Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

18 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

11 October 2010

Congrès mondial de l'énergie: l'environnement doit s'adapter à la demande!


Kevin Tear
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

October
2018
Légalisation du cannabis au Canada

October
2015
Élection au Canada du Parti libéral de Justin Trudeau

May
2011
Réélection au Canada du Parti conservateur de Stephen Harper

October
2008
Ouverture du douzième Sommet de la Francophonie

October
2008
Réélection au Canada du Parti conservateur de Stephen Harper

June
2007
Ouverture du Sommet du G8 à Heiligendamm, en Allemagne

January
2006
Élection au Canada du Parti conservateur de Stephen Harper

June
2004
Élection au Canada du Parti libéral de Paul Martin

November
2000
Réélection au Canada du Parti libéral de Jean Chrétien

September
1999
Ouverture du huitième Sommet de la Francophonie

June
1997
Réélection au Canada du Parti libéral de Jean Chrétien

October
1995
Tenue d'un référendum sur la souveraineté du Québec

October
1993
Élection au Canada du Parti libéral de Jean Chrétien

December
1992
Signature de l'Accord de libre-échange nord-américain

October
1992
Tenue d'un référendum au Canada sur l'entente de Charlottetown

June
1990
Échec de l'accord constitutionnel du lac Meech au Canada

November
1989
Création de la Coopération économique pour l'Asie-Pacifique

November
1988
Réélection au Canada du Parti progressiste-conservateur de Brian Mulroney

September
1987
Ouverture du deuxième Sommet de la Francophonie

Du 12 au 16 septembre 2010, se déroulait un évènement d'envergure internationale à Montréal. Il s'agit du 21e Congrès mondial de l'énergie où se réunissaient plus de 3500 délégués provenant de 115 pays, dont plusieurs personnalités politiques et poids lourds de tous les types d'industries énergétiques, afin de se pencher sur les enjeux énergétiques actuels (1).

Congrès mondial de l'énergie ou de l'industrie pétrolière?

La journaliste de La Presse, Hélène Baril, décrit ce sommet comme le rendez-vous le plus important de l'année à Montréal, et ce, principalement à cause des « panélistes » présents à cette rencontre(2). On compte parmi les plus attendus Khalid Al-Falih, président-directeur général de la Saudi Arabian Oil Company (la plus grande pétrolière au monde), et Liu Zhenya, président de la Société d'État des réseaux électriques de Chine(3). L'industrie nucléaire française Areva, le plus grand fabricant de réacteurs nucléaires, était aussi sur place pour promouvoir cette énergie(4). Total, Exxon Mobil et Royal Dutch Shell sont d'autres exemples de grandes entreprises gazières et pétrolières qui ont été représentées par leurs dirigeants à ce sommet(5).

Le Congrès visait d'abord et avant tout à discuter des moyens de satisfaire les attentes du consommateur. La gestion, l'exploitation et la distribution de l'énergie ont été abordées dans une optique presque strictement économique(6). L'enjeu environnemental étant somme toute mis de côté, malgré le fait qu'il revenait souvent aux lèvres des promoteurs des énergies dites « vertes », comme l'éolien. Le poids de l'industrie pétrolière à ce sommet fut l'équivalent de son rôle au niveau interplanétaire (86% de l'énergie mondiale proviendrait de l'exploitation de combustibles fossiles)(7).

Une fois tous les trois ans, le Conseil mondial de l'énergie (CME), regroupant 94 pays, organise ce Congrès afin de poursuivre sa mission officielle qui est de « promouvoir l'approvisionnement et l'utilisation durable de l'énergie pour le plus grand bénéfice de tous »(8). Tous les types d'énergie (charbon, pétrole, gaz naturel, nucléaire et énergies renouvelables comme l'hydroélectricité) y sont représentés et défendus par les hauts-dirigeants des entreprises qui les produisent(9). Finalement, il est important de noter le caractère promotionnel du Congrès, dans le sens où l'on voit se dessiner de nouveaux réseaux et ententes (10).

À l'ordre du jour: accessibilité et acceptabilité de l'énergie

Plusieurs enjeux d'actualité ont été abordés au cours de ce sommet mondial de l'énergie. Le président du Congrès, Pierre Gabonneix, soulignait l'importance de la sécurité de l'approvisionnement en énergie, de l'accessibilité à l'énergie pour les pays pauvres, de l'impact environnemental de la consommation énergétique et, finalement, des politiques concernant le développement durable du secteur énergétique(11). Pour sa part, Richard Drouin, président du conseil d'administration du Congrès, ajoutait que la disponibilité et l'acceptabilité de l'énergie, de même que la responsabilité des entreprises dans l'exploitation, allaient être des sujets prioritaires à l'ordre du jour des discussions(12). Autrement dit, cette rencontre visait, d'une part, à présenter aux gouvernements et entreprises privées les différentes opportunités et options qui s'offrent à eux en matière d'énergie, et, d'autre part, à trouver le moyen de distribuer celle-ci aux plus démunis, tout en offrant des prix abordables afin de soutenir l'investissement dans les infrastructures à bâtir ou à améliorer(13).

