23 octobre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

5 avril 2011

Élections à Taïwan : le parti pro-chinois de Ma Ying-Jeou sous les projecteurs


Roxane Cyrenne
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

janvier
2016
Élection de Tsai Ing-wen à la présidence de la République de Chine (Taïwan)

novembre
2015
Poignée de main historique entre les présidents de la Chine et de Taïwan

avril
1975
Décès de Tchang Kaï-chek

décembre
1954
Traité de défense mutuelle entre les États-Unis et la République de Chine (Taïwan)

mars
1950
Accession de Tchang Kaï-chek à la présidence de la République de Chine

décembre
1949
Fuite des nationalistes chinois à Taïwan

Approximativement à la même période l'année prochaine, le peuple taïwanais devra choisir son prochain chef d'État lors de l'élection présidentielle. Il s'agit d'une décision qui aura d'importantes répercussions également hors des frontières de l'État et plus particulièrement en ce qui a trait à ses relations avec la Chine. En effet, la situation de Taïwan par rapport à la Chine est considérée comme problématique, et ce, depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale.

D'une manière concise, la problématique consiste dans le fait que Taïwan est une île au sud de la Chine et qu'elle était autrefois un territoire chinois. En 1895, le gouvernement chinois l'a cédée au Japon en tant que colonie, mais la fin de la guerre de 1939-1945 en a fait un État indépendant, du moins en apparence. La Chine n'a alors pas tardé à réclamer le territoire. La situation s'est grandement compliquée à partir de 1949, lorsque des nationalistes et partisans d'une Chine unie se sont réfugiés à Taïwan après avoir perdu la guerre civile qui faisait rage en Chine (1).

Depuis cette époque, deux mouvements se distinguent parmi les politiciens du pays. D'une part, on retrouve les partisans d'une politique pro-chinoise (One China) (2) qui se concentrent dans le parti Kuomintang (KMT). D'autre part, on retrouve les militants pour un État taïwanais fort, indépendant de la Chine, qui forment le Démocratic Progressive Party (DPP). Ce sont d'ailleurs les deux partis en course pour la gouvernance du pays lors des élections de 2012. Plusieurs facteurs doivent être pris en considération pour évaluer l'orientation que prendra l'élection présidentielle à venir, à commencer par le choix d'un chef pour le DPP qui définira la ligne du parti (3).

Deux partis diamétralement opposés

Le KMT est un parti très riche en histoire. En fait, il a été au pouvoir pendant plus de cinquante ans, entre 1949 et 2000. La principale raison qui explique ce phénomène est la loi martiale qui régissait le pays lorsque les troupes américaines ont quitté le territoire après leur occupation d'après-guerre. Cette loi rendait, entre autres, l'établissement d'autres partis pratiquement impossible et, par conséquent, permettait au KMT de demeurer le seul parti fort. À cette époque, la ligne de parti était centrée sur une politique agressive contre l'indépendance de l'État. Le parti soutient la réunification de la Chine. De plus, les politiques instaurées sont principalement peu favorables à la population qui résidait sur l'île avant l'importante immigration en provenance de la Chine puisque les Chinois ont tendance à considérer les Taïwanais inférieurs à eux. L'objectif ultime pour le parti était de se préparer à retourner en Chine en entrainant avec lui le territoire taïwanais (4).

Depuis que la loi martiale a été abolie en 1987, le parti a perdu beaucoup en popularité. En 2000, le parti DPP est entré au pouvoir pour le rester jusqu'en 2008. Ce parti est très jeune puisque, bien que créé en 1987, il n'est devenu légal qu'en 1989 alors que le système électoral « unipartiste » a été révisé (5). La plateforme électorale du DPP prône la souveraineté de l'État taïwanais ainsi que l'élaboration d'une identité nationale. Néanmoins, le tout est encore sujet à changement puisque le parti est actuellement en élection pour choisir son nouveau chef. Des quatre candidats en lice, deux sont favorisés, soit Tsai Ing-wen et l'ancien premier ministre Su Tseng-chang. Dans le cas de l'élection de Ing-wen, les impacts de l'entrée au pouvoir du DPP seraient moins grands par rapport à la Chine puisqu'elle est reconnue pour avoir une approche plus modérée que son opposant, Tseng-chang (6).

Des élections encore une fois à saveur économique

En 2008, le KMT a profité d'un scandale de corruption affectant le DPP et son chef, Chen Shui-bian, pour reprendre la majorité au Parlement après avoir été relégué pendant huit ans à l'opposition. De plus, la perspective d'un gouvernement majoritaire avait fortement encouragé la population à voter pour le KMT dans le but de contrebalancer le gouvernement instable formé par le DPP pendant la dernière décennie.

Cependant, la situation est renversée pour les prochaines élections puisque c'est l'image du KMT qui est entachée cette fois-ci. En effet, le gouvernement de Ma Ying-jeou a très mal géré la crise économique qui a affecté le monde entier au cours des dernières années. Ying-jeon s'en est bien tiré dans les premiers temps, en 2008, en reprochant tous les problèmes du pays à son prédécesseur, mais la population n'y croit plus. Les récentes élections législatives, qui se déroulent toujours dans certaines régions administratives, démontrent une remontée dans les sondages populaires du DPP. Les résultats électoraux récents confirment également cette tendance (7).

Le DPP base présentement sa campagne électorale sur des attaques envers la politique économique intérieure du KMT au cours de son mandat. Ce dernier n'a pas réussi à respecter les promesses qu'il avait faites en matière de réduction du chômage et d'augmentation du salaire moyen des ménages taïwanais.

