23 mai 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

15 février 2010

Plan d'austérité Zapatero : l'Espagne à l'heure des choix financiers


Louis Pigeon-Caron
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Balado: Le monde en perspective




Nouveauté. Écoutez en baladodiffusion les rencontres qu'animent les professeures Isabelle Lacroix et Karine Prémont sur des questions qui touchent les enjeux démocratiques, les relations internationales ou les modes de scrutin. Des rencontres de 20 minutes dans un style simple et ouvert avec des spécialistes, des personnes présentes sur le terrain et aussi des étudiantes et étudiants de second cycle.

Au fil du temps

octobre
2017
Déclaration d’indépendance de la Catalogne

août
2017
Manifestation d’envergure contre le terrorisme à Barcelone, en Espagne

décembre
2015
Tenue d'élections législatives en Espagne

septembre
2015
Élections régionales au Parlement de Catalogne

novembre
2014
Tenue d'une consultation sur l'auto-détermination de la Catalogne

juin
2014
Annonce de l'abdication du roi d'Espagne, Juan Carlos 1er

novembre
2011
Élection du Parti populaire de Mariano Rajoy en Espagne

juin
2009
Début des élections législatives au Parlement européen

mars
2008
Réélection en Espagne du Parti socialiste ouvrier de Jose Luis Zapatero

juin
2004
Tenue d'élections au Parlement européen

mars
2004
Attentats terroristes dans le métro de Madrid

juin
1999
Tenue d'élections au Parlement européen

janvier
1999
Passage à l'euro pour onze pays de l'Union européenne

juin
1998
Création de la Banque centrale européenne

juin
1994
Tenue d'élections au Parlement européen

février
1992
Signature du traité de Maastricht

juin
1989
Tenue d'élections au Parlement européen

juin
1985
Signature des traités d'adhésion de l'Espagne et du Portugal à la Communauté économique européenne

octobre
1983
Manifestations dans les grandes villes d'Europe contre le déploiement d'armes nucléaires

La crise économique qui a frappé le monde en 2008 et 2009 a laissé des traces aux quatre coins de la planète. Évidemment, les États-Unis, puissance économique mondiale, ont été mis à mal par ce que plusieurs économistes qualifient de plus grande débandade économique depuis 1931. Mais le Président Barack Obama est loin d'être le seul chef d'État aux prises avec une économie sur la pente descendante. Au début de février 2010, le conseil de l'Union européenne s'est penché sérieusement sur le cas de la Grèce, dont la dette publique est dans un état alarmant. La Grèce n'est pas un cas isolé de difficultés majeures : l'économie espagnole est, elle aussi, bien mal en point.

Un contexte économique pénible

C'est un dur retour à la réalité pour le président espagnol José Luis Zapatero, alors que pour l'année fiscale 2007, les comptes du pays étaient excédentaires de plus de 2% du produit intérieur brut (PIB) (1). Aujourd'hui, le contraste est étonnant alors que le secrétaire d'État à l'Économie, José Manuel Campa, confirme que le taux d'endettement de l'État a atteint 55% du PIB en 2009. Le ministre n'est pas plus optimiste pour l'année 2010, celui-ci affirme que le taux d'endettement devrait passer à 63% dans l'année à venir (2).

L'hebdomadaire Espagnol Actualidad Economica fait un triste état de la réalité financière du pays (3). Les finances publiques sont à ce point pénibles que la compagnie de cotation Standard & Poor's qualifie ses perspectives économiques de «négatives». C'est cette même compagnie qui avait baissé les standards de cotation en janvier 2009 de AAA (meilleure cotation possible) à AA. Une telle dégradation de la cote de crédit signifie que le pays ne pourra plus emprunter autant, ce qui signifie qu'il pourrait être obligé de couper encore plus ses dépenses pour faire face à son problème d'endettement (4). Le fait que Standards & Poor's ait qualifié la graduation de l'économie espagnole de «négative» apporte peu d'espoir pour les économistes du gouvernement, d'autant plus que le taux de chômage de l'Espagne a presque doublé, passant à 18% en 2009 (5).

