Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

17 janvier 2019

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

8 février 2011

La crise de l'euro achève le gouvernement irlandais


Marc Dupuis
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

mai
2018
Tenue d’un référendum sur l’accès à l’avortement en Irlande

mai
2015
Référendum en Irlande sur le mariage entre conjoints de même sexe

juin
2009
Début des élections législatives au Parlement européen

juin
2004
Tenue d'élections au Parlement européen

juin
1999
Tenue d'élections au Parlement européen

janvier
1999
Passage à l'euro pour onze pays de l'Union européenne

juin
1998
Création de la Banque centrale européenne

avril
1998
Signature de l'accord du « Vendredi saint » sur la paix en Irlande du Nord

novembre
1995
Référendum sur la légalisation du divorce en Irlande

juin
1994
Tenue d'élections au Parlement européen

février
1992
Signature du traité de Maastricht

juin
1989
Tenue d'élections au Parlement européen

mai
1981
Décès du gréviste de la faim irlandais Bobby Sands

août
1979
Attentats contre des cibles britanniques revendiqués par l'ARIP

juin
1979
Tenue d'une première élection au suffrage universel au Parlement européen

mars
1979
Création du système monétaire européen

août
1975
Signature à Helsinki d'un accord sur la sécurité en Europe

février
1973
Élection d'un gouvernement de Coalition nationale en Irlande

janvier
1973
Entrée du Royaume-Uni, de l'Irlande et du Danemark dans la CEE

Des élections législatives ont été annoncées pour le 25 février 2011 en Irlande (1). Normalement, des élections n'auraient pas dû avoir lieu aussi rapidement. Cependant, la démission du Parti Vert de la coalition gouvernementale a forcé la main au premier ministre, Brian Cowen (2). Ce dernier a également annoncé qu'il ne se représentera pas aux prochaines élections en raison de sa popularité jugée trop basse (3). En annonçant sa démission, le chef du gouvernement espère limiter les dégâts que son parti subira à la prochaine élection (4).

D'une crise à l'autre

La situation peu enviable dans laquelle s'est retrouvé le chef du gouvernement ainsi que son parti n'a pas surgi du néant. La pente descendante sur laquelle le gouvernement irlandais est jeté e été principalement causée par un phénomène en particulier.

Quelques années avant l'annonce des élections anticipées, l'économie irlandaise était enviable, surtout si l'on considère que ce pays fait partie de la sphère occidentale du monde. On comparait en effet la situation irlandaise au développement des États asiatiques en pleine effervescence, les tigres asiatiques. De cette comparaison ressort le titre attribué au phénomène irlandais : le « tigre celtique » (5).

Cependant, survint rapidement un évènement d'ampleur internationale : la crise financière de 2008. Parmi les plus touchés figurait l'Irlande (6). La crise avait frappé de plein fouet l'État celte, freinant l'expansion économique si prometteuse. Déjà, la perception du gouvernement est ternie. C'est dans cette atmosphère que Brian Cowen prend les rênes du parti Fianna Fail, puis du gouvernement, au printemps 2008.

Considérant que le pays faisait partie de la zone euro et qu'il partageait donc la monnaie en cours dans cette zone, des comptes devaient être rendus. Les pays membres détenant une économie plus forte se devaient de porter secours au gouvernement irlandais puisque leur destin était commun (7). Pour sa part, le gouvernement irlandais se devait de fournir une réponse bien précise au plan de sauvetage mis en place : il adopta un plan d'austérité afin de renflouer les finances du pays (8).

Or, la crise affectait déjà de manière significative la vie de tous les jours des Irlandais. L'Irlande avait en effet à composer avec un taux de chômage très élevé pour le pays, approchant de 15 % par moment (9). C'est dans cette atmosphère lourde de tension que le gouvernement a effectué des coupes budgétaires touchant une fois de plus le citoyen moyen. De crise financière, l'Irlande passe maintenant à une crise politique, le peuple irlandais demandant qu'on lui justifie son sort.

Au Parlement, la situation se traduit par des dissensions. Le gouvernement de Cowen a été mis à rude épreuve, de sorte qu'au sein même de son parti, on conteste le chef et les mesures entreprises pour répondre à la crise. On reproche également à Cowen d'avoir entretenu des relations personnelles avec un grand banquier impliqué dans la crise (10). Bien que le chef du gouvernement obtienne un vote de confiance le 18 février face à son propre parti, son autorité est discréditée (11). Le Fianna Fail, qui a largement dominé la scène politique pendant plus de soixante ans (12), risque fort bien une défaite humiliante. Les sondages donnent en effet au parti un résultat de 16 % des intentions de votes à la prochaine élection (13).

L'étincelle d'un gouvernement de coalition

En raison du système électoral irlandais, des experts prédisent un gouvernement de coalition qui serait mené par le Fine Gail ainsi que le Parti travailliste (14). Le fonctionnement des élections législatives en Irlande favorise les gouvernements de coalition. Le Fianna Fail était lui-même en entente avec les Verts pour gouverner avant l'annonce des élections (15).

