16 décembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

1 février 2010

L'Agence mondiale antidopage : une organisation «indépendante»


Louis-Alexandre Kirouac
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

octobre
2019
Réélection au Canada d’un gouvernement libéral minoritaire

octobre
2018
Légalisation du cannabis au Canada

octobre
2015
Élection au Canada du Parti libéral de Justin Trudeau

mai
2011
Réélection au Canada du Parti conservateur de Stephen Harper

octobre
2008
Ouverture du douzième Sommet de la Francophonie

octobre
2008
Réélection au Canada du Parti conservateur de Stephen Harper

juin
2007
Ouverture du Sommet du G8 à Heiligendamm, en Allemagne

janvier
2006
Élection au Canada du Parti conservateur de Stephen Harper

juin
2004
Élection au Canada du Parti libéral de Paul Martin

novembre
2000
Réélection au Canada du Parti libéral de Jean Chrétien

septembre
1999
Ouverture du huitième Sommet de la Francophonie

juin
1997
Réélection au Canada du Parti libéral de Jean Chrétien

octobre
1995
Tenue d'un référendum sur la souveraineté du Québec

octobre
1993
Élection au Canada du Parti libéral de Jean Chrétien

décembre
1992
Signature de l'Accord de libre-échange nord-américain

octobre
1992
Tenue d'un référendum au Canada sur l'entente de Charlottetown

juin
1990
Échec de l'accord constitutionnel du lac Meech au Canada

novembre
1989
Création de la Coopération économique pour l'Asie-Pacifique

novembre
1988
Réélection au Canada du Parti progressiste-conservateur de Brian Mulroney

Fondée en 1999 à la suite de la première conférence mondiale sur le dopage, l'Agence mondiale antidopage (AMA) répond au besoin du Comité international olympique (CIO) de créer un organisme international indépendant de lutte antidopage (1). À l'aube des Jeux olympiques d'hiver de 2010 qui se dérouleront à Vancouver, il est intéressant de dresser un bilan de cette agence qui a célébré, en novembre 2009, sa dixième année d'existence.

Fonctionnement de l'AMA : Montréal, centre des décisions

L'AMA a été créée en Suisse en tant que fondation de droit privé. Son siège est situé à Lausanne, lieu de la première conférence mondiale sur le dopage. Par contre, le lieu d'emplacement de son bureau principal est à Montréal, au Canada, et est issu d'une entente avec l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec, qui lui versera un million de dollars (CAN) par année jusqu'en 2021 (2).

L'AMA est financée à parts égales entre le mouvement olympique et les gouvernements. La particularité de ce financement, outre sa nature hybride publique-privée, est que les gouvernements décident à eux seuls du montant qu'ils verseront et que le mouvement olympique s'engage à verser l'équivalent de ce même montant. Les gouvernements ont par contre subdivisé leur part du 50% du financement de l'AMA, selon les cinq continents «olympiques». Ainsi, l'Afrique verse 0,5%, les Amériques 29%, l'Asie 20,46%, l'Europe 47,5% et l'Océanie 2,54% (3).

Par souci éthique, le comité de fondation et le comité exécutif de l'AMA sont composés à parts égales de représentants gouvernementaux et de représentants du mouvement olympique. L'Agence dispose également d'un comité sportif pour entendre ce que les athlètes ont à dire, d'un comité d'éducation, d'un comité d'éthique constitué d'experts, d'un comité de finance et d'un comité de médecine pour mettre à jour la liste des produits interdits (4).

Les athlètes visent le sommet, l'AMA aussi !

D'après son acte constitutif, l'AMA a comme but premier de « [...]promouvoir et coordonner, au niveau international, la lutte contre le dopage dans le sport sous toutes ses formes [...] (5) ». Pour parvenir à ses fins, l'AMA doit nécessairement avoir la collaboration des gouvernements, qui sera obtenue par leur ratification de la Convention internationale contre le dopage dans le sport de l'UNESCO.

Cette convention, entrée en vigueur en 2007, a été ratifiée par 130 pays (6). Elle a pour effet d'engager ces pays à suivre le Code mondial antidopage. Ce code, actualisé en 2009, est un guide d'harmonisation des règles reliées au dopage dans le sport. Son but est que le sportif soit soumis aux mêmes normes de contrôle, peu importe son origine ou le sport qu'il pratique. Ce code est également imposé aux ligues professionnelles, comme la NBA ou la NHL, dont les joueurs participeront à une compétition qui l'applique(7).

Un rôle secondaire lors des prochains Jeux olympiques

Les jeux de Vancouver seront les sixièmes Jeux olympiques supervisés par l'AMA, depuis les jeux de Sydney en 2000 (8). Pourtant, contrairement à ce que l'on peut croire, c'est le Comité international olympique qui est responsable des mesures de contrôle du dopage pendant la durée des Jeux olympiques. Le CIO ne délègue son pouvoir de contrôle des participants qu'avant l'ouverture officielle des jeux ou lorsque le contrôle est effectué à l'extérieur du «territoire» olympique. De plus, le CIO reste le seul responsable des contrôles et de leurs résultats qui sont directement en lien avec les jeux(9). Bien que l'AMA dispose d'observateurs indépendants et d'un droit d'appel en vertu d'une décision prise par le CIO, son rôle reste plutôt marginal et axé sur la prévention et la sensibilisation (10).

