22 octobre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

17 octobre 2010

Le controversé parti Jobbik franchit les portes du Parlement hongrois


Lauréanne Daneau
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

avril
2018
Tenue d’élections législatives en Hongrie

octobre
2016
Référendum en Hongrie sur le plan de répartition des immigrants de l'Union européenne

juin
2009
Début des élections législatives au Parlement européen

juin
2004
Tenue d'élections au Parlement européen

avril
2003
Annonce de l'adhésion de dix pays à l'Union européenne

juillet
1997
Annonce de l'intégration de la Hongrie, la Pologne et la République tchèque au sein de l'OTAN

avril
1990
Tenue d'élections multipartites en Hongrie

octobre
1989
Proclamation de la nouvelle République de Hongrie

mai
1988
Départ du premier secrétaire du Parti socialiste ouvrier hongrois, Janos Kadar

mai
1984
Annonce du boycott des Jeux olympiques de Los Angeles par l'Union soviétique

août
1975
Signature à Helsinki d'un accord sur la sécurité en Europe

juin
1958
Exécution de l’ex-président du conseil hongrois Imre Nagy

novembre
1956
Écrasement d'une insurrection en Hongrie

mai
1955
Signature du pacte de Varsovie

On dit de lui qu'il est néo-fasciste, xénophobe, antisémite, eurosceptique, homophobe et fièrement hongrois(1): il n'y a aucun doute, le parti politique Jobbik attire l'attention. Lors des dernières élections législatives, au printemps 2010, il s'inscrit comme le troisième plus important parti de Hongrie. Alors que certains crient leur enthousiasme, d'autres retiennent leur souffle. Maintenant il n'est plus l'heure de se demander s'il faut prendre au sérieux ce parti nostalgique de la Grande Hongrie. Ce parti fondé en 2003 par un groupe d'universitaires conservateurs désabusés(2) connait une expansion fulgurante. Une journée le Parlement n'a aucun député du Jobbik et, le lendemain, 47 prennent place(3). Faut-il comprendre un message de ces résultats?

Conjoncture d'une triple crise

Tout d'abord, la Hongrie semble vivre une crise identitaire. Le Jobbik n'est pas le seul parti à souhaiter que la Hongrie retrouve les frontières qu'elle a déjà eues. Les pertes territoriales suivant la fin de la Première guerre mondiale, symbolisées par le Traité de Trianon, est un traumatisme jamais guéri. En plus d'une amputation de 28% de leur géographie, 5 millions de Hongrois vivent à l'extérieur des nouvelles frontières(4). Cette blessure redevient d'actualité lors des élections législatives du printemps 2010, car elles se sont déroulées pratiquement en même temps que le 90e anniversaire du traité. Par conséquent, une mobilisation patriotique, appuyée par le Jobbik, cherche à faire du 4 juin une journée nationale de deuil(5). De plus, une nouvelle politique est promise: « les cinq millions de Hongrois vivant dans les pays voisins peuvent obtenir la nationalité hongroise s'ils font la preuve qu'un de leurs ancêtres, et un seul, était Hongrois(6). » Les pays voisins, tels que la Slovaquie, se braquent face à cette éventualité.

Dans un deuxième temps, le pays subit une grave crise économique. En 2006, le Premier ministre socialiste Ferenc Gyurcsany avoue avoir menti sur le véritable montant de la dette nationale qui s'avère être le double de ce que tous croyaient(7). Aujourd'hui, après la crise mondiale de 2008, le taux d'inflation est très élevé, tout comme le taux de chômage qui représente 10% de la population active(8). Les analystes de la Fondation Robert-Schuman croient que la dette publique hongroise « pourrait atteindre près de 80% » de son PIB en 2010(9). » Les Hongrois ont déjà connu mieux.

Enfin, le pays est également ébranlé par une crise politique. Le cynisme et la frustration envers la classe politique est en croissance et les gens veulent du changement. La stratégie populiste et les politiques radicales qu'offre le Jobbik semblent être une option que plusieurs souhaiteraient essayer. Depuis la chute du communisme, au début des années 90, la Hongrie n'a pas vécu une vie politique stable. Elle fût entrainée tantôt vers la gauche, tantôt vers la droite. Bref, « la scène politique hongroise reste l'une des plus polarisées d'Europe centrale et orientale(10). »

Le Jobbik pénètre au Parlement

Le Jobbik s'enregistre comme parti officiel en 2003 et participe trois ans plus tard aux élections législatives. En Hongrie, le système électoral est proportionnel avec un seuil de 5%, un seuil que le parti ne parvient pas à atteindre en 2006. Quatre années plus tard, 47 députés du Jobbik sont élus sur les 386 de la chambre(11), en plus de 3 qui siègent au Parlement européen(12). Les prédictions électorales ont misé juste pour le parti majoritaire, tout comme pour celui de l'opposition. Mais l'incertitude était de savoir la place que se taillerait le Jobbik.

Au final, l'Alliance des jeunes démocrates (FIDESZ), parti qualifié par certain de « droite-droite »(13), obtient 68% des sièges, le Parti socialiste 15% et le Jobbik 8%(14). Notons la disparition au Parlement des deux partis fondateurs du régimes démocratique de 1989: les libéraux du Parti de l'alliance des démocrates libres (SZDSZ) et les chrétiens-démocrates du Forum démocratique hongrois (MDF)(15). Les résultats confirment l'orientation clairement à droite que risque de prendre la politique hongroise.

