Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

17 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

20 September 2011

Michel Martelly : « Sweet Mickey » et l'avenir incertain d'Haïti


Christopher Bouvier Bowker
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

September
2017
Ouragans sur les Caraïbes

November
2016
Élection de Jovenel Moïse à la présidence d’Haïti

September
2016
Apparition de l'ouragan Matthew

March
2011
Élection de Michel Martelly à la présidence d'Haïti

January
2010
Tremblement de terre dévastateur en Haïti

February
2004
Démission du président haïtien Jean-Bertrand Aristide

November
2000
Élection de Jean-Bertrand Aristide à la présidence de Haïti

September
1991
Renversement du président haïtien Jean-Bertrand Aristide

June
1988
Renversement du président haïtien Leslie Manigat

February
1986
Ouverture du premier Sommet de la francophonie

February
1986
Départ du président haïtien Jean-Claude Duvalier

April
1971
Décès du président haïtien François Duvalier

December
1959
Création de la Banque interaméricaine de développement

September
1957
Accession de François Duvalier à la présidence de Haïti

May
1950
Démission du président Dumarsais Estimé en Haïti

March
1948
Création de l'Organisation des États américains

September
1947
Signature du Traité interaméricain d'assistance réciproque à Rio de Janeiro

Le tremblement de terre du 12 janvier 2010 a porté un coup si terrible à Haïti qu'on peut toujours en voir les impacts, même 20 mois plus tard. Plus de 600 000 personnes vivent encore sous les tentes, dans les camps (1). De plus, les intervenants internationaux sont blâmés pour la plus grande épidémie de choléra sur la planète. Enfin, une affaire de viol entache la réputation de la MINUSTAH (2). Malgré tout, le nouveau président Michel Martelly tente de reformer un gouvernement aux institutions affaiblies dans la « république des ONG ».

Élections en temps d'après crise

D'abord prévues pour l'hiver 2010, les élections ont été reportées à cause du séisme. C'est donc le 28 novembre 2010 que les Haïtiens ont pu aller voter. On rapporte des irrégularités lors du jour de scrutin. Il y a eu des épisodes d'intimidation qui ont escaladé jusqu'à la violence et même au décès de trois individus (3). Par ailleurs, le système d'identification des électeurs n'était pas prêt. Seulement la moitié des cartes d'identification nationale aurait été distribuée au jour du scrutin. (4)

Au niveau législatif, c'est le parti Inité de l'ex-président René Préval qui a obtenu la majorité absolue au Sénat et relative à la Chambre basse. En ce qui concerne la présidentielle, Mirlande Manigat a obtenu 31,37% des votes, Judes Célestin, le dauphin de Préval, 22,48% et Michel Martelly 21,84% (5). À la lumière de ces résultats, Martelly se voyait éliminé du deuxième tour. Cependant, à cause de soupçons de fraudes électorales envers le parti Inité et son candidat, un recomptage a été effectué.

Malgré le recomptage, le Conseil électoral provisoire haïtien a validé ces résultats (6). Cela a déclenché la colère des partisans de Martelly qui sont descendus dans les rues pour protester contre la décision du Conseil, allant même jusqu'à incendier le quartier général du parti Inité (7). L'Organisation des États américains était chargée d'une mission d'expertise qui a invalidé les résultats du premier tour et déclaré Martelly deuxième avec 25% du vote (8). Devant cette nouvelle conjoncture, le parti Inité s'est vu contraint de retirer son candidat au deuxième tour, laissant la place à Martelly (9).

Ce deuxième tour a eu lieu le 20 mars 2011 et Martelly a été élu avec 67% des voix. Les priorités de son mandat sont la reconstruction et la relocation des réfugiés, la création d'emplois et l'éducation.

Michel Martelly, sauveur ou tombeur?

L'arrivée d'un néophyte de la politique à la présidence en a effrayé plus d'un. C'est pourquoi la cohabitation entre le président et les deux chambres est vue d'un bon oeil.

Michel Martelly est une vedette de la musique en Haïti. Il est issu de la classe moyenne et a tenté de poursuivre ses études postsecondaires à l'Académie militaire haïtienne et au Collège Red Rocks, au Colorado. Dans les deux cas, Martelly n'a pas réussi à compléter sa formation. Il a préféré revenir dans son pays natal à la suite de l'exil de Jean-Claude Duvalier. Ses ses succès musicaux se sont succédés à partir de 1987 jusqu'en 2011. Il est claviériste et chanteur autodidacte.

En Haïti, il est de notoriété publique que « Sweet Mickey » est un bon vivant qui est passé par la consommation de drogues et par l'exhibitionnisme passager lors de ses spectacles. Martelly ne s'en cache pas et il aurait même déclaré, avant sa victoire, que si jamais il était élu il danserait nu sur le toit du palais présidentiel.

Comme Martelly, l'artiste, se produisait dans des établissements fréquentés par des sympathisants de Duvalier, de Jean-Bertrand Aristide et d'autres membres controversés de la classe politique haïtienne des dernières décennies, certains craignent les risques de favoritisme, de corruption et de militarisme.

D'autres observateurs doutent de la bonne foi du nouveau président. D'ailleurs, les deux premiers choix de Martelly pour combler le poste de premier ministre ont été refusés catégoriquement par l'Assemblée législative. Le premier, Daniel Gérard Rouzier, a été refusé pour des raisons de conflits d'intérêt et d'inexpérience. Le deuxième, Bernard Gousse, l'a été pour son acharnement envers les prisonniers politiques et ses décisions controversées, voire illégales, alors qu'il était le ministre de la Justice pendant la période post-Aristide.

Les critiques y voient des décisions ayant des visées personnelles. Ces mauvaises nominations au poste de premier ministre ainsi que l'intention présumée, mais de plus en plus claire, de réinstaurer l'armée suscitent des craintes pour une partie de la diaspora haïtienne (10).




Références:

(1) CHARLES, Jacqueline, « Martelly marks 100 days in Haïti with little progress : Still without a government, pop star-turned President Michel Martelly is having a hard time meeting expectations in his first months in office », http://www.miamiherald.com/2011/08/16/v-fullstory/... The Miami Herald, 22 août 2011, page consultée le 13/09/2011

(2) Agence France Presse et Associated Press, « L'ONU en Haïti : après le choléra, un viol » Le Soleil, 7/09/2011, p. 23

(3) CAROIT, Jean-Michel, « La contestation des législatives relance la crise en Haïti : des soupçons de fraude compromettant la cohabitation entre le président élu, Michel Martelly, et le parti du chef de l'État sortant, René Préval », Le Monde, 27/04/2011, p. 7

(4) GRUDA, Agnès, « Une odeur de fraude règne en Haïti », Cyberpresse, http://www.cyberpresse.ca/international/dossiers/e... 26/11/2010, page consultée le 20/09/2011

(5) Facts On File World News Digest, « Haiti: Election Recount Set, Violent Protests Held; Other Development. » http://www.2facts.com/article/2010533730, 9/12/2010, page consultée le 17/09/2011

(6) loc.cit.

(7) loc.cit.

(8) Facts On File World News Digest, « Haiti: Presidential Runoff Election Candidates, Date Set. » http://www.2facts.com/article/2011538830, 3/02/2011, page consultée le 16/09/2011

(9) loc.cit.

(10) Agence France-Prese, « Martelly veut une armée moderne », Le Soleil, 22/04/2011, p. 21

Autres références

Agence France Presse, « Martelly promet un État de droit » La Tribune, 6 mai 2011, p.12

BAMBUCK, Maeva, « Haïti: Martelly sans majorité au Parlement. Le nouveau président haïtien va devoir composer avec une chambre dominée par les partisans de son prédécesseur », Le Figaro, 23/04/2011, p. 7

CHARLES, Jacqueline, « Martelly courts diaspora, pushes education fund to help rebuild Haiti », The Miami Herald, http://www.miamiherald.com/2011/04/25/2184749/mart... 25/04/2011, page consultée le 14/09/2011

CHARLES, Jacquline, « Martelly faces myriad challenges as he begins term as Haiti président », The Miami Herald, http://www.miamiherald.com/2011/05/14/2217144/mart... 14/05/2011, page consultée le 13/09/2011

MESLY, Nicolas, « Haïti : l'esclave noir du riz blanc », L'Actualité, Vol. 36, No : 8, 15 mai 2011, p. 44

PARENT-BOUCHARD, Émilie. « Assermentation du nouveau president de la République d'Haïti ? le pacte social de Joseph Michel Martelly », Le Devoir, 16 mai 2011, p. B1

SABOURIN, Clément et Agence France-Presse, « Haïti ? Martelly devra composer avec un parlement éclaté », Le Devoir, jeudi 21 avril 2011, p. B5

Dernière modification: 2011-09-26 12:55:01

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016