10 décembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

29 janvier 2006

La droite élue au Canada


Marie-Josée Clavet
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

octobre
2019
Réélection au Canada d’un gouvernement libéral minoritaire

octobre
2018
Légalisation du cannabis au Canada

octobre
2015
Élection au Canada du Parti libéral de Justin Trudeau

mai
2011
Réélection au Canada du Parti conservateur de Stephen Harper

octobre
2008
Ouverture du douzième Sommet de la Francophonie

octobre
2008
Réélection au Canada du Parti conservateur de Stephen Harper

juin
2007
Ouverture du Sommet du G8 à Heiligendamm, en Allemagne

janvier
2006
Élection au Canada du Parti conservateur de Stephen Harper

juin
2004
Élection au Canada du Parti libéral de Paul Martin

novembre
2000
Réélection au Canada du Parti libéral de Jean Chrétien

septembre
1999
Ouverture du huitième Sommet de la Francophonie

juin
1997
Réélection au Canada du Parti libéral de Jean Chrétien

octobre
1995
Tenue d'un référendum sur la souveraineté du Québec

octobre
1993
Élection au Canada du Parti libéral de Jean Chrétien

décembre
1992
Signature de l'Accord de libre-échange nord-américain

octobre
1992
Tenue d'un référendum au Canada sur l'entente de Charlottetown

juin
1990
Échec de l'accord constitutionnel du lac Meech au Canada

novembre
1989
Création de la Coopération économique pour l'Asie-Pacifique

novembre
1988
Réélection au Canada du Parti progressiste-conservateur de Brian Mulroney

Le 23 janvier 2006, les Canadiens se sont présentés aux urnes pour porter au pouvoir le Parti conservateur du Canada (PCC), dirigé par Stephen Harper, qui sera assermenté le 7 février 2006 au poste de Premier Ministre du Canada. M. Harper est alors le premier chef conservateur à être élu au Canada depuis 1988, année de la dernière victoire de Brian Mulroney, et ce après plus de douze ans de règne du Parti libéral du Canada (PLC) (1).

Le PCC a donc remporté une énorme proportion des sièges dans l'Ouest canadien, et a aussi réussi à rafler un peu moins d'une vingtaine des sièges appartenant aux libéraux en Ontario, province dont l'appui est nécessaire pour un parti convoitant la victoire aux élections fédérales. Normalement, l'Ontario vote en grande partie pour le PLC. Au Québec, les conservateurs ont remporté 10 sièges, ce qui est considérable pour un parti qui n'avait aucun député dans la province. Les provinces des maritimes, pour leur part, sont restées fidèles à leurs habitudes, votant majoritairement pour les libéraux (2).

Le PCC a raflé le plus grand nombre de sièges, mais a remporté les élections de justesse, soit avec 124 sièges, contre 103 pour le PLC, 51 sièges pour le Bloc québécois (BQ), parti présent seulement au Québec, et 29 sièges pour le Nouveau Parti démocratique (NPD) (3). Le PCC formera par conséquent un gouvernement minoritaire puisqu'il a obtenu le plus grand nombre de sièges, sans toutefois obtenir une majorité en chambre. Le PLC formera l'opposition officielle.

Ce sera le deuxième gouvernement minoritaire élu en 18 mois. La survie de ce gouvernement semble plutôt précaire (4) si l'on considère que le Parti conservateur a moins de députés au pouvoir que les partis dans l'opposition, soit un ratio de 124 sièges sur un total de 308. L'opposition pourra alors aisément bloquer les projets de lois, et renverser le gouvernement par un vote contre le budget ou par une motion de défiance, cela se faisant en obtenant une majorité des votes des députés en Chambre (5).

Ainsi, les conservateurs n'auront pas le choix de créer des alliances avec les partis d'opposition s'ils désirent appliquer leur programme de droite, ce qu'ils risquent de faire avec de grandes difficultés sur certains débats (6).

Cette victoire de la droite canadienne apportera, comme tout changement de gouvernance, un changement dans la dynamique au pays, notamment dans la relation entre l'État fédéral et les provinces. À cet effet, le gouvernement de M. Harper promet de mettre l'accent sur la réduction de la place qu'occupe le gouvernement central pour donner plus de pouvoirs aux provinces et leur permettre de mettre en ?uvre les politiques les concernant directement (6).