Retour aux idées de 1940?

Le père fondateur du mouvement est Gabor Vona, qui est également le chef du parti. Les deux principales motivations derrière la création du Jobbik sont « la déliquescence [sic] des conservateurs après leur défaite inattendue aux élections législatives de 2002 (16)» et « la constatation de l'échec de l'ensemble de la classe politique hongroise depuis le "changement de régime" de 1989-1990(17). » Les membres sont principalement originaires du Nord et du Nord-Est de la Hongrie. Cette région, reconnue pour être plus défavorisée, s'est rangée du côté de l'extrême droite après avoir été fortement déçue par le Parti socialiste(18).

Les grandes politiques du Jobbik s'orientent vers un protectionnisme identitaire dans lequel certaines minorités sont clairement victimes de discriminations. Sur la page d'accueil de son Site officiel, le Jobbik, affirme être celui qui « a déclaré - ce que chacun sait mais ne dit pas [...] que le phénomène de la "criminalité gitane" est une réalité [...] il s'agit d'une forme de délinquance particulière, différente d'une délinquance « classique » de par sa violence et son caractère organisé(19)».

Une autre forme de protectionnisme stupéfiante: les membres du parti sollicitent la méfiance des investissements étrangers, craignant de perdre le contrôle sur leur propre économie. Des slogans tels que « savez-vous qu'à Budapest, 70 % des investisseurs dans l'immobilier sont juifs ?(20)», invitent également les Hongrois à se méfier des juifs.

La création de ce mouvement suscite une forte attention, entre autres parce qu'elle fait resurgir des souvenirs de l'Europe fasciste. À cette époque, il n'était pas rare pour un parti politique de se munir d'une milice, alors qu'aujourd'hui l'idée est saisissante. Avec la Garde hongroise, créée en 2007, le Jobbik se dote d'un groupe paramilitaire composé « de jeunes hommes mais aussi de quelques jeunes femmes, ultranationalistes, tsiganophobes et antisémites, homophobes »(21). Les Roms, victimes de fortes violences et de discriminations, ont sans doute été un brin soulagé lorsque cette garde a été déclarée illégale le 2 juillet 2009(22). Mais le chapitre est-il vraiment clos?




Références:

(1)SCHREIBER, Thomas, « En Hongrie, l'épuisement de l'alternance », [En ligne], 22-03-10, Le Monde diplomatique, http://blog.mondediplo.net/2010-03-22-En-Hongrie-l... (Consulté 07-10-10)

(2)VONA, Gabor, Jobbik The Movement for a better Hungary, [En ligne], http://www.jobbik.com/jobbik_french.html (Consulté 07-10-10)

(3)FONDATION ROBERT-SCHUMAN, Elections législatives en Hongrie 11 et 25 avril 2010, [En ligne], http://www.robert-schuman.eu/oee.php?num=621 (Consulté 07-10-10)

(4) Loc. Cit.

(5)« En Hongrie, l'épuisement de l'alternance », Op. cit.

(6)TRUFFAUT, Serge, « Fascisme en Hongrie - La peste », Le Devoir, 05-09-10, p. A5

(7) « Elections législatives en Hongrie... », Op. cit.

(8) Loc. Cit.

(9) Loc. Cit.

(10)« Elections législatives en Hongrie... », Op. cit.

(11)Loc. Cit.

(12)COSSÉE, Claire, « Médias tsiganes en France et en Hongrie : re-présentation de soi dans l'espace public », Revue européenne des migrations internationales, 01-2010, Vol. 26, p. 57-80.

(13) Loc. Cit.

(14)« Elections législatives en Hongrie... », Op. cit.

(15) « En Hongrie, l'épuisement de l'alternance », Op. cit.

(16) « Jobbik The Movement for a better Hungary », Op. cit.

(17) Loc. Cit.

(18) « En Hongrie, l'épuisement de l'alternance », Op. cit.

(19) « Jobbik The Movement for a better Hungary », Op. cit.

(20)KOVACS, Stéphane, « Les ultranationalistes du Jobbik prospèrent », [En ligne], Le Figaro, 09-04-10, http://www.lefigaro.fr/international/2010/04/10/01... (Consulté 07-10-10)

(21)« Médias tsiganes en France.. » Op. cit.

(22)ASTIÉ, Pierre et al. « Repères étrangers », Pouvoirs, 01-2010, n° 132, p. 167-183.

Dernière modification: 2010-10-19 14:05:22

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Jeux olympiques 2024 : Budapest sous la loupe
>janvier 2016


Les migrants face à un rempart en Hongrie
>janvier 2016


Une réélection sans souci en Hongrie
>septembre 2014


Une déclaration controversée provoque la population hongroise
>février 2013


Clivage gauche-droite en Hongrie : match nul !
>février 2012


Le controversé parti Jobbik franchit les portes du Parlement hongrois
>octobre 2010


Il y a dix ans, la Hongrie disait oui à l'OTAN
>novembre 2007


La crise des mensonges hongrois
>septembre 2006


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019