Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

12 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

20 September 2012

Une sortie de crise réussie pour l'industrie automobile nord-américaine


Jasmin Roy-Rouleau
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

November
2018
Élections de mi-mandat aux États-Unis

July
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

June
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

March
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

December
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

September
2017
Ouragans sur les Caraïbes

August
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

January
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

January
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

November
2016
Élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis

September
2016
Apparition de l'ouragan Matthew

June
2016
Attentat meurtrier dans une boîte de nuit d'Orlando, aux États-Unis

March
2016
Début de la visite du président américain Barack Obama à Cuba

January
2016
Dévoilement de données confirmant l'établissement d'un record de chaleur en 2015

October
2015
Signature du Partenariat transpacifique à Atlanta, aux États-Unis

December
2014
Annonce des présidents des États-Unis et de Cuba sur les relations entre leurs pays

November
2014
Entente entre les États-Unis et la Chine sur la lutte aux changements climatiques

September
2014
Tenue d'une marche en faveur de la lutte aux changements climatiques

November
2012
Réélection de Barack Obama à la présidence des États-Unis

Après avoir passé proche de la faillite, les trois grandes compagnies automobiles nord-américaines, General Motors, Ford et Chrysler sont de retour au sommet et elles renouent aujourd'hui avec la rentabilité. Cependant, cette sortie de crise sans précédent a été soutenue grâce à des milliards injectés à même les poches des contribuables.

La crise financière qui a causé la crise automobile

Lors de la crise financière de 2008, le marché des emprunts et du crédit s'est effondré aux États-Unis. L'une des premières grandes victimes de la crise financière fut l'industrie automobile. Celle-ci s'est retrouvée dans une situation précaire sur le plan financier, le trois quarts des voitures achetées dans les pays développés étant financées à crédit. De plus, l'achat d'une voiture neuve constitue l'une des dépenses les plus importantes. Dans ce contexte, il est beaucoup plus facile pour les particuliers ou les entreprises de retarder l'achat d'un véhicule neuf quand la situation économique est fragile (1).

Ainsi, à la fin de 2008, l'industrie automobile américaine est au bord du gouffre financier. Les ventes d'automobiles aux États-Unis sont en diminution constante de 2005 à 2009, passant de 16,99 millions de voitures vendues en 2005 à seulement 10,43 millions en 2009. (2) Le « Big Three » (Ford, General Motors et Chrysler) accumule les déficits. Durant les trois premiers trimestres de 2008, General Motors(GM) accuse des pertes de 23,5 milliards de dollars américains, contre 7 milliards pour Ford(4) et 4,6 milliards pour Chrysler (chiffre sur l'ensemble de 2008 provenant de Daimler, fusionné avec Chrysler jusqu'en 2009) (5). Les constructeurs ont besoin de liquidités et se tournent alors vers le gouvernement pour avoir de l'aide financière.

Le gouvernement ne peut pas laisser tomber l'un de ces constructeurs. En effet, ceux-ci représentent près de 58,5 % des automobiles construites en Amérique du Nord, avec un total de 7 702 593 véhicules sur les 11 960 959 produits dans la zone de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) (6). Le président de l'époque, George W. Bush, étant en fin de mandat, la situation urgente le force à prendre une décision. S'il refuse de venir en aide à Ford, GM et Chrysler, l'industrie automobile américaine risque la faillite. Or, en Amérique du Nord, Ford emploie 110 000 personnes (7), GM 173 000 et Chrysler 54 000(8).

Devant l'urgence de la situation, le président Bush, avec le support du prochain président Barack Obama, décide d'octroyer une aide d'urgence de 9,4 milliards à General Motors et de 4 milliards à Chrysler. Pour sa part, Ford n'a pas fait de demande d'aide, justifiant que sa situation n'était pas précaire car elle jouit d'un bon fonds de liquidités. (9) Avec l'arrivée d'Obama au pouvoir, GM a reçu des poches des contribuables américains un autre montant approchant les 30 milliards de dollars, alors que Chrysler a vu son aide augmenter de 2 milliards de dollars.

L'industrie de l'automobile étant importante dans la province de l'Ontario au Canada, le gouvernement provincial de l'Ontario et le gouvernement canadien ont aussi supporté l'industrie automobile à la hauteur de 2,9 milliards de dollars pour Chrysler et 10,8 milliards de dollars pour General Motors(10).

