10 décembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

30 novembre 2009

Jeux Olympiques des 2016 : un enjeu de taille


Ève-Catherine Métras
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

octobre
2018
Élection de Jair Bolsonaro à la présidence du Brésil

avril
2018
Arrestation de l’ex-président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva

août
2016
Destitution de la présidente brésilienne Dilma Rousseff

août
2016
Ouverture des Jeux olympiques de Rio de Janeiro

octobre
2014
Réélection de Dilma Rousseff à la présidence du Brésil

juin
2013
Manifestations d'envergure au Brésil

octobre
2010
Élection de Dilma Rousseff à la présidence du Brésil

juillet
2007
Présentation de la journée Live Earth

octobre
2006
Réélection de Luiz Inacio Lula da Silva à la présidence du Brésil

mai
2006
Rébellion simultanée dans les prisons de Sao Paulo, au Brésil

octobre
2002
Élection de Luiz Inacio Lula da Silva à la présidence du Brésil

janvier
2001
Ouverture du premier Forum social mondial à Porto Alegre

avril
1993
Tenue d’un référendum sur le régime et le système politique au Brésil

décembre
1992
Démission du président brésilien Fernando Collor

octobre
1992
Émeute dans la prison Carandriu de Sao Paulo, au Brésil

juin
1992
Ouverture du Sommet de la Terre à Rio de Janeiro

mars
1991
Signature du traité menant à la création du Mercosur

janvier
1985
Élection de Tancredo Neves à la présidence du Brésil

janvier
1984
Création du Mouvement des Sans terre au Brésil

Le Comité international olympique (CIO) a finalement rendu sa décision le 2 octobre 2009: Rio de Janeiro aura l'insigne honneur, en 2016, d'être l'hôte des 31e Jeux olympiques (JO) d'été. Effectivement, à la suite de l'évaluation des dossiers de candidature des différentes villes en lice, soit Chicago, Madrid, Tokyo et Rio de Janeiro, c'est la ville brésilienne qui est ressortie du lot et qui est devenue, par la même occasion, la première ville d'Amérique du Sud à être l'hôte de Jeux olympiques(1).

Le résultat du vote a certes pu en étonner plus d'un. Néanmoins, le CIO a justifié sa décision à la suite de l'annonce du résultat du vote. Au premier tour, c'est la ville de Chicago qui fut éliminée avec seulement 18 voix sur une possibilité de 100. La raison du CIO était fort simple, Chicago n'avait tout simplement pas les moyens financiers pour soutenir un projet d'une telle envergure. Au deuxième tour, c'est Tokyo qui fut éliminée en obtenant seulement 20 voix. Son rejet fut justifié par le très faible enthousiasme de la population japonaise à recevoir les JO. Effectivement, seulement 55.5% des gens consultés s'étaient exprimés favorables au projet lors d'un sondage populaire(2). Finalement, au dernier tour, Rio de Janeiro remporta la palme avec 66 voix contre 32 pour Madrid. Celle-ci fut rejetée pour son incompréhension des défis que représente l'organisation des JO, et ce, au niveau financier comme au niveau organisationnel.

À quoi est due la victoire de Rio de Janeiro? Certains diront que c'est au discours enflammé qu'avait livré le président brésilien Lula de Silva quelques jours avant le vote. D'autres croient que c'est le budget faramineux prévu par Rio - 2,82 milliards de dollars pour les Jeux, mais 14,4 milliards au total avec les infrastructures et les transports(3)- qui lui a permis d'avoir l'appui du CIO. Les hypothèses sont multiples au sein de la communauté mondiale. Pour sa part, le président du CIO, Jacques Rogge a affirmé que : «Rio a présenté un dossier très solide, basé sur une vision des Jeux qui célèbre les athlètes et le sport et qui, plus largement, donne l'occasion à la ville, à la région et au pays, de mettre en application ses ambitions pour le futur(4).» Malgré tous les bons mots dirigés vers la nouvelle hôte des Jeux olympiques de 2016, ce choix est-il réellement judicieux de la part du CIO?

Une ville où la criminalité fait partie du quotidien

Bien que la ville de Rio de Janeiro semble prête au niveau financier et organisationnel à recevoir les JO de 2016, une difficulté majeure persiste au sein de cette ville sud-américaine : la lutte entre les forces de l'ordre et les trafiquants de drogue. Le coeur de ce conflit sans interruption est la présence de près de 1020 favelas (bidonvilles brésiliens(5)) situés, pour la majorité, au nord de Rio de Janeiro, là où se dérouleront les cérémonies d'ouverture et de clôture des Jeux olympiques de 2016. Outre le fait que les favelas démontrent la pauvreté du pays, ce sont aussi les endroits les plus criminalisés de Rio de Janeiro. Effectivement, il existe un réseau de vente de drogues au sein de ces bidonvilles. Chaque favela tente d'obtenir, généralement par la force, «le contrôle des points de vente de la drogue(6)». La situation dégénérant progressivement, les policiers n'ont d'autre choix que d'intervenir. Néanmoins, le résultat n'est que très peu concluant, se soldant souvent par la mort de plusieurs personnes.

