Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

11 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

7 April 2011

Pérou 2011: à qui le tour?


Karla Karene Adewinogo Nkoma
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

June
2001
Élection d'Alejandro Toledo à la présidence du Pérou

April
1992
Établissement d'un gouvernement d'urgence au Pérou

June
1990
Élection d'Alberto Fujimori à la présidence du Pérou

June
1986
Soulèvement dans les prisons du Pérou

January
1982
Entrée en fonction de Javier Pérez de Cuéllar au poste de secrétaire général des Nations unies

August
1980
Signature du traité de Montevideo entre les pays de l'Alalc

May
1980
Élection de Fernando Belaúnde Terry à la présidence du Pérou

November
1975
Déclenchement de l'opération Condor

February
1975
Déclenchement d'une émeute au Pérou

June
1969
Annonce d'une réforme agraire au Pérou

May
1969
Création du Pacte andin

October
1968
Renversement du président Fernando Belaunde Terry au Pérou

May
1964
Émeute dans un stade de soccer au Pérou

January
1963
Intensification de la guérilla au Pérou

February
1960
Signature du traité de Montevideo créant l'Association de libre-échange de l'Amérique latine

December
1959
Création de la Banque interaméricaine de développement

April
1958
Début de la visite du vice-président américain Richard Nixon en Amérique latine

March
1948
Création de l'Organisation des États américains

September
1947
Signature du Traité interaméricain d'assistance réciproque à Rio de Janeiro

Depuis les trois derniers mois, le Pérou est plongé activement dans la préparation des élections législatives et de l'élection présidentielle. À la veille de l'élection du 10 avril 2011, les tensions montent, les tendances sont mouvantes au sein de l'électorat, mais elles laissent toutefois une marge favorable à 5 candidats à qui l'on donne plus de chance qu'aux autres de passer au second tour.

Une course à la présidence très serrée

Comme dans toutes les élections, la campagne électorale se caractérise par une montée de la cote de popularité de certains candidats par rapport aux autres. Selon les derniers sondages, la course à la magistrature suprême laisse à chacun des principaux candidats approximativement les mêmes chances de gagner. D'abord, Alejandro Toledo, ancien chef de l'État élu en 200, a présenté une fois de plus sa candidature pour l'élection du 10 avril prochain. Il avait dirigé le pays jusqu'en 2006 avant que ne lui succède Alan Garcia Perez qui, lui, est l'actuel président sortant.

Ensuite, Ollanta Humala, le chef du Parti nationaliste péruvien, est lui aussi un des favoris pour l'élection d'avril 2011, plus précisément dans la région du sud. On l'appelle aussi le « Chavez péruvien »(1). Son parti est le plus à gauche du pays. Ollanta Humala peut se réjouir d'avoir obtenu, lors des derniers sondages, des votes dans la région du nord et même de Lima, la capitale. Un fait assez étrange, Ollanta n'arrive pas à réaliser des alliances. Il est le candidat qui aura le plus de mal si, éventuellement, il passait au second tour. C'est la même chose qui s'est produite en 2006 lorsqu'il s'était fait écraser par Alan Garcia au second tour. L'occasion qu'il a aujourd'hui, c'est d'apporter un changement majeur dans la partie la plus pauvre du Pérou, là ou le président sortant n'a pu tenir ses promesses. Toute cette population compte encore sur lui (2).

Puis, Keiko Sofia Fujimori, la fille d'Alberto Fujimori, l'ancien président du Pérou, a décidé de suivre les traces de son père. Selon les sondages d'Ipsos, elle pourrait faire face à Ollanta Humala au second tour. Ces sondages vont jusqu'à prédire que la fille d'Alberto obtiendrait 40% des voix tandis que son adversaire Humala aurait seulement 32% de l'électorat et pourrait même perdre les élections comme en 2006 (3). Comme on le dit souvent, en politique tout est possible! La condamnation d'Alberto Fujimori a été beaucoup médiatisée. Cette médiatisation a apporté à sa fille Keiko une grande popularité. En même temps, les partisans de son père Alberto travaillent d'arrache-pied pour récolter des votes en sa faveur (4).

Lourdes Flores Nano est la candidate de l'Alliance « Unidad Nacional » (Unité nationale). Elle est en même temps avocate et la présidente du « Partido Popular Christiano » (Parti populaire chrétien). Dans les derniers sondages, elle était l'une des favorites même si, aux dernières nouvelles, elle a perdu une grande partie de sa popularité lorsque les autres candidats l'ont fait passer pour la « candidate des riches » (5). Toutefois, s'il elle y parvient, Lourdes Flores Nano serait la première femme élue à la tête de la république du Pérou. Ce qui ne serait pas étonnant puisqu'elle a actuellement près de 30 ans d'expérience politique. Pour l'élection de 2011, la candidate a préféré sortir de l'ombre à la dernière minute en laissant d'abord ses adversaires s'exposer aux différents médias. Elle a cependant été l'une des premières à avoir annoncé son programme. Ce programme, principalement orienté vers l'international, est solide et apprécié non seulement par les Péruviens, mais aussi par les membres de l'Union des nations sud-américaines (Unasur) (6).

