20 octobre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

15 octobre 2012

Mort du prince héritier Nayef ben Abdel Aziz : l'Arabie Saoudite face à sa gérontocratie


Mélanie Tournier
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

janvier
2015
Décès du roi Abdallah Ben Abdelaziz al-Saoud d'Arabie saoudite

août
2005
Décès du roi Fahd d’Arabie saoudite

juin
1982
Décès du roi Khaled en Arabie saoudite

novembre
1979
Attaque de la Grande mosquée en Arabie Saoudite

mars
1975
Assassinat du roi Fayçal en Arabie saoudite

octobre
1973
Début du premier «choc pétrolier»

août
1967
Ouverture d'un sommet des pays arabes à Khartoum

septembre
1961
Ouverture d'une conférence des pays non-alignés à Belgrade

septembre
1960
Création de l'Organisation des pays producteurs de pétrole

avril
1955
Ouverture d'une conférence internationale à Bandoeng

novembre
1953
Décès du roi Ibn Séoud d’Arabie Saoudite

« Le palais royal annonce le décès du prince héritier Nayef ben Abdel Aziz », indiquait la télévision d'Etat saoudienne « Ekhbaria » le 16 juin 2012 (1). Agé de 79 ans, celui-ci détenait ce titre depuis fin octobre 2011, à la suite de la mort de son frère, Sultan ben Abdel Aziz, également décédé avant d'accéder au trône à l'âge de 77 ans.

La riche carrière d'un patriarche

Né à Taëf, Nayef avait été nommé gouverneur de Ryad à 20 ans, avant de devenir ministre de l'Intérieur en 1975 (2), assistant ainsi à la succession de 3 rois et autant de princes héritiers. Réfractaire aux réformes « libérales » proposées par le roi Abdallah, en poste depuis 2005 (3), Nayef aurait notamment joué un rôle substantiel dans l'accueil du président tunisien en fuite Zine el-Abidine Ben Ali et fortement encouragé la répression des manifestations chiites au Bahreïn. Paradoxalement, on lui reconnaît sa lutte contre Al-Qaïda (les «déviants», comme on appelle pudiquement en Arabie les jeunes attirés par l'idéologie ultra-radicale (4)), obligeant notamment les chefs et membres de la mouvance à s'enfuir au Yémen. Ses bonnes relations avec les milieux religieux tenants de l'orthodoxie et le maintien d'une position stricte à l'égard de l'Iran faisaient également du prince Nayef « un des piliers de la stabilité du Pays » voire le « M. Sécurité » du royaume, comme le définissait un ambassadeur occidental (5).

Huit mois seulement après avoir reçu le titre de prince héritier, Nayef s'était rendu le 26 mai à Genève pour y subir, d'après les médias saoudiens, des examens médicaux, moins de trois mois après un obscur premier séjour hospitalier aux États-Unis. Selon des spécialistes du royaume, il souffrait d'un cancer, camouflé par les récentes démonstrations de ses proches confiants quant à son état de santé (6).

Entrainant la nouvelle nomination d'un prince héritier en moins d'un an, son décès ravive le débat autour du complexe et quasi grabataire système successoral saoudien.

Salmane ben Abdel Aziz, nouveau prince héritier

Au sens strict, la dynastie actuelle est constituée des descendants d'Abdelaziz Al-Saoud, fondateur du Royaume moderne d'Arabie Saoudite et roi de 1932 à 1953. Ses 32 épouses lui donnèrent 52 fils et 36 filles, et environ 500 petits-enfants. Son testament oblige ses fils jugés les plus capables, en application de la règle de succession adelphique (7), à accéder au pouvoir en respectant à la fois le droit d'ainesse ainsi que les recommandations du Conseil de famille. C'est ainsi que cinq de ses fils se sont succédés à la tête du pays, jusqu'au roi Abdallah, qui a fêté son 89e anniversaire.

En 1992, le roi Fahd (1924-2005) modifie la loi de succession pour ouvrir l'accès au pouvoir à la génération des petits-fils d'Abdelaziz. Il offre ainsi la possibilité de renouveler, et rajeunir, le panel des prétendants au trône, mais en élevant leur nombre à plus de 4000. Face à l'apparition de différents conflits claniques, le roi Abdallah prend en 2006 l'initiative de former un comité chargé de voter l'éligibilité des princes héritiers : il s'agit du Conseil d'allégeance, constitué de 35 membres de la famille royale représentant les principales branches et présidé par le doyen des Al-Saoud et demi-frère du roi, Mechaal ben Abdel-Aziz (8).