GM de retour en bourse

Lors de la crise, le gouvernement américain est devenu actionnaire majoritaire de General Motors à la hauteur de près de 61 %, aux côtés des gouvernements de l'Ontario et du Canada (11,7 % du capital), du syndicat automobile américain UAW (17,5 %), et d'autres créanciers (10 %). (11) Le plus grand constructeur s'est alors concentré sur la production de ses quatre grandes marques, GM, Chevrolet, Cadillac et Buick, en plus de garder Opel en Europe et Daewoo (jusqu'en 2011) en Asie. L'ex-numéro un mondial de l'automobile sacrifia ainsi ses marques Saab, Pontiac, Hummer et Saturn (12).

Cette restructuration est payante pour GM et, le jeudi 18 novembre 2010, le constructeur refait son apparition en bourse. Son retour est une réussite, l'action lancée à 33 $ finit la journée à 34,19 $ US à la Bourse de New York. Il s'agit d'un un bond de 3,61 %. Au total, c'est 22,7 milliards de dollars américains que le constructeur a récoltés durant cette première journée en bourse. Cette somme fait de l'entrée de GM la plus importante de l'histoire du monde boursier (13).

Chrysler racheté par Fiat

Le gouvernement américain juge que Chrysler est trop petit pour se redresser seul. Il impose, le 1er avril 2009, un délai de 30 jours pour que le troisième constructeur américain scelle une alliance avec un autre constructeur (14). Le géant de l'automobile italien Fiat entreprend alors des pourparlers avec le constructeur américain.

Le 24 juillet 2009, la Commission européenne donne son accord au rachat de Chrysler par Fiat. Cependant, Fiat ne pourra commercialiser ses véhicules en sol américain, ni prendre le plein contrôle de Chrysler, tant qu'elle n'aura pas remboursé les 6 milliards de dollars que le gouvernement américain avait octroyés à la survie de Chrysler (15).

Les résultats sont positifs. En effet, Chrysler a enregistré un bénéfice net de 436 millions de dollars au deuxième trimestre de 2012, soutenu par un bond de ses ventes, alors qu'elle était dans le rouge un an auparavant. Au deuxième trimestre 2011, le troisième constructeur américain avait perdu 370 millions de dollars (16).

Ford sauvé par la restructuration

Ford n'a pas reçu l'aide des deux autres constructeurs américains, simplement parce que le deuxième grand constructeur américain n'en avait pas besoin. Contrairement à GM et à Chrysler, Ford avait déjà entrepris une vaste restructuration de ses activités avant la crise de 2008, restructurant ses activités en fermant des usines et en se débarrassant de marques comme Jaguar et Land Rover (17).

De plus, à la fin de 2006 et au début de 2007, soit avant le début de la crise, Ford avait « refinancé » sa dette. Elle avait donc beaucoup plus de liquidités en poche au moment de la crise.

Un autre point important est la force de la marque Ford. Selon Yan Cimon, professeur au Département de management de l'Université Laval : « Ford apparaît comme un leader tandis que les deux autres sont en crise. Or, c'est connu, les gens préfèrent généralement les gagnants aux perdants (18). »

Ford est le seul du « Big Three » à avoir gagné du terrain durant la crise économique. De fait, au premier trimestre de 2009, la part de marché de Ford au Canada était en hausse (14% des parts de marché) par rapport à la même période en 2008(12.9%), tandis que la part de marché des deux autres reculait, d'environ 5% pour GM et 3% pour Chrysler. Des études notent que la même situation s'est produite sur le marché étatsunien.

Une aide marketing ?

Le président américain Obama et le premier ministre canadien Stephen Harper se félicitent du succès de leur plan de sauvetage. En effet, des deux côtés de la frontière, l'aide accordée par les gouvernements a permis de sauver de nombreux emplois. D'ailleurs, à la veille de l'élection présidentielle aux États-Unis, le président Obama va utiliser ce succès comme argument contre son opposant Mitt Romney qui, à l'époque, s'était opposé à ce plan de sauvetage. En visite en Ohio, le président a déjà commencé à attaquer Romney sur ce thème : « When my opponent said we should just let Detroit go bankrupt ... that would have meant walking away from an industry that supports one in eight Ohio jobs. » Cet argument suffira-t-il à lui apporter la victoire dans cet État stratégique ?




