Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

15 janvier 2019

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

16 novembre 2010

La criminalité en Chine: portrait de la dissidence, portrait de la criminalité


Mathieu Cloutier
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

mars
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

mars
2018
Abolition de la limite de deux mandats présidentiels en Chine

octobre
2017
Ouverture du XIXe Congrès du Parti communiste chinois

novembre
2015
Poignée de main historique entre les présidents de la Chine et de Taïwan

octobre
2015
Fin de la politique de l'enfant unique en Chine

novembre
2014
Entente entre les États-Unis et la Chine sur la lutte aux changements climatiques

septembre
2014
Mouvement de protestation populaire à Hong Kong

novembre
2012
Ouverture du XVIIIe congrès du Parti communiste chinois

août
2008
Ouverture des Jeux olympiques de Beijing

mars
2008
Montée de la violence dans les rues de Lhassa au Tibet

octobre
2007
Ouverture du XVIIe Congrès du Parti communiste chinois

juillet
2007
Présentation de la journée Live Earth

février
2007
Entente sur un éventuel démantèlement du programme nucléaire nord-coréen

octobre
2003
Première mission chinoise envoyant un homme dans l'espace

mars
2003
Alerte au SRAS par l'Organisation mondiale de la santé

novembre
2002
Ouverture du XVIe Congrès du Parti communiste chinois

décembre
2001
Adhésion de la Chine à l'Organisation mondiale du commerce

décembre
1999
Rétrocession de Macao à la Chine

septembre
1997
Ouverture du XVe Congrès du Parti communiste chinois

La Chine est un pays réputé pour ses nombreux prisonniers politiques. Beaucoup avait été dit à ce sujet lors des Jeux Olympiques de Pékin en 2008. Déjà à l'époque, l'augmentation des arrestations à caractère politique avait d'ailleurs fait jaser(1). Cependant, les prisonniers d'opinions ne sont qu'une des espèces peuplant la faune carcérale en Chine.

Nous tracerons dans cet article un portrait de la réalité chinoise en matière de criminalité. Ce portrait sera esquissé sous les angles suivants : les causes et les conséquences de l'augmentation de la criminalité en Chine, la criminalité dans les hautes sphères de pouvoirs, incluant également l'élite économique, la répression policière comme manière de lutter contre certains « indésirables » - terme que nous expliquerons dans la section correspondante - et, enfin, nous traiterons de la condition judiciaire et pénale des criminels présumés.

Causes et conséquences de la criminalité à l'occidentale dans une société en mutation

La criminalité, du moins dans sa définition occidentale, était jusqu'à récemment un phénomène plutôt marginal en Chine. Dans les années 30, un universitaire chinois, Ching-Yueh Yen, établissait un lien entre changement social et criminalité. Selon lui, la criminalité était alors causée par des bouleversements sociaux qui invalidaient les codes de conduite traditionnels (2). Ces bouleversements étaient en bonne partie dûs, selon lui, à l'ouverture de la Chine sur le mode de vie occidental.

Bien des années se sont écoulées depuis. Mais il importe de savoir que les campagnes contre la criminalité sont accueillies favorablement par le peuple, inquiet de l'insécurité croissante qui se développe depuis la fin des années 80. D'ailleurs, la presse indiquait déjà, il y a 15 ans, que la criminalité était devenue le fléau social numéro en Chine.

La criminalité qui, rappelons-le, comprend également la dissidence politique en Chine, a eu de nombreuses conséquences. Les plus connues sont sans doute celles associées aux évènements de la place Tiananmen, au printemps 1989. Lors de cette manifestation en faveur d'une plus grande liberté, la police de Pékin, débordée par l'ampleur de la crise, a fait appel à l'armée de libération du peuple chinois. Même s'il est impossible de savoir le nombre exact de victimes, différentes estimations le place entre près de 200 et près de 10 000 (3). Il y a aussi d'autres conséquences, moins médiatisées de la « répression criminelle » en Chine : la violence faite aux Ouighours et aux Tibétains sous prétexte d'une augmentation de la criminalité. Selon certains experts, il ne s'agirait que d'une façon de contrôler une population ethniquement différente (4). Nous y reviendrons plus tard. À l'inverse, l'exécution d'Occidentaux est plutôt rare : 2 depuis les 50 dernières années (5).

Cependant, une tendance semble se confirmer: le nombre de crimes avec violence augmente. Les hold-up n'auraient jamais été si nombreux (6). Et de fait, la peine capitale s'applique régulièrement aux criminels reconnus coupables de crimes avec violence ou de trafic de drogue en Chine. Certains pointent du doigt la perte des valeurs morales, d'autres mettent en cause un effet pervers de la croissance économique.

L'ouverture de la Chine sur l'Occident a également permis de mettre à jour un autre phénomène: la criminalité dans les hautes sphères du pouvoir, autant politiques qui économiques. Celle-ci serait présente de façon généralisée selon le dernier prix Nobel de la paix, Liu Xiabo (7). Ce type de crime est puni en Chine selon l'ampleur de ses conséquences : certains des responsables du scandale du lait contaminé en Chine furent d'ailleurs exécutés (8).

La rapidité à juger et à exécuter les détenus demeure l'élément le plus surprenant vu le rapprochement entre la Chine et l'Occident. Dans les cas les plus expéditifs, quinze jours à peine séparent la condamnation de l'exécution (9). Et encore, ces chiffrent datent de près de 15 ans, vu la difficulté d'obtenir des informations précises sur la situation intérieure chinoise en matière de répression de la criminalité. Un rapport d'Amnesty International, publié en 2003, laisse même entendre que la situation se serait aggravée depuis (10). Même la mauvaise presse faite aux jeux de Pékin sur la question du respect des droits humains semble indiquer que la situation stagne, voire empire depuis. Comme nous allons le voir, certains individus sont systématiquement sous la lunette des autorités policières.

