20 juillet 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

28 septembre 2010

Un partenariat asymétrique complexe : rencontre sino-birmane à Beijing


Louis-Philippe Morneau
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

novembre
2017
Déclaration des Nations unies sur la situation des Rohingyas au Myanmar (Birmanie)

novembre
2015
Élection au Myanmar (Birmanie) de la Ligue nationale pour la démocratie

avril
2012
Élection d'Aung San Suu Kyi à l'Assemblée du peuple au Myanmar (Birmanie)

novembre
2010
Libération d'Aung San Suu Kyi au Myanmar (Birmanie)

mai
2008
Cyclone au Myanmar (Birmanie)

septembre
2007
Début des manifestations de moines bouddhistes au Myanmar (Birmanie)

septembre
1988
Renversement du gouvernement de Maung Maung en Birmanie (Myanmar)

août
1967
Création de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est

mars
1962
Renversement du gouvernement de U Nu en Birmanie (Myanmar)

novembre
1961
Entrée en fonction de U Thant au poste de secrétaire général des Nations unies

septembre
1961
Ouverture d'une conférence des pays non-alignés à Belgrade

avril
1955
Ouverture d'une conférence internationale à Bandoeng

janvier
1948
Proclamation d'indépendance de l'Union birmane

Le 8 septembre 2010, se tenait à Beijing une rencontre bilatérale entre le président chinois, Hu Jintao, et le chef de la junte militaire birmane, le général Than Shwe (1). Lors de cette rencontre, Than Shwe avait pour objectif d'obtenir le soutien chinois pour les élections de novembre au Myanmar, les premières depuis 20 ans (2). Les questions de sécurité régionale, dont les tensions inter-ethniques sur la frontière sino-birmane, et la consolidation des échanges économiques entre les deux pays étaient à l'agenda.

Un tapis rouge sans surprise

Le périple de cinq jours de Than Shwe s'est ouvert sur une rencontre avec le président Hu Jintao. Le représentant chinois s'est empressé d'avaliser le processus de transition « démocratique » prévu par la junte birmane (3). Le chef birman, en compagnie du premier ministre Wen Jiabo, s'est également rendu à l'Exposition universelle de Shanghai et a visité la zone économique spéciale de Shenzhen. La porte-parole des affaires étrangères de la Chine, Jiang Yu, a entériné les propos du président en affirmant : « Nous espérons que la communauté internationale offrira une aide constructive pour les élections birmanes » (4).

Accompagné d'une délégation de 34 personnes, dont de nombreux généraux qui ont quitté l'armée pour se joindre à l'arène politique, Than Shwe a fait la promotion de l'Union solidarité et développement, le parti qui représente les forces de la junte au pouvoir (5). L'élection birmane du 7 novembre prochain était au coeur de la rencontre (6). Les deux chefs d'État souhaitent également faire diminuer la pression et les inquiétudes de la communauté internationale sur la question des violations des droits de l'homme commises par la junte militaire (7).

Rencontres au sommet rarissimes

Le mutisme diplomatique birman pourrait être qualifié d' « autisme » (8). Les rarissimes rencontres diplomatiques se font généralement avec le gouvernement chinois qui semble être le plus grand soutien de la Birmanie sur la scène internationale. Le régime militaire, au pouvoir depuis 1962, a savamment cultivé un nationalisme teinté de xénophobie entrainant un fort isolationnisme (9). L'immigration de nombreux Chinois, de la province voisine du Yunnan, a contribué à renforcer un sentiment sino-phobique (10). Cette peur du contrôle chinois a entraîné une volonté de recherche de nouveaux partenaires par les autorités birmanes. En raison des violations des droits de l'homme commises par la junte, la diversification diplomatique, souhaitée par les autorités birmanes, est très limitée. La survie du régime birman dépend directement de l'aide chinoise, mais celle-ci est souvent perçue comme de l'ingérence par les généraux. En 2004, une purge des militaires pro-chinois a d'ailleurs été effectuée pour ralentir le contrôle chinois (11).

