Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

18 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

3 October 2011

États-Unis : Un héros de guerre nommé à la tête de la CIA


Catherine Salvail
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

November
2018
Élections de mi-mandat aux États-Unis

July
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

June
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

March
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

December
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

September
2017
Ouragans sur les Caraïbes

August
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

January
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

January
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

November
2016
Élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis

September
2016
Apparition de l'ouragan Matthew

June
2016
Attentat meurtrier dans une boîte de nuit d'Orlando, aux États-Unis

March
2016
Début de la visite du président américain Barack Obama à Cuba

January
2016
Dévoilement de données confirmant l'établissement d'un record de chaleur en 2015

October
2015
Signature du Partenariat transpacifique à Atlanta, aux États-Unis

December
2014
Annonce des présidents des États-Unis et de Cuba sur les relations entre leurs pays

November
2014
Entente entre les États-Unis et la Chine sur la lutte aux changements climatiques

September
2014
Tenue d'une marche en faveur de la lutte aux changements climatiques

November
2012
Réélection de Barack Obama à la présidence des États-Unis

Le général américain David Petraeus est nommé au poste de directeur de la CIA, le 30 juin 2011, en remplacement de Leon Panetta (1). Un militaire prend donc la place d'un politicien d'envergure à la tête de l'Agence centrale de Renseignement américain. Les impacts et les conséquences de cette nomination à court et à long terme demeurent des incertitudes. Toutefois, le rare soutien de l'ensemble du Congrès, envers le remaniement de Barack Obama, prouve que ce dernier a bel et bien marqué des points.

La CIA a été créée en 1947 sous l'égide du Président Harry S.Truman. Son directeur est à la tête de l'Agence et il fait le lien entre cette dernière et le Directeur national de renseignement. Il a plusieurs responsabilités dont le rôle de liaison et d'évaluation des renseignements en lien avec la sécurité nationale, afin de faire des propositions appropriées à ce type de renseignement (2). L'intérim est présentement assuré par Michael Morell, le directeur-adjoint de l'Agence (3).

Des choix unanimes

Le 21 juin, le Sénat a approuvé à l'unanimité la nomination de M.Panetta comme secrétaire à la Défense. Un vote qui suivait le remaniement par Obama de son équipe de renseignement et de défense, annoncé en avril 2011. Membre du Congrès, M. Panetta a également été directeur du budget et chef d'équipe dans l'administration de Bill Clinton. Il a notamment obtenu le respect des deux partis en chambre durant ses nombreuses années à Washington(4). Il affichait une confiance très forte dans sa capacité à répondre aux attentes du Congrès et à se maintenir à un poste qui, selon les législateurs, est décrit comme un des plus exigeants de la capitale américaine (5).

Même si le parcours du général Patraeus est différent, le résultat est semblable. Le 30 juin, les sénateurs ont approuvé le choix d'Obama, à l'unanimité, avec 94 votes en sa faveur. Selon Radio-Canada, «les confirmations de David Petraeus et Leon Panetta témoignent de la confiance des élus américains vis-à-vis du remaniement opéré par Barack Obama au sein de son cabinet (6).» L'ancien commandant en chef de l'armée américaine en Afghanistan entrera en poste en septembre 2011, après 37 ans de service (7).

Un militaire d'exception

David Howell Petraeus est né le 7 novembre 1952 dans le comté d'Orange, en Californie. Il est entré dans l'armée américaine après avoir terminé sa formation d'infanterie à l'académie militaire de West Point, en 1974. Il possède également un doctorat en relations internationales et science politique de l'Université de Princeton.

En tant que spécialiste des nouvelles méthodes anti-insurrectionnelles de l'armée américaine, il est sur le point de réécrire le manuel de contre-insurrection, lorsque le Président George W. Bush le nomme commandant de la Coalition militaire en Irak. Il occupe cette fonction de février 2007 à septembre 2008. En avril 2008, il supervise les opérations de l'armée en Irak et en Afghanistan. En juin 2010, il prend la place du général Stanley McChrystal à la tête des troupes de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN) en Afghanistan. Son prédécesseur a été révoqué par le Président Obama. Il a, par la suite, été responsable de la restructuration de l'armée irakienne. Plus récemment, il était assistant professeur de relations internationales à l'US Military Academy (8).

Reconnu par plusieurs périodiques pour ses accomplissements, Petraeus a été nommé au 33e rang des personnes les plus influentes du Time Magazine en 2007(9). De plus, il a reçu un grand nombre de décorations, telle que la Légion d'honneur (10). Pratiquement au sommet des distinctions militaires, il a terminé sa carrière au grade de général 4 étoiles.

Une nomination justifiable

Pour occuper un poste aussi important, un candidat doit avoir des qualités particulières et exceptionnelles. Patraeus est considéré, de par ses formations, comme un soldat-intellectuel. Il est également connu pour son franc-parler. Par exemple, il s'est fait remarquer pour son désaccord face à l'annonce de Barack Obama à propos du retrait des troupes d'Afghanistan, prévu pour 2012 (12). Toujours selon Radio-Canada, «jugé incroyablement intelligent par ses admirateurs, notamment républicains, arrogant et très ambitieux par d'autres, il passe pour être respecté de tous (13).»

