Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

19 février 2019

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

16 novembre 2010

L'influence de l'humoriste Jon Stewart : c'est du sérieux!


Kevin Tear
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Balado: Le monde en perspective




Nouveauté. Écoutez en baladodiffusion les rencontres qu'animent les professeures Isabelle Lacroix et Karine Prémont sur des questions qui touchent les enjeux démocratiques, les relations internationales ou les modes de scrutin. Des rencontres de 20 minutes dans un style simple et ouvert avec des spécialistes, des personnes présentes sur le terrain et aussi des étudiantes et étudiants de second cycle.

Au fil du temps

novembre
2018
Élections de mi-mandat aux États-Unis

juillet
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

juin
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

mars
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

décembre
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

septembre
2017
Ouragans sur les Caraïbes

août
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

janvier
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

janvier
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

novembre
2016
Élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis

septembre
2016
Apparition de l'ouragan Matthew

juin
2016
Attentat meurtrier dans une boîte de nuit d'Orlando, aux États-Unis

mars
2016
Début de la visite du président américain Barack Obama à Cuba

janvier
2016
Dévoilement de données confirmant l'établissement d'un record de chaleur en 2015

octobre
2015
Signature du Partenariat transpacifique à Atlanta, aux États-Unis

décembre
2014
Annonce des présidents des États-Unis et de Cuba sur les relations entre leurs pays

novembre
2014
Entente entre les États-Unis et la Chine sur la lutte aux changements climatiques

septembre
2014
Tenue d'une marche en faveur de la lutte aux changements climatiques

novembre
2012
Réélection de Barack Obama à la présidence des États-Unis

L'homme le plus influent de la planète est-il nécessairement un homme politique, du moins, un politicien? À en croire le site Web Askmen, à cause de sa capacité à faire changer l'opinion publique, l'animateur américain Jon Stewart se retrouverait à la tête du palmarès des personnalités les plus influentes(1).

Afin de comprendre l'intérêt que lui portent ses auditeurs, ce texte mettra en perspective l'évolution de sa carrière et de son opinion face à la politique. Une brève présentation de l'émission télévisée de ce personnage haut en couleur suivra puisque c'est elle qui lui permet de rejoindre cet auditoire. Finalement, on observera l'influence de cet homme par un exemple concret, soit le « rassemblement pour lutter contre l'insanité ».

Un homme multidisciplinaire

Jon Stewart, de son vrai nom Jonathan Stuart Leibowitz, est né à Trenton, une petite ville du New Jersey, le 28 novembre 1962(2). C'est en 1986, alors qu'il s'installe à New York, que sa carrière prend réellement son envol. Après avoir fait du stand-up comique dans un cabaret populaire, Stewart décroche son premier poste d'animateur télévisé en 1989, en prenant les rênes de l'émission « Short Attention Span Theater »(3). Quatre ans plus tard, grâce au support de David Letterman, un de ses confrères humoristes, Jon Stewart lance son propre show qui portera d'ailleurs son nom(4). En 1999, il remplace Craig Kilborn à la barre du « Daily Show », qui deviendra la principale cause de sa cote de popularité toujours croissante. Il crée ainsi sa marque de commerce avec ce journal télévisé en abordant l'actualité d'un point de vue ironique, afin de souligner l'incohérence et le sensationnalisme de certaines nouvelles(5).

Par ailleurs, ses apparitions dans quelques séries télévisées comme « Spin City » et « NewsRadio », dévoilent son talent de comédien. Enfin, il occupera le rôle de présentateur lors de la soirée de la cérémonie des Oscars en 2006 et 2008(6). Ainsi, le polyvalent Jon Stewart est à la fois un comédien, un journaliste, un animateur, mais avant tout, un humoriste satirique. Le travail de ce dernier sera récompensé en 2000 et 2004 par le prix Peabody, qui souligne la meilleure couverture journalistique de l'élection présidentielle américaine(7).

On remarque cependant que Stewart outrepasse la neutralité et que ses discours soutiennent la gauche en général(8). Par exemple, il s'attaque à son homologue ultraconservateur de la chaîne Fox News, Glenn Beck, qui défend les idées extrémistes de la droite républicaine. Il disait un jour de lui : « C'est le type qui dit tout haut ce que pensent les gens qui ne pensent pas »(9). Pour sa part, Aaron Sorkin, créateur de la série West Wing, considère que l'humoriste est aux antipodes du parti d'extrême droite qu'est le Tea Party(10). Enfin, un sondage du Pew Research Center a indiqué que Jon Stewart était beaucoup plus populaire auprès de l'électorat démocrate que républicain(11).

