Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

16 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

16 November 2010

La violence au Venezuela : un constat fort inquiétant


Maxime Rivard
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

July
2017
Élection controversée d’une Assemblée constituante au Venezuela

December
2015
Victoire de l'opposition aux législatives vénézuéliennes

March
2013
Décès du président vénézuélien Hugo Chavez

October
2012
Réélection de Hugo Chavez à la présidence du Venezuela

February
2009
Tenue d'un référendum au Venezuela

December
2006
Réélection de Hugo Chavez à la présidence du Venezuela

April
2002
Tentative de coup d'État contre Hugo Chavez au Venezuela

December
1999
Pluies torrentielles et inondations au Venezuela

December
1998
Élection de Hugo Chavez à la présidence du Venezuela

January
1994
Émeute dans la prison de Maracaibo, au Venezuela

August
1980
Signature du traité de Montevideo entre les pays de l'Alalc

November
1975
Déclenchement de l'opération Condor

May
1969
Création du Pacte andin

September
1960
Création de l'Organisation des pays producteurs de pétrole

April
1960
Dévoilement de la doctrine Betancourt à Caracas

February
1960
Signature du traité de Montevideo créant l'Association de libre-échange de l'Amérique latine

December
1958
Retour de Romulo Betancourt à la présidence du Venezuela

April
1958
Début de la visite du vice-président américain Richard Nixon en Amérique latine

March
1948
Création de l'Organisation des États américains

C'est avec ses politiques socialistes de grande envergure que le président du Venezuela, Hugo Chavez, réussit souvent à attirer l'attention des démocraties libérales comme le Mexique ou les États-Unis. En fait, les nombreux projets entrepris par le chef de l'État créent, quelquefois, du mécontentement au sein de quelques pays.

Hugo Chavez avait réussi, depuis cinq ans, à mettre en oeuvre « sa politique socialiste du XXIe siècle » étant donné que l'opposition avait boycotté le scrutin de 2005. Mais, le 27 septembre 2010, des élections législatives se sont déroulées au Venezuela et le Parlement, qui avait été contrôlé par le Parti socialiste uni du Venezuela, a pris un nouveau tournant. En effet, l'opposition s'est fait une place en chambre et Chavez n'a réussi qu'à obtenir 94 des 165 sièges.

La percée significative du mouvement d'opposition causera certainement des changements dans les futures décisions politiques de l'État. D'ailleurs, le président aura davantage de difficulté à faire passer des lois ou à faire des nominations stratégiques. Dorénavant, le chef de l'État devra débattre des sujets en chambre avant de les mettre en application.

Bien que le Venezuela soit un des pays ayant les plus grandes réserves de pétrole au monde, il est présentement plongé dans une grande crise économique. Ironiquement, malgré sa prospérité, le pays est cependant aux prises avec le plus haut taux de criminalité qu'il n'ait jamais connu. Cette violence ne cesse d'augmenter et la population continue à pointer du doigt le gouvernement en place.

Loin d'une paix

Cette violence se propagera à travers tout le pays. Selon l'Institut national des statistiques, on dénombre entre 16,000 et 20,000 homicides seulement en 2009(1). Plus concrètement, on compterait deux morts toutes les heures. La capitale du Venezuela, Caracas, ne donne pas sa place dans ce cycle de violence permanent. Cette ville est devenue la plus dangereuse de toute l'Amérique du Sud.

En fait, la violence est aussi présente dans les bidonvilles, où les jeunes sont laissés à eux-mêmes, que dans des quartiers entourés de maisons prestigieuses puisque aucun de ces endroits n'est écarté par ce fléau. Bref, que ce soit simplement pour un touriste ou un résident de la capitale, la vigilance est de mise pour éviter le pire au Venezuela.

Le droit de parole

Dans le cadre de la révolution socialiste, nous constatons que la politique d'Hugo Chavez l'incite à réduire considérablement le nombre de licences appartenant aux différents médias(2). La liberté d'expression en est donc affectée et il devient plus facile pour le président de dicter ses convictions et ses principes au peuple. Ainsi, l'accès à l'information est très réduit au Venezuela et Chavez n'hésite pas à réprimander un média lorsque l'information ne lui plaît pas.

Par exemple, le 23 août 2010, faisant état d'une vague de criminalité, le journal El Nacional affichait sur sa page couverture une image illustrant des douzaines de morts directement liées aux homicides sur le territoire(3). Ces corps, entassés à la morgue, démontraient l'ampleur du danger auquel la population était soumise depuis trop longtemps.

Pour éviter qu'une telle situation se produise, le tribunal du pays a tout de suite interdit à tout média de diffuser ou bien d'illustrer des images à caractère violent. Pour défendre sa cause, le président Chavez a fondé cette décision sur l'intention de vouloir protéger les mineurs(4).

L'essor de cette violence

Les nuits, au Venezuela, ne sont surtout pas calmes et paisibles. Généralement, ce sont des règlements de comptes entre gangs de rues qui ressortent du paysage nocturne. Le port d'armes illégales et les abus d'alcool sont, eux aussi, les sources principales de toute cette violence. Ce qui est d'autant plus inquiétant, c'est que la majorité des délinquants sont très jeunes puisqu'ils se situent entre 12 et 15 ans(5).

Un autre phénomène insensé, à travers cette croissance du taux d'homicides, c'est la diminution du nombre de détention pour homicides. Selon l'Observatoire vénézuélien de la violence, on dénombrait plus de 5,000 arrestations en 1998. En 2009, il n'y aurait eu que 1,500 individus qui auraient été incarcérés(6).

Au tour de la corruption

Pour limiter les actes de violence, les forces policières essaient d'être présentes un peu partout où l'on considère que le taux de criminalité est le plus élevé. Les patrouilles de police de la banlieue de Caracas ont la réputation d'être les plus violentes en Amérique du Sud(7). À l'aide de cellulaires ou de chiens, les forces de protection sont en mesure de repérer facilement les criminels. Ainsi, les voitures de police sont souvent la cible de beaucoup de contrebandiers ou de délinquants qui tentent de les abattre.

Pour arriver à stabiliser le territoire, la police tente de faire des enquêtes en allant questionner les citoyens à leurs résidences. L'objectif principal est nécessairement d'obtenir des informations qui pourraient les amener à incriminer des individus. Le problème avec cette force policière, c'est que la majorité de la population estime qu'elle est corrompue(8). Plus concrètement, les gens n'osent même pas ouvrir leurs portes, car ils craignent que les policiers soient dangereux.

Pour tentent de faire changer cette vision négative que la population a de la police locale, le gouvernement vénézuélien essaie d'intégrer des programmes de techniques policières dans le pays sous le nom de : « A more human revolutionary police force(9) ». Il y a plusieurs regroupements au Venezuela tels que The National Bolivarian Police, The National Reserve et Homelands Guards qui tentent de faire respecter la loi.

En 2010, l'inauguration d'une University of Security a pour but de rétablir la situation alarmante du pays. Cette nouvelle institution tente de mieux entraîner les nouveaux corps policiers qui auront à agir sur le terrain et de leur enseigner les droits de l'homme ainsi que les inégalités qui sont vécues sur le territoire venezuélien.

De plus, la mise en place d'une nouvelle force policière, en 2010, sous le nom de The Bicentennial Security Deployment (Dibise), regroupe les meilleurs officiers ainsi que des experts en narco-trafic. Cette récente approche, adoptée par le gouvernement vénézuélien, vise à contrer les activités reliées à la drogue et au kidnapping.

Un voisin encombrant

Ayant une frontière directe avec la Colombie, le Venezuela est aux prises avec une crainte constante que la drogue et le transfert d'armes soient issus de cet endroit. Étant un des pays où la violence n'a jamais cessé de progresser dans les années 90, la Colombie n'est certainement pas un bon voisin.

Chaque jour, la garde nationale bolivarienne surveille, le long de la frontière, les possibles intrusions sur le territoire vénézuélien. Les villages sont énormément peuplés d'immigrés colombiens soupçonnés de contrebande de stupéfiants ou de lien direct avec l'ennemi.

Bref, il reste énormément de progrès à faire au Venezuela pour que le pays puisse être considéré comme sécuritaire. Bien que le gouvernement affirme qu'il mise sur des programmes de renforcement policier, il continue tant bien que mal à mettre l'accent sur d'autres priorités telles que le pétrole et l'armement. Néanmoins, ce qui donne espoir au peuple, c'est que l'opposition a réussi à se démarquer à la dernière élection et qu'elle a pu se tailler une place au sein du Parlement.




