Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

15 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

27 September 2011

L'inévitable «reconstruction» du PLC


Christine Bureau
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

October
2018
Légalisation du cannabis au Canada

October
2015
Élection au Canada du Parti libéral de Justin Trudeau

May
2011
Réélection au Canada du Parti conservateur de Stephen Harper

October
2008
Ouverture du douzième Sommet de la Francophonie

October
2008
Réélection au Canada du Parti conservateur de Stephen Harper

June
2007
Ouverture du Sommet du G8 à Heiligendamm, en Allemagne

January
2006
Élection au Canada du Parti conservateur de Stephen Harper

June
2004
Élection au Canada du Parti libéral de Paul Martin

November
2000
Réélection au Canada du Parti libéral de Jean Chrétien

September
1999
Ouverture du huitième Sommet de la Francophonie

June
1997
Réélection au Canada du Parti libéral de Jean Chrétien

October
1995
Tenue d'un référendum sur la souveraineté du Québec

October
1993
Élection au Canada du Parti libéral de Jean Chrétien

December
1992
Signature de l'Accord de libre-échange nord-américain

October
1992
Tenue d'un référendum au Canada sur l'entente de Charlottetown

June
1990
Échec de l'accord constitutionnel du lac Meech au Canada

November
1989
Création de la Coopération économique pour l'Asie-Pacifique

November
1988
Réélection au Canada du Parti progressiste-conservateur de Brian Mulroney

September
1987
Ouverture du deuxième Sommet de la Francophonie

Le Parti libéral du Canada (PLC) se souviendra longtemps des élections du 2 mai 2011. Après avoir siégé cinq ans en tant qu'opposition officielle, le PLC, pour la première fois de son histoire, a été relégué au statut de troisième parti à la Chambre des communes.

Passés de 77 à 34 sièges, les libéraux ont vu dans ces chiffres l'urgence d'amorcer une reconstruction du parti. Première étape : comprendre les causes ayant mené à cette défaite historique. En attendant une course à la chefferie, reportée en 2013, le nouveau chef intérimaire du PLC, Bob Rae, s'active à transformer le parti en un «"mouvement" qui défendra les valeurs et préoccupations des Canadiens» (1).

Retour sur ces élections du 2 mai 2011, marqués par une victoire pour le Parti conservateur (PC) et, pour le Nouveau parti démocratique (NPD), l'accès au titre d'opposition officielle.

Le PC s'empare de l'Ontario

Raflant la victoire dans 167 circonscriptions, les conservateurs ont réussi à obtenir la majorité parlementaire à la Chambre des communes, une position qu'ils convoitaient fortement après cinq ans de gouvernement minoritaire. Si leur parti a remporté les élections avec un peu moins de 40 % des votes, les conservateurs ont marqué beaucoup de points en Ontario (2), traditionnellement libérale. De 12 qu'ils étaient dans cette province, les députés conservateurs sont passés à 27, faisant du même coup chuter le nombre de sièges des libéraux de 33 à 8.

Au Québec, la vague orange a déferlé, le NPD récoltant 43 % des suffrages. Ainsi, 58 des 102 députés élus sous la bannière du NPD l'ont été au Québec, alors que les conservateurs ont réussi à en faire élire six.

Pour le PLC, la défaite aux élections du 2 mai 2011 se traduit par l'élection de 34 députés à travers le pays. Au lendemain de ces résultats historiquement bas, le chef du PLC, Michael Ignatieff, a annoncé sa démission. M. Ignatieff, 63 ans, avait lui aussi perdu sa circonscription d'Etobicoke-Lakeshore aux mains des conservateurs.

Le centre et la gauche divisés

Plusieurs raisons peuvent expliquer les résultats qu'a connus le PLC. La première - et la plus évidente - est celle de la division du vote du centre et de la gauche (3). Les députés libéraux ont perdu 43 sièges depuis les élections de 2008, dont 36 se situent à l'extérieur du Québec. La division du vote ayant résulté en un déplacement de l'appui au PLC vers le NPD, la plupart de ces 36 sièges sont alors passés aux mains des conservateurs.

Par exemple, dans la circonscription de Bramalea-Gore-Malton, en Ontario, le conservateur Bal Gosal a remporté les élections en obtenant le même nombre de votes qu'en 2008. Le candidat libéral Gurbax Malhi, lui, a décroché 6000 voix de moins, alors que le candidat du NPD en remportait 14 000 de plus qu'aux dernières élections. Bien que le PLC et le NPD aient récolté à eux deux 35 770 votes, soit 25 % de plus qu'en 2008, cette division entre électeurs a permis aux conservateurs de s'emparer de cette circonscription avec un peu moins de 20 000 voix (4). Dans un système électoral uninominal à un tour tel que celui utilisé au Canada, un changement de cap des électeurs influence toujours positivement le parti qui n'est pas concerné par la division.

Quant à M. Ignatieff, il soutient que sa défaite découle en partie de la campagne publicitaire de dénigrement menée par les conservateurs à son endroit (5). D'autres le blâment surtout pour avoir provoqué une campagne électorale alors que son parti n'était pas prêt. En réponse à ces accusations, l'ancien chef du PLC a soutenu qu'il avait agi ainsi afin de «protéger la souveraineté du Parlement d'un abus du Premier ministre (6).» Une motion de censure avait en effet été adoptée en mars 2011 contre le gouvernement conservateur, alors que ce dernier refusait de divulguer les coûts reliés à certains projets de loi qu'il déposait (7).