Il reste à savoir si le bilan des élections s'explique par une certaine volonté de changement ou par le mécontentement de la population canadienne suite au scandale des commandites. Ce scandale, impliquant des agences de publicité québécoises, des sociétés d'État et des membres du parti libéral faisant suite à la création d'un programme de commandites élaboré par les libéraux, alors au pouvoir, qui avait pour but d'accroître la visibilité du Canada au Québec suite au référendum de 1995. Or, les règles de gestion ont été ignorées et bafouées. Ces irrégularités ont été rendues publiques en 2004, faisant de ce scandale politique un des plus importants au Canada, ce qui a diminué la cote de popularité du Parti libéral (7). Conséquemment, il est fort probable qu'une partie de l'électorat se soit tourné vers la seule alternative possible, le PCC, pour remplacer le gouvernement libéral au pouvoir.

Néanmoins, M. Harper, un économiste de 46 ans qui est à la tête du PC depuis la création du parti, en 2003 (8), a annoncé en campagne électorale cinq priorités : le règlement du déséquilibre fiscal entre les provinces et le gouvernement fédéral, la mise en ?uvre d'un projet de loi sur l'imputabilité, faisant suite au scandale des commandites, des mesures pour lutter contre la criminalité, la réduction de la taxe sur les produits et services (TPS) dans un premier temps de 7% à 6%, et la mise en ?uvre d'une politique de garderies. Il désire aussi rouvrir le débat sur le mariage gai, qui fera l'objet d'un vote libre en Chambre (4).

Marie- Josée Clavet




Références:

1. RODRIGUE, Isabelle. « Premier ministre, Stephen Harper pourra savourer sa revanche ». La Presse Canadienne, section Actualités nationales, mardi 24 janvier 2006.

2. TOUPIN, Gilles. « Les Canadiens aux urnes; Une victoire depuis longtemps attendue ». La Presse, section Nouvelles générales, mardi 24 janvier 2006, p. A7.

3. La Presse. « Élections 2006». http://www.cyberpresse.ca/apps/pbcs.dll/section?Ca... . Consultation le 28/01/2006.

4. BELLAVANCE, Joël- Denis; TOUPIN, Gilles. « Stephen Harper met les Américains en garde ». La Presse, section Nouvelles générales, vendredi 27 janvier 2006, p. A1.

5. Société Radio- Canada. « Élections 2006; en profondeur ». http://radio-canada.ca/nouvelles/electionsFed200... . Consultation le 29/01/2006.

6. GUAY, Jean- Herman. « De quoi réfléchir ». La Presse, section Forum, mardi 24 janvier 2006, p. A23.

7. Société Radio- Canada. « Le programme des commandites ». http://www.radio-canada.ca/nouvelles/special/nouve... . Mise à jour le 26 octobre 2005. Consultation le 29/01/2006.

8. Parti Conservateur du Canada. « Leader ». http://www.conservative.ca/ . Mise à jour le 22 janvier 2006. Consultation le 29/01/2006.

Dernière modification: 2007-05-02 07:13:22

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Une légalisation du cannabis au Canada qui n'a pas causé de tempête
>novembre 2019


La planète s'invite… à la campagne électorale fédérale du Canada
>octobre 2019


Élections ontariennes 2018 : défaite historique des libéraux et reconstruction
>septembre 2019


Une opposition aux rêves de grandeur : les conservateurs canadiens sauront-ils faire mouche en 2019 ?
>février 2019


Un avenir incertain dans les relations canado-américaines
>octobre 2018


Markham : capitale canadienne des hautes technologies
>septembre 2018


Une guerre de l'eau anticipée entre le Canada et les États-Unis
>février 2018


La taxe carbone au Canada : les provinces de l'Ouest s'opposent
>décembre 2017


Le GIEC à Montréal pour planifier son sixième rapport : est-ce suffisant?
>octobre 2017


Un changement de couleur en Colombie-Britannique!
>octobre 2017


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019