Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

17 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

30 November 2009

Les sables bitumineux : un enjeu « conservateur »


Vincent Talbot
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

October
2018
Légalisation du cannabis au Canada

October
2015
Élection au Canada du Parti libéral de Justin Trudeau

May
2011
Réélection au Canada du Parti conservateur de Stephen Harper

October
2008
Ouverture du douzième Sommet de la Francophonie

October
2008
Réélection au Canada du Parti conservateur de Stephen Harper

June
2007
Ouverture du Sommet du G8 à Heiligendamm, en Allemagne

January
2006
Élection au Canada du Parti conservateur de Stephen Harper

June
2004
Élection au Canada du Parti libéral de Paul Martin

November
2000
Réélection au Canada du Parti libéral de Jean Chrétien

September
1999
Ouverture du huitième Sommet de la Francophonie

June
1997
Réélection au Canada du Parti libéral de Jean Chrétien

October
1995
Tenue d'un référendum sur la souveraineté du Québec

October
1993
Élection au Canada du Parti libéral de Jean Chrétien

December
1992
Signature de l'Accord de libre-échange nord-américain

October
1992
Tenue d'un référendum au Canada sur l'entente de Charlottetown

June
1990
Échec de l'accord constitutionnel du lac Meech au Canada

November
1989
Création de la Coopération économique pour l'Asie-Pacifique

November
1988
Réélection au Canada du Parti progressiste-conservateur de Brian Mulroney

September
1987
Ouverture du deuxième Sommet de la Francophonie

L'Alberta, une province canadienne, connaît depuis quelques décennies un développement sans pareil au pays. En effet, la quatrième plus importante province en terme de population profite de ses ressources naturelles afin de développer un secteur de l'économie canadienne qui lui apporte une grande prospérité, mais crée également une fracture au sein de l'opinion publique.

Les sables bitumineux de l'Alberta représentent les deux tiers de tous ceux que l'on retrouve au Canada. Cette industrie injecte dans l'économie plusieurs milliards et représentait en 2007 5,6 % du PIB canadien (1). L'exploitation des sables bitumineux crée également 372 000 emplois, soit 2,2 % de la population active. Ce secteur de l'économie est aussi responsable d'exportations majeures pour le Canada (2) .

Il est donc évident que cette industrie est extrêmement importante pour l'économie canadienne. Toutefois, même si énormément de personnes vivent et profitent de l'exploitation des sables bitumineux, ceux-ci ne font pas l'unanimité et loin de là. Plusieurs raisons sont en cause, mais la défense de l'environnement reste l'argument principal des opposants à cette exploitation. Il faut également lier à cet argument le fait que l'Alberta est presque la seule province à pouvoir profiter de cette industrie lucrative.

Tous ces éléments ont pour conséquence de créer une fracture d'opinions dans la population canadienne qui se traduit par des différences au niveau du vote. Le Canada compte trois grands partis nationaux fédéraux ainsi qu'un parti régional fortement représenté provenant du Québec. Le Parti conservateur du Canada (PCC) est le seul grand parti canadien doté d'une idéologie de droite, centre-droit. Ce parti est très populaire en Alberta, il obtient d'ailleurs 27 des 28 comptés de la province aux élections fédérales de 2008 (3). Au niveau provincial, l'Alberta est dirigée depuis 37 ans par les progressistes-conservateurs, un parti qui, malgré son indépendance face au PCC, adopte des politiques similaires et démontre une coopération indéniable avec les conservateurs fédéraux. Le vote albertain semble donc se diriger presque toujours vers les partis dits de droite, centre-droit. La question se pose alors, peut-on associer la fidélité des Albertains aux conservateurs aux politiques de ceux-ci face à l'exploitation des sables bitumineux?

Le prix à payer

Malgré ses avantages économiques vertigineux et sa capacité d'offrir une croissance non négligeable du produit intérieur brut canadien, l'exploitation des sables bitumineux ne vient pas sans conséquences. En effet, l'exploitation, qui est faite en trois étapes, nécessite beaucoup d'eau afin d'extraire le bitume du sable, et également un changement environnemental incontournable afin de pouvoir extraire les sables contenant le bitume. En 2008, le National Geographic cible les sables bitumineux comme «une source d'énergie des plus sales», allant même jusqu'à faire un parallèle satanique avec les usines d'exploitations qui détruisent la faune et la flore (4). Cette parution du National Geographic peut être considérée comme une gifle au visage du Canada. En effet, le magazine, réputé mondialement et publié à des millions d'exemplaires, donne du pays une image très néfaste.

Le PCC au pouvoir lors de cette publication a réagi par son ministre de l'Environnement Jim Prentice : «Le point important est que nous avons établi un dialogue avec les États-Unis et nous mettons l'accent sur la technologie et l'innovation, où l'on s'assure que nous réduisons collectivement notre production de gaz carbonique» (5). Pour sa part Thomas Mulcaire, député néo-démocrate à la Chambre des communes, affirme que le gouvernement conservateur fait fi de toute responsabilité environnementale depuis son arrivée au pouvoir. Gilles Duceppe, chef du Bloc québécois, a quant à lui accusé le PCC et le premier ministre Stephen Harper d'être «complètement vendu (s) aux pétrolières albertaines (6).»