Enfin, Louis Castaneda, maire de Lima et candidat de droite, est l'un des candidats qui pourraient éventuellement s'opposer au second tour à Keiko Fujimori ou à Humala le 10 avril prochain. Comme il a été plusieurs fois critiqué pour avoir géré la capitale de façon corrompue, Louis Castaneda a, pour sa part, opté pour la discrétion lors de la campagne. Mais il reste quand même l'une des têtes politiques les plus marquantes de cette élection (7).

Les enfants au coeur de la campagne de 2011

Parmi les enjeux qui ont marqué la campagne présidentielle 2011, l'un des plus marquants était les droits de l'enfant. La majorité des candidats à l'élection accorde en effet une importance à l'éducation des enfants. Par exemple, une grande campagne de sensibilisation a été menée dans la République du Pérou par la coalition internationale « Plan » afin de s'assurer que le nouveau ou la nouvelle élu(e) s'engage pour les droits de l'enfant. Pour mener à bien cette initiative, « Plan » a invité tous les candidats, lors de leur campagne, à signer la charte « Agenda pour les droits de l'enfant ». Cette charte à été rédigée en collaboration avec plus de 40 ONG locales et internationales (8). Au Pérou, les personnes les plus vulnérables sont les enfants, même s'ils représentent le tiers de la population péruvienne. Les maladies chroniques, les violences, les abus et l'échec scolaire sont au rendez-vous et affectent sérieusement la vie d'une bonne partie des enfants vivant dans la pauvreté.

La signature de l' « Agenda pour le droits de l'enfant » par les différents candidats laisse l'espoir de lendemains meilleurs, de lendemains qui chantent pour tous les enfants péruviens, qu'ils soient riches ou pauvres. Cette charte devra être respectée par le candidat ou la candidate élu (e) le 10 avril prochain. La charte en question permet d'atteindre des objectifs clairs en matière de droits de l'enfant, notamment dans les domaines de la santé, de l'éducation et de la protection contre les violences (9).

Cela démontre que tout ce qui touche à l'enfance est un enjeu important pour les différents candidats. Les 40 ONG, dont Plan, veilleront scrupuleusement au respect de cet engagement qui démontre une volonté manifeste des candidats à améliorer la qualité de vie des enfants.

Les ressources naturelles sont aussi l'un des enjeux péruviens puisque le Pérou est parmi les 5 premiers producteurs mondiaux d'argent, de cuivre, d'étain, de zinc, de plomb, de molybdène et d'or. Les dirigeants y accordent une importance particulière compte tenu du fait que ces ressources participent largement à l'économie du pays (10).

La santé, l'émigration et le chômage figurent à quelques différences près dans les plans d'action de chacun des candidats. Les grands enjeux sont surtout tournés vers le social et l'économie du pays.

D'autre part, Ollanta Humala, propose une série de réformes pour l'État, à commencer par l'Assemblée constituante. Sur son site Internet, il parle « de recréer notre pays avec tous les droits sociaux et culturels dans une démocratie où le peuple est souverain et légitime » (11).

En matière de politique étrangère, tous les candidats ne se sont pas exprimés en dehors de Lourdes Flores qui a clairement élaboré un programme bien précis dans lequel les Péruviens et les membres de l'UNASUR y trouvent leur compte (12).

Ancien président, maire de Lima, députée très connue ou fille de président, leader de l'opposition ou avocate de grande renommée, l'électorat péruvien a le choix bien que, dans leur approche idéologique, les candidats ne s'éloignent que de très peu les uns par rapport aux autres. Toutefois, le verdict sera donné dans les urnes le 10 Avril prochain lors du premier tour de la présidentielle péruvienne.




Références:

(1)SERGE SEDILLE, élection présidentielle péruvienne 2011. (En ligne), le 14 août. Consulté le 6 avril 2011.Agoravox.fr http://www.agoravox.fr/actualites/international/ar...

(2) DORIS BUU-SAO, Sciences po. « Les configurations partisanes au prisme des élections 2010-2011 », Opalc.org. http://www.opalc.org/web/index.php?option=com_cont... Publié le Mardi 2 juin 2010. Consulté en ligne le 5 avril 2011.

(3)ALINE TIMBERT, « Alejandro Toledo part favori aux présidentielles de 2011 ». Actualtino.com. (En ligne) le 10 mars 2011. http://www.actulatino.com/2011/03/10/perou-alejand... Consulté le 6 avril 2011.

(5) Élections au Pérou 2011.Opalc.org. http://www.opalc.org/web/index.php?view=category&i... .

(6) SERGE SEDILLE, op.cit.

(7) SERGE SEDILLE, op.cit.

(8) PAN Belgique.BE. « Les droits de l'enfant à la campagne présidentielle de 2011 ». http://www.planbelgique.be/que-fait-plan/actualite... Consulté le 6 avril 2011.

(9) Ibid.

(10) Ibid.

(11) RICARDO BELLONE, « Les élections présidentielles au Pérou : les sondages promettent une surprise ». (En ligne) Amérique24.com. http://www.amerique24.com/Elections-présidentielle... Consulté le 5 avril 2011.

(12) LATIN REPORTERS.COM. « Le "Chavez péruvien" Ollanta Humala favori de la présidentielle ». (En ligne) le 28 mars 2011. http://www.latinreporters.com/peroupol28032011cg.html. Consulté le 6 avril 2011.

Dernière modification: 2011-04-18 14:37:15

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016