20 octobre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

5 février 2006

De vives réactions à la prise du pouvoir du Hamas


Francis Lord
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

août
2014
Annonce d'un cessez-le-feu mettant fin à un conflit dans la bande de Gaza

novembre
2012
Annonce d'un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas

janvier
2005
Élection de Mahmoud Abbas à la présidence de l'Autorité palestinienne

novembre
2004
Décès de Yasser Arafat

septembre
2000
Début d'un deuxième soulèvement (intifada) en Palestine

octobre
1998
Signature des accords de Wye Plantation entre Israël et l'Autorité nationale palestinienne

janvier
1996
Élection de Yasser Arafat à la présidence de l'Autorité palestinienne

septembre
1993
Signature d'un accord de paix israélo-palestinien à Washington

novembre
1988
Proclamation de la création d'un État palestinien

décembre
1987
Début d'un soulèvement dans la bande de Gaza et en Cisjordanie

juin
1982
Déclenchement de l'offensive israélienne « Paix en Galilée » au Liban

avril
1975
Déclenchement d'une guerre civile au Liban

novembre
1974
Premier discours de Yasser Arafat devant l'Assemblée générale des Nations unies

mai
1964
Création de l'Organisation de libération de la Palestine

avril
1950
Annexion de la Cisjordanie et proclamation du Royaume hachémite de Jordanie

Le monde n'aura pas attendu longtemps avant d'entendre la critique américaine face à la victoire du Hamas, parti islamiste et fondamentaliste, aux élections palestiniennes du 25 janvier dernier. Tout comme Israël, les États-Unis tiennent un discours clair : pas de négociation avec un parti terroriste.

Principal soutien économique de la Palestine après l'Union européenne, le pays de George W. Bush n'entreprendra pas de pourparlers avec le Hamas avant qu'il n'ait rempli deux conditions essentielles. Le Hamas, qui signifie Mouvement de résistance islamique, devra reconnaître l'État d'Israël et renoncer à la lutte armée, sans quoi l'aide américaine ne sera plus acheminée (1).

Les États-Unis se retrouvent dans une situation délicate. Auteurs depuis plus de deux ans d'un vaste projet de démocratisation du Proche et du Moyen-Orient, ils doivent reconnaître que le Hamas a été porté au pouvoir par les urnes. Le Hamas est cependant classé comme une organisation terroriste et revendique ouvertement plusieurs attentats suicide contre les Israéliens. Il faut dire que, selon un récent sondage, la population palestinienne n'approuve pas complètement les actes violents posés contre Israël puisque 84% d'entre elle ont affirmé vouloir une entente de paix entre les deux pays (2). Pour le Mouvement de résistance islamique, les Israéliens sont considérés comme des voleurs ayant chassé les Palestiniens de leurs propres terres. Suivant cette logique, on peut donc penser que ce n'est pas demain la veille que le Hamas reconnaîtra l'État d'Israël (3).

Le point de vue des États-Unis est aussi partagé par plusieurs acteurs internationaux importants. Le Quartette, regroupement composé des États-Unis, de la Russie, de l'Union européenne et de l'Organisation des Nations Unies, partage un but commun : la démocratisation de la Palestine et la paix avec son voisin. Les quatre grands sont d'avis qu'il faudra mettre sur pied des mesures concrètes pour faire avancer le processus de paix dans le conflit israélo-palestinien. Cependant, les membres du Quartette ont décidé d'attendre trois mois avant d'agir. D'ici là, la Palestine et Israël verront de nouveaux acteurs apparaître, suite aux élections israéliennes qui auront eu lieu le 28 mars, mais aussi suite à la passation du pouvoir de l'Autorité palestinienne, l'entité créée en 1993 par les Accords d'Oslo. Le Président actuel, Mahmoud Abbas, s'est en fait donné un délai de trois mois avant de former un nouveau gouvernement. La Russie a pris ses distances en étant le seul pays du Quartette à affirmer qu'il ne faut pas imposer de condition au Hamas (4).

Le fait que le gouvernement américain n'accepte pas le Hamas est compréhensible. La vision politique des États-Unis et celle du Hamas sont nettement opposées. Loin de valoriser l'État de droit, la Charte du Hamas prône plutôt, par son article 8, qu'« Allah est son but, le messager (Mahomet) est son chef, le Coran sa Constitution, le djihad sa méthode et mourir au nom de Dieu est son désir le plus cher »(5).

La démocratie et la liberté, tant valorisées par l'Occident, sont-elles exportables à tous les peuples du monde, ou certains resteront-ils rebelles éternellement?




Références:

(1) GUTKIN, Steven. « La ligne du Hamas à l'épreuve du pouvoir ». La Presse Canadienne, International, dimanche 29 janvier 2006.

(2) TOUSSAINT, Yvon. « Le chemin du Hamas ». Le Soir, vendredi 3 février 2006, p. 17.

(3) ABBOUD, Assaad, AFP « Victoire du Hamas ; Une percée islamiste attribuable au plan américain de démocratisation du M.-O. ». Le Soleil, samedi 28 janvier 2006, p. A26.

(4) AMALRIC, Jacques. « Hamas : il est prudent d'attendre ». Libération, no. 7694 REBONDS, jeudi 2 février 2006, p. 33.

(5) TOUSSAINT, Yvon. « Le chemin du? ». p. 17.

Dernière modification: 2007-05-02 07:13:22

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Peace to Prosperity workshop: un coup d'épée dans l'eau?
>octobre 2019


Le conflit israélo-palestinien, toujours d'actualité en 2016
>février 2016


La gouverne de Mahmoud Abbas à bout de souffle ?
>janvier 2015


Autorité palestinienne : Hamdallah est-il l'homme de la situation ?
>octobre 2013


La Palestine membre des Nations unies?
>octobre 2011


Proche-Orient : des négociations de paix encombrées d'obstacles
>février 2010


La Palestine sous le poids des divisions
>novembre 2009


Conflit armé entre Palestiniens
>février 2008


« Bon anniversaire Arafat » : une triste tournure en Palestine
>novembre 2007


La Conférence d'Annapolis : un nouvel essai pour la paix au Proche-Orient
>novembre 2007


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019