Réalisations, défis et critiques

En dix ans, l'AMA a réussi à instrumentaliser un code qui normalise les règles reliées au dopage sportif et a mis en place un Passeport de l'athlète qui facilite la détection du dopage. L'AMA a donc fait passer la lutte contre le dopage d'un simple test d'urine, à une coopération internationale allant jusqu'à utiliser les services d'Interpol pour être au courant des nouvelles substances. L'un des défis que souhaite réaliser l'agence est de procéder à une entente avec les industries pharmaceutiques et biotechnologiques pour connaître, avant la mise en marché d'un produit, son potentiel dopant (11). Un second défi serait de parvenir à régler les différends entre les gouvernements et le mouvement olympique. En effet, le mouvement olympique voit d'un mauvais oeil l'accaparement de la question du dopage par les pouvoirs publics, ce qui pourrait lui faire perdre son contrôle sur l'activité sportive (12).

Certains affirment que l'AMA est en perte d'influence et que les fédérations sportives tendent de plus en plus à être à la fois maîtres et juges, au profit du spectacle. C'est d'ailleurs l'attitude qui a été adoptée par les organisateurs du Tour de France de 2009 : les services de l'Union cycliste internationale (UCI) seront réutilisés malgré une plainte émise à son encontre pour traitement de faveur envers l'équipe victorieuse (13). Seul l'avenir nous dira si l'Agence mondiale antidopage sera non seulement associée aux Jeux olympiques, mais aussi à l'ensemble des activités sportives.




Références:

(1)Agence mondiale antidopage, Historique de l'AMA, novembre 2009, [en ligne], http://www.wada-ama.org/fr/A-propos-de-lAMA/Histor... (page consultée le 1er février 2010)

(2)Développement économique Canada pour les régions du Québec, L'Agence mondiale antidopage demeurera à Montréal jusqu'en 2021, 8 mai 2009, [en ligne], http://www.dec-ced.gc.ca/fra/salle-medias/communiq... (page consultée le 1er février 2010)

(3)Agence mondiale antidopage, Financement par les gouvernements, novembre 2009, [en ligne], http://www.wada-ama.org/fr/A-propos-de-lAMA/Financ... (page consultée le 1er février 2010)

(4)Agence mondiale antidopage, Gouvernance, novembre 2009, [en ligne], http://www.wada-ama.org/fr/A-propos-de-lAMA/Gouvernance/ (page consultée le 1er février 2010)

(5)Agence mondiale antidopage, «Statuts de l'agence mondiale antidopage», modifié le 1er septembre 2009, [en ligne], p. 1, http://www.wada-ama.org/Documents/About_WADA/Statu... (page consultée le 1er février 2010)

(6)Agence mondiale antidopage, Cent trente pays ont ratifié la convention de l'UNESCO, 5 janvier 2010, [en ligne], http://www.wada-ama.org/fr/Centre-media/Nouvelles/... (page consultée le 1er février 2010)

(7)Agence mondiale antidopage, Le Code, novembre 2009, [en ligne], http://www.wada-ama.org/fr/Programme-mondial-antid... (page consultée le 1er février 2010)

(8)Agence mondiale antidopage, «Vancouver 2010 : L'AMA aux jeux olympiques et paralympiques», Franc-jeu, [en ligne], no 1, 2010, p.3 http://www.wada-ama.org/Documents/Events/WADA_in_V... (page consultée le 1er février 2010)

(9) ibid., p. 7

(10) ibid., p. 8

(11) RABIN, Olivier, «En dix ans, beaucoup a été accompli par l'Agence mondiale antidopage», Le Monde, 11 décembre 2009, [en ligne], http://www.lemonde.fr/web/imprimer_element/0,40-0@... (page consultée le 1er février 2010)

(12)DEMESLAY, Julie et Patrick TREBAL, «De quelques contraintes du processus d'harmonisation des politiques antidopage», Terrain et travaux, vol.1, no12, 2007, p.148

(13)MANDARD, Stéphane, «les mirages de la lutte antidopage», Le Monde, jeudi 14 janvier 2010, [en ligne], http://www.lemonde.fr/sport/article/2010/01/13/les... (page consultée le 1er février 2010)

Dernière modification: 2010-02-08 08:12:47

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Une légalisation du cannabis au Canada qui n'a pas causé de tempête
>novembre 2019


La planète s'invite… à la campagne électorale fédérale du Canada
>octobre 2019


Élections ontariennes 2018 : défaite historique des libéraux et reconstruction
>septembre 2019


Une opposition aux rêves de grandeur : les conservateurs canadiens sauront-ils faire mouche en 2019 ?
>février 2019


Un avenir incertain dans les relations canado-américaines
>octobre 2018


Markham : capitale canadienne des hautes technologies
>septembre 2018


Une guerre de l'eau anticipée entre le Canada et les États-Unis
>février 2018


La taxe carbone au Canada : les provinces de l'Ouest s'opposent
>décembre 2017


Le GIEC à Montréal pour planifier son sixième rapport : est-ce suffisant?
>octobre 2017


Un changement de couleur en Colombie-Britannique!
>octobre 2017


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019