22 août 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

3 octobre 2011

Ukraine: l'emprisonnement de Timochenko soulève des contestations


Katherine Viens
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

avril
2019
Élection de Volodymyr Zelensky à la présidence de l’Ukraine

juillet
2014
Écrasement d'un avion de la Malaysia Airline au-dessus du territoire ukrainien

mars
2014
Tenue d'un référendum en Crimée

février
2014
Renversement du président ukrainien Viktor Ianoukovytch

février
2010
Élection de Viktor Ianoukovytch à la présidence de l'Ukraine

décembre
2004
Élection de Viktor Yushchenko à la présidence de l'Ukraine

décembre
1991
Création de la Communauté des États indépendants

Ioulia Timochenko a été arrêtée le vendredi 5 août 2011 par le tribunal Petcherski de Kiev, sous les ordres du Président ukrainien, Viktor Ianoukovitch. Ex-premier ministre sous Vikor Ioutchenko, son allié de la révolution orange, elle avait été reléguée au statut de chef de l'opposition, après avoir perdu l'élection présidentielle de 2010 (1).

Mme Timochenko est jugée, depuis le 24 juin 2011, pour abus de pouvoir. En effet, elle est accusée d'avoir outrepassé ses pouvoirs lorsqu'elle siégeait comme premier ministre en 2009. Selon l'actuel président ukrainien, Ioulia Timochenko aurait autorisé, sans l'accord du gouvernement, la signature de contrats sur l'importation de gaz russe, à un prix jugé désavantageux pour Kiev. Face à ces allégations, Timochenko nie tout en bloc (2).

Leader de la révolution orange

En 2004, à la suite de l'élection présidentielle portant Viktor Ianoukovitch à la tête de l'État, des émeutes éclatent en Ukraine. Le scrutin est perçu comme truqué et entaché de fraudes, ce qui pousse les partis de l'opposition à faire une coalition réunie sous un drapeau orange (3). La population se dresse également contre le gouvernement qui tente de perpétuer le régime oligarchique dominé par le clan Donetsk, avec l'élection de Viktor Ianoukovitch (4).

Cet événement entraîne une mobilisation populaire inédite qui dure près de deux semaines et qui sera surnommée « révolution orange ». Plus de 500 000 personnes prirent part à cet événement, réclamant de nouvelles élections (5). Face à ce soulèvement populaire, le pouvoir finit par céder et, à l'issu d'un troisième tour, le leader de la coalition orange, Viktor Ioutchenko, fut proclamé vainqueur. Celui-ci nomma son allié de la révolution, Ioulia Timochenko, au poste de premier ministre (6).

Mme Timochenko devint premier ministre le 24 janvier 2005, puis elle fut limogée le 8 septembre de la même année. Plusieurs tensions et rivalités entre elle et le président, qui était son allié lors de la révolution, sont à l'origine de ce licenciement (7).

En 2007, Viktor Ioutchenko lui redonna le poste de premier ministre qu'elle occupa jusqu'en 2010. Par contre, durant son mandat, la cohabitation est difficile entre les deux anciens partenaires, ce qui débouche même sur une crise parlementaire en Ukraine (8).

Lors de l'élection présidentielle de 2010, Ioulia Timochenko décide de se présenter afin de diriger le pays. Lors du premier tour, Viktor Ioutchenko, le président sortant qui avait occupé ce poste depuis la fin de la révolution orange, n'obtient que 5,25% des votes (9). Cela entraîne une confrontation, au deuxième tour, entre Ioulia Timochenko et Viktor Ianoukovitch, permettant à ce dernier de se proclamer victorieux. Mme Timochenko perdit donc les élections aux mains de son rival pro-russe de la révolution orange (10).

Un comportement disgracieux lui vaut la prison

Le 24 juin 2011 s'ouvre un procès afin de juger l'ex-premier ministre Ioulia Timochenko. Celle-ci est accusée d'avoir alloué, sans l'accord du gouvernement, des contrats d'importation de gaz avec la Russie, ce qui aurait fait perdre 1,5 milliard de hryvnias, soit 130 millions d'euros, au pays (11).

À la suite des plaintes des procureurs contre Mme Timochenko, face à son comportement lors des audiences du tribunal, elle est incarcérée le 5 août 2011. Elle aurait accusé de « corruption » le chef du gouvernement, Mykola Azarov, qui était venu témoigner contre elle (12). De plus, elle a qualifié le juge de « singe avec une grenade », refusant également de se lever lorsqu'il le demandait (13).

Son arrestation a suscité beaucoup de contestations de la part de ses partisans. Ceux-ci ont exercé un sit-in dans la rue devant le tribunal où est jugé Timochenko (14). Certains protestaient également contre l'incarcération du chef de l'opposition, en scandant des slogans contre le pouvoir. Des pétitions ont également été signées pour la dissolution du Parlement et la démission du président Viktor Ianoukovitch (15). Pour sa part, Timochenko qualifie son procès de « lynchage politique (16) ». Celle-ci affirme que « cette affaire a été falsifiée. Il n'y a aucune preuve que je sois coupable (17) ». Elle prétend également que ces accusations sont une façon pour l'actuel président de lui barrer la route lors des prochaines élections, qui auront lieu en 2012 (18).

Le procès sera repris le 11 octobre 2011, puis le verdict devrait être rendu peu de temps après (19). Ioulia Timochenko risque gros, car le procureur a réclamé sept ans de prison et 150 millions d'euros d'amende (20).