Références:

(1) LAUER, «Stéphane, Industrie automobile : les raisons de la crise», Le Monde, Mise à jour le 19/11/2008, http://www.lemonde.fr/la-crise-financiere/article/... le 12 septembre 2012)

(2) PLUYETTE, Cyrille, «Hausse des ventes de voitures aux États-Unis». Le Figaro, Publié le 04/04/2012, http://www.lefigaro.fr/societes/2012/04/04/20005-2... (Consulté le 12 septembre 2012)

(4) GARCIA, Patrick, «Résultats Ford : 3 milliards de $ de perte au 3eme trimestre», Caradisiac, publié le 07/11/2008, http://www.caradisiac.com/Resultats-Ford-3-milliar... le 12 septembre 2012)

(5) HETZNER, Christiaan, «Daimler plombé par Chrysler au quatrième trimestre», L'Expansion, publié le 17/02/2009,http://lexpansion.lexpress.fr/entrepris... le 13 septembre 2012)

(6) MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE, DE L'INNOVATION ET DE L'EXPORTATION, «L'industrie automobile classique, de performance et utilitaire dans le sud des États-Unis», Gouvernement du Québec, publié en 01/2012, http://www.mdeie.gouv.qc.ca/objectifs/informer/par... (Consulté le 13 septembre 2012)

(7) MAYNARD, Micheline, «Ford Offering 75,000 Employees Buyout Packages», The New-York Times, publié le 15/09/2006, http://www.nytimes.com/2006/09/15/business/15ford.... le 13 septembre 2012)

(8) DUGUA, Pierre-Yves, «Un nouveau test pour la politique industrielle de Barack Obama», Le Figaro, Mise à jour le 01/05/2009, http://www.lefigaro.fr/societes/2009/05/02/04015-2... (Consulté le 13 septembre 2012)

(9) DUGUA, Pierre-Yves, «Bush lance le sauvetage de GM et Chrysler», Le Figaro, Mise à jour le 19/12/2008,http://www.lefigaro.fr/societes/2008/12... (Consulté le 13 septembre 2012)

(10) COUSINEAU, «Sophie, Rentable, le sauvetage de l'industrie auto ?», La Presse, publié le 31/05/2011, http://blogues.lapresse.ca/lapresseaffaires/cousin... (Consulté le 13 septembre 2012)

(11)AFP, «Retour triomphal de General Motors en Bourse», Le Monde, publié le 18/11/2010, http://www.lemonde.fr/economie/article/2010/11/18/... le 21 septembre 2012)

(12) PARKER, Steve, «Pontiac, Hummer, Saab, Saturn Officially Dead; GM Dealers, Workers Slashed», Huffington post, publié le 27/04/2009, http://www.huffingtonpost.com/steve-parker/pontiac... (Consulté le 21 septembre 2012)

(13)R-C:« Retour en bourse réussi pour GM», Radio-Canada, publié le 18/11/2010, http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Economie/2010... (Consulté le 21 septembre 2012)

(14) PLUYETTE, Cyrille, «La survie de Chrysler entre les mains de l'italien Fiat», Le Figaro, Mise à jour le 01/04/2009, http://www.lefigaro.fr/societes/2009/04/01/04015-2... (Consulté le 21 septembre 2012)

(15) AFP, «Fiat autorisé à racheter Chrysler» Le Figaro, Mise à jour le 24/07/2009, http://www.lefigaro.fr/societes/2009/07/24/04015-2... (Consulté le 21 septembre 2012)

(16) AFP, «Chrysler sort du rouge et renoue avec les bénéfices» Lepoint, Publié le 30/07/2012, http://www.lepoint.fr/auto-addict/actualites/chrys... (Consulté le 21 septembre 2012)

(17) NORMAND, François, «Pourquoi Ford s'en tire mieux que GM et Chrysler», Les affaires, Publié le 17/04/2009 http://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/tra... (Consulté le 21 septembre 2012)

(18) ibid.

(19) THOMAS, Sawna, «Obama reminds Ohio voters : Romney opposed bailout», NBC, publié le 26/09/2012, http://firstread.nbcnews.com/_news/2012/09/26/1411... (consulté le 28 septembre 2012)

Dernière modification: 2012-10-02 07:45:22

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016