L'inauguration effective de ce Conseil a eu lieu le 18 juin 2012, élevant dans l'urgence le ministre de la Défense, Salmane ben Abdel Aziz, au rang de prince héritier. Traditionnaliste, celui-ci reste toutefois moins lié aux religieux ultraconservateurs que son prédécesseur Nayef. Favori des Occidentaux, il occupe depuis des années la tête du conseil de famille, une position aussi stratégique que pacifique (9). La Croix rapporte d'ailleurs que « longtemps gouverneur de la capitale qu'il développa, le nouveau prince héritier dirige le groupe qui édite le quotidien « Ach Charq Al Awsat » et se fait appeler « l'ami des journalistes (10) ».

Malgré son apparent progressisme, Salmane souffre de lacunes quant à la maitrise des grands dossiers internationaux. De plus, ce septuagénaire s'inscrit dans la tradition saoudienne « gérontocratique » (11) d'une dynastie dirigée par une fratrie vieillissante. Cette situation contribue à freiner la modernisation d'un pays qui doit aujourd'hui compter sur la génération suivante pour inscrire dans la durée les désirs réformistes de l'Arabie Saoudite (12), une attente qui peut nuire à sa situation de « pilier du golfe arabique ».




Références:

(1) Le Monde, Le prince Nayef, héritier du trône saoudien, est décédé, le 16 juin 2012, http://www.lemonde.fr/moyen-orient/article/2012/06... page consultée le 8 octobre 2012.

(2) Le Figaro, Le prince héritier saoudien Nayef ben Abdel Aziz, est mort, 16 juin 2012, http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/06/16/97001... page consultée le 8 octobre 2012.

(3) Point de Bascule, Le prince Nayef nommé héritier du trône saoudien par le roi et le Conseil d'allégeance, 28 octobre 2011, http://pointdebasculecanada.ca/actualites/10002492... page consultée le 8 octobre 2012.

(4) Jeune Afrique, Arabie Saoudite : décès du prince héritier Nayef ben Abdel Aziz, le 16 juin 2012, http://www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20120616... page consultée le 8 octobre 2012.

(5) Georges Malbrunot, Le prince Salman devrait être le prochain roi d'Arabie, Le Figaro, 17 juin 2012, http://www.lefigaro.fr/international/2012/06/16/01... page consultée le 14 octobre 2012

(6) L'Orient du jour, Arabie saoudite : Salmane ben Abdel Aziz nommé nouveau prince héritier, 18 juin 2012, http://www.lorientlejour.com/category/Derni%E8res+... page consultée le 8 octobre 2012.

(7) Wikipédia, Dynastie Saoudienne, le 29 septembre 2012, http://fr.wikipedia.org/wiki/Dynastie_saoudienne, page consultée le 8 octobre 2012.

(8) Ibid.

(9) PARIS Gilles, La mort du prince héritier affaiblit le pouvoir saoudien, Le Monde, le 18 juin 2012, http://www.lemonde.fr/international/article/2012/0... page consultée le 8 octobre 2012.

(10) Ibid.

(11) La Croix, Prince Salmane Ben Abdel Aziz, nouveau prince héritier de la gérontocratie saoudienne, le 28 juin 2012, http://www.la-croix.com/Actualite/S-informer/Monde... page consultée le 8 octobre 2012.

(12) Georges Malbrunot, Le prince Salman devrait être le prochain roi d'Arabie, Le Figaro, op.cit.

Autres références

Le Huffington Post, Arabie saoudite: le prince Nayef ben Abdel Aziz est mort à 79 ans, le 16 juin 2012, http://www.huffingtonpost.fr/2012/06/16/prince-ara... page consultée le 8 octobre 2012.

La Tribune, M.B, Après la mort de Sultan Ibn Abdelaziz Al Saoud, luttes de pouvoir dans le royaume, 24 octobre 2010, http://www.latribune-online.com/suplements/interna... page consultée le 8 octobre 2012.

Perspective Monde, Arabie Saoudite, http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/pays/SAU/fr.html, page consultée le 8 octobre 2012.

Dernière modification: 2012-10-22 08:39:41

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Le canal de Salwa: la nouvelle arme de l'Arabie saoudite?
>février 2019


L'Arabie saoudite penche pour l'énergie solaire
>novembre 2018


Softbank : la conquête du monde technologique
>octobre 2018


Crise saoudo-canadienne : Riyad hausse le ton pour faire taire les critiques
>octobre 2018


L'Arabie saoudite à l'ère de Mohammed ben Salmane : entre islamisme et modernité
>octobre 2018


Coup de jeune au sein de la monarchie saoudienne
>février 2018


Se procurer l'eau : l'autre guerre du golfe Persique
>avril 2017


Le divorce entre les États-Unis et l'Arabie Saoudite n'est pas pour aujourd'hui
>novembre 2016


Le divorce entre les États-Unis et l'Arabie Saoudite n'est pas pour aujourd'hui
>novembre 2016


Virage ou mirage ?
>mai 2016


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019