Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

19 octobre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

24 October 2011

Entre tradition et modernité, le Mali tranche


Christine Bureau
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

January
2013
Intervention militaire française au Mali

March
2012
Renversement du président malien Amadou Toumani Touré

March
1991
Renversement du président Moussa Traoré au Mali

February
1986
Ouverture du premier Sommet de la francophonie

December
1985
Conflit entre le Burkina Faso et le Mali


1974
Famine au Sahel

November
1968
Renversement du président malien Modibo Keita

May
1963
Signature de la Charte constituant l'Organisation de l'unité africaine

September
1961
Ouverture d'une conférence des pays non-alignés à Belgrade

September
1960
Proclamation de l'indépendance du Mali

August
1960
Proclamation de l'indépendance du Sénégal

April
1960
Proclamation d'indépendance de la Fédération du Mali

Divisé entre tradition et modernité, religion et laïcité, le Mali s'est retrouvé au coeur d'un vif débat de société lorsque l'Assemblée nationale a adopté, en août 2009, une nouvelle version du Code de la famille et des personnes. Cette «modernisation» du code, traitant majoritairement de l'émancipation du droit des femmes, a suscité une telle opposition que le président du Mali, Amadou Toumani Touré, s'est vu obligé de renvoyer le projet à l'Assemblée pour une deuxième lecture. Une division interne, croyait-il, risquait d'éclater.

Plus de droits pour les femmes

Dans la foulée des protestations qui ont suivi la décision des députés de l'Assemblée nationale - 50 000 manifestants islamistes se sont rassemblés au stade du 26 mars -, ces nouveaux droits aux femmes ont dû être dilués afin de concorder avec les valeurs issues de la pensée islamiste. Ainsi, la version du Code de la famille adoptée en deuxième lecture, en octobre 2010, s'est faite en collaboration avec le Haut conseil islamiste (HCI) du Mali, pays dont la population est à 90 % musulmane (1). Outre le retour de la supériorité du mariage religieux sur le mariage civil, cette nouvelle version suspend également, entre autres choses, l'égalité homme/femme devant le droit à l'héritage et la reconnaissance de l'enfant naturel (2).

La Code de la famille - qui fait office de loi au Mali - adopté en août incluait également une procédure de divorce par consentement mutuel, le remplacement du devoir d'obéissance de la femme à son mari par une obligation de respect entre époux et la possibilité de tenir un commerce sans l'autorisation de son mari (3).

Appels à la tradition

C'est donc une victoire des valeurs traditionnelles et islamistes que constitue cette dernière version du Code de la famille adoptée en octobre. Les opposants à toute révision «moderne» du Code, majoritairement musulmans, y voyaient une tentative des Occidentaux d'influencer les pratiques traditionnelles maliennes du pays (4). Selon le président du HCI, l'imam Mahmoud Dicko, l'Occident tenterait de «métamorphoser la société malienne avec des valeurs soi-disant universelles» (5).

Le fort appui du Canada au projet de réforme aurait également nui à la «modernisation» du Code, a affirmé un journaliste du quotidien Le Matin, Alassane Maiga. Cinquante ans après l'obtention de son indépendance, la société malienne, croit-il, doit pouvoir afficher son unicité et son autonomie devant les pressions des bailleurs de fonds internationaux (6).

Une seule figure musulmane s'est publiquement portée à la défense du projet, ce qui lui a valu d'être radiée de ses fonctions par ses pairs. Un imam modéré, El Hadj Sekou Amadou Diallo, a défendu dans une lettre ouverte que la modernisation du Code allait en conformité avec l'époque dans laquelle la société malienne évoluait (7). De même, des députés partisans de la réforme et des associations de femmes ont reçu des menaces en provenance de groupes islamistes (8).

Pour l'association Africa 4 women's rights, l'adoption récente du Code de la famille signifie un recul dans l'évolution du droit des femmes au Mali, de même qu'une entorse du pays à ses engagements internationaux, notamment au Protocole à la Charte africaine des droits de l'Homme et des peuples relatif aux droits des femmes ratifié en 2005 (9). En outre, la société civile malienne dénonce le fait d'avoir été écartée de toutes négociations visant une révision finale du Code de la famille (10). Une société civile qui est, de toute façon, «financée par les Occidentaux», selon l'imam Dicko (11). Quant aux médias occidentaux, certains ont plutôt vu dans le rejet de la réforme moderne du Code de la famille une résurgence de l'islamisme radical dans le pays (12).

