22 octobre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

29 mars 2010

Droite et extrême droite en Pologne : de l'imitation à la confusion


Fabrice Jacquemin
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

octobre
2015
Élection en Pologne du parti Droit et Justice

avril
2010
Écrasement d'un avion transportant le président polonais Lech Kaczynski

juin
2009
Début des élections législatives au Parlement européen

octobre
2007
Élection en Pologne d'un gouvernement dirigé par Donald Tusk

juin
2004
Tenue d'élections au Parlement européen

avril
2003
Annonce de l'adhésion de dix pays à l'Union européenne

juillet
1997
Annonce de l'intégration de la Hongrie, la Pologne et la République tchèque au sein de l'OTAN

mai
1997
Tenue d’un référendum constitutionnel en Pologne

décembre
1990
Élection de Lech Walesa à la présidence de la Pologne

mai
1984
Annonce du boycott des Jeux olympiques de Los Angeles par l'Union soviétique

septembre
1980
Fondation du syndicat Solidarnosc en Pologne

juin
1979
Premier voyage du pape Jean-Paul II en Pologne

octobre
1978
Élection du pape Jean-Paul II

août
1975
Signature à Helsinki d'un accord sur la sécurité en Europe

décembre
1970
Soulèvements ouvriers dans plusieurs villes polonaises

juin
1956
Dénouement d'une grève spontanée à Poznan, en Pologne

mai
1955
Signature du pacte de Varsovie

octobre
1947
Annonce de la fondation du Kominform

janvier
1947
Tenue d'élections législatives en Pologne

La Pologne a connu les pires atrocités pendant la Seconde Guerre mondiale, subissant le joug d'un nazisme puisant dans le socialisme, mais arborant une relation étroite avec la xénophobie et l'antisémitisme. Aujourd'hui, c'est un discours qui s'en approche, sans être tout à fait similaire, qui se développe en Europe et tout particulièrement en Pologne. Les mouvements de droite démocratique flirtent avec l'extrême, et les réactions sont surprenantes, certains manifestant et luttant contre cette montée de l'extrême alors que d'autres approuvent et utilisent l'électorat à leur avantage.

En 2006, le parti de droite démocratique Droit et justice des jumeaux Kaczynski prit cette seconde option en faisant appel au mouvement d'extrême droite Autodéfense pour créer une majorité au gouvernement polonais. Où se trouve alors de nos jours la frontière entre conservatisme et extrémisme? Pourquoi l'Europe, et tout particulièrement la Pologne, connait-elle une progression de ce type de mouvement malgré un passé très marqué par l'extrémisme?

Droite et extrême droite : une frontière invisible?

Tout d'abord, il nous faut définir l'extrême droite telle qu'on le fait en Europe. Le lieu est un important facteur dans la définition de ce mouvement. En effet, la droite évoque en Amérique une valorisation de la privatisation, du libre marché et donc ainsi du retrait global du gouvernement dans le développement du pays. Une droite qui se définit donc par son libéralisme sur le plan économique.

En Europe, et bien que de telles mesures sont appliquées par des groupes de droite, on remarque une nuance dans les politiques avec des discours plus fermes, plus rigides et plus conservateurs (3). C'est en poursuivant l'analyse vers la droite, pour en atteindre son extrême, que des similitudes avec des idéaux de gauche font leur apparition. Certains prônent la centralisation et valorisent l'implication de l'État dans l'économie. L'extrême droite, tout en restant marginal, se retrouve dans le monde politique avec des discours fascistes et racistes à la manière du British National Party au Royaume-Uni. Les plus anciens abordent même un discours négationniste face aux camps de concentration sous le IIIème Reich, comme par exemple le Front national en France (4).

À ceux-là se rajoute un mouvement nouveau, la droite populiste (5). Ces partis possèdent un discours tout aussi xénophobe et radical que leurs aînés extrémistes. Cependant, leur particularité est d'être nés de la droite démocratique. Ce qui leur accorde une plus grande visibilité et donc un statut moins marginal au sein de la population. Ils font le lien entre droite et extrême droite sans pour autant les confondre. Leurs programmes s'axent sur des domaines sociaux tels que l'immigration, le multiculturalisme, l'identité nationale et l'Europe, avec une méfiance toute particulière face à l'Islam(6). Une mouvance qui gagne du terrain en Europe avec pour exemple Partij voor de Vrijheid (PVV) de Geert Wilders, ouvertement islamophobe, aux Pays-Bas, le Mouvement pour la France de Philippe de Villiers ou encore Droit et justice (PiS) de Lech Kaczynski en Pologne.

Ces mouvements accroissent leur présence grâce à un contexte particulier. Le manque d'attrait envers la politique en Europe, ce qui se traduit par une faible participation des électeurs, leur permet de s'affirmer par leur électorat plus actif. Il en est autrement de la Pologne qui voit une véritable consécration de son extrême droite au sein de partis de droite démocratique, créant ainsi une véritable confusion des mouvements.

Une ascension vertigineuse de la droite conservatrice...

Dans un premier temps, rappelons les évènements qui ont porté au pouvoir des mouvements d'extrême droite au sein de gouvernements de droite démocratique en Pologne. Dés les années 90, la droite est marginalisée, avec le gouvernement Solidarité, puis avec l'Alliance de gauche démocratique (7). Cependant, voyant les partis de gauche échouer et décevoir leurs partisans à cause de promesses non tenues, le PiS (Prawo i Sprawiedliwość) gagne en crédibilité. La montée du conservatisme permet la mise en place en 2005 d'un gouvernement de droite présidé par Lech Kaczynski et secondé par Kazimierz Marcinkiewicz. Ce dernier joue un rôle de modérateur durant moins d'un an. En effet, en juillet 2006, après neuf mois de mandat, le PiS perd la mairie de Varsovie face aux libéraux du PO (Plateforme démocratique). La décision est prise de mettre fin à l'approche modérée de Marcinkiewicz pour établir un gouvernement fort.