Le gaz de schiste comme solution miracle de l'avenir?

Le gaz de schiste occupa une partie non négligeable des discussions, principalement à cause des inconnus qui entourent cette ressource. Notons que la demande énergétique croissante, le faible coût de son exploitation et la hausse des réserves exploitables sont des facteurs qui ont encouragé certains à débattre du futur des gaz de schiste(14). C'est le cas de la pétrolière Royal Dutch Shell qui soutient que l'avenir est dans le gaz et non plus dans l'« or noir »(15). Néanmoins, Philipe Faucher, professeur de sciences politiques à l'Université de Montréal, rappelle que des études avancent que 70% de la consommation énergétique en 2050 proviendra encore des hydrocarbures et essentiellement du pétrole(16). Le coût inférieur du gaz de schiste versus celui du gaz naturel traditionnel fait en sorte que Dean Foreman, économiste en chef de Talisman Energy, abonde dans le même sens en disant que le gaz de schiste peut devenir un atout considérable pour une entreprise dans le marché énergétique mondial(17). Toutefois, pour encourager les investissements des entreprises privées, il est nécessaire que les gouvernements développent un partenariat de confiance avec celles-ci afin d'assurer la stabilité des réglementations environnementales, de réduire les risques financiers et d'établir des prévisions à long terme(18).

Françoise David, porte-parole de la formation politique Québec solidaire, ainsi que quelques représentants du Parti québécois, ont demandé au premier ministre du Québec, Jean Charest, d'être plus à l'écoute des citoyens concernant l'exploitation de cette ressource. Ils ont d'ailleurs appuyé l'initiative du mouvement écologiste international qui réclame un moratoire sur l'exploration et l'exploitation des réserves gazières du Québec. Sans répondre directement à ces demandes, Jean Charest a néanmoins démontré, lorsqu'il a pris la parole au Congrès, un intérêt notable pour le développement des énergies renouvelables soucieuses du respect de l'environnement(19). Pour banaliser le fait que certaines entreprises exploraient déjà le territoire québécois sans l'accord des municipalités locales, la vice-première ministre, Nathalie Normandeau, a soutenu que l'exploitation des gaz de schiste réduirait les émissions de gaz à effet de serre et que le forage n'aurait aucun effet négatif sur l'environnement. Le gouvernement du Québec ne possède cependant aucune étude indépendante appuyant les dires de la ministre(20).

Enfin, le CME établit qu'une industrie énergétique doit remplir trois critères pour se qualifier de durable. Son approvisionnement doit être stable et profitable et sa production propre pour l'environnement(21). Si pour l'instant aucun pays ne peut se qualifier ainsi, l'objectif n'est pas pour autant utopique. Malgré la demande énergétique toujours montante, les découvertes et les progrès technologiques laissent croire que l'énergie, faute d'obligation, pourra un jour être à la fois rentable, propre et durable. Le prochain Congrès mondial de l'énergie qui se tiendra en 2013, à Daegu, en Corée du Sud, témoignera, tout comme celui de Montréal, du développement de cette course folle à l'industrie énergétique idéale(22).




Références:

(1) H. JONCAS. « La demande pourrait doubler d'ici 2050 », Les Affaires, 11 septembre 2010, p. 22.

(2) H. BARIL. « 21e Congrès mondial de l'énergie ; La planète énergétique converge vers Montréal », La Presse Affaires, 13 septembre 2010, p. 1.

(3) Ibid.

(4) H. JONCAS. Op.cit.

(5) H. BARIL. Op.cit.

(6) N. THÉRIAULT. « La planète énergétique s'est donné rendez-vous à Montréal », Le Devoir, 11 septembre 2010.

(7) Presse canadienne. « Des écologistes protestent », Radio-Canada, 13 septembre 2010. « 21e Congrès mondial de l'énergie Montréal 2010 ; Le congrès mondial en 10 questions », La Presse, 13 septembre 2010, p. X3.

(8) « Qu'est-ce que le Congrès mondial de l'énergie », Congrès mondial de l'énergie, [En ligne], http://www.wecmontreal2010.ca/fr/a-propos-du-congr... (9 octobre 2010).

(9) Ibid.

(10) N. THÉRIAULT. Op.cit.

(11) H. BARIL. Op.cit.

(12) H. JONCAS. Op.cit.

(13) L.A. BERTRAND. « Développer une industrie durable », Radio-Canada, 13 septembre 2010.

(14) A. SHIELDS. « Congrès mondial de l'énergie, à Montréal - L'avenir est dans le gaz, selon Shell », Le Devoir, 14 septembre 2010.

(15) Ibid.

(16) P. FAUCHER. « La course à l'énergie », Cyberpresse, 20 septembre 2010.

(17) L.A. BERTRAND. Op.cit.

(18) Ibid.

(19) La Presse canadienne. « Des écologistes protestent », Radio-Canada, 13 septembre 2010.

(20) Ibid.

(21) L.A. BERTRAND. Op.cit.

(22) « Qu'est-ce que le Congrès mondial de l'énergie ». Op.cit.

Dernière modification: 2010-10-18 08:44:27

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016