Bien que les contestations à la réforme aient principalement été menées par des associations islamistes, des femmes sont également descendues dans la rue pour dénoncer ces changements au Code de la famille (13). Dans un pays où 70 % des femmes vivent en zone rurale et où 83 % n'ont jamais fréquenté d'établissement scolaire, les bouleversements liés à la tradition peuvent faire peur (14). Cependant, jamais le débat sur une adoption éventuelle de la Charia - la loi islamique - n'a été amené par les contestataires. La laïcité, comme le Code de la famille originel, semble bien ancrée dans l'héritage traditionnel malien.




Références:

(1) XINHUA. «Mali : l'islam progresse sans tomber dans l'extrémisme», 17 juin 2010.

(2) RFI. «Au Mali, la polémique persiste autour du code de la famille», Site de Radio-France International, 6 octobre 2010, [En ligne], http://www.rfi.fr/afrique/20101006-mali-polemique-... (page consultée le 15 octobre 2010).

(3) NAUDÉ, Jean-François. «Le code de la famille conjugué au féminin», Site du magazine hebdomadaire Jeune Afrique, 31 décembre 2008, [En ligne], http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2502p06... (page consultée le 15 octobre 2011).

(4) Loc. cit.

(5) MEUNIER, Marianne. «Mahmoud Dicko : l'homme qui casse le code de la famille», Site du magazine hebdomadaire Jeune Afrique, 14 octobre 2010, [En ligne], http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2596p018.xml0/ (page consultée le 15 octobre 2011).

(6) GRUDA, Agnès. «Ce qu'on veut nous imposer ne correspond pas à nos traditions», Site de Cyberpresse, 27 mars 2010, [En ligne], http://www.cyberpresse.ca/international/201003/27/... (page consultée le 15 octobre 2011).

(7) ALL AFRICA.com. «Tensions autour des droits des femmes dans le nouveau code de la famille», 17 mai 2010.

(8) GRUDA, Agnès. «Le difficile chemin vers l'égalité des sexes», La Pressem 27 mars 2010, p.A28.

(9) AFRICA 4 WOMEN'S RIGHTS. «Mali : Deuxième présentation du Code la famille devant le Parlement», 11 octobre 2010, [En ligne], http://www.africa4womensrights.org/tag/code%20de%2... (page consultée le 15 octobre 2010.

(10) RFI. Op. cit.

(11) MEUNIER, Marianne. Op. cit.

(12) BERNARD, Philippe. «L'irruption des religieux salafistes bouleverse la scène politique au Mali - Une "imam au service de Satan" ostracisé pour avoir soutenu la réforme», Le Monde, 27 septembre 2010, p.6.

CESSOU, Sabine. «L'islam au Mali, loin d'Aqmi», Libération, no 9197, 7 décembre 2010, p.28.

THE WASHINGTON POST. «L'islam radical n'est pas en odeur de sainteté», Courrier international, 21 janvier 2010, p.27.

BERNARD, Philippe. «Entretien - M. Toumani Touré, président malien : "Libérer ce Français, j'en fais une affaire perso"», Le Monde, 4 décembre 2009, p.6.

BERNARD, Philippe. «Contre-enquête internationale : L'Afrique noire est-elle la nouvelle cible d'Al-Quaïda? Éclairage - Des imams mènent la contestation au Sénégal et au Mali», Le Monde, 29 juillet 2010, p.7.

(13) GRUDA, Agnès. «Ce qu'on veut nous imposer ne correspond pas à nos traditions». Op. cit.

(14) ALL AFRICA. Op. cit. Autres références

ALL AFRICA.com. «Besoin de voir la réalité en face dans les amendements au Code de la famille» 2 mars 2010.

ALL AFRICA.com. «Au pays, la polémique persiste autour du Code de la Famille», 6 octobre 2010.

EL WATAN. «Pourquoi les Maliens résistent autant au nouveau Code de la famille?», journal internet algérien El Watan, 30 octobre 2009.

THIAM, Adam. «Remaniement ministériel : la surprise du chef», Site du magazine hebdomaire Jeune Afrique, 4 avril 2011, [En ligne], http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2622p03... (page consultée le 15 octobre 2011).

Dernière modification: 2011-10-24 12:22:57

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016