Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

9 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

25 February 2010

Course au leadership autour de la reconstruction d'Haïti


Louis-Maxim Toutant
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

September
2017
Ouragans sur les Caraïbes

November
2016
Élection de Jovenel Moïse à la présidence d’Haïti

September
2016
Apparition de l'ouragan Matthew

March
2011
Élection de Michel Martelly à la présidence d'Haïti

January
2010
Tremblement de terre dévastateur en Haïti

February
2004
Démission du président haïtien Jean-Bertrand Aristide

November
2000
Élection de Jean-Bertrand Aristide à la présidence de Haïti

September
1991
Renversement du président haïtien Jean-Bertrand Aristide

June
1988
Renversement du président haïtien Leslie Manigat

February
1986
Ouverture du premier Sommet de la francophonie

February
1986
Départ du président haïtien Jean-Claude Duvalier

April
1971
Décès du président haïtien François Duvalier

December
1959
Création de la Banque interaméricaine de développement

September
1957
Accession de François Duvalier à la présidence de Haïti

May
1950
Démission du président Dumarsais Estimé en Haïti

March
1948
Création de l'Organisation des États américains

September
1947
Signature du Traité interaméricain d'assistance réciproque à Rio de Janeiro

Le 12 Janvier 2010, Haïti a été ravagé par un terrible tremblement de terre d'une magnitude de 7 sur l'échelle de Richter. L'épicentre se situait à une dizaine de kilomètres de la capitale, Port-au-Prince, anéantissant ainsi le coeur économique et politique du pays.

L'étape de l'aide d'urgence est terminée, il faut maintenant penser à la reconstruction à long terme. Le problème est que les principaux intervenants extérieurs sont en désaccord sur la meilleure façon d'y parvenir. Pour l'instant, il n'y a pas un centre de décision capable de coordonner les efforts, augmentant ainsi les risques de chaos causé par une désynchronisation de l'aide (1).

Pour plusieurs Haïtiens, il y a une peur réelle que l'aide internationale se transforme en tutelle brimant leur souveraineté. Dans l'histoire du pays, l'ingérence étrangère a souvent été une source de problème, mais Haïti n'a pas les moyens de s'en sortir seul, car cet État est dépendant de l'intervention d'acteurs qui ont la capacité d'agir (2).

Rivalité entre les États-Unis, la France et le Canada

Le secrétariat d'État américain aurait déjà préparé dans le secret un plan de reconstruction et l'aurait même présenté au président haïtien, René Préval (3). Ce sont les États-Unis qui ont fourni la plus grosse partie de l'effort logistique nécessaire pour acheminer l'aide d'urgence. Ils sont déjà présents sur le terrain et la diaspora haïtienne aux États-Unis fait pression pour que le gouvernement américain impose un protectorat permanent. Le raisonnement est qu'Haïti ne peut s'en sortir seul et que, par leur proximité géographique, les Américains sont les mieux placés pour intervenir.

L'idée d'une tutelle américaine déplait fortement à la France, car elle voudrait participer activement à la reconstruction. Pour le président Nicolas Sarkozy : «voilà l'occasion de montrer que la France se mobilise pour rendre aux haïtiens le contrôle de leur destin mais aussi de solder les comptes du passé » (4). L'État français a annulé la dette de 56 millions d'euros d'Haïti, tout en promettant une aide financière et matérielle de 256 millions d'euros sur deux ans. Cependant, la présence de la France rend plusieurs Haïtiens craintifs. Ce pays a eu un passé colonial tumultueux avec Haïti en plus d'avoir eu des liens étroits avec les Duvalier qui ont gouverné de 1957 à 1986(5).

De son côté, le Canada n'a pas autant de moyens que ses deux «rivaux», mais tente de tirer son épingle du jeu. Dès la catastrophe, ce pays, où habite la deuxième plus grande communauté haïtienne extraterritoriale, s'est démarqué en organisant la première conférence sur la reconstruction du pays. Ce dynamisme ne fait pas l'affaire de tous, la diaspora de Miami est mécontente que le Canada utilise son influence pour être l'hôte d'une future conférence de la diaspora sur l'avenir d'Haïti (6). La course au leadership ne concerne donc pas seulement les États, il existe aussi une rivalité entre les différentes diasporas.

Outre le Canada, les États-Unis et la France, le Brésil, le Venezuela et Cuba ont aussi apporté une aide contrète et apolitique, saluée par plusieurs Haïtiens (7).

L'ONU est aussi dans la course

L'Organisation des Nations unies (ONU) a un rôle central dans la coordination des 900 ONG présentes sur ce territoire, mais elle réclame aussi le leadership pour la planification de la reconstruction à long terme. Au sein même de l'organisme, plusieurs agences, notamment la Banque mondiale, voudraient être le maître d'oeuvre du relèvement (8).

Le séisme ayant détruit une bonne part de l'économie haïtienne, l'ONU s'est démarquée par son programme Cash for Work, un programme offrant une rémunération aux Haïtiens pour qu'ils participent au déblaiement, au nettoyage et à la reconstruction. Pour y parvenir, le programme des Nations unies pour le développement a réclamé un fonds d'urgence de 41 millions de dollars. Le secrétaire général Ban Ki-moon fait la promotion active de ce programme qui ferait, selon lui, travailler 220 000 personnes (9).

Une course au leadership s'est donc amorcée entre les puissances, mais une question demeure : comment Haïti va faire pour s'en sortir? Pour l'instant, un compromis sur quatre axes privilégiés par les pays donateurs semble faire l'unanimité. Mais concrètement, selon plusieurs observateurs, la reconstruction nécessite un meneur clair, capable de tout coordonner pour éviter le chaos.




Références:

1- CARDINAL, François, Qui doit diriger la reconstruction d'Haïti, Cyberpresse, 21 janvier 2010, http://www.cyberpresse.ca/international/amerique-l... (page consultée le 20 février 2010)

2- FLEURIMOND, Weiners Kerns, Tout un territoire à réorganiser, Courrier International, 4 février 2010, http://www.courrierinternational.com/article/2010/... (page consultée le 20 février 2010)

3- DESROSIERS, Jacques, Rivalité Franco-américaine autour de la reconstruction, Courrier International, 18 février 2010, http://www.courrierinternational.com/article/2010/... (page consultée le 20 février 2010)

4- Reuters, Les 4 heures de Sarkozy en Haiti, L'Express.fr, 14 février 2010, http://www.lexpress.fr/actualite/monde/les-4-heure... (page consultée le 20 février 2010)

5- Euronews, Sarkozy en Haiti, une aide exceptionnelle pour la reconstruction, 17 février 2010, http://fr.euronews.net/2010/02/17/sarkozy-en-haiti... (page consultée le 20 février 2010)

6- Presse canadienne, Le Canada offre d'accueillir un forum sur Haiti et irrite les Haitiens des États-Unis, http://www.google.com/hostednews/canadianpress/art... (page consultée le 20 février 2010)

7- FLEURIMOND, Weiners Kerns, Op. Cit.

8- CARDINAL, François, Op. Cit.

9- AFP, Un programme « argent contre travail » pour reconstruire, Cyberpresse, 21 Janvier 2010, http://www.cyberpresse.ca/international/amerique-l... (page consultée le 21 Janvier 2010)

Dernière modification: 2010-03-01 08:20:56

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016