24 mai 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

17 janvier 2010

Retrait de l'aide américaine à trois pays africains : choix opportun?


Pier-Olivier St-Arnaud
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Balado: Le monde en perspective




Nouveauté. Écoutez en baladodiffusion les rencontres qu'animent les professeures Isabelle Lacroix et Karine Prémont sur des questions qui touchent les enjeux démocratiques, les relations internationales ou les modes de scrutin. Des rencontres de 20 minutes dans un style simple et ouvert avec des spécialistes, des personnes présentes sur le terrain et aussi des étudiantes et étudiants de second cycle.

Au fil du temps

novembre
2016
Ouverture du seizième Sommet de la Francophonie

mars
2009
Renversement du président malgache Marc Ravalomanana

février
1993
Élection d'Albert Zafy à la présidence de Madagascar

juin
1991
Contestation populaire à Madagascar

février
1986
Ouverture du premier Sommet de la francophonie

septembre
1984
Émeutes du «Kung Fu» à Madagascar

décembre
1975
Instauration de la deuxième République à Madagascar

mai
1972
Protestations étudiantes à Madagascar

avril
1971
Soulèvement du Monima et déclenchement d'une crise au Madagascar

mai
1963
Signature de la Charte constituant l'Organisation de l'unité africaine

septembre
1961
Création de l'Union africaine et malgache

juin
1960
Proclamation de l'indépendance de Madagascar

C'est le 23 décembre 2009 que la Maison Blanche annonça officiellement le retrait de trois pays africains, soit la Guinée, le Madagascar et le Niger, de l'African Growth and Opportunity Act (AGOA). En effet, lors de la révision annuelle du programme de l'AGOA, l'administration de Barack Obama a décidé de mettre un terme aux tarifs douaniers préférentiels dont bénéficiaient les trois pays, mettant l'accent sur le recul démocratique caractérisant présentement ceux-ci.

L'African Growth and Opportunity Act en détail

C'est au début de l'an 2000 que le Congrès américain adopta une loi concernant les échanges commerciaux avec des pays de l'Afrique subsaharienne. Nommée African Growth and Opportunity Act, celle-ci a pour but la mise sur pied d'un programme d'échange dans certains domaines, principalement dans les domaines alimentaires et du textile, mais aussi dans celui de l'énergie (le pétrole étant le principal bien d'échange)(1), faisant bénéficier les pays admissibles d'exportations à tarifs douaniers préférentiels vers les États-Unis. Cette mesure permet donc de soutenir économiquement l'Afrique, de faire entrer les pays africains sur le marché nord-américain et, finalement, de faire pénétrer ces mêmes économies dans le jeu de la mondialisation.

Une quarantaine de pays africains bénéficient aujourd'hui de l'AGOA, dont les Comores et le Togo, récemment ajoutés à la liste des pays admissibles à la fin de l'année 2008(2). D'ailleurs, pour pouvoir faire partie de cette liste, il faut répondre à différents critères d'admissibilité. Ceux-ci sont principalement liés à la mise en place de la démocratie, faisant référence au pluralisme politique, à l'établissement d'un État de droit, à la bonne gouvernance, au combat contre la corruption et à la mise en place de normes sur la protection des droits humains et des droits des travailleurs(3).

Démocraties africaines sous surveillance

Selon Anthony Newton, directeur des politiques économiques au Bureau des Affaires africaines du Département d'État des États-Unis, « la décision n'a pas été prise à la légère »(4). C'est en évaluant les différents critères démocratiques précédemment mentionnés que l'administration Obama a été amenée à suspendre de l'AGOA les trois pays. En chiffres, ces échanges totalisaient 324,3 millions en biens pour Madagascar, 106,4 millions pour la Guinée et 44,3 millions pour le Niger, des sommes non négligeables pour les économies de ces pays(5).

Les bouleversements politiques actuels dans ces pays africains ont guidé la décision des États-Unis dans ce dossier. En Guinée, c'est à la suite du massacre de plus de 150 manifestants pro-démocratie par les forces de l'ordre que la décision fut prise. Quant au Niger, c'est le président Mamadou Tandja, désireux de prolonger son règne en faisant fi des règles démocratiques du pays, qui fut l'élément déclencheur. Finalement, à Madagascar, c'est le bombardement aux gaz lacrymogènes par les forces de l'ordre sur les membres de l'opposition qui est la cause du retrait de l'AGOA(6).

Dans les journaux locaux de Madagascar, on peut lire la colère qui gronde envers l'administration Obama, mais aussi envers les dirigeants du pays. « [...] L'exclusion de Madagascar de l'AGOA [est] un cadeau de Noël amer pour les employés des entreprises franches »(7) avoue la journaliste Lantoniaina Razafindramiadana du quotidien L'Express de Madagascar. Quant à Jeannot Rakotomalalasolo, un membre du comité des travailleurs pour la défense du maintien de l'AGOA, il fait partie des employés qui croient que les dirigeants politiques en place sont à blâmer pour l'exclusion de Madagascar(8).

Malgré tout, ces pays sont de nouveau admissibles à la prochaine révision annuelle à la fin de 2010. Par ailleurs, la Mauritanie a réintégré les rangs des pays de l'AGOA en même temps que le retrait de la Guinée, du Madagascar et du Niger. En effet, après le coup d'État qui avait eu lieu en 2008 la Mauritanie a aujourd'hui un gouvernement de transition. Il s'agit d'une avancée démocratique pour le pays, et « c'est ce qu'espérait l'AGOA de la part de la Mauritanie », conclut M. Newton.




Références:

(1) Reuters, « Obama ends benefits for Guinea, Madagascar, Niger », 24 décembre 2009, (10 janvier 2010)

(2) U.S. Department of Commerce, « General Country Eligibility Provisions», 10 janvier 2010, (10 janvier 2010)

(3) American Governement, « Three countries suspended from AGOA », 24 décembre 2009, (10 janvier 2010)

(4) KAUFMAN, Stephen, « Africa : Poor Governance Leads to Three Suspensions From AGOA », All Africa, 24 décembre 2009, (10 janvier 2010)

(5) Reuters, op. cit.

(6) Loc. cit.

(7) RAZAFINDRAMIADANA, Lantoniaina, « Madagascar : Suspension officielle de l'AGOA », All Africa, 26 décembre 2009, (10 janvier 2010)

(8) Ibid.

(9) KAUFMAN, Stephen, op. cit.

Dernière modification: 2010-02-04 07:54:37

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Madagascar : le nouveau président Andry Rajoelina tient sa revanche
>février 2019


Une élection présidentielle marquante après quatre ans de crise à Madagascar
>février 2014


Retrait de l'aide américaine à trois pays africains : choix opportun?
>janvier 2010


Crise politique à Madagascar : un dénouement incertain
>octobre 2009


Manifestation monstre à Madagascar
>février 2009


Madagascar : un entrepreneur réélu à la présidence.
>janvier 2007


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016