Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

13 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

25 January 2011

Tunisie : révolution au parfum de démocratie ?


Maxime Ferland
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

September
2012
Manifestations anti-américaines dans plusieurs pays arabes

January
2011
Démission du président tunisien Zine el-Abidine Ben Ali

April
2002
Attentat terroriste en Tunisie

February
2000
Manifestations et grèves en Tunisie

August
1992
Début de procès collectifs en Tunisie

November
1987
Destitution du président tunisien Habib Bourguiba

February
1986
Ouverture du premier Sommet de la francophonie

December
1983
Déclenchement des émeutes du pain en Tunisie

January
1978
Déclenchement d'une grève générale en Tunisie

January
1974
Dévoilement des accords de Djerba entre la Tunisie et la Libye

June
1967
Émeutes à Tunis

May
1963
Adoption d'une réforme agraire en Tunisie

May
1963
Signature de la Charte constituant l'Organisation de l'unité africaine

September
1961
Ouverture d'une conférence des pays non-alignés à Belgrade

July
1961
Crise de Bizerte, en Tunisie

March
1956
Proclamation de l'indépendance de la Tunisie

Le 17 décembre 2010, Mohamed Bouazizi un jeune diplômé chômeur, réduit à la revente ambulante de fruits et légumes, s'immole devant le siège du gouvernorat tunisien en signe de protestation contre la confiscation de sa marchandise par les services de police. Son geste déclenche un mouvement de contestation sociale sans précédent dans le pays, qui soulève des questions sur un modèle économique tunisien très souvent présenté comme le palliatif et la justification à l'absence de démocratie (1).

Aggravée par la crise financière, la situation économique des jeunes diplômés est de plus en plus difficile. Le taux de chômage des jeunes issus de l'enseignement supérieur augmente depuis plusieurs années : alors qu'il s'élevait à 4 % en 1997, il est désormais nettement supérieur à 20 %, selon la Banque mondiale (2). Les jeunes diplômés sont souvent les premières victimes d'un chômage endémique et la main-d'oeuvre bon marché trouve plus facilement du travail (3).

Ben Ali, dégage !

La vague de protestation provoquée par le geste de Mohamed Bouazizi bouleverse le système politique tunisien. Le peuple tunisien en général, et la jeunesse en particulier, est habité par une volonté que résume bien le slogan scandé par les manifestants: «Ben Ali, dégage!»

Au pouvoir depuis vingt-trois ans, ce qui en faisait un des plus anciens dirigeants du continent africain, Zine El-Abidine Ben Ali est confronté à une crise sociale délicate. Le mouvement social de contestation contre le chômage et la « vie chère » prend de l'ampleur, et les violences éclatent (4). Après moult tergiversations, le gouvernement tunisien, sans voix face à la situation, se fractionne. L'état d'urgence est décrété dans tout le pays et le premier ministre Mohamed Ghannouchi annonce, le 14 janvier 2011, qu'il assure l'intérim de la présidence en remplacement de Zine el-Abidine Ben Ali, qui a quitté le pays (5).

« Révolution du jasmin » : la rue l'emporte

La façon dont le peuple tunisien s'est débarrassé de Ben Ali, qui régna sans partage durant les 23 dernières années, est l'élément qui fait consensus dans les pages éditoriales à travers le monde. Comme le mentionne le New York Times (6), ou encore Serge Truffaut dans les pages du Devoir (7), ce départ dans la précipitation d'un homme maîtrisant tous les rouages de la répression, symbolise à lui seul à quel point le peuple tunisien en général, et la jeunesse en particulier, était habité par une volonté qui a permis de renverser la vapeur.

C'est une révolution historique qui a pour point de départ la rue. Mourad Besbes, du Courrier international, fait état d'une révolution populaire, qui est partie du plus profond du pays, du peuple tunisien et de sa jeunesse (8). De plus, rien ne laissait présager un tel soulèvement, comme le rapporte Robert Fisk, correspondant au Moyen-Orient pour le quotidien britannique The Independent (9).

Un tremplin vers la démocratie ?

Selon les analystes, l'important maintenant pour le peuple tunisien est de saisir l'opportunité offerte par le départ de Ben Ali, et de transformer cet espoir en véritable processus de démocratisation. La route qui mène à la constitution d'un État démocratique en Tunisie est longue et comporte encore bien des étapes, rappelle Mourad Besbes (10). Le mouvement de pression a gagné. En fait, il a remporté une manche. Une manche aussi importante qu'historique, mais une manche quand même. Car reste à savoir maintenant ce que le gouvernement qui a été formé à la va-vite va décider, mentionne Serge Truffaut (11).

La fuite de Ben Ali et la prise de fonction du Premier ministre Mohamed Ghannouchi, puis celle du président du Parlement Foued Mebazaa en tant que président intérimaire, sont loin d'être satisfaisantes. Elles ne suffisent pas à rassurer sur les intentions véritables de ceux qui ont longtemps partagé le pouvoir avec l'ancien dictateur (12). Comme le souligne aussi Robert Fisk, l'idée qu'un autre dictateur prenne la place laissée vacante par Ben Ali est tout à fait plausible (11).

Le doute subsiste sur l'issue de cette lutte de pouvoir. Il n'en demeure pas moins que le pari fait par la population tunisienne envers la démocratie, aussi brave soit-il, doit être nourri et supporté par la communauté internationale, souligne le New York Times (12).




Références:

1- MEKKI, Saïd, «Tunisie - Mohamed Bouazizi, symbole d'une contestation sociale sans précédent, est mort. », Maghreb Émergent, mercredi 5 janvier 2011, http://www.maghrebemergent.info/economie/73-tunisi... (Consulté le 23 janvier 2011)

2- MANDRAUD, Isabelle, «Tunisie : la crise sociale qui s'étend est le revers de la bonne santé économique », Le Monde, jeudi 30 décembre 2010, http://www.lemonde.fr/afrique/article/2010/12/30/t... (Consulté le 23 janvier 2011)

3- Loc. cit.

4- BRUNET, Marion, « De la révolution du Jasmin à la chute de Ben Ali », Le Figaro, mardi 18 janvier 2011, http://www.lefigaro.fr/international/2011/01/15/01... (Consulté le 23 janvier 2011)

5- AFP, «FUITE DE BEN ALI - Chronologie d'un mois de contestation en Tunisie», Le Point, vendredi 14 janvier 2011, http://www.lepoint.fr/monde/fuite-de-ben-ali-chron... (Consulté le 23 janvier 2011)

6- THE NEW YORK TIMES, «Tunisia, After Ben Ali », jeudi 20 janvier 2011, http://www.nytimes.com/2011/01/21/opinion/21fri3.h... (Consulté le 22 janvier 2011)

7- TRUFFAUT, Serge, «Renversement de Ben Ali - La rue l'emporte », Le Devoir, samedi 15 janvier 2011, http://www.ledevoir.com/international/afrique/3147... (Consulté le 22 janvier 2011)

8- BESBES, Mourad, «Pour une transition démocratique réfléchie », Courier International, lundi 17 janvier 2011, http://www.courrierinternational.com/article/2011/... (Consulté le 22 janvier 2011)

9- FISK, Robert, «The brutal truth about Tunisia », The Independent, lundi 17 janvier 2011, http://www.independent.co.uk/opinion/commentators/... (Consulté le 22 janvier 2011)

10- Loc. cit.

11- Loc. cit.

12- Loc. cit.

Dernière modification: 2011-01-31 08:00:43

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016