Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

24 février 2019

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

17 janvier 2010

Le Venezuela perd son « aura » démocratique : Rafael Caldera


Louis-Alexandre Kirouac
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Balado: Le monde en perspective




Nouveauté. Écoutez en baladodiffusion les rencontres qu'animent les professeures Isabelle Lacroix et Karine Prémont sur des questions qui touchent les enjeux démocratiques, les relations internationales ou les modes de scrutin. Des rencontres de 20 minutes dans un style simple et ouvert avec des spécialistes, des personnes présentes sur le terrain et aussi des étudiantes et étudiants de second cycle.

Au fil du temps

juillet
2017
Élection controversée d’une Assemblée constituante au Venezuela

décembre
2015
Victoire de l'opposition aux législatives vénézuéliennes

mars
2013
Décès du président vénézuélien Hugo Chavez

octobre
2012
Réélection de Hugo Chavez à la présidence du Venezuela

février
2009
Tenue d'un référendum au Venezuela

décembre
2006
Réélection de Hugo Chavez à la présidence du Venezuela

avril
2002
Tentative de coup d'État contre Hugo Chavez au Venezuela

décembre
1999
Pluies torrentielles et inondations au Venezuela

décembre
1998
Élection de Hugo Chavez à la présidence du Venezuela

janvier
1994
Émeute dans la prison de Maracaibo, au Venezuela

août
1980
Signature du traité de Montevideo entre les pays de l'Alalc

novembre
1975
Déclenchement de l'opération Condor

mai
1969
Création du Pacte andin

septembre
1960
Création de l'Organisation des pays producteurs de pétrole

avril
1960
Dévoilement de la doctrine Betancourt à Caracas

février
1960
Signature du traité de Montevideo créant l'Association de libre-échange de l'Amérique latine

décembre
1958
Retour de Romulo Betancourt à la présidence du Venezuela

avril
1958
Début de la visite du vice-président américain Richard Nixon en Amérique latine

mars
1948
Création de l'Organisation des États américains

Les célébrations de Noël n'ont pas été aussi festives qu'à l'habitude au Venezuela. Le 24 décembre 2009 marque la mort de l'ex-président Rafael Caldera, fondateur du Parti social-chrétien (Copei) et considéré comme «héros civil de la démocratie» selon plusieurs leaders politiques (1). Il était âgé de 93 ans et souffrait depuis plusieurs années de la maladie de Parkinson (2).

Né en 1916 au sein d'une famille chrétienne, Rafael Caldera s'est engagé en politique à la suite d'études universitaires en sciences juridiques et politiques (3). Il fonde en 1946 le Parti social-chrétien, mais le pays va sombrer dès 1948 sous le joug militaire, notamment avec le régime de Jiménez (4). En 1958, à la fin de la dictature, Caldera est parmi les instigateurs du pacte Punto Fijo. Celui-ci marque le rétablissement des élections démocratiques et la mise sur pied d'une coalition entre le Copei et l'Action démocratique qui occuperont le pouvoir en alternance pendant presque 40 ans (5).

Au cours de sa longue carrière politique, Rafael Caldera s'est présenté à six reprises comme candidat présidentiel et a assumé deux fois la fonction de président du Venezuela (6). Un paradoxe ressort cependant de ses passages à la présidence : malgré son anticommunisme, Caldera a grandement contribué à l'essor de la gauche vénézuélienne (7).

Deux mandats pour renforcer la démocratie

C'est à sa quatrième tentative que Caldera obtient, en 1969, son premier mandat présidentiel pendant que le pays est confronté à des guérillas d'extrême gauche. Pour pacifier la situation, le président vénézuélien fait alors plusieurs sacrifices : il donne l'amnistie aux guérilleros et légalise plusieurs partis d'extrême gauche (8). Alors que l'économie du Venezuela est stagnante, Caldera propose d'utiliser le pétrole comme principal outil de développement et lève les impôts de 60% sur les revenus des compagnies pétrolières. En s'ouvrant sur le monde et en entretenant des relations avec les gouvernements soviétiques, chinois et cubains, la présidence de Caldera rompt avec l'isolationnisme de ses prédécesseurs (9).

Maintenant âgé de 77 ans, Rafael Caldera obtient son second mandat en 1994, vingt ans après son premier (10). Il profite d'une vague de nostalgie qui le renvoie au pouvoir alors que deux coups d'État ont été perpétrés contre le président sortant et que des allégations de corruption planent sur ce dernier. Caldera brise cependant l'alliance bipartite de 1958 en se dissociant du Copei et en fondant la Convergence nationale, un parti bricolé à l'aide de 17 autres partis provenant autant de la droite que la gauche (11).