Une révolution dans la présentation des nouvelles?

Depuis la création du « Daily Show », ses adeptes ne cessent de se multiplier. On compte aujourd'hui près de deux millions de téléspectateurs qui regardent assidûment cette émission. Avec Internet et la diffusion en France, ce nombre triple pour atteindre près de six millions(12).

Plusieurs raisons expliquent cette popularité grandissante. Notamment, le sens de la répartie exceptionnel de l'animateur, son humour caustique et ses interviews directes ajoutent du piquant à l'actualité qu'on analyse maintenant sous un nouvel angle(13). Selon des chercheurs de l'Université de l'Indiana, le journal télévisé de Stewart serait presque une matière à étude en soi puisqu'il contient, à leur avis, autant d'information qu'une émission d'actualité classique et met en relief les évènements majeurs du brouhaha médiatique. De plus, il met en évidence les faux pas des politiciens(14). Michael Dimock, directeur adjoint du Pew Research Center for the People and the Press, explique que le « Daily Show » fait la convoitise des grands médias puisqu'il attire un public important qui est jeune et éduqué(15). Cependant, malgré la qualité de ce public, Dimock rappelle qu'il n'est pas représentatif du pays.

En plus de la qualité de l'auditoire, ce journal télévisé se distingue par les invités de marque qu'il reçoit sur son plateau. Par exemple, d'anciens présidents américains comme Bill Clinton et Jimmy Carter, ou encore le sénateur républicain, John McCain, et la secrétaire d'État des États-Unis, Hillary Clinton, ont accepté de « confronter » l'irrévérencieux Jon Stewart. Tout récemment, le 30 octobre 2010, Jon Stewart eut le grand honneur de recevoir, pour la première fois, un président américain en exercice, soit Barack Obama. Ce dernier a accepté l'invitation, y voyant une opportunité politique à quelques jours des élections de mi-mandat(16). En effet, le président démocrate avait absolument besoin de l'appui des jeunes électeurs - 42% des téléspectateurs ont moins de 30 ans - pour conserver sa majorité en chambre (à la suite des élections de mi-mandat)(17). Malheureusement pour lui et son camp, son apparition ne donnera pas les résultats escomptés.

Un rassemblement qui dépasse les espérances

Malgré le fait que Stewart se décrit comme un amuseur public et se défend de faire de la politique(18), plusieurs observateurs le perçoivent maintenant comme loin d'être impartial(19). Preuve de son implication sur la scène politique, Jon Stewart, en compagnie de son collègue ironiste Stephen Colbert, ont organisé un rassemblement en face de la Maison Blanche dont le but était de « rétablir la raison et la modération » des électeurs (Rally to Restore Sanity)(20). Ironiquement, Colbert incarnait à ce moment un républicain extrémiste avec sa « marche pour entretenir la peur »(21). Ce rassemblement répondait aussi à la marche du présentateur ultraconservateur de Fox News, Glenn Beck, intitulée « Restoring Honor Rally », qui a eu lieu deux mois plus tôt(22). Cette mobilisation avait démontré la force politique de l'animateur et instigateur des « Tea parties », puisqu'elle avait réussi à réunir 87 000 personnes sur le terrain du Washinton Mall(23).

Le but principal de l'évènement organisé par Stewart était, selon certains, de remobiliser le camp démocrate et de stopper l'ascension des républicains avant les élections du 2 novembre 2010(24). Malgré le fait que le rassemblement était insuffisant pour influencer les résultats selon Mickael Dimock, l'animateur a tout de moins réussi à rallier pas moins de 225 000 personnes, soit près de trois fois plus que Glenn Beck(25). On pouvait lire sur les affiches des « supporteurs de la raison », des messages tels que : « L'homophobie est tellement gaie» ou «Arrêtons l'immigration illégale : empêchons les oies canadiennes d'entrer au pays», pour narguer les conservateurs. Stewart souhaitait ainsi donner la parole aux « 80-85% des Américains qui ne sont pas des extrémistes »(26).

