Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

11 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

27 September 2011

Le dalaï lama renonce à son rôle politique


Marilou Vigneau
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

March
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

March
2018
Abolition de la limite de deux mandats présidentiels en Chine

October
2017
Ouverture du XIXe Congrès du Parti communiste chinois

November
2015
Poignée de main historique entre les présidents de la Chine et de Taïwan

October
2015
Fin de la politique de l'enfant unique en Chine

November
2014
Entente entre les États-Unis et la Chine sur la lutte aux changements climatiques

September
2014
Mouvement de protestation populaire à Hong Kong

November
2012
Ouverture du XVIIIe congrès du Parti communiste chinois

August
2008
Ouverture des Jeux olympiques de Beijing

March
2008
Montée de la violence dans les rues de Lhassa au Tibet

October
2007
Ouverture du XVIIe Congrès du Parti communiste chinois

July
2007
Présentation de la journée Live Earth

February
2007
Entente sur un éventuel démantèlement du programme nucléaire nord-coréen

October
2003
Première mission chinoise envoyant un homme dans l'espace

March
2003
Alerte au SRAS par l'Organisation mondiale de la santé

November
2002
Ouverture du XVIe Congrès du Parti communiste chinois

December
2001
Adhésion de la Chine à l'Organisation mondiale du commerce

December
1999
Rétrocession de Macao à la Chine

September
1997
Ouverture du XVe Congrès du Parti communiste chinois

Le 10 mars 2011, le 75e dalaï lama, chef spirituel et temporel bouddhiste tibétain, a annoncé qu'il renonçait à sa fonction de chef du gouvernement tibétain en exil installé en Inde. Cet homme, 14e réincarnation de sa lignée, est réputé pour sa grande influence sur la cause du mouvement en exil. Il est aussi une figure de référence pour le peuple tibétain. Il se donnait pour mission de prendre en charge les réfugiés tibétains et de restaurer la liberté et l'autonomie de son pays(1).

Rappelons que la Chine a le contrôle du Tibet depuis 1950 et que ses pratiques pour réprimer les protestations pour l'indépendance sont toutes très contestées au niveau international selon plusieurs auteurs. C'est depuis l'échec de la révolte de Lhassa, en 1959, que le dalaï lama et 80 000 autres Tibétains ont été contraints de fuir dans l'Himalaya indien(2).

Une humble motivation

Le dalaï lama, détenteur du prix Nobel de la paix en 1989, croit qu'il s'agit du bon temps pour se retirer de la sphère politique en laissant place à la démocratie. Il estime que le mouvement tibétain est maintenant mûr pour élire librement un nouveau dirigeant(3).

D'ailleurs, ce dernier avait déjà averti, 8 ans auparavant(4), qu'il était partisan de la démocratie laïque et qu'il ne serait pas partie prenante du gouvernement tibétain lorsqu'il aurait recouvert sa liberté. Dans une lettre lue devant le Parlement tibétain, il affirmait: « Il y aura inévitablement un moment où je ne serai plus capable d'assurer la gouvernance et qu'il est par conséquent nécessaire d'établir un système de gouvernance tant que je suis encore en bonne santé pour que l'administration tibétaine en exil puisse être autonome plutôt qu'elle soit dépendante du dalaï Lama»(5).

Succession: un changement de cap annoncé

Samdhong Rinpoché, directeur de l'Institut des hautes études tibétaines, avait été élu démocratiquement en 2001 premier ministre du Tibet central. Réélu en 2006, il bénéficie de toute la confiance du dalaï Lama. Homme de compromis, il mène depuis plusieurs années les affaires politiques courantes du pays. Logiquement, c'est donc lui qui devrait se voir transférer les fonctions politiques du chef spirituel et temporel. Or, son mandat arrive à sa fin et il n'est pas rééligible selon la Constitution officielle. Il faut donc faire de nouvelles élections.

Présentement, trois candidats sont en lice. Lobsang Sangay, un juriste réputé de 43 ans, Tenzin Tethong, ancien représentant du dalaï lama à New York et Washington et Tashi Wangdi, qui a occupé plusieurs portefeuilles du gouvernement en exil au fil des ans(6). Lobsang Sangay est considéré comme le candidat le mieux placé.

Ces élections historiques constituent un virage important. En effet, c'est la première fois que le gouvernement tibétain en exil séparera le politique du religieux. Il n'y aura désormais qu'un seul chef qui s'occupera des affaires politiques. Le premier tour, effectué en novembre 2010, n'est pas passé inaperçu. Une victoire de Sangay marquerait un changement non seulement de génération à la tête du gouvernement en exil, mais aussi un changement du système en place.




Références:

(1)MLA, China: Dalai Lama to Give Up Political Post. Facts On File World News Digest:, World News Digest. Facts On File News Services, 10 Mars 2011.

(2)VESCOVACCI, Nicolas pour RFI. « La révolte étouffée de Lhassa », 13 mars 2008, http://www.rfi.fr/actufr/articles/099/article_63868.asp , consulté le 26 septembre 2011.

(3)AFP, « Le Dalai Lama demande au parlement tibétain en exil d'accepter sa démission », 14 mars 2011, http://www.lepoint.fr/monde/le-dalai-lama-demande-... , consulté le 25 septembre 2011.

(4)RADIO-CANADA, « Le Dalai Lama laissera sa place à un chef élu », 10 mars 2011, http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International... , consulté le 26 septembre 2011.

(5)AFP, op.cit.

(6)loc.cit

Dernière modification: 2011-10-31 07:55:52

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016