21 juillet 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

9 juin 2012

L'Espagne: une chance pour la sortie de crise dans la zone euro?


Khalid Adnane
économiste,
enseignant à l'École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

avril
2019
Élections législatives en Espagne

octobre
2017
Déclaration d’indépendance de la Catalogne

août
2017
Manifestation d’envergure contre le terrorisme à Barcelone, en Espagne

décembre
2015
Tenue d'élections législatives en Espagne

septembre
2015
Élections régionales au Parlement de Catalogne

novembre
2014
Tenue d'une consultation sur l'auto-détermination de la Catalogne

juin
2014
Annonce de l'abdication du roi d'Espagne, Juan Carlos 1er

novembre
2011
Élection du Parti populaire de Mariano Rajoy en Espagne

juin
2009
Début des élections législatives au Parlement européen

mars
2008
Réélection en Espagne du Parti socialiste ouvrier de Jose Luis Zapatero

juin
2004
Tenue d'élections au Parlement européen

mars
2004
Attentats terroristes dans le métro de Madrid

juin
1999
Tenue d'élections au Parlement européen

janvier
1999
Passage à l'euro pour onze pays de l'Union européenne

juin
1998
Création de la Banque centrale européenne

juin
1994
Tenue d'élections au Parlement européen

février
1992
Signature du traité de Maastricht

juin
1989
Tenue d'élections au Parlement européen

juin
1985
Signature des traités d'adhésion de l'Espagne et du Portugal à la Communauté économique européenne

La zone euro vivra dans les prochaines semaines les moments les plus décisifs de son existence. À commencer par les 28 et 29 juin prochains quand s'ouvrira le Sommet européen.

Il sera marqué, une fois de plus, par l'ambition de trouver des solutions à la crise qui assaille la zone euro, plus précisément la Grèce et surtout, depuis quelques semaines, l'Espagne.

Situation chaotique en Espagne

En effet, en attendant les résultats des prochaines élections en Grèce, prévues le 17 juin prochain, les projecteurs sont braqués sur l'Espagne, qui vit une période très critique au niveau économique. Le pays est en récession et le PIB devrait se contracter encore cette année de 2 pour cent. Le chômage demeure à un niveau record de 25 pour cent de la population active, 50 pour cent chez les 18-24 ans. Quant à la dette du pays, elle dépasse maintenant les 80 pour cent du PIB et les taux sur les obligations espagnoles (pour la financer) s'envolent à plus de 6 pour cent (de plus, sa cote de crédit a été abaissée de nouveau cette semaine par l'agence de notation Fitch). Et pour ajouter à ce climat de morosité économique, les grandes banques espagnoles sