19 août 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

24 octobre 2011

Canada : justice et débats constitutionnels


Catherine Salvail
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

octobre
2018
Légalisation du cannabis au Canada

octobre
2015
Élection au Canada du Parti libéral de Justin Trudeau

mai
2011
Réélection au Canada du Parti conservateur de Stephen Harper

octobre
2008
Ouverture du douzième Sommet de la Francophonie

octobre
2008
Réélection au Canada du Parti conservateur de Stephen Harper

juin
2007
Ouverture du Sommet du G8 à Heiligendamm, en Allemagne

janvier
2006
Élection au Canada du Parti conservateur de Stephen Harper

juin
2004
Élection au Canada du Parti libéral de Paul Martin

novembre
2000
Réélection au Canada du Parti libéral de Jean Chrétien

septembre
1999
Ouverture du huitième Sommet de la Francophonie

juin
1997
Réélection au Canada du Parti libéral de Jean Chrétien

octobre
1995
Tenue d'un référendum sur la souveraineté du Québec

octobre
1993
Élection au Canada du Parti libéral de Jean Chrétien

décembre
1992
Signature de l'Accord de libre-échange nord-américain

octobre
1992
Tenue d'un référendum au Canada sur l'entente de Charlottetown

juin
1990
Échec de l'accord constitutionnel du lac Meech au Canada

novembre
1989
Création de la Coopération économique pour l'Asie-Pacifique

novembre
1988
Réélection au Canada du Parti progressiste-conservateur de Brian Mulroney

septembre
1987
Ouverture du deuxième Sommet de la Francophonie

Le Parti conservateur de Stephen Harper a été réélu au Parlement fédéral le 2 mai 2011 et, cette fois, majoritairement. Ce nouveau pouvoir lui permet de faire des réformes que l'opposition pouvait lui refuser auparavant. Une de ces réformes concerne le système judiciaire canadien, un des plus efficaces au monde. Au lendemain de la rentrée parlementaire d'automne, un projet de loi controversé est présenté par ce gouvernement (1). Des critiques viennent de partout et il n'est pas simple d'en distinguer les aléas.

«Tough on crime»

Le système judiciaire canadien se base sur deux grands documents: la Charte canadienne des droits et liberté (2), ainsi que le Code Criminel (3). Le projet de loi omnibus visant à modifier le Code criminel a été déposé le 20 septembre 2011. Il n'y a pas de définition reconnue pour le terme omnibus. Toutefois, le Parlement du Canada propose celle-ci : «En général, un projet de loi omnibus vise à modifier, à abroger ou à adopter plus d'une loi et il se caractérise par diverses parties indépendantes, mais ayant néanmoins un lien entre elles [...](4).» Cela permet de retrouver, à l'intérieur d'un même projet de loi, l'ensemble des modifications législatives suivant l'adoption d'une politique. De ce fait, le débat parlementaire en est simplifié.

Dans ce projet, le gouvernement reprend neuf réformes qui avaient été rejetées par l'opposition, lorsque les Conservateurs étaient minoritaires. Le projet de loi c-10 se nomme «loi sur la sécurité des rues et des communautés». Il a pour but de rééquilibrer le système en faveur des victimes d'acte criminel. «La nouvelle loi fera en sorte que les droits des victimes passeront avant ceux des criminels», insiste le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu, très impliqué dans cette cause au sein de la société (5). Ce dernier a d'ailleurs expliqué les nouvelles modalités en jeu qui allaient engendrer des coûts de 2,7 milliards pour les contribuables. Des modalités telles que la mise à jour des prisons, selon de nouvelles normes, et des modifications à caractère administratif. L'administration pénale devra s'adapter à une nouvelle façon de faire qui sera plus sévère envers les criminels.

Critiques politiques et sociales

Une journaliste de La Presse rappelle ce pourquoi le gouvernement Harper a dû de nouveau faire face à l'électorat en 2011. En effet, le gouvernement conservateur a été renversé après avoir été «trouvé coupable» d'outrage au Parlement. Cela a été causé, en partie, par le refus du gouvernement de divulguer certains coûts qu'allaient engendrer les différentes réformes au système criminel(6).