En réaction à ces résultats électoraux, l'ancien premier ministre libéral, Jean Chrétien, a souligné la nécessité pour son parti de prendre le temps de bien choisir son prochain chef (8). Après les élections de 2008, le chef du PLC, Stéphane Dion, avait lui aussi remis sa démission, après avoir remporté 77 sièges.

Un nouveau chef en 2013

En reportant l'élection de son chef au moins jusqu'en mars 2013, le caucus libéral semble effectivement vouloir prendre son temps. La constitution du parti, qui prévoyait auparavant qu'un nouveau chef doit être élu dans les six mois en cas de démission, a du être modifiée en conséquence (9). Selon l'ancien chef du PLC, Stéphane Dion, la seule bonne nouvelle qu'ont apportée les élections du 2 mai est la certitude qu'il n'y aura pas d'élections avant quatre ans. Selon lui, ces années seront nécessaires afin de mener à terme la reconstruction du parti et de faire connaître le nouveau chef du PLC aux Canadiens (10).

En attendant, c'est le député Bob Rae, deux fois perdant aux dernières courses à la chefferie du parti, qui a été élu chef intérimaire. L'exécutif du PLC avait donné trois conditions aux candidats à l'intérim : être bilingue, ne pas se présenter comme chef permanent en 2013 et refuser toute fusion avec le NPD (11). Cette idée avait été lancée en 2010 après que M. Chrétien et l'ancien chef du NPD, Ed Broadbent, en aient discuté de manière informelle (12).

M. Rae a admis que la reconstruction du parti passe par la refonte de son organisation, en particulier de ses structures de financement (13). Peu inquiet du projet des conservateurs d'abolir le financement public des partis - environ 2 $ par vote reçu -, le nouveau chef par intérim du PLC croit que les coffres du parti se rempliront une fois que ses membres auront redonné «un sens à leur action politique (14)» et que les partisans se mobiliseront (15). Comme toute reconstruction, celle du PLC tend à être menée sur des bases plus solides.




Références:

(1) VASTEL, Marie. «Bob Rae devient chef intérimaire du PLC», La Tribune, 26 mai 2011, p.10.

(2) GAGNÉ, Jean-Paul. «Des défis majeurs pour tous les partis fédéraux», Les Affaires, Chronique, 7 mai 2011, p.10.

(3) BUZETTI, Helen. «Sans chef, le PLC évoque déjà l'union des forces progressistes», Le Devoir, 4 mai 2011, p.A1.

(4) Loc. cit.

(5) BUZETTI, Helene. «Parti libéral du Canada - Ignatieff, part, la course commence», Le Devoir, 4 mai 2011, p.A2.

(6) Loc. cit.

(7) RADIO-CANADA. «Le gouvernement Harper renversé par l'opposition», Site de Radio-Canada, 25 mai 2011, [En ligne], http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/201... (page consultée le 25 septembre 2011).

(8) NORMANDIN, Pierre-André. «La fusion PLC-NPD : Une option à considérer, selon Chrétien», Le Droit, 10 mai 2011, p.14.

(9) BELLAVANCE, Joël-Denis. «Pas de chef avant un an pour les libéraux», La Presse, 10 mai 2011, p.A12.

(10) LA PRESSE CANADIENNE. «Les libéraux ne choisiront pas un nouveau chef avant deux ans», Le Devoir, 20 juin 2011, p.A5.

(11) LA PRESSE CANADIENNE. «Parti libéral du Canada : Bob Rae dit oui à l'intérim, non à la direction», Le Soleil, 20 mai 2011, p.12.

(12) BELLAVANCE, Joël-Denis. «Fusion PLC-NPD : Chrétien ne veut pas forcer la main à Ignatieff», Site de Cyberpresse, 10 juin 2010, [En ligne], http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada... (page consultée le 25 septembre 2011).

(13) BÉLAIR-CIRINO, Marco. «Tournée pancanadienne - Bob Rae veut réformer le PLC : le chef parle des problèmes du parti avec des militants montréalais», Le Devoir, 15 août 2011, p.A3.

(14) BUZETTI, Hélène. « Parti libéral du Canada - Bob Rae est confirmé chef intérimaire», Le Devoir, 26 mai 2011, p.A3.

(15) VASTEL, Marie. Op. cit.

Autres références

BELLAVANCE, Joël-Denis. «Fusion PLC-NPD - Les libéraux soufflent le chaud et le froid», La Tribune, 31 août 2011, p.9.

BOURGEAULT-CÖTÉ, Guillaume. «Gauche et droite face à face - Un gouvernement conservateur majoritaire. Tornade néo-démocrate. Effondrement du Bloc québécois, du Parti libéral du Canada, et de leurs chefs», Le Devoir, 2 mai 2011, p.A1.

BOURGEAULT-CÔTÉ, Guillaume, et PORTER, Isabelle. «Reconstruction du Parti libéral du Canada ? Stéphane Dion prône la patience», Le Devoir, 10 mai 2011, p.A5.

CORNELLIER, Manon. «En quête de réponses», Le Devoir, 6 juillet 2011, p.A3.

DEGRANDPRÉ, Hugo. «Bob Rae offre de devenir chef intérimaire du PLC», La Presse, 20 mai 2011, p.A11.

DEGRANDPRÉ, Hugo. «Bob Rae ou Marc Garneau? Le PLC devrait choisir aujourd'hui son chef intérimaire», La Tribune, 25 mai 2011, p.13.

NICOUD, Anabelle. «Toute une reconstruction à faire ? De passage à Montréal, Bob Rae s'exprime sur l'avenir du PLC», La Presse, 15 août 2011, p.A3.

Dernière modification: 2011-10-10 14:31:01

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016