Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

17 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

1 February 2010

Un troisième mandat pour Oscar Arias Sanchez au Costa Rica?


Carine Nezerwe
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

February
1987
Dévoilement du plan Arias pour la paix en Amérique centrale

December
1959
Création de la Banque interaméricaine de développement

November
1949
Adoption d'une nouvelle Constitution au Costa Rica

March
1948
Création de l'Organisation des États américains

September
1947
Signature du Traité interaméricain d'assistance réciproque à Rio de Janeiro

Le Costa Rica a la réputation d'être un pays ayant une vieille démocratie, faisant ainsi l'exception parmi les autres pays de l'Amérique latine sur le plan politique(1). En effet, ce pays détient un système politique plus stable grâce à sa Constitution et sa tradition basée sur la «non - violence», puisqu'il ne dispose d'aucune armée régulière (2).

C'est le dimanche 7 février qu'aura lieu le premier tour de l'élection présidentielle au Costa Rica. Cette course à la présidence oppose plusieurs candidats, dont neuf principaux qui apparaissent dans les sondages. Parmi eux, on mentionne entre autres Laura Chinchilla, représentante du partido de libracion Nacional (PLN). Cette femme se retrouve en tête selon les sondages. Ensuite, Otto Solis représente le Partido Accion Ciudadana(PAC). Et l'actuel président du Costa Rica, Oscar Arias Sanchez représente le Parti Social-démocratique. Ce dernier semble avoir perdu de la popularité depuis qu'il a engagé le pays dans le libre-échange(3). Cela donne espoir aux autres candidats; même ceux qui étaient moins connus jadis veulent tenter leur chance cette fois-ci(4).

Même si le Costa Rica est le symbole d'une démocratie réussie, il n'est pas à l'abri des problèmes. D'ailleurs, cette campagne électorale semble être différente des autres puisque plusieurs enjeux sont considérables. Cela dit, les élections ne suscitent plus le même intérêt pour le peuple costaricien. Avant, ce genre d'événement était une occasion de fêter, danser et chanter tout le long des campagnes(5).

D'une part, le Costa Rica a été secoué par la crise économique, qui est pour lui un enjeu de taille. Le peuple pense à économiser chaque sou, et «les fêtes civiques » qui faisaient partie du quotidien sont réduites. C'est à peine si l'on voit des drapeaux des partis sur les toits de maisons ou sur les voitures(6).

D'autre part, l'intérêt pour les élections s'est également volatilisé parce que l'électorat ne fait plus confiance aux élus. Le président Oscar Arias Sanchez est accusé des tous les problèmes que le pays connaît, que ce soit la corruption ou la pauvreté. Mais la cause principale de l'insatisfaction serait l'engagement du pays vers le libre-échange(7). Dans la culture costaricaine, on a tendance à se mettre à l'abri de toute confrontation.

Enfin, la naissance des nouveaux partis politiques semble perturber l'électorat. Celui-ci a tendance à ne pas se prononcer et cela diminue considérablement le taux de participation. D'ailleurs, le tribunal suprême costaricain a eu des craintes face aux résultats des sondages qui montrent que le taux d'abstention pourrait être très élevé. Il a alors lancé une campagne d'incitation aux votes(8).

Finalement, les sondages ne sont pas favorables au président actuel. Nous pouvons déjà prédire qu'Oscar Arias risquerait de ne pas avoir la majorité de votes au premier tour, car Laura Chinchilla est la plus favorisée(9). Mais par contre au deuxième tour, tout est possible. Ce qui est certain, c'est qu'il est encore tôt pour assurer la victoire de qui que ce soit. Seul le peuple détient le pourvoir de trancher et il le fera le 7 février.




Références:

1. Ariane YENGAYENGE : «L'oasis démocratique par excellence», le 30 novembre2009 ; Perspective Monde ; [En ligne] : http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BM... page consultée le 03 janvier 2010.

2. Radio-Canada : « La communauté internationale divisée», [En ligne]: http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International... ; page consultée le30 janvier 2010.

3. Voltaire. Net : «Fidel Castro : le médiateur Oscar Arias est un fidèle allié des États-Unis» [En ligne]: http://www.voltairenet.org/article161166.html, page consultée le 03 février 2010.

4. Camille FLODERER : «Élections au Costa Rica», le 28 janvier 2010 ; OPALC : [En ligne];http://www.opalc.org/web/index.php?option=c... ; page consultée le 30 janvier 2010.

5. Ibid.

6. Civique forum.org : «L'Amérique Latine : Le Costa Rica n'est pas»,18 juin 2007, [En ligne]: http://www.forumcivique.org/de/printpdf/1190, page consultée le 03 février 2010.

7. Camille FLODERER : «Élections au Costa Rica»,Op.cit.

8. Latin Reporters: «Élection présidentielle au Costa Rica : défaite historique de la gauche», [En ligne]:http://www.latinreporters.com/costaricapol080402.html ; page consultée le 30 janvier 2010.

9. Camille FLODERER : «Élections au Costa Rica», Op.cit.

10. Wikipédia : [En ligne]: http://fr.wikipedia.org/wiki/Costa_Rica, page consultée le 03 janvier 2010.

Dernière modification: 2010-02-08 08:21:55

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016