Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

12 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

14 September 2010

Bolivie : une réplique directe à l'Accord de Copenhague


Maxime Péloquin
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

December
2005
Élection d'Evo Morales à la présidence de la Bolivie

October
1982
Accession de Hernan Siles Zuazo à la présidence de la Bolivie

August
1980
Signature du traité de Montevideo entre les pays de l'Alalc

July
1978
Renversement du gouvernement de Hugo Banzer en Bolivie

November
1975
Déclenchement de l'opération Condor

August
1971
Coup d'État contre le président Jose Torres en Bolivie

May
1969
Création du Pacte andin

April
1969
Décès du président bolivien René Barrientos Ortuño

October
1967
Exécution d'Ernesto «Che» Guevara

February
1960
Signature du traité de Montevideo créant l'Association de libre-échange de l'Amérique latine

December
1959
Création de la Banque interaméricaine de développement

April
1952
Accession de Victor Paz Estenssoro à la présidence de la Bolivie

March
1948
Création de l'Organisation des États américains

September
1947
Signature du Traité interaméricain d'assistance réciproque à Rio de Janeiro

July
1946
Renversement du président bolivien Gualberto Villarroel

À Cochabamba, en Bolivie, près de 25 000 représentants provenant de 142 pays ont participé à la première Conférence mondiale des peuples sur le changement climatique. Cet évènement, qui se tenait du 20 au 22 avril 2010, avait pour objectif d'être une réplique au Sommet de Copenhague sur le changement climatique, tenu en décembre 2009. En effet, d'après David Choquehuanca, ministre des Affaires étrangères de la Bolivie, cette conférence ne devait pas être un « nouveau Copenhague »(1), ce dernier faisant référence au statut juridique incertain de l'accord danois.

Un Sommet boudé par l'élite politique

La conférence s'est tenue dans un cadre qui détonnait par rapport aux autres sommets climatiques. En effet, les organisateurs de celle-ci ont préconisé une approche « bottom-top », c'est-à-dire issue de la population et des regroupements sociaux, pour ensuite monter jusqu'aux élites politiques, plutôt que l'inverse. Qui plus est, la forte représentation des organisations non-gouvernementales (ONG), des indigènes ainsi que des groupes sociaux à la conférence bolivienne a ajouté au caractère populaire du sommet.

Malgré le fait que les représentants furent nombreux à participer à la conférence bolivienne, les chefs d'État, quant à eux, n'étaient pas au rendez-vous. Parmi ceux-ci, seul Hugo Chavez, le président du Venezuela, a participé au sommet. La Conférence mondiale des peuples sur le changement climatique était une première en soi ainsi qu'un sommet ponctuel. Toutefois, l'évènement se veut en ligne directe avec la conférence des Nations unies sur le réchauffement climatique qui aura lieu à Cancun, au Mexique, en décembre 2010. Effectivement, « l'accord des peuples » conclu au terme de la conférence en Bolivie sera directement soumis à la conférence onusienne.

Des propositions novatrices

La conférence, qui se voulait une initiative du président bolivien Evo Morales, a enfanté plusieurs nouvelles propositions relatives au réchauffement climatique. Parmi celles-ci, « l'accord des peuples » suggère la création d'un tribunal international de justice climatique (2). Celui-ci viendrait combler le vide juridique créé par plus d'une cinquantaine de traités internationaux sur l'environnement, ceux-ci n'étant pas encadrés par des balises juridiques communes.

De plus, l'accord propose la tenue d'un référendum mondial sur les impacts des gaz à effet de serre (GES), qui aurait lieu le 22 avril 2011, afin de coïncider avec le Jour de la Terre. Ce référendum poserait diverses questions à l'ensemble de la population planétaire, notamment sur l'établissement d'un plafond maximal d'augmentation de température d'un seul degré Celsius d'ici la fin du siècle (3).

Ultimement, le texte de « l'accord des peuples » se veut critique face au modèle économique actuel : « Le système capitaliste nous a imposé une logique de concurrence, de progrès et de croissance illimitée (4)», peut-on y lire. Le texte rappelle que ce sont les inégalités économiques et industrielles du Nord par rapport au Sud qui sont en partie responsables de l'actuel réchauffement climatique.

Le test ultime du pari bolivien se mesurera à l'impact de la soumission de « l'accord des peuples » lors de la prochaine conférence climatique à Cancun, en décembre prochain.




Références:

(1) Reza NOURMAMODE, « La Bolivie accueille la Conférence mondiale des peuples contre le changement climatique », RFI, publié le 20 avril 2010, texte disponible au http://www.rfi.fr/contenu/20100420-bolivie-accueil... [En ligne] (page consultée le 12 septembre 2010).

(2) Loc. cit.

(3) WORLD PEOPLE'S CONFERENCE ON CLIMATE CHANGE AND THE RIGHTS OF MOTHER EARTH, People's agreement, [En ligne], 22 avril 2010, http://pwccc.wordpress.com/support/ (page consultée le 12 septembre 2010).

(4) Loc. cit.

AFP, « Un tribunal international de justice climatique », Le Temps, 22 avril 2010.

BERTRAND, Marie-Noëlle, « La Bolivie met la pression », L'Humanité, Monde, 20 avril 2010.

KEMPF, Hervé, « En Bolivie, un appel populaire à un tribunal du climat », Le Monde, Environnement & Sciences, 24 avril 2010, p. 6

Dernière modification: 2010-09-20 08:25:36

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016