Cette situation s'explique par le système électoral irlandais qui est doté de mécanismes favorisant la proportionnalité. Ce concept diminue l'écart entre le pourcentage de votes obtenu et le pourcentage de sièges que l'on gagne au Parlement. Les grands partis politiques se retrouvent donc difficilement avec une majorité claire et doivent composer avec les autres partis pour pouvoir diriger. Il existe dans le monde plusieurs types de système proportionnel fonctionnant de manière différente.

Le système irlandais, quant à lui, est proportionnel grâce au principe de vote transférable unique (16). Chaque circonscription électorale en Irlande comporte plusieurs sièges à gagner. Les électeurs doivent alors classer les candidats en ordre de préférences. Pour gagner un siège, un candidat doit atteindre un quota déterminé par le nombre total de votes. Lorsque ce quota est atteint, les votes excédentaires sont redistribués aux autres candidats non élus selon la liste préférentielle des électeurs, celle-ci étant décidée au moment du vote. Par la suite, le candidat avec le moins de suffrages est éliminé, et on redistribue une fois de plus les votes selon la préférence établie des électeurs. Cela est répété jusqu'à ce que tous les sièges de la circonscription soient obtenus (17). Ainsi, on s'assure que chaque vote exprimé ait plus de chances d'être pris en compte.

Les sondages suivant l'annonce des élections anticipées donnaient respectivement au Fine Gael et aux travaillistes 33 % et 21 % des intentions de vote (18). Ces deux partis misent sur la renégociation du plan de sauvetage pour gagner l'appui populaire. Le peuple juge en effet que les négociations menées par le parti au pouvoir sont punitives à l'endroit de l'Irlande (19).

Ces élections marqueront sans aucun doute un changement important dans le paysage politique irlandais. À tout le moins, le parti du Fianna Fail risque d'être relégué à un rôle de second plan pour quelques années (20). Autre phénomène intéressant, si le peuple irlandais désire punir le parti dirigeant au moment de la crise, l'engouement pour les autres partis ne semble pas à l'appel (21). Le cynisme politique se fait pesant.




Références:

(1) LE MONDE, «Des élections anticipées auront lieu en Irlande le 25 février», Le Monde, 3 février 2011, p. 2

(2) LE SOIR, « Irlande : la crise s'accélère Le gouvernement irlandais était dimanche au pied du mur pour convoquer sans délai des élections générales, après le départ de son partenaire dans la coalition, les Verts.», Le Soir, 24 janvier 2011, p. 12

(3) PRANDI, Massimo, « Le lutteur Brian Cowen se sacrifie pour limiter la casse du Fianna Fail», Les Echos, 3 février 2011, p. 20

(4) Ibid

(5) CORNU, Yves, «Irlande : Le blues du "tigre celtique"», Le Point, 24 avril 2008, p. 48

(6) Ibid

(7) BROWN, John Murray, «Rien ne va plus en Irlande», Courrier International, 27 janvier 2011, p. 13

(8) LA TRIBUNE, «Budget austère en Irlande», 8 décembre 2010, p. 28

(9) CORNU, Yves, «Le séisme irlandais», Le Point, 2 décembre 2010, p. 56,58,60,62

(10) BROWN, John Murray, Op. Cit.

(11) Ibid

(12) PRANDI, Massimo, Op. Cit.

(13) LACUBE Nathalie, «L'Irlande met fin à un gouvernement usé jusqu'à la corde», La Croix, 2 février 2011, p. 5

(14) DURAUD, Bernard, «Irlande : Cowen balayé par la crise», L'Humanité, 2 février 2011

(15) BROWN, John Murra, Op. Cit.

(16) LEMIEUX, Vincent, et LAVOIE, Marie, «La réforme du système électoral», Politique, n° 6, 1984, p. 46-47

(17) Ibid

(18) LACUBE Nathalie, Op. Cit.

(19) DIOR, Eric, «"Les prêts européens à l'Irlande sont perçus comme punitifs !"», Marianne, 5 février 2011, p. 52

(20) ALBERT, Eric, «La crise de l'euro fait tomber un gouvernement», Le Temps, 2 février 2011

(21) Ibid

Dernière modification: 2011-02-14 08:41:30

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Une question référendaire qui soulève les passions en Irlande
>octobre 2017


Une croissance économique phénoménale pour l'Irlande
>janvier 2017


Peu de changement prévu pour l'Irlande le 26 février 2016
>février 2016


L'Irlande dit un «oui» sincère au mariage gai
>septembre 2015


L'année économique irlandaise : le retour du tigre celtique
>janvier 2015


Le Sénat irlandais menacé d'abolition
>janvier 2014


L'avortement : un sujet sensible en Irlande
>octobre 2013


L'Irlande ou la longue marche vers le redressement
>février 2013


L'économie européenne en référendum en Irlande
>octobre 2012


Une élection présidentielle hors du commun en Irlande
>novembre 2011


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016