14 novembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

5 février 2010

La piraterie somalienne : une réponse à l'injustice ?


Fikreta Esmic
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

juillet
2011
Proclamation de l'état de famine en Somalie par les Nations unies

janvier
1991
Renversement du président somalien Siad Barre

avril
1988
Signature d'un accord de paix mettant fin à la guerre de l'Ogaden

juin
1977
Début de la guerre entre la Somalie et l'Éthiopie

octobre
1969
Accession au pouvoir de Siad Barre en Somalie

mars
1964
Conclusion d'un cessez-le-feu mettant fin à un conflit entre la Somalie et l'Éthiopie

mai
1963
Signature de la Charte constituant l'Organisation de l'unité africaine

septembre
1961
Ouverture d'une conférence des pays non-alignés à Belgrade

Les pirates sévissent au large des côtes somaliennes et ils sont devenus de vraies menaces pour quelconque navire ou simple bateau étranger qui y navigue. Le phénomène ne date pas d'hier, mais au fil des dernières années il a pris de l'ampleur et est devenu, par conséquent, une véritable source d'inquiétudes et de problèmes (1). Cela est vrai autant pour le gouvernement transitoire de la Somalie que pour la communauté internationale. Les navires sont pillés de leurs biens et les prises d'otages sont très fréquentes (2).

Un phénomène conséquent à la situation affolante du pays

Il y a environ 20 ans, les routes maritimes entre l'Asie et l'Europe occidentale deviennent de plus en plus occupées. Cela cause un flux maritime important qui fait en sorte que l'océan Indien est utilisé surtout par des bateaux étrangers à la Somalie et aux pays qui en sont proches géographiquement. Ainsi, les ressources halieutiques de la région s'épuisent et la pollution s'y aggrave. Au même moment, on assiste à une migration des populations somaliennes vers le littoral et la mer. Cette situation est due à la sécheresse qui favorise le passage d'une société d'éleveurs à une société de pêcheurs (3).

La dictature de Siad Barre s'effondre en 1991 et la guerre civile en Somalie fait rage, ce qui permet aux chefs de guerre et aux criminels de se mettre à l'avant-plan. Cette situation est rendue possible par l'absence de l'État et le chaos qui règne dans ce pays africain. Les pirates, tels qu'on les connaît aujourd'hui, apparaissent en ce moment de désordre et deviennent plus puissants et plus nombreux (4). Les populations sont découragées par la situation. Alors, pour s'en sortir, certains sont tentés de se tourner vers la piraterie.

Ce fléau a surtout connu une hausse importante en 2005, après le tsunami de 2004 qui a dévasté les côtes somaliennes. Cette dévastation ne permet pas à l'aide humanitaire de se rendre jusqu'au pays. Alors, les pirates somaliens ont intensifié leurs activités en s'interposant aux bateaux étrangers pour essayer de survivre.

La région de Puntland, en Somalie, est l'endroit où les pirates ont beaucoup d'influence, car c'est une zone qui échappe totalement au gouvernement. Aussi, parmi les plus importantes zones occupées par des pirates, dans le monde, on peut nommer le détroit de Malacca, le golfe d'Aden, le golfe de Guinée, le canal du Mozambique et la mer des Caraïbes (5). L'État somalien n'est pas capable de faire respecter le Droit international maritime, ce qui fait en sorte que des licences de pêche sont facilement vendues illégalement à des pêcheurs du Yémen, de la Chine, de l'Inde et d'autres pays (6).

Des pirates qui veulent protéger leurs eaux des étrangers

Les pirates somaliens sont, à la base, des pêcheurs qui ont vécu sous une dictature et ont été éprouvés par une guerre civile. Aujourd'hui, ils sont confrontés à des bateaux et des navires étrangers proches de leurs côtes. Ces pirates disent simplement répondre à la concurrence de ces navires qui exploitent leurs ressources et polluent leurs eaux (7). Puisque la sécheresse frappe sur leurs terres, ils n'ont d'autre choix que de se consacrer à la pêche qui est de moins en moins bonne, justement à cause de ces navires venant d'ailleurs (8). Le porte-parole des pirates somaliens a fait savoir qu'ils ne pouvaient laisser les navires occidentaux piller leurs eaux et y laisser leurs déchets. Ce dernier voit les pirates comme des « gardes-côtes ». Il a aussi défendu qu'ils ne désiraient pas les armes des navires équipés pour les utiliser contre les insurgés islamistes, car ils ne veulent pas d'une autre guerre (9).

Un fait important est que ces pirates sont difficilement reconnaissables parce qu'ils ne se distinguent pas vraiment de pêcheurs de mer. Leurs habits, ainsi que leurs autres caractéristiques, font en sorte qu'il est difficile de les classer (10).