Sur la scène provinciale

Le gouvernement conservateur fédéral n'est pas le seul à être victime d'attaques concernant l'exploitation des sables bitumineux. Ed Stelmach, premier ministre albertain et chef du Parti progressiste conservateur (PPC) de l'Alberta en 2009, affirme qu'il désire redorer cette industrie «moins dommageable pour l'environnement qu'on voudrait le croire, mais [qui est] aussi des plus bénéfiques pour l'économie canadienne (7).» Monsieur Stelmach abonde dans le même sens que le PCC et ne cache pas son appui à l'exploitation extensive des sables bitumineux albertains. Il croit que cette industrie est bénéfique pour l'Alberta et le Canada. Malgré le fait que le gouvernement albertain reconnaît l'impact environnemental des sables bitumineux, il affirme, en opposition totale avec les environnementalistes, que cet impact est minime et que la croissance économique qu'ils apportent est de loin supérieure à cet impact. Ce à quoi Sidney Ribaux d'Équiterre réplique que «l'exploitation des sables bitumineux est cinq fois plus polluante que la méthode traditionnelle (8).»

Un lien indéniable

L'Alberta votait conservateur avant l'arrivée de l'industrie reliée aux sables bitumineux. La province est très ancrée dans ses opinions conservatrices et se reconnaît bien dans l'idéologie de droite, centre droit, du PCC et du PPC. L'Alberta est aujourd'hui la province la plus à droite au Canada, on la compare souvent à certains États américains du mid-ouest où les valeurs sont plus conservatrices. Cette idéologie semble de nos jours jouer un rôle important dans les raisons pour lesquelles les Albertains ne semblent pas se préoccuper réellement des impacts environnementaux de l'exploitation des sables bitumineux. En effet, en votant massivement pour le PCC et le PPC, ils envoient le message à leurs élus qu'ils ne désirent pas de politiques contraignantes face aux sables.

À cet égard, l'Alberta se distingue totalement des provinces de l'Est plus libérales. Elle est, après le Québec, la province canadienne avec les plus grandes particularités que ce soit au niveau politique (rôle de l'État), au niveau environnemental (province la plus polluante) ou encore au niveau social (province la moins taxée, droits restreints des homosexuels, opposition à l'avortement, etc.). L'Alberta vote conservateur depuis 37 ans, ce règne ininterrompu est exceptionnel et il confirme le lien profond entre les conservateurs et les Albertains. Selon le politologue Trevor Harrison, «[...] après 37 ans de règne conservateur, le PC et l'État albertain ne font plus qu'un (9).» L'élection d'un gouvernement conservateur en Alberta a cependant des répercussions importantes sur le reste du Canada. En effet, l'appui des conservateurs à l'expansion de l'exploitation des sables bitumineux fait que le reste du Canada doit payer en voyant sa production de GES (Gaz à effet de serre) continuer d'augmenter en flèche.

Peut-on croire que le règne conservateur cessera en Alberta? La crise économique pourrait avoir affecté le gouvernement provincial, mais celui-ci, malgré un bilan très mitigé, ne semble pas voir ses appuis diminuer. Pour une onzième fois consécutive, les Albertains ont reporté le PPC au pouvoir en 2008. Malgré un taux de participation de seulement 41,3 %, les conservateurs provinciaux ont obtenu 72 des 83 sièges disponibles (10), signe que les temps ne sont pas près de changer en Alberta.




Références:

(1)STATISTIQUES CANADA, «Énergie» publié le 20.01.09, http://www41.statcan.ca/2008/1741/ceb1741_000-fra.htm, consulté le 29.11.09

(2) Ibid.

(3)RADIO-CANADA, «Élections Canada 2008» http://elections.radio-canada.ca/elections/federal... consulté le 29.11.09

(4) SHIELDS, Alexandre, «Portrait dévastateur d'une industrie polluante», Le devoir, publié le 26.02.09, p. a5.

(5) Loc. cit.

(6) Loc. cit.

(7) SHIELDS, Alexandre, «Les sables bitumineux : de l'Alberta au Québec.» publié le 29.10.08, Le Devoir, p.b1.

(8) Loc. Cit.

(9) CORNELLIER, Manon,« Apathiques, les Albertain?», publié le 08.03.08, Le Devoir, p.b2

(10) Loc. cit.

Autres références

GOVERNMENT OF ALBERTA, «Government», http://alberta.ca/home/government.cfm, consulté le 28.11.09

LE PARTI CONSERVATEUR DU CANADA, «Les politiques», http://www.conservative.ca/FR/5317, consulté le 29.11.09

RADIO-CANADA, «Les Sables bitumineux de l'Alberta», http://www.radio-canada.ca/tv/decouverte/62_sable_bitum/, consulté le 29.11.09

Dernière modification: 2009-12-07 08:08:53

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016