De son côté, le KMT tente d'utiliser ses décisions en matière de politique économique extérieure à son avantage. Dans un premier temps, le simple fait que l'actuel président de Taïwan ait une politique pro-chinoise a assoupli quelque peu les tensions avec la Chine. Par conséquent, le tourisme chinois est en expansion sur le territoire taïwanais. Dans un deuxième temps, il ne faut pas oublier de mentionner le traité historique en matière de commerce que la Chine et Taïwan ont signé vers la fin de 2010. En plus de mettre en place des tarifs douaniers avantageux pour favoriser les exportations de Taïwan, une politique a été adoptée pour faciliter les investissements chinois sur le territoire. L'entente est évaluée à plus de 100 milliards de dollars d'échanges entre les deux pays. Le gouvernement formé par le KMT s'est même avancé à prédire la création d'environ 260 000 emplois et un taux d'inflation de 1,7 % pour l'année à venir (8).

À première vue, le parti KMT est donc avantagé en se basant entre autres sur l'amélioration des relations diplomatiques avec la Chine. La population ne peut ignorer ce fait, surtout que la Chine possède des missiles actuellement orientés vers l'île. La menace de conflit entre les deux États s'étend donc à un niveau militaire. Pourtant, les sondages changent rapidement et rendent les prédictions peu fiables. La peur d'une dépendance envers la Chine est très présente chez la population et affecte les intentions de vote. Plusieurs craignent qu'une augmentation des investissements chinois empêche le développement des industries taïwanaises. C'est donc dire que, pour l'instant, la politique pro-chinoise du KMT est autant sa plus grande force que sa plus grande faiblesse (9).




Références:

1. ROBERGE, Michal et LEE, Youkyung. « China-Taiwan Relations », Council on Foreign Relations, [En ligne], 11 août 2009, http://www.cfr.org/china/china-taiwan-relations/p9223 (Page consultée le 3 avril 2011)

2. Ibid.

3. ONLINE NEWSHOUR REPORT. « China-Taiwan History », Online NewsHour Report, [En ligne], http://www.pbs.org/newshour/bb/asia/china/china-taiwan.html (Page consultée le 3 avril 2011)

4. FELL, Dafydd. « Election Season Returns to Taiwan: Prospects for Taiwan's National Elections in 2012 », The Brookings Institution, [En ligne], mars 2011, http://www.brookings.edu/opinions/2011/0307_taiwan... (Page consultée le 27 mars 2011)

5. ROBERGE, Michal et LEE, Youkyung. Op. cit.

6. Ibid.

7. SUI, Cindy. « Taiwan elections a warning to Ma », Asia Times, [En ligne], 8 décembre 2009, http://www.atimes.com/atimes/China/KL08Ad01.html (Page consultée le 27 mars 2011)

8. BBC NEWS. « Historic Taiwan-China trade deal takes effect », BBC News, [En ligne], 12 septembre 2010, http://www.bbc.co.uk/news/world-asia-pacific-11275274 (Page consultée le 27 mars 2011)

9. SUI, Cindy. « Taiwan elections hint at unease over closer China ties », BBC News, [En ligne], 7 décembre 2009, http://news.bbc.co.uk/2/hi/8398607.stm (Page consultée le 27 mars 2011)

Autres références

TAIWAN INFO. « Présidentielle de 2012 : Tsai Ing-wen candidate aux primaires du DPP », Taiwan info, [En ligne], 14 mars 2011, http://taiwaninfo.nat.gov.tw/ct.asp?xItem=155983&c... (Page consultée le 3 avril 2011).

ELECTION GUIDE. Country profile : Taiwan, [En ligne], 14 octobre 2010, http://www.electionguide.org/country.php?ID=209 (Page consultée le 27 mars 2011)

JEN, Victoria. « Taiwan mayoral race sets stage for presidential election in 2012 », Channel News Asia, [En ligne], 30 novembre 2010, http://www.channelnewsasia.com/stories/eastasia/vi... (Page consultée le 27 mars 2011)

JENNINGS, Ralph. « Taiwan Elections Put Pro-China Party In Lead fo Presidency », VAO News, [En ligne], 29 novembre 2010, http://www.voanews.com/english/news/Taiwan-Electio... (Page consultée le 27 mars 2011)

TENG-HUI, Lee. Presidential Elections 2012 : there are Rules, [En ligne], 8 janvier 2011, http://justrecently.wordpress.com/2011/01/08/presi... (Page consultée le 27 mars 2011)

WINES, Michael. « Taiwan Elections May Hinge on China », New York Times, [En ligne], 26 novembre 2010, http://www.nytimes.com/2010/11/27/world/asia/27tai... (Page consultée le 27 mars 2011)

YOU, Ying-Lung. Taiwan's Changing Political Landscape and Prospects for the 2012 Presidential Election, [En ligne], 31 mars 2010, http://fsi.stanford.edu/events/taiwans_changing_po... (Page consultée le 27 mars 2011)

Dernière modification: 2011-04-11 11:29:13

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Un ministre chinois en visite à Taïwan : un voyage historique
>septembre 2014


Élections à Taïwan : le parti pro-chinois de Ma Ying-Jeou sous les projecteurs
>avril 2011


Coup de froid dans les relations diplomatiques sino-américaines
>février 2010


Le premier ministre taïwanais et son cabinet emportés par le typhon Morakot
>septembre 2009


Arrestation de l'ex-président de Taïwan : une affaire politique ?
>novembre 2008


Présidentielle à Taiwan : un scandale qui arrive à point pour le DPP
>mars 2008


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019