Le parti de l'opposition officielle, le Nouveau Parti démocratique, émet d'ailleurs plusieurs critiques à l'endroit du gouvernement, avançant par exemple que les coûts encourus seraient plutôt de 5 milliards de dollars. D'autre part, sous le partage des compétences de la Constitution canadienne, la criminalité est de juridiction fédérale. Toutefois, les représentants des différentes provinces se demandent qui paiera pour les différentes mises à jour devant être faites pour appliquer les nouvelles normes. Par exemple, d'après Stéphane Bergeron, député du Parti québécois et porte-parole en matière de justice pour l'opposition officielle à Québec, il en coûtera au moins un demi-milliard pour le Québec, seulement pour combler les abolitions de sursis. Or, étant donné que les versements aux provinces ont augmenté de 30% depuis l'accession au pouvoir des Conservateurs en 2003, ceux-ci considèrent que c'est aux provinces de gérer ces fonds selon leurs priorités. Selon eux, les réformes actuelles doivent donc être considérées dans les décisions des provinces, au même titre que la santé et l'éducation (7).

D'un point de vue mathématique, certains adversaires du projet de loi présentent des chiffres de Statistique Canada qui démontrent que le taux de criminalité est sur une pente descendante, alors qu'il a diminué de 17% entre 1999 et 2009. Ceux-ci se questionnent sur la contradiction apparente entre baisse de la criminalité et durcissement des lois envers les criminels. En réponse à cela, le ministre de la Justice, Rob Nicholson, a affirmé que l'on ne gouvernait pas selon les statistiques : «Nous gouvernons selon le principe que nous devons protéger les victimes et les Canadiens respectueux de la loi(8).»

Il faudrait plusieurs mois pour adopter le projet de loi en chambre. Pour respecter leurs promesses électorales, les Conservateurs déclarent qu'ils n'étireront pas le débat. Ils sont prêts à imposer le bâillon, limiter les changements à la loi et ainsi faire «ce que les Canadiens veulent» (9). Enfin, sous les pressions et les critiques, le directeur parlementaire du budget, Kevin Page, a décidé de mettre le sujet des dépenses à l'étude.




Références:

(1) CAMERON, Daphné, «Criminalité : le gouvernement Harper dépose son projet de loi omnibus», La Presse, mis à jour le 20 septembre 2011, http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada... page consultée le 15 octobre 2011.

(2) Institut canadien d'information juridique, «Loi constitutionnelle de 1982», http://www.canlii.org/fr/ca/const/const1982.html, page consultée le 15 octobre 2011.

(3) Institut canadien d'information juridique, «Code criminel, L.R.C. 1985, c C-45.», http://www.canlii.org/fr/ca/legis/lois/lrc-1985-c-... page consultée le 15 octobre 2011.

(4) MARLEAU, Robert et Camille Montpetit, «La procédure et les usages de la Chambre des Communes - 16. Le Processus législatif», Édition 2000, http://www.parl.gc.ca/MarleauMontpetit/DocumentVie... page consultée le 15 octobre 2011.

(5) Radio-Canada, «Place au projet de loi sur la criminalité», mis à jour le 20 septembre 2011, http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/201... page consultée le 15 octobre 2011.

(6) CAMERON, Daphné, op.cit.

(7) BUZZETTI, Hélène, «Coût des prisons : À Québec de couper dans ses programmes sociaux», Le Devoir, mis à jour le 8 octobre 2011, http://www.ledevoir.com/politique/canada/333255/co... page consultée le 15 octobre 2011.

(8) CAMERON, Daphné, op.cit.

(9) OLIVIER, Fannie, «Loi omnibus : les conservateurs forcent le bâillon», La Presse, mis à jour le 27 septembre 2011, http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada... page consultée le 15 octobre 2011.

Dernière modification: 2011-10-24 12:15:56

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Une opposition aux rêves de grandeur : les conservateurs canadiens sauront-ils faire mouche en 2019 ?
>février 2019


Un avenir incertain dans les relations canado-américaines
>octobre 2018


Markham : capitale canadienne des hautes technologies
>septembre 2018


Une guerre de l'eau anticipée entre le Canada et les États-Unis
>février 2018


La taxe carbone au Canada : les provinces de l'Ouest s'opposent
>décembre 2017


Le GIEC à Montréal pour planifier son sixième rapport : est-ce suffisant?
>octobre 2017


Un changement de couleur en Colombie-Britannique!
>octobre 2017


Le Nouveau Parti démocratique du Canada à la recherche d'un nouveau chef
>septembre 2017


Le Canada pourrait devenir une nouvelle Silicon Valley
>juin 2017


Remaniement ministériel au Canada : Trudeau se prépare à faire face à l'administration Trump
>mars 2017


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019