16 juin 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

17 janvier 2010

L'Ouganda adopte un projet de loi contre l'excision


Fikreta Esmic
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

janvier
1986
Renversement du président Tito Okello en Ouganda

mai
1981
Départ de l'armée tanzanienne de l'Ouganda

avril
1979
Renversement du dictateur ougandais Idi Amin Dada

novembre
1978
Invasion de la Tanzanie par l'Ouganda

juillet
1976
Raid israélien sur Entebbe, en Ouganda

janvier
1971
Renversement du gouvernement de Milton Obote en Ouganda

juillet
1969
Début du voyage du pape Paul VI en Ouganda

avril
1966
Accession de Milton Obote à la présidence de l'Ouganda

mai
1963
Signature de la Charte constituant l'Organisation de l'unité africaine

Le 11 décembre 2009 a été adopté le projet de loi contre l'excision en Ouganda. Le gouvernement de ce pays de l'Afrique centrale a en effet pris la décision d'interdire cette pratique (1). Pour certains Ougandais, cela est une bonne nouvelle, mais pour d'autres, surtout ceux qui suivent les traditions et les vieilles coutumes du pays, cela représente une limitation de leurs droits (2).

L'excision ou les mutilations génitales féminines (MGF) : un phénomène surtout traditionnel

L'excision est « (...) une mutilation génitale féminine (MGF) impliquant l'ablation de la partie externe prépondérante du clitoris (clitoridectomie) et de son capuchon, parfois accompagnée de l'ablation des petites lèvres et de la suture des grandes lèvres. (3) » On compte environ 100 à 140 millions de femmes qui ont subi l'excision dans le monde (4). Cette pratique est exercée depuis très longtemps dans certaines tribus africaines, dans certains pays du Moyen-Orient ainsi qu'en Inde et au Sri Lanka (5). Il y a 3 formes de mutilations qui se pratiquent. Celles-ci vont de l'ablation du clitoris seulement jusqu'à l'infibulation qui consiste à l'ablation du clitoris, des petites lèvres et des grandes lèvres, en plus de la couture de l'entrée du vagin en y laissant seulement un petit trou pour les écoulements menstruels.

Il est important de mentionner que, pour les communautés pratiquant l'excision, cela est quelque chose de très bien vu et de très positif (6). Les arguments utilisés pour défendre l'excision sont, entre autres, qu'elle garantit la virginité de la jeune femme et qu'il y a une augmentation du plaisir sexuel de l'homme.

Parmi les arguments utilisés contre l'excision, on peut nommer les dangers que celle-ci représente lors de l'accouchement de la femme ainsi que la question hygiénique, parce que l'excision est pratiquée sans une certaine hygiène (utilisation de lames de rasoirs ou autres qui ne sont pas stériles). Les organisations internationales comme l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ou le Fonds des Nations unies pour l'enfance (l'UNICEF) désapprouvent ces pratiques (7).

L'excision, ou les MGF, n'est pas quelque chose de répandu à travers toutes les régions de l'Ouganda. En effet, c'est surtout la communauté des Sabiny, des Sebei et des Pokot qui pratiquent l'excision (8). Ainsi, on remarque que ce n'est pas tout le monde qui s'entend sur les MGF en Ouganda. Cela explique notamment le fait que les positions sur l'excision en Ouganda se trouvent opposées, si on compare les communautés très traditionnelles avec les régions plus occidentalisées.

Avant décembre 2009, l'excision en Ouganda n'était pas règlementée

Avant l'adoption récente du projet de loi en décembre 2009, il n'existait pas de lois ou de règlements en ce qui concerne la pratique de l'excision en Ouganda. Cependant, en 1996, il y a eu une prise de position de la part d'un tribunal ougandais qui s'est positionné contre les pratiques qui peuvent présenter un danger pour la personne, incluant l'excision (9). L'Ouganda est un État qui a signé le Protocole de Maputo. Il s'agit d'une charte adoptée par l'Union africaine en ce qui concerne les droits des femmes. Elle comprend notamment la fin de l'excision ou d'autres pratiques semblables. Cependant, malgré le fait que l'Ouganda soit un pays signataire de cette charte, il n'avait toujours pas, avant 2009, adopté un projet de loi allant dans ce sens (10).

La loi en vigueur en Ouganda, depuis le 11 décembre 2009, interdit formellement la pratique de l'excision. Ceux qui dérogent à cette loi peuvent risquer de lourdes conséquences allant jusqu'à la prison à vie. Le ministre de l'Éthique et de l'Intégrité, James Nsaba Baturo, s'est chargé de faire l'annonce de l'adoption de ce projet de loi (11).

Il est possible de dire clairement que la loi contre l'excision est un pas de plus vers la diminution de cette pratique en Ouganda. Et elle peut certes y aider. Par contre, il y a tout de même des tribus qui ont avoué qu'elles allaient continuer leurs pratiques malgré la nouvelle loi (12). Il va maintenant rester à voir ce qui en sera plus tard, lorsque cette nouvelle loi aura été appliquée et qu'elle aura eu le temps de prendre de la maturité.




Références:

(1) RADIO-CANADA.CA ET AGENCE FRANCE PRESSE. L'Ouganda criminalise l'excision, 11 décembre 2009, http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2009 /12/11/003-ouganda-excision.shtml, Page consultée le 17 janvier 2010.

(2) AFRIK.COM. En Ouganda, l'excision divise le gouvernement et les tenants de la tradition, 22 février 2008, http://www.afrik.com/article13681.html, Page consultée le 17 janvier 2010.

(3) HARMATTAN TV. Excision, 2007, http://www.harmattantv.com/_ uploads/complements/ excision.pdf, Page consultée le 17 janvier 2010.

(4) loc.cit.

(5) LES DROITS DE L'ENFANT. L'excision des fillettes, 2009, http://www.droitsenfant.com/excision.htm, Page consultée le 10 janvier 2009.

(6) HARMATTAN TV. op.cit.

(7) loc.cit.

(8) WAMBI Michael. Droits-Afrique : La lutte contre l'excision continue de gagner des voix, 13 novembre 2009, http://www.ipsinternational.org/fr/_note.asp?idnews=5574, Page consultée le 17 janvier 2010.

(9) LES DROITS DE L'ENFANT. op.cit.

(10) WAMBI Michael. op.cit.

(11) RADIO-CANADA.CA ET AGENCE FRANCE PRESSE. op.cit.

(12) AFRIK.COM. op.cit.

Dernière modification: 2010-01-25 10:08:57

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

L'Ouganda : un pays unitaire ou fragmenté?
>septembre 2017


L'opposant politique ougandais Kizza Besigye dans la mire des autorités
>septembre 2016


Ouganda : d'anciens amis se disputent le titre de président
>septembre 2015


L'adoption d'une loi anti-gay ne fait pas unanimité en Ouganda
>janvier 2014


Un fléau qui perdure : les enfants-soldats
>novembre 2013


L'Ébola, une maladie négligée
>décembre 2012


Joseph Kony : messie ou tueur sans scrupule?
>novembre 2011


L'Ouganda adopte un projet de loi contre l'excision
>janvier 2010


Alice Lakwena : décès d'une mystique
>janvier 2007


Ouganda : un pas vers la paix
>septembre 2006


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016