Actions difficiles pour régler le problème

Étant donné que les pirates ne se distinguent pas beaucoup des simples pêcheurs, les actions sont difficiles à prendre pour diminuer la problématique de la piraterie. Cependant, une des actions qui peut être possible, et qui n'implique aucun risque, est la diffusion de l'information par les gouvernements et autres autorités pour essayer de diminuer le problème (11).

Plusieurs résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies ont été adoptées en ce qui concerne les actes de piraterie. Elles donnent notamment l'autorisation aux puissances navales de surveiller les côtes somaliennes (12). Une patrouille internationale est devenue très active et on fait de plus en plus appel aux compagnies de sécurité privées pour la défense des navires circulant proche de la Somalie. Les armes ne sont pas un moyen efficace pour lutter contre les pirates, car ceux-ci sont armés et peuvent répondre en cas d'attaque à leur endroit par un navire étranger (13). L'action qui serait la plus efficace est de commencer à arrêter les pirates par voie terrestre plutôt que maritime parce que ces derniers connaissent la mer et frappent toujours par surprise, ce qui ne peut laisser le temps aux bateaux opposants de se préparer pour la défense (14).

La solution est loin devant

Le phénomène de la piraterie en mer fait émerger les Sociétés de sécurité privées qui jouent un rôle de plus en plus important. Ces dernières fournissent des hommes entraînés aux navires, ont des moyens de défense non létaux et peuvent négocier avec les compagnies d'assurances pour des coûts moins élevés (15).

Les résolutions du Conseil de sécurité ont eu des avantages, car on constate que le nombre global de pillages des pirates est en baisse. Cependant, le champ d'action pour éradiquer ces pirates est beaucoup trop vaste. Cela pousse à trouver de nouveaux moyens pour y arriver, d'autant plus que les pays africains ne possèdent pas les outils nécessaires pour s'attaquer à cette piraterie des temps modernes (16).




Références:

(1) COLIN, Xavier et al. Pirates à l'horizon : une scorie de la mondialisation, Académie Versailles, http://www.histoire.ac-versailles.fr/IMG/pdf/La_pi... (Page consultée le 14 février 2010).

(2) loc.cit.

(3) loc.cit.

(4) MARCHAND, Laurent. « Piraterie en Somalie : à qui profite le crime ? », Ouestfrance.fr, Le 22 novembre 2008, http://www.ouest-france.fr/actu/ actuDet_-Piraterie-en-Somalie-a-qui-profite-le-cri... (Page consultée le 14 février 2010).

(5) COLIN Xavier et al. op.cit.

(6) loc.cit.

(7) MARCHAND, Laurent. op.cit.

(8) COLIN Xavier et al. op.cit.

(9) BIOURGE, C. « Les pirates somaliens, des '' gardes-côtes '' ? », Rtbf.be, Le 14 avril 2009, http://www.rtbf.be/info/ monde/ afrique/les-pirates-somaliens-se-considerent-comme... (Page consultée le 14 février 2010).

(10) SARTRE, Patrice. La piraterie en mer, 2009, Cairn, http://www.cairn.info.ezproxy.usherbrooke.ca/artic... (Page consultée le 14 février 2010).

(11) loc.cit.

(12) AFP. « Le Conseil de sécurité approuve la poursuite des pirates en Somalie », Cyberpresse.ca, Le 16 décembre 2009, http://www.cyber presse.ca /international/ afrique/200812/16/01-810996-le-conseil-de-securite... (Page consultée le 14 février 2010).

(13) PERREAULT, Mathieu. « Patrouilles de plus en plus efficaces cotre les pirates », Cyberpresse.ca, Le 7 janvier 2009, http://www.cyberpresse.ca/ international/afrique/200901/07/01-815406-patrouil... (Page consultée le 14 février 2010).

(14) COLIN Xavier et al. op.cit.

(15) SARTRE, Patrice. op.cit.

(16) KIMANI, Mary. « La lutte contre la piraterie au large de l'Afrique, Assurer la sécurité de la navigation passe par une meilleure coopération », Afrique renouveau, http://www.un.org/french/ecosocdev/geninfo/afrec/v... Volume 22, Numéro 4, Janvier 2009, P. 3, (Page consultée le 14 février 2010).

Dernière modification: 2010-02-22 08:03:09

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

La Somalie continue de reculer face à la corruption
>mars 2018


Le travail infantile africain : une question de survie?
>avril 2017


Réfugiés climatiques : le défi africain du XXIe siècle?
>février 2015


L'infini bourbier somalien
>février 2015


Les camps de réfugiés somaliens : une situation critique qui perdure
>mars 2014


L'islamisme dans la Corne de l'Afrique : un danger pour la démocratie
>novembre 2013


Somalie : une nouvelle étape vers la démocratie
>novembre 2012


Fin de la famine en Somalie : mythe ou réalité?
>février 2012


Somalie : l'ONU demande une aide humanitaire d'urgence
>septembre 2011


La piraterie somalienne : une réponse à l'injustice ?
>février 2010


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019