L'homme est également reconnu pour son leadership d'exception. Choisi tant par le Président Bush fils que par son successeur, ce n'est pas la «partisanerie» qui influence sa reconnaissance. À la suite de son retrait à la vie civile, son nom était déjà sur les lèvres de plusieurs personnes d'influence en vue de nominations prestigieuses dans la hiérarchie militaire américaine (14). Lors d'une cérémonie à la Maison-Blanche, le vice-président Joe Biden a déclaré que les trois mots qui décrivaient sa rencontre avec Petraeus, en Afghanistan, étaient «Devoir, honneur et patrie». Il lui a également mentionné qu'il avait une carrière exceptionnelle, ayant excellé dans tout ce qu'il avait accompli (15).

Les différentes reconnaissances qu'il a obtenues témoignent de ses qualités de leader influent. Cette influence a été reconnue tant au niveau national qu'à l'international (16). À la CIA, son expérience de lutte contre le terrorisme est considérée comme un atout. Selon Bruce Riedel, un ancien agent de la CIA, aujourd'hui expert au centre de réflexion Brookings : «il a une expérience exceptionnelle en première ligne de la guerre contre Al Qaïda et dans le processus de décision interministériel à Washington qui est inestimable(17).»

Objectifs et décisions

Reconnu pour avoir limité les pertes militaires et la violence en Irak, Petraeus a des objectifs humbles. Comme ses prédécesseurs, il a une pression majeure. Il arrive toutefois dans une CIA transformée. Celle-ci ne se contente plus d'amasser et d'analyser les renseignements, elle dirige désormais des activités militaires menées par des drones, notamment au Pakistan. Son nouveau poste ne lui permet probablement plus de s'opposer aux opérations dirigées par ces appareils (18).

Le Newsweek a déclaré que sa plus importante tâche serait de faire entrer la CIA dans le XXIe siècle (19). Selon la BBC, il aurait réalisé son premier bon coup, le 30 septembre 2011, avec le décès d'un des présumés chefs d'Al-Qaïda, Anwar Al-Awlaki (20). Enfin, on ne lui connait pas d'ambition politique. Il a répondu aux allégations de sa participation à la présidentielle de 2012 en affirmant que la seule présidence qu'il briguerait, serait celle de l'Université de Princeton (21).




Références:

(1) HULSE, Carl, «100-to-0 Vote Puts Panetta in Top Post», The New York Times Politics, mis à jour le 21 juin 2011, http://www.nytimes.com/2011/06/22/us/politics/22pa... page consultée le 1er octobre 2011.

(2) CIA, «About CIA», mis à jour le 6 septembre 2011, https://www.cia.gov/about-cia/index.html, page consultée le 1er octobre 2011.

(3) Radio-Canada, «Les Sénateurs américains confirment le général Petraeus à la tête de la CIA», Radio-Canada International, mis à jour le 30 juin 2011, http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International... page consultée le 1er octobre 2011.

(4) HULSE, Carl, op.cit.

(5) Ibid.

(6) Radio-Canada, op.cit.

(7) BBC News, «Petraeus retires from US military ahead of CIA post», mis à jour le 31 août 2011, http://www.bbc.co.uk/news/world-us-canada-14736085, page consultée le 1er octobre 2011.

(8) ISAF, «General David H.Petraeus»,http://www.isaf.nato.int/en/about-isaf... page consultée le 1er octobre 2011.

(9) KLEIN, Joe, «Runners-up :David Petraeus», Time Magazine, mis à jour le 19 décembre 2007, http://www.time.com/time/specials/2007/article/0,2... page consultée le 1er octobre 2011.

(10) ISAF, op.cit.

(11) Radio-Canada, op.cit.

(12) Ibid.

(13) Ibid.

(14) AFP, «David Petraeus investi nouveau chef de la CIA», mis à jour le 6 septembre 2011, http://www.cyberpresse.ca/international/etats-unis... page consultée le 1er octobre 2011.

(15) ISAF, op.cit.

(16) Radio-Canada, op.cit.

(17) IPS, «ARMEMENT-CIA : Les drones, le nouvel outil stratégique de la CIA», mis à jour le 6 septembre 2011, http://www.ips.org/fr/armement-cia-les-drones-le-n... page consultée le 1er octobre 2011.

(18) COURRIER INTERNATIONAL, «De Kaboul à la CIA», mis à jour le 20 juillet 2011, http://www.courrierinternational.com/breve/2011/07... page consultée le 1er octobre 2011.

(19) Ibid.

(20) CORERA, Gordon, «Awlaki in sights of US counter-terrorism for months», BBC News, mis à jour le 30 septembre 2011, http://www.bbc.co.uk/news/world-middle-east-15129697, page consultée le 1er octobre 2011.

(21) COURRIER INTERNATIONAL, op.cit.

Dernière modification: 2011-10-10 15:10:06

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016