Une crise économique frappe cependant le Venezuela l'année suivante, provoquée par la dépendance au pétrole comme source de revenus. Malgré la politique interventionniste de Caldera, la moitié des banques vénézuéliennes s'écroulent et l'État perd plus de 11 milliards(12). La crise économique oblige Caldera à consulter à contrecoeur le Fonds monétaire international (FMI), mais ne parvient pas à empêcher l'inévitable : la dévaluation de la monnaie et l'inflation.

Caldera décide également de gracier Hugo Chavez, emprisonné depuis sa tentative de coup d'État en 1992, ce qui permettra à ce dernier de fonder son propre parti politique et de prendre le pouvoir en 1999. Certains affirment qu'en brisant le système bipartite, Caldera a façonné une voie démocratique et légitime pour Chavez de prendre le pouvoir (13).

Louangé par ses pairs, critiqué par les spécialistes

Rafael Caldera inspire l'intégrité, la foi en la démocratie et la paix si l'on en croit les réactions suivant sa mort (14). Cependant, les spécialistes dressent un bilan plus nuancé, notamment au niveau de la lutte anticorruption qu'il a symbolisée. En dépit des efforts menés par Caldera, la corruption était fortement présente et rien n'indiquait une tendance à la baisse, d'autant plus qu'en 1998, le Venezuela figure parmi les 10 pays les plus corrompus d'après Transparency International (15).

La famille a refusé tout hommage provenant de l'actuel gouvernement Chavez. Cela n'a pas empêché plusieurs leaders politiques de glorifier l'ancien président pour son legs démocratique et de commémorer ses réussites qui ont contribué à faire du Venezuela un État moderne (16).




Références:

(1) CYBERPRESSE, Décès de l'ex-président du Venezuela Rafael Caldera, [En ligne], 25 décembre 2009, http://www.cyberpresse.ca/international/200912/25/... (page consultée le 11 janvier 2010)

(2) AFP, Venezuela: décès de l'ex-président Caldera, [En ligne], , 25 décembre 2009, http://www.liberation.fr/monde/0101610494-venezuel... (page consultée le 11 janvier 2010)

(3) MIAMI HERALD, Ex- President Caldera dies at age 93, [En ligne], 25 décembre 2009, http://www.miamiherald.com/news/americas/story/1398077.html (page consultée le 11 janvier 2010)

(4) Loc. cit.

(5) Loc. cit.

(6) LE MONDE, Rafael Caldera, [En ligne], 29 décembre 2009, http://www.lemonde.fr/carnet/article/2009/12/29/ra... (page consultée le 11 janvier 2010)

(7) THE GUADIAN, Rafael Caldera obituary, [En ligne] 4 janvier 2010, http://www.guardian.co.uk/theguardian/2010/jan/04/... (page consultée le 11 janvier 2010)

(8) LE MONDE, Op. cit.

(9) EL UNIVERSAL, Julio César Pineda : La diplomacia de Rafael Caldera, [En ligne], 7 janvier 2010, http://politica.eluniversal.com/2010/01/07/opi_art... (page consultée le 11 janvier 2010)

(10) THE GUARDIAN, Op. cit.

(11) THE INDEPENDANT, Rafael Caldera: President of Venezuela who helped forge an era of democracy and political stability in his country, [En ligne], 29 décembre 2009, http://www.independent.co.uk/news/obituaries/rafae... (page consultée le 11 janvier 2010)

(12) REUTERS, Former Venezuelan President Caldera dies at age 93, [En ligne], 24 décembre 2009, http://www.reuters.com/article/idUSTRE5BN20R20091224 (page consultée le 11 janvier 2010)

(13) EL UNIVERSAL, Perfil de Rafael Caldera, [En ligne], 24 décembre 2009, http://www.eluniversal.com/2009/12/24/pol_esp_perf... (page consultée le 11 janvier 2010)

(14) AFP, Op. cit.

(15) MOISE NAIM, The Venezuelan Story: Revisiting the Conventional Wisdom, http://www.carnegieendowment.org/publications/inde... (page consultée le 11 janvier 2010)

(16) AFP, Op. cit.

Dernière modification: 2010-01-25 08:38:17

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Pauvreté et criminalité : le cocktail explosif de Caracas
>octobre 2018


L'élection présidentielle au Venezuela : des résultats contestés
>octobre 2018


Le leader de l'opposition Antonio Ledezma fuit le Venezuela
>janvier 2018


Une Assemblée constituante sème l'inquiétude au Venezuela
>octobre 2017


Impasse institutionnelle au Venezuela : suspension du référendum révocatoire
>novembre 2016


L'économie du Venezuela: au fond du baril
>février 2016


Une victoire progressive pour Leopoldo López au Venezuela
>octobre 2015


Venezuela : après Chavez, la crise
>février 2015


Le Venezuela de Nicolas Maduro: l'essoufflement d'une révolution
>novembre 2014


Manifestations à Caracas : la ville divisée entre les rouges et les blancs
>février 2014


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016