Le comportement policier : Des agissements parfois en contradiction avec la loi nationale

Les policiers emploient souvent les grands moyens pour se débarrasser d'individus qualifiés d'«indésirables». Ceux-ci sont parfois des paysans qui quittent la campagne pour la ville afin d'améliorer leurs conditions de vie. Aussi, selon Amnesty, la répression frappe des personnes soupçonnées d'être des « séparatistes ethniques », des « terroristes » ou des « extrémistes religieux » dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang, ou encore des membres du mouvement philosophique Fa Lun Gong (11).

Le fléau qu'est la drogue est combattu férocement par les autorités policières. Il s'agit de l'un des principaux crimes punissables de mort. D'ailleurs, dans le but de souligner la journée mondiale contre la drogue, 262 tribunaux ont prononcé 216 condamnations à mort, immédiatement exécutoires (12).

Le respect de la loi est un sujet risqué, même pour les avocats. Certains se retrouvent incarcérés sous prétexte d'avoir défendu des criminels « indéfendables » (13).

Malgré la demande d'une plus grande liberté par la classe libérale, il semble qu'une bonne partie du peuple continue de croire à la nécessité de la peine de mort, en ce en dépit la pénétration d'idées libérales au sein des professions juridiques (14). C'est d'ailleurs sous le prétexte de « ventiler la colère du peuple » que Mao Zedong et Deng Xiaoping s'opposaient à l'abolition de la peine capitale (15). Lorsque l'on sait qu'en 2004 ont eu lieu quelque 74 000 manifestations, contre 8700 en 1993, l'on en vient à se demander s'il se pourrait que le Parti communiste chinois soit à l'écoute de la population sur le « désir populaire » pour la peine de mort, mais sourd sur la question de la liberté que demandent de plus en plus de Chinois ?




Références:

(1)«PoliticalPrisoners on the Rise », The Wall Street Journal, 12 août 2008, [En ligne], http://blogs.wsj.com/olympics/2008/08/12/political... (Page consultée le 10 novembre 2010)

(2) Ching-Yueh Yen, «Crime in Relation to Social Change in China», The American Journal of Sociology, The University of Chicago Press , Vol. 40, No. 3 (Nov., 1934), pp. 298 (http://www.jstor.org/stable/2768262) Même si l'article a paru en 1934, nous considérons qu'il est possible d'extrapoler les propos de l'auteur dans le contexte actuel sans qu'ils subissent une dénaturation profonde.

(3) Les informations provenant du bloc communiste sont difficilement verifiables. Les autorités chinoises laissent filtrer que quelques centaines de personnes sont mortes, alors que l'Union soviétique aurait avancé le chiffre de 10 000. Des estimations plus modérées font état de quelques milliers de morts : « How Many Really Died? Tiananmen Square Fatalities », Time Magazine, 4 juin 1990 , [En ligne], http://www.time.com/time/magazine/article/0,9171,9... (Page consultée le 11 novembre 2010)

(4) Amélie DAOUST-BOISVERT, « 10 000 Ouighours disparus en une nuit », Le Devoir, 30 juillet 2009

(5)Constance JAMET, « La Chine exécute un Britannique », Le Figaro, 29 décembre 2009, [En ligne], http://www.lefigaro.fr/international/2009/12/29/01... ( Page consultée le 15 novembre 2010)

(6) Xavier GANGE, « Ces Chinois qu'on abat », L'Express, 11 juillet 1996

(7) Liu XIABO, « La corruption dans les médias chinois toujours dans l'ombre », Perspectives chinoises, [En ligne], perspectiveschinoises.revues.org/1412

(8) David BARBOZA, « Death sentences given in Chinese milk scandal », The New York Times, 2 février 2009.

(9) Xavier GANGE, Op. Cit.

(10)AMNESTY INTERNATIONAL, Extrait du Rapport Annuel de 2003, p.1

(11) Loc. Cit.

(12) Xavier GANGE, Op. Cit

(13) Loc. Cit

(14) Jean-Luc DOMENACH, « Peine de mort : La Chine », CERI, Octobre 2004, http://www.ceri-sciences-po.org

(15) Andrew SCOBELL, « The Death Penalty in Post-Mao China », The China Quaterly, No. 123 (Septembre 1990), pp.503-520 [En ligne], http://www.jstor.org/stable/654154, (Page consultée le 16 novembre 2010)

Dernière modification: 2010-12-18 12:46:18

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Kim Jong-un et Xi Jinping : un partenariat sans faille?
>novembre 2018


Le parti indépendantiste HKNP s'attire les foudres de Pékin
>octobre 2018


La rencontre de Wuhan : un retour au calme entre l'Inde et la Chine?
>septembre 2018


La Route de la soie : un projet titanesque qui pourrait changer l'ordre mondial
>avril 2018


Organisation de coopération de Shanghai : lorsque deux rivaux s'unissent
>mars 2018


Xi Jinping : ambitions et pouvoir
>février 2018


La peine de mort en Chine : l'évolution d'un phénomène culturel
>décembre 2017


La Chine, entre le bois et l'écorce
>octobre 2017


Passage du flambeau à l'Organisation mondiale de la santé
>septembre 2017


Un chemin périlleux pour l'intégration du christianisme en Chine
>décembre 2016


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016