Des relations franchement plus chaudes semblent s'installer entre les deux régimes. En juin dernier, le premier ministre Wen Jiabo était le premier chef de gouvernement chinois à effectuer une visite sur le territoire birman depuis près de 10 ans (12). Le dernier représentant majeur du gouvernement chinois à s'y rendre avant lui était le président chinois, Jiang Zemin, en 2001.

La « mentalité de la tortue » de Than Shwe

Le général Than Shwe occupe officiellement le poste de chef du Conseil d'État pour la paix et le développement (13). Avec l'aide de 12 autres généraux, il gère le pays d'une main de fer. Than Shwe a fait déplacer la capitale birmane de Rangoun à Naypyidaw, en 2005, à 380 km plus au Nord, marquant ainsi un repli isolationniste (14). Les positions du général sont souvent considérées comme paranoïaques (15). Il est décrit comme un introverti, partisan de la ligne dure. Superstitieux, il fréquenterait même de manière régulière des astrologues (16).

Lors du cyclone Nargis, il n'avait pas fait une seule apparition publique, se terrant dans son château fort de Naypyidaw (17). Lourdement critiqué par la communauté internationale, il avait même refoulé aux portes de la Birmanie toute aide humanitaire. Cela a amené Joseph Silverstein, un spécialiste des questions birmanes, à affirmer qu' « à chaque fois qu'il essuie une attaque de la communauté internationale, Than Shwe rentre dans sa carapace et attend que l'orage passe », utilisant ainsi « la mentalité de la tortue » (18).

En 1993, il avait tenté de mettre en place une convention nationale afin de rallier les partis d'opposition dans le but de mettre au point une nouvelle Constitution (19). Devant le refus de l'opposition, 15 ans plus tard, il a proposé un nouveau projet de Constitution. La Constitution de 2007, qui réserve un quota de 25% des sièges aux militaires, est celle qui va permettre les élections de novembre 2010.

Les élections, prévues pour le 7 novembre, laissent présager une victoire des militaires puisque la chef de l'opposition, Aung San Suu Kyi, ne peut poser sa candidature (20). La chef de la Ligue nationale pour la démocratie (LND), et lauréate du prix Nobel de la paix, est présentement assignée à résidence et appelle au boycott des élections (21). Sans compter qu'aux dernières élections de 1990, la victoire du LND avait entraîné le coup d'État par la junte militaire actuelle. Than Shwe pourrait prendre sa retraite à l'issue du scrutin, alors que son fils serait pressenti comme son successeur (22).

Le dilemme autarcique birman face à la nécessité de la Chine

La Chine tente tant bien que mal de faire pencher les positions hermétiques des généraux birmans (23). Elle est le principal fournisseur d'armes de la Birmanie (24). Ensemble, ils tentent de consolider le pouvoir de la junte qui n'est pas stable dans toutes les régions birmanes. Après le coup d'État de 1988, le régime birman s'est ouvert à l'idée de libéraliser son économie. La Chine a pu finalement mettre à exécution ses ambitions économiques sur cette région riche en ressources naturelles (25). Le gouvernement chinois a investi, depuis juin, près de 8,2 milliards de dollars comparativement à 2,9 milliards pour l'année 2009 (26).

Il s'agit donc d'un réchauffement des relations entre les deux pays qui fait finalement son chemin. Étant donné que 40% du budget national birman est consacré à l'armée, la population birmane ne bénéficiera cependant pas vraiment des investissements chinois (27).




Références:

(1)AFP. « Chine : Hu Jintao reçoit le général Than Shwe sur fond d' « amitié » sino-birmane », Le Parisien, 8 septembre 2010, [En ligne], http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/chi... page consultée le 27 septembre 2010.

(2)MIZZIMA NEWS. «Sino-Burmese talks on key issues», Mizzima, 6 septembre 2010, [En ligne], http://www.mizzima.com/news/world/4325-sino-burmes... page consultée le 27 septembre 2010.