Dans un contexte de violence accrue comme celui vécu à Rio de Janeiro, est-il tout de même sécuritaire d'y tenir des JO? Surtout lorsque l'on considère que cette ville d'Amérique du Sud est l'une des plus dangereuses au monde. Le gouverneur de Rio de Janeiro, monsieur Cabral, a promis une sécurité accrue avec la présence de 40 000 policiers lors de la tenue des Jeux. Mais cela sera-t-il suffisant pour empêcher tout débordement lors de ce fameux évènement? Difficile à dire présentement. Il est préférable de considérer que les élus de Rio de Janeiro ont 7 années pour se préparer en vue des Jeux. Ce qui donnera certes la chance à cette ville de mettre en place certaines mesures pour faire diminuer la criminalité.

L'envers de la médaille

On peut facilement s'inquiéter de la criminalité à Rio de Janeiro. Toutefois, il n'y a pas que des retombées négatives à la tenue des Jeux. On parle ici d'une ville qui est consciente des problèmes qui la tourmentent et qui, néanmoins, fait des efforts pour aller de l'avant et régler ses conflits d'ici la tenue de cet événement, en 2016.

Comme chaque ville qui a obtenu l'insigne honneur d'être l'hôte des Jeux olympiques, il va de soi qu'une telle entreprise offrira un rayonnement particulier et favorisera grandement l'économie locale à atteindre son paroxysme. En tant que digne hôte des premiers JO en Amérique du Sud, Rio de Janeiro disposera, par le fait même, d'une ouverture nouvelle sur le monde. La barre est d'ailleurs déjà haute pour le Brésil. Il est aussi intéressant de constater que, même dans une situation de crise économique mondiale, un pays comme le Brésil garde la tête sortie de l'eau et commence tranquillement à relancer son économie. L'avènement d'un évènement comme les Jeux olympiques ne saurait que redorer le travail déjà entrepris et permettrait la mise en place d'une prospérité économique pour les années suivant ces Jeux. Pour le Président brésilien Lula de Silva, avoir choisi le Brésil signifie que l'on reconnaît un peuple qui progresse autant au niveau économique que social. Les Jeux olympiques ne doivent plus être une exclusivité des pays riches. Il ne s'agit plus seulement d'une question de sport, c'est une question de fierté et de reconnaissance entre pays(7).

À ce jour, il est encore impossible de savoir, ni même de prédire si les Jeux olympiques de Rio de Janeiro seront une réussite ou non. Les obstacles à surmonter d'ici là sont majeurs et requièrent beaucoup de temps et d'énergie. Est-ce un objectif insurmontable que de vouloir enrayer ou, du moins, faire diminuer massivement la présence criminelle au sein des favelas et de la communauté brésilienne? Possiblement que non et ce, tant et aussi longtemps que le problème est pris en considération et que d'importantes mesures sont déployées pour assurer la réussite de cet évènement d'envergure.

Il ne faut toutefois pas oublier le fait que le Brésil dispose d'une économie stable, de projets ambitieux pour de nouvelles infrastructures ainsi que d'un budget encore inégalé jusqu'à présent. Un réel défi de taille s'offre pour Rio de Janeiro. Plusieurs seront impatients de constater si elle le relèvera ou non... Seul l'avenir nous le dira. Le compte à rebours est commencé. Rio de Janeiro, il vous reste 7 ans!




Références:

(1) RADIO-CANADA, «Jeux olympiques de 2016, Rio en liesse», publié le 03.10.09., http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International... page consultée le 28.11.09.

(2) CHAPTAL, Françoise, « JO 2016 : le CIO critique mais ne se mouille pas», Cyberpresse, publié le 02.09.09, http://www.cyberpresse.ca/sports/autres-sports/oly... page consultée le 28.11.09.

(3) RADIO-CANADA, «Jeux olympiques de 2016, Rio en liesse», publié le 03.10.09., http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International... page consultée le 28.11.09.

(4) Ibid

(5) LANGELLIER, Jean-Pierre, «Scènes de guérilla urbaine dans les favelas de Rio de Janeiro», Le Monde.Fr, publié le 19.10.09, http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2009/10/19... , page consultée le 28.11.09.

(6) Ibid

(7) GALLORO, Melody, « Les JO ne doivent pas être une exclusivité des pays riches», Fondation du comité olympique, publié le 28.07.09, http://community.olympicfoundation.ca/blogs/nouvel... page consultée le 28.11.09.

(8) LE NOUVELLISTE, «International – Drogues, armes… et Jeux olympiques», publié le 19.10.09, http://mobile.lenouvelliste.ch/fr/nouvellisteMobil... page consultée le 28.11.09.

Dernière modification: 2009-12-07 08:31:54

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

L'agriculture au Brésil : relancer l'économie, mais à quel prix?
>septembre 2019


Le Brésil paralysé par une grève des routiers
>novembre 2018


Élection présidentielle au Brésil : un conservateur et misogyne au pouvoir
>octobre 2018


Inculpation de Luiz Inacio Lula da Silva : la déchéance d'un héros brésilien
>avril 2018


Mobilisation citoyenne au Brésil : la tête de Temer en jeu
>septembre 2017


Petrobras : toxique pour l'État brésilien?
>avril 2017


La situation amazonienne: un éternel débat entre environnement et économie
>novembre 2016


Le Brésil au bord de la crise
>octobre 2016


Des jeux Olympiques inoubliables et une facture salée
>septembre 2016


JO Rio2016 : des Jeux olympiques à rabais
>février 2016


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019