Zapatero prend le problème de face

Se voyant dans l'obligation d'agir, le président Zapatero annonçait le 29 janvier 2010 l'adoption d'un plan d'austérité, visant principalement à réduire les dépenses publiques. Il était impératif que l'Espagne agisse rapidement, puisque le pays est lié par le pacte de stabilité européen qui l'oblige à ne pas produire un déficit de plus de 3% du PIB. Selon Maria Teresa Fernandez de la Vega, vice-présidente du gouvernement, ce plan prévoit une économie de 50 milliards d'euros, échelonnés sur trois ans (6). Selon les estimations, 40 milliards seront à la charge de l'État, et les 10 milliards restants reviendront aux collectivités locales (7).

Pour limiter les dépenses publiques, le projet propose d'abord de geler le recrutement d'employés de l'État. Cette mesure devrait permettre à l'Espagne de réduire significativement ses dépenses. Le plan Zapatero propose également d'augmenter l'âge légal de départ à la retraite à 67 ans, deux ans de plus qu'auparavant (8).

Réactions plutôt négatives

Le plan provoque bien sûr plusieurs réactions de la part des différents quotidiens espagnols. Le journal économique Expansion est d'avis que «les actions de Zapatero enlèvent de la crédibilité à l'Espagne» (9). Même son de cloche pour le quotidien El Pais, qui souligne «l'extrême confusion politique» du gouvernement socialiste (10). L'agence économique et financière Reuters Breakingviews a elle aussi publié son point de vue, affirmant que l'austérité était impossible et que les mesures de Zapatero étaient bien peu originales (11).

L'Espagne, il n'y a pas si longtemps l'un des États occidentaux avec la meilleure croissance économique, est maintenant confinée au rattrapage. Ce pays de la péninsule ibérique devra sans doute faire d'autres choix déchirants pour assurer sa prospérité. Reste à voir si ceux-ci seront aussi impopulaires auprès des experts.




Références:

(1) AGENCE FRANCE-PRESSE, Espagne: plan d'austérité pour soulager des finances publiques à vif, 29 janvier 2010, http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/esp... page consultée le 14 février 2010.

(2) SENGES, GILLES, « Interview avec José Manuel Campa le secrétaire d'état espagnol à l'économie» Les Echos, février 2010, p. 6.

(3) MUSSEAU, François, «Espagne : le bon élève déchu de la finance», Libération, 8 février 2010, p. 16.

(4) DAY, PAUL, L'Espagne annonce une cure d'austérité, 29 janvier 2010, http://www.challenges.fr/depeches/monde/20100129.R... page consultée le 14 février 2010.

(5) AGENCE FRANCE-PRESSE, « Espagne : Standard & Poor's place sa note sous perspective « négative », Le Monde, 11 décembre 2009, p. 18.

(6) AGENCE FRANCE-PRESSE, L'Espagne adopte un plan d'austérité pour économiser 50 milliards d'euros, 29 janvier 2010, http://www.france24.com/fr/20100129-espagne-madrid... page consultée le 14 février 2010.

(7) AGENCE FRANCE-PRESSE, « Espagne : plan d'austérité... », op.cit.

(8) AGENCE FRANCE-PRESSE, L'Espagne adopte un plan d'austérité et la retraite à 67 ans, 29 janvier 2010, http://www.lemonde.fr/europe/article/2010/01/29/l-... page consultée le 14 février 2010.

(9) BOZONNET, Jean-Jacques, « Après la Grèce, l'Espagne et le Portugal sont pris pour cibles», Le Monde, 6 février 2010, p. 10.

(10) loc. cit.

Dernière modification: 2010-02-22 08:43:36

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Le procès des indépendantistes catalans vient mettre de l'huile sur le feu
>mars 2019


Les socialistes espagnols se tournent vers Sánchez pour contrer la chute
>septembre 2017


Le parti Podemos est-il en mesure de briser la tendance vers la droite en Europe?
>octobre 2016


Des élections sans gagnants en Espagne
>février 2016


Espagne : relance réelle ou mirage économique ?
>septembre 2015


Économie espagnole : une première en six ans
>février 2015


La polémique de l'immigration clandestine en Espagne
>octobre 2014


Le gouvernement espagnol abandonne un projet de loi controversé
>septembre 2014


Un démocrate espagnol s'éteint
>septembre 2014


Le chemin tortueux de l'indépendance basque
>novembre 2013


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016