Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

19 février 2019

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

3 octobre 2011

Une sortie de crise difficile pour les États-Unis


Christine Bureau
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Balado: Le monde en perspective




Nouveauté. Écoutez en baladodiffusion les rencontres qu'animent les professeures Isabelle Lacroix et Karine Prémont sur des questions qui touchent les enjeux démocratiques, les relations internationales ou les modes de scrutin. Des rencontres de 20 minutes dans un style simple et ouvert avec des spécialistes, des personnes présentes sur le terrain et aussi des étudiantes et étudiants de second cycle.

Au fil du temps

novembre
2018
Élections de mi-mandat aux États-Unis

juillet
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

juin
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

mars
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

décembre
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

septembre
2017
Ouragans sur les Caraïbes

août
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

janvier
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

janvier
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

novembre
2016
Élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis

septembre
2016
Apparition de l'ouragan Matthew

juin
2016
Attentat meurtrier dans une boîte de nuit d'Orlando, aux États-Unis

mars
2016
Début de la visite du président américain Barack Obama à Cuba

janvier
2016
Dévoilement de données confirmant l'établissement d'un record de chaleur en 2015

octobre
2015
Signature du Partenariat transpacifique à Atlanta, aux États-Unis

décembre
2014
Annonce des présidents des États-Unis et de Cuba sur les relations entre leurs pays

novembre
2014
Entente entre les États-Unis et la Chine sur la lutte aux changements climatiques

septembre
2014
Tenue d'une marche en faveur de la lutte aux changements climatiques

novembre
2012
Réélection de Barack Obama à la présidence des États-Unis

Un compromis in extremis. Voilà à quoi les républicains et démocrates en sont arrivés, le 1er août 2011, afin de régler ce qu'il est aujourd'hui convenu d'appeler la «crise de la dette américaine». Le Congrès avait jusqu'au 2 août 2011 pour trouver un terrain d'entente, faute de quoi le gouvernement serait tombé en situation de défaut de paiement. Le règlement voté inclut entre autres une hausse du plafond de la dette et des coupures de 2500 milliards US.

2500 $US en compressions budgétaires

Après des mois d'intenses négociations entre les camps républicain et démocrate, le Congrès a voté en faveur d'un plan autorisant les États-Unis à dépasser le plafond de la dette fédérale, fixé à 13,4 milliards US, et à réemprunter 1000 milliards US (1). À 12 heures de la date butoir du 2 août 2011, les sénateurs ont voté en faveur du plan proposé, lequel avait déjà été entériné la veille par un vote à la Chambre des représentants. Des 430 représentants - majoritairement républicains -, 269 ont voté pour.

Concrètement, ce plan prévoit une réduction des dépenses du gouvernement de 2500 milliards US sur 10 ans. Les budgets de la Défense et des programmes de sécurité nationale sont les premiers à écoper des coupures votées par le Congrès. Ils verront leur enveloppe fondre de 315 milliards US (2).

Pour le reste, la création d'une commission bipartite de 12 élus est prévue sous peu. Son mandat sera de cibler, avant le 23 novembre 2011, les ministères et programmes qui seront touchés par les coupures budgétaires (3). Seuls les programmes de Sécurité sociale et Medicare sont garantis d'y échapper (4). Aucune hausse d'impôts n'est inclue dans l'entente. Dans le cas d'un échec de la commission à arriver à un consensus, tous les budgets subiront les coupes à parts égales (5).

Un compromis difficile

Même si le plafond de la dette a été haussé huit fois sans embûches depuis 2001 (6), la crise actuelle a ceci de particulier qu'elle s'est produite dans un contexte économique difficile, marqué par un taux de chômage de plus de 9 % (7). Les négociations entre républicains et démocrates se sont donc déroulées sur fond de débat à saveur politique, les uns prônant des coupures budgétaires et les autres souhaitant une hausse des impôts aux plus riches.

Dans le camp démocrate, la plus grande déception concernant cette entente est l'impression que ce sont les classes moyennes et pauvres qui écoperont des réductions budgétaires (8). Le président Barack Obama n'a pas réussi à y inclure une hausse des impôts (9), comme le souhaitaient ses partisans. Le démocrate Emmanuel Cleaver a même qualifié le compromis de «sandwich de Satan» (10).

Si plusieurs commentateurs s'entendent pour dire que le Tea Party, un mouvement radical de droite, est le seul gagnant derrière l'adoption de ces coupures (11), aucun n'a exprimé être complètement satisfait du compromis final. Les membres du Tea Party auraient préféré des réductions de l'appareil gouvernemental encore plus drastiques (12). Même l'opinion publique américaine n'y a pas trouvé satisfaction. Selon un récent sondage, le trois quarts des Américains a soutenu qu'il ne retenait rien de positif de cette entente (13).

Les États-Unis déclassés

Le houleux débat sur la crise de la dette s'est également répercuté sur les marchés financiers, lesquels sont restés à la baisse tout au long du mois de juillet (14). Le 31 juillet 2011, un premier plan, déposé par le président de la Chambre des représentants, le républicain John Boehner, avait été rejeté par le Sénat (15), à majorité démocrate. Trouver un consensus est alors devenu l'objectif commun de tous les membres du Congrès. Un échec des négociations aurait mené les Etats-Unis vers un défaut de paiement, avec pour conséquence directe une perte de confiance envers le dollar américain (16).

