voir que la question de l'indépendance du territoire catalan est en perte de popularité.

Outre la sécession de la région, le mouvement indépendantiste catalan revendique depuis toujours une plus grande autonomie. La Catalogne aimerait bénéficier de plus de compétences, surtout d'un point de vue économique. Actuellement, le gouvernement catalan possède 33 domaines de juridiction (16). En lien avec le nouveau statut d'autonomie adopté en 2005, la Catalogne s'est dotée d'une législation très complète et très ambitieuse, pratiquement unique au monde pour un État non souverain (17).

Enfin, l'enjeu principal du mouvement indépendantiste catalan est la protection de la langue catalane. La politique linguistique de la Catalogne est axée à la fois sur la normalisation du catalan ainsi que sur sa promotion dans le reste de l'Espagne. En Catalogne, l'utilisation du catalan est obligatoire dans tous les rapports avec l'administration, de même que dans tous les affichages publics et privés. Le catalan est également obligatoire dans l'enseignement scolaire. Il y a présentement en vigueur une grande quantité de lois qui visent à la protection de cette langue, mais l'espagnol est encore très présent dans cette région, ce qui explique pourquoi la lutte pour le catalan est extrêmement importante (18).




Références:

(1) CASTELLO, Louise, La fronde catalane, Valeurs Actuelles, jeudi 10 décembre 2009, p. 38.

(2) CAMBON, Diane, Les Catalans se prononcent sur leur indépendance, Le Figaro.fr, lundi 14 décembre 2009, p. 11.

(3)TLFQ, Catalogne, 11 février 2011, http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/europe/Espagne catalogne.htm, (11 novembre 2011).

(4)Loc.cit.

(5)ESPAGNE FACILE, Catalogne, 2011, http://www.espagne-facile.com/catalogne/271/, (11 novembre 2011).

(6)Loc.cit.

(7)Loc.ci... L'ACADIE NOUVELLE, Nationalisme linguistique, L'Acadie nouvelle, jeudi 2 novembre 2006, p. 31.

(9) SA, L'indépendantisme progresse en Catalogne, Le Monde, mardi 15 décembre 2009, p. 12.

(10) SITE DU PREMIER MINISTRE DU QUÉBEC, Premier minister, 26 octobre 2010, http://www.premier-ministre.gouv.qc.ca/premier-min... (11 novembre 2011).

(11) ARGELAGUET, Jordi, et al. « L'Esquerra Republicana de Catalunya », Pôle Sud, no 20, 2004, p. 9 à 24.

(12) CIU, La nostra força, història, 11 novembre 2011, http://www.ciu.cat/historia.php, (11 novembre 2011).

(13) PERICAY COLL, Gaspar, PSC, the Catalan Socialist Party risks losing being the central pivot of Catalan politics, 25 novembre 2010, http://www.catalannewsagency.com/news/politics/par... (11 novembre 2011).

(14) ARGELAGUET, Jordi, et al. op.cit., p. 9 à 24.

(15) SA, Les nationalistes catalans entretiennent la perspective de l'indépendance, Le Monde, mardi 12 avril 2011, p. 9.

(16) ESPAGNE FACILE, op.cit., (11 novembre 2011).

(17) SA, L'indépendantisme progresse en Catalogne, op.cit., p.12.

(18) TLFQ, op.cit., (11 novembre 2011).

Dernière modification: 2011-11-21 08:34:43

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Changement de cap : l'Espagne devient la destination privilégiée des migrants africains
>septembre 2019


Le procès des indépendantistes catalans vient mettre de l'huile sur le feu
>mars 2019


Les socialistes espagnols se tournent vers Sánchez pour contrer la chute
>septembre 2017


Le parti Podemos est-il en mesure de briser la tendance vers la droite en Europe?
>octobre 2016


Des élections sans gagnants en Espagne
>février 2016


Espagne : relance réelle ou mirage économique ?
>septembre 2015


Économie espagnole : une première en six ans
>février 2015


La polémique de l'immigration clandestine en Espagne
>octobre 2014


Le gouvernement espagnol abandonne un projet de loi controversé
>septembre 2014


Un démocrate espagnol s'éteint
>septembre 2014


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019