Cela commence par la mise en place comme premier ministre de Jaroslaw Kaczynski, jumeau de Lech, formant un « duo conservateur, nationaliste et catholique »(8). Puis, en perte de vitesse et face à l'impasse d'une entente avec les libéraux pour un gouvernement de coalition, il se radicalise en accueillant l'extrême droite polonaise au sein de son gouvernement. « Ce jour restera dans l'histoire comme un jour très important »(9), affirme Roman Giertych de la Ligue des familles, groupement ultra catholique et eurosceptique, lors de la formation du nouveau gouvernement. À ce chef d'extrême droite s'ajoute le parti d'Autodéfense avec à sa tête Lepper Andrezj, un populiste. Ensemble, ils permettent au gouvernement des jumeaux d'atteindre la majorité (240 sur 460 sièges) à la Diète polonaise sans faire de compromis dans leur thématique politique (10).

...au point d'atteindre ses extrêmes

Le gouvernement de Kaczynski adopte des thématiques ouvertement nationalistes, populistes et homophobes, bien qu'il consente à faire partie de l'Europe : «Nous sommes et nous voulons être dans l'UE» déclare Lech Kaczynski(11). Droit et justice, fait barrière à de nombreux projets, notamment celui de la TVA européenne (12). Il insiste sur l'importance de l'État-nation et ne laisse pas l'Europe prendre place dans la politique de son pays. Le Traité européen de 2007 sur le nouveau mécanisme décisionnel en est la victime avec un refus catégorique du gouvernement polonais(13). Économiquement, il fait preuve de son nationalisme par le refus des privatisations des grandes entreprises. Le parti souhaite également la valorisation du pays à travers l'éducation et projette la mise en place de l'enseignement des valeurs morales et patriotiques aux jeunes Polonais. À cela s'ajoutent les politiques sociales homophobes, et anti-avortement.

Une chose est sûre : la frontière était devenue de plus en plus floue en Pologne, entre conservatisme et extrémisme. D'une part, le gouvernement se radicalisait à travers une répartition des pouvoirs désormais familiale. D'autre part, l'incorporation non seulement de propos extrémistes, mais aussi de représentants de ses mouvements au sein même de la gestion de l'État, ont choqué la population. Un choc tel que peu de temps après, en octobre 2007, le PO prit le pouvoir (14). Les jumeaux Kaczynski restent toutefois confiants, persuadés du retour prochain du PiS au pouvoir...




Références:

1) BADIA, Gilbert, « Troisième Reich », EncycloepediaUniversalis, http://www.universalis-edu.com.ezproxy.usherbrooke...

2) AGENCE FRANCE PRESSE, «Pologne : élection confirmée de Lech Kaczynski à la présidence», Libération, 25 octobre 2005, p.10.

3) MONZAT, René, « Extrême droite : la maladie européenne », Mouvements 4/2002 (no23), p. 49-52.

4) 20Minutes.fr avec Agence, « Jean-Marie Le Pen tient à nouveau des propos négationnistes, les associations s'indignent », publié le 25/04/08, http://www.20minutes.fr/article/227636/France-Jean... (Page consultée le 30/03/10).

5) AUBERT, Fabrice, « Ne pas confondre droite populiste et extrême droite », LCI.fr, 08/06/2007, http://lci.tf1.fr/monde/europe/2009-06/ne-pas-conf... (page consultée le 20/03/2010).

6) Ibid.

7) De BRESSON, Henri, « Le pouvoir polonais s'allie à l'extrême droite », LeMonde, 03/02/06, http://www.lemonde.fr/europe/article/2006/02/03/le... (page consultée le 20/03/2010).

8) Ibid.

9) Ibi... Maria, « L'extrême droite au gouvernement », RFI, 07/05/06, http://www.rfi.fr/actufr/articles/077/article_43531.asp, (page consultée le 20/03/2010).

11) De BRESSON, op.cit.

12) Ibid.

13) JARRY, Emmanuel, « Le traité européen bute sur l'obstacle polonais », Boursier.com, 22/06/07, http://www.boursier.com/vals/all/le-traite-europee... (page consultée le 20/03/2010).

14) AGENCE FRANCE PRESSE, « Élections en Pologne - Tusk bat les jumeaux Kaczynski », LeDevoir, publié le 22/10/07, http://www.ledevoir.com/international/europe/16145... (page consultée le 26/03/2010).

Dernière modification: 2010-04-05 08:26:27

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Avenir incertain pour le parti Spring en Pologne
>octobre 2019


Varsovie : un sommet qui divise
>septembre 2019


Une confrontation entre la Pologne et l'Union européenne
>octobre 2018


Pologne : des mouvements migratoires inégaux
>avril 2017


L'avortement en Pologne : volte-face du gouvernement
>novembre 2016


Élections en Pologne : un vent de changements
>janvier 2016


Une surprise lors de l'élection présidentielle en Pologne
>septembre 2015


Donald Tusk : la détermination que l'Europe attendait
>janvier 2015


L'héritage controversé de Wojciech Jaruzelski
>septembre 2014


Le parcours d'un célèbre politicien polonais : Lech Walesa
>janvier 2014


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019