Toujours en juillet, une importante agence de cotation, Moody's Investors Service, avait annoncé que le pays risquait de perdre sa note de crédit AAA (17). Bien que la hausse du plafond de la dette votée par le Congrès devait servir à rassurer les marchés, ils ont tout de même chuté drastiquement huit jours après l'adoption du compromis. Une autre agence de cotation, Standard and Poor's, qui avait également menacé les Etats-Unis d'un déclassement, a baissé sa note à AA + (18).




Références:

(1) DESJARDINS, François. «Entente sur la dette aux Etats-Unis - Feu vert de la Chambre des représentants», Le Devoir, 2 août 2011, p.A1.

(2) HÉTU, Richard. «La Chambre adopte le compromis», lapresseaffaires.com, 1er août 2011.

(3) Loc. cit.

(4) ASSOCIATED PRESS. «Dette américaine : Accord à minuit moins une», Le Soleil, 1er août 2011, p.7.

(5) COUSINEAU, Sophie. «Chronique - À la prochaine crise», La Presse, 3 août 2011, p.lapresseaffaires1.

(6) BROUSSEAU-POULIOT, Vincent. «Les yeux tournés sur le 2 août : la crise de la dette américaine en sept questions», La Presse, 12 juillet 2011, p.A15.

(7) HULSE, Carl et al., «House passes deal to raise debt cap and defuse crisis», Site du New York Times, 2 août 2011, [En ligne], http://query.nytimes.com/gst/fullpage.html?res=9C0... (page consultée le 1er octobre 2011)

(8) Ibid.

(9) BROUSSEAU-POULIOT, Vincent. Op. cit.

(10) KANE, Paul, et MONTGOMERY, Lori. «House passes historic debt deal on eve of deadline», Site du Washington Post, 1er août 2011, [En ligne], http://www.washingtonpost.com/politics/cbo-confirm... (page consultée le 1er octobre 2011).

(11) HÉTU, Richard. Op. cit.

(12) NOCERA, Joe. «Op-ed columnist - Tea Party's war on America», 1er août 2011, [En ligne], http://www.nytimes.com/2011/08/02/opinion/the-tea-... (page consultée le 1er octobre 2011).

(13) KANE, Paul, et MONTGOMERY, Lori. Op. cit.

(14) LE SOIR. «Wall Street accuse le coup», 12 juillet 2011, p.2.

(15) ASSOCIATED PRESS. «Crise de la dette américaine : le Congrès demeure divisé», Le Soleil, 30 juillet 2011, p.31.

(16) HULSE, Carl, et al. Op. cit.

(17) REUTERS. «Crise de la dette : Moody's menace les Etats-Unis», lepoint.fr, 14 juillet 2011.

(18) MACARTHUR R., John. «La métaphore maladroite d'Obama», Le Devoir, 3 octobre 2011, p.B2.

Autres références

AGENCE FRANCE-PRESSE, et KNOX, Olivier. «Un cocktail de facteurs a mené la superpuissance au bord du gouffre», Le Devoir, 28 juillet 2011, p.B5.

FORELLE, Charles, et LAURICELLA, Tom. «Economic fears hit Global Markets», Site du Wall Street Journal, 3 août 2011, [En ligne], http://online.wsj.com/article/SB100014240531119035... (page consultée le 1er octobre 2011).

MUDD, Tom. «European relief at Debt Deal proves short-lived», Site du Wall Street Journal, 1er août 2011, [En ligne], http://online.wsj.com/article/SB100014240531119033... (page consultée le 1er octobre 2011).

NEW YORK TIMES. «Did the Tea Party win? Debate», Site du New York Times, 1er août 2011, [En ligne], http://www.nytimes.com/roomfordebate/2011/08/01/in... (page consultée le 1er octobre 2011).

PAPAGIANIS, Christopher. «A long war», Site du New York Times, 1er août 2011, http://www.nytimes.com/roomfordebate/2011/08/01/in... (page consultée le 1er octobre 2011)

Dernière modification: 2011-10-10 15:12:18

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Le président Trump frappe encore sur Tweeter
>février 2019


For the land of the free...mais l'est-ce vraiment?
>février 2019


Fahrenheit 11/9 : Michael Moore manque de nouveau la cible avec son plus récent documentaire
>janvier 2019


Un véritable tsunami démocrate
>décembre 2018


Les États-Unis suffoquent sous la dette
>novembre 2018


Le retour de Mitt Romney, républicain anti-Trump
>novembre 2018


Une dangereuse transformation de la politique américaine?
>novembre 2018


Charlottesville : un rassemblement suprémaciste blanc qui a fini en drame
>octobre 2018


Le plus atypique de tous les présidents américains
>octobre 2018


Cinquante ans plus tard: retour sur l'élection de 1968 et la présidence de Richard Nixon
>octobre 2018


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016