Références:

1- AP. « Depuis l'arrivée d'Hugo Chavez, la violence flambe au Venezuela », New York Times, [En ligne], 20 septembre, http://www.affaires-strategiques.info/spip.php?article3918 (page consultée le 7 novembre 2010)

2- Maler, Henri. « Conflit sur les médias au Venezuela : l'attaque de Globovision », Observatoire des médias, [En ligne], août 2009, http://www.acrimed.org/article3196.html (page consultée le 18 novembre 2010)

3- New York Times Journal, Site du Journal The New York Times, Image, [En ligne], http://www.nytimes.com/imagepages/2010/08/23/world... (page consultée le 7 novembre 2010)

4- Agence France Presse. « 19 000 homicides recensés au Venezuela en 2009 » cyberpresse, 20 août 2010, [En ligne], http://www.cyberpresse.ca/international/amerique-l... (page consultée le 7 novembre 2010)

5- Le Prince, Jean-Michel. Violent Venezuela, reportage, enregistrement vidéo, 4.05min, Téléjournal, Radio-Canada, 2010, [En ligne], http://www.youtube.com/watch?v=Q11f6pWSnMo (page consultée le 7 novembre 2010)

6- Ibid.

7- Lemoine, Maurice. « La police bolivarienne relève le défi », Le monde diplomatique, [En ligne], août 2010, http://www.monde-diplomatique.fr/2010/08/LEMOINE/19524 (page consultée le 18 novembre 2010)

8- Ibid.

9- Golinger, Eva. Chavez : security a priority / combating the violence of poverty, New York, Olive Branch Press, [En ligne], 2 septembre 2010, http://www.chavezcode.com/2010/09/chavez-security-... (page consultée le 11 novembre 2010)

Autres références

AFP. « Explosion de criminalité au Venezuela », Contrepoints, International, Amérique Latine, Archives, [En ligne], 16 mars 2010, http://archives.contrepoints.org/Venezuela-Explosi... (page consultée le 7 novembre 2010)

AFP. « Venezuela : à Caracas, la violence pousse des habitants à prier les « Saints brigands »», l'Express.fr, [En ligne], 31 juillet 2010, http://www.lexpress.fr/actualites/1/venezuela-a-ca... (page consultée le 7 novembre 2010)

France 24, par Dépèche. « Le Torchon brûle entre la Presse et Hugo Chavez », l'actualité internationale, 24H/24, [En ligne], http://www.france24.com/fr/20100819-tension-medias... (page consultée le 7 novembre 2010)

Ministère des Affaires étrangères et Européennes. Site de la République française portant sur les conseils aux voyageurs, [En ligne], http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voya... (page consultée le 7 novembre 2010).

O'Grady Anastasia Mary. « Chavez Problem Next Big : Crime », The Wall Street Journal, 22 août 2010, [En ligne], http://translate.google.ca/translate?hl=fr&langpai... (page consultée le 7 novembre 2010)

Reuters. Thomson Reuters Foundation. « Le Venezuela, le taux d'assassinat a quadruplé en vertu de Chavez et des ONG », AlertNet, Alerting humanitarians to emergencies, 11 mars 2010, [En ligne], http://translate.google.ca/translate?hl=fr&sl=en&t... (page consultée le 7 novembre 2010)

Romero, Simon. « Venezuela, More Deadly Than Iraq, Wonder Why », New York Times, Edition, [En ligne], 22 août 2010, http://www.nytimes.com/2010/08/23/world/americas/2... (page consultée le 7 novembre 2010)

ROMERO, Simon, ARADAS, Anahi et MC DONALD, Brent. The World Murder Capital, reportage, enregistrement vidéo, 4.33min, New York, 2010, [En ligne], http://www.nytimes.com/2010/08/23/world/americas/2... consulté le 7 novembre 2010)

U.S. Department of State. Site du Département d'état américain, 2009 Human Rights Reports : Venezuela. 11 mars 2010, [En ligne], http://translate.google.ca/translate?hl=fr&langpai... (page consultée le 7 novembre 2010)

Dernière modification: 2010-11-22 08:28:37

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016