(3) ASSOCIATED PRESS. « Myanmar praises China, reports key support on border issues ahead of November elections », The Canadian Press, 12 septembre 2010, p. 2.

(4)GUIVELLIC, Benoît. « La Chine appelle la communauté internationale à soutenir l'élection du prochain dictateur birman », La Chine aujourd'hui, 8 septembre 2010, [En ligne], http://www.aujourdhuilachine.com/informations-chin... page consultée le 27 septembre 2010.

(5) MACKINNON, Mark. «In China, Myanmar's generals find an unquestioning friend», Globe and Mail, 7 septembre 2010, [En ligne], http://www.theglobeandmail.com/news/world/asia-pac... page consultée le 27 septembre 2010.

(6)ASSOCIATED PRESS. « China says Myanmar military ruler Than Shwe to visit next week », The Canadian Press, International news, 2 september 2010, p. 2.

(7) Loc. cit.

(8)GUILLARD, Olivier, « Gesticulations ou concessions : à quoi jouent la Corée du Nord et la Birmanie ? », IRIS, no. 53, 9 septembre 2009, [En ligne], www.iris-france.org/docs/kfm_docs/docs/2009-09-08-asa53.pdf, page consultée le 27 septembre 2010.

(9)EGRETEAU, R. « Pékin et l'épine birmane. La relation entre la Chine et la Birmanie à l'épreuve », Outre Terre, 2007/4, n° 21, p. 259-265.

(10) Loc. cit.

(11) HOLLYDAY, Ian. « Beijing and the Myanmar problem », The Pacific Review, Vol. 22, no. 4, septembre 2009, p. 479-500.

(12) ASSOCIATED PRESS. « China says Myanmar military ruler Than Shwe to visit next week », The Canadian Press, International news, 2 september 2010, p. 2.

(13) BBC. «Burma country profile», 3 août 2010, [En ligne], http://news.bbc.co.uk/2/hi/asia-pacific/country_pr... page consultée le 27 septembre 2010.

(14)EGRETEAU, R. op. cit.

(15) Loc. cit.

(16) BBC. Op. cit.

(17)COMPAIN, Florence. « Than Shwe, sinistre généralissime birman », Le Figaro, 9 mai 2008, [En ligne], http://www.lefigaro.fr/international/2008/05/09/01... page consultée le 27 septembre 2010.

(18) Loc. cit.

(19) BBC. Op. cit.

(20) MACKINNON, Mark. Op. cit.

(21) Loc. cit.

(22)MALIBEAUX, Sophie. « Than Shwe confirme la tenue d'élection en 2010 », 4 janvier 2010, [En ligne], http://www.rfi.fr/contenu/20100104-than-shwe-confi... page consultée le 27 septembre 2010

(23) EGRETEAU, R. op. cit.

(24)HAK YIN LI et YONGNIAN ZHENG. « Re-interpreting China's Non-intervention Policy towards Myanmar : leverage, interest and intervention », Journal of Contemporary China, septembre 2009, no 18(61), p. 617-637

(25) EGRETEAU, R. op. cit.

(26) MACKINNON, Mark. Op. cit.

(27) Kerouac, Camille. « La Chine en Birmanie. Course aux hydrocarbures », Outre - Terre 2007/4, n° 21, p. 267-272

Dernière modification: 2010-10-28 15:02:24

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Myanmar : des premiers pas timides, mais prometteurs pour le président Win Myint
>janvier 2019


Rohingyas : une aide extérieure suffisante?
>novembre 2018


Rohingyas : fuir pour survivre
>février 2018


Fin d'une longue dictature militaire au Myanmar
>octobre 2016


Un exil forcé pour les Rohingyas
>novembre 2014


Démocratie et développement vont de pair au pays d'Aung San Suu Kyi
>février 2014


Une visite rare : Shinzo Abe de passage en Birmanie
>septembre 2013


Un moment birman historique
>janvier 2012


Un retour politique pour Aung San Suu Kyi ?
>novembre 2011


Un partenariat asymétrique complexe : rencontre sino-birmane à Beijing
>septembre 2010


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019