Une arrestation dénoncée unanimement

L'Union européenne (UE) a fait part à de multiples reprises au gouvernement ukrainien de ses préoccupations face à l'arrestation d'Ioulia Timochenko. Récemment, l'UE a même qualifié cet événement « d'affaire grave (21) ». Cet incident pourrait bien remettre en cause le traité de libre-échange que l'Union européenne devait signer avec l'Ukraine, en décembre 2011 (22). Ce pays compte beaucoup sur les retombées économiques et politiques de ce traité d'association.

Pour sa part, la chancelière allemande, Angela Merkel, a qualifié d' « inacceptable (23)» le comportement du régime envers l'opposition. De plus, celle-ci mentionne que l'Ukraine a fait « marche arrière (24) » dans sa route vers la démocratie. Dans un même ordre d'idées, la France se dit « vivement préoccupée (25) ». Elle maintient également que les droits de la défense ne lui paraissent pas assurés (26).

Des réactions se font également sentir sur le continent américain. En effet, le gouvernement canadien dénonce également l'incarcération de Timochenko par la voix de son ministre des Affaires étrangères, John Baird, qui affirme que la « persécution politique est inacceptable (27) ». Dans la même veine, les États-Unis ont vivement dénoncé l'arrestation d'une des figures dominantes de la révolution pro-occidentale de 2004, en Ukraine (28). De plus, ceux-ci réclament sa « libération immédiate (29) ». Le gouvernement américain va même jusqu'à dénoncer un procès aux « apparences de persécutions avec des motivations politiques (30) ».




Références:

(1) LE ROUX, Gaëlle, Le procès Timochenko sonne la fin de la Révolution orange, 4 juillet 2011, http://www.france24.com/fr/20110703-ukraine-justic... (3 octobre 2011).

(2) LE MONDE, « Sept ans de prison requis contre Ioulia Timochenko », Le Monde, Jeudi 29 septembre 2011.

(3) DESSEMONTET, Pierre, Révolution orange : la fracture ukrainienne, 11 janvier 2005, Espaces temps.net, http://www.espacestemps.net/document1085.html, (3 octobre 2011).

(4) Loc.cit.

(5) Loc.cit.

(6) Loc.cit.

(7) COURRIER INTERNATIONAL, Iouchtchenko nomme IouliaTimochenko premier ministre, 24 janvier 2005, http://www.courrierinternational.com/breve/2005/01... (3 octobre 2011).

(8) AFP, Ukraine : Ioulia Timochenko redevient premier ministre, 18 décembre 2007, Le Monde.fr, http://www.lemonde.fr/europe/article/2007/12/18/uk... (3 octobre 2011).

(9) TSOUKANOVA, Ania, Ukraine : Timochenko affirme que l'élection a été malhonnête, 19 février 2010, cyberpresse.ca, http://www.cyberpresse.ca/international/europe/201... (3 octobre 2011).

(10) Loc. cit.

(11) LE ROUX, Gaëlle, op. cit.

(12) AFP, Ukraine : Timochenko reste en prison, 12 août 2011, Le Figaro.fr, http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/08/12/97001... (3 octobre 2011).

(13) SMOLAR, Piotr, « Le procès d'Ioulia Timochenko isole le régime ukrainien », Le Monde, Vendredi 9 septembre 2011, p. 8.

(14) AFP, « Ancien premier ministre d'Ukraine ? Timochenko incarcérée », Le Devoir, Mardi 6 août 2011, p. C7.

(15) Loc.cit.

(16) AFP, « Procès Timochenko, l'Europe dénonce une "affaire grave" », Le Soleil, Samedi 1 octobre 2011, p. 39.

(17) AFP, « En Ukraine, Timochenko dénonce un "lynchage politique" », Le Monde.fr, Vendredi 30 septembre 2011.

(18) Loc. cit.

(19) AFP, « Jugement le 11 octobre pour Ioulia Timochenko », Le Point.fr, Vendredi 30 septembre 2011.

(20) LE ROUX, Gaëlle, op.cit.

(21) AFP, « Procès Timochenko, l'Europe dénonce une "affaire grave" », op.cit., p. 39.

(22) Loc. cit.

(23) AFP, « Merkel critique le régime bélarusse », Le Figaro.fr, Vendredi 30 septembre 2011.

(24) Loc.cit.

(25) AFP, Timochenko : La France préoccupée, 5 août 2011, Le Figaro.fr, http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/08/05/97001... (3 octobre 2011).

(26) Loc. cit.

(27) AFP, « Procès Timochenko: le Canada dénonce une "persécution politique" », Infos Mondiales, Mercredi 28 septembre 2011.

(28) AFP, Ukraine : Timochenko reste en prison, op.cit.

(29) Loc.cit

(30) Loc.cit.

Dernière modification: 2011-10-10 15:03:54

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Le désastre démographique ukrainien
>avril 2018


L'extrême droite en Ukraine : gains et recul
>mars 2017


Écrasement du vol MH17 : la guerre de l'information continue
>novembre 2015


Toujours le même refrain : guerre larvée dans l'est, luttes entre oligarques, endettement colossal, révisionnisme idéologique et, en prime, un raton-laveur venu de Géorgie
>juin 2015


La Voïvodine, nouvelle cible de désintégration des Balkans
>mars 2015


Accords de Minsk II : en attendant la reprise des combats
>février 2015


Vent de changement en Ukraine lors de la présidentielle
>septembre 2014


Une Ukraine en éruption
>février 2014


Des manifestations majeures en Ukraine divisent le pays entre deux camps
>février 2014


Élections en Ukraine : une démocratie à la dérive
>novembre 2012


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019