En somme, las des déboires de la politique américaine, Jon Stewart commence à y participer personnellement dans le but de l'améliorer. Après une carrière en tant que « spectateur », l'animateur se lance maintenant sur l'échiquier politique de manière active. Le rassemblement de Washington a d'ailleurs soulevé plusieurs questions au sujet de l'avenir du comédien. Étant véritablement une tribune pour le Parti démocrate, l'évènement de Jon Stewart a fait en sorte que l'écrivain et producteur de nombreux reality-shows, Michael Hirschorn, y a vu une transformation du rôle des acteurs politiques : « Stewart et Colbert sont en train de passer du statut de figures médiatiques à celui de figures politiques »(27). Peut-être alors que les prochaines affiches des partisans de l'animateur diront: « Stewart for president »!




Références:

(1) REVIEW DE PRESSE. Jon Stewart, homme le plus influent au monde, [En ligne], 26 octobre 2010, http://reviewdepresse.over-blog.com/article-jon-st... (page consultée le 7 novembre 2010).

(2) L. LEMA. « Rassemblement à Washington pour lutter contre « l'insanité » », Le Temps (Suisse), 30 octobre 2010.

(3) EVENE.fr. Jon Stewart; humoriste américain, [En ligne], http://www.evene.fr/celebre/biographie/jon-stewart... (page consultée le 7 novembre 2010).

(4) Ibid.

(5) L. LEMA, op. cit.

(6) EVENE.fr, op. cit.

(7) About.com. Daily Show's Jon Stewart Wins Top Journalism Award, [En ligne], http://usliberals.about.com/b/2005/04/08/daily-sho... (page consultée le 7 novembre 2010).

(8) J-L. TURLIN. « Jon Stewart, le présentateur qui terrorise Obama et McCain », Le Figaro (France), 21 août 2008.

(9) S. CYPEL. « Un animateur de télévision mobilise les anti-tea parties en faveur de Barack Obama », Le Monde (France), 1 novembre 2010, p. 6.

(10) The New York Times. « Jon Stewart met un pied dans la politique », Courrier international (France), 7 octobre 2010, p. 44.

(11) « Jon Stewart : rassemblement réussi à Washington », La Presse Canadienne (Canada), 30 octobre 2010.

(12) L. LEMA, op. cit.

(13) S. CYPEL, op. cit.

(14) L. LEMA, op. cit.

(15) J-L. TURLIN, op. cit.

(16) « Le paradoxe Obama », Le Monde (France), 3 novembre 2010, p. 16.

(17) J-L. TURLIN, op. cit.

(18) S. CYPEL, op. cit.

(19) The New York Times, op. cit.

(20) The daily show. Rally to restore sanity, op. cit.

(21) N. BÉRUBÉ. « Rassemblement à Washington le 30 octobre; Jon Stewart veut « célébrer la modération » », La Presse (Montréal), 18 septembre 2010, p. A32.

(22) The New York Times, op. cit.

(23) S. CYPEL, op. cit.

(24) S. TAVERNISE et B. SHELTER. « Une drôle de manifestation », Courrier international, 2 novembre 2010.

(25) « Jon Stewart : rassemblement réussi à Washington », La Presse Canadienne (Canada), 30 octobre 2010.

(26) The daily show. Rally to restore sanity, [En ligne], http://www.rallytorestoresanity.com, (page consultée le 6 novembre 2010).

(27) The New York Times, op. cit.

Dernière modification: 2010-11-22 07:55:10

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Le président Trump frappe encore sur Tweeter
>février 2019


For the land of the free...mais l'est-ce vraiment?
>février 2019


Fahrenheit 11/9 : Michael Moore manque de nouveau la cible avec son plus récent documentaire
>janvier 2019


Un véritable tsunami démocrate
>décembre 2018


Les États-Unis suffoquent sous la dette
>novembre 2018


Le retour de Mitt Romney, républicain anti-Trump
>novembre 2018


Une dangereuse transformation de la politique américaine?
>novembre 2018


Charlottesville : un rassemblement suprémaciste blanc qui a fini en drame
>octobre 2018


Le plus atypique de tous les présidents américains
>octobre 2018


Cinquante ans plus tard: retour sur l'élection de 1968 et la présidence de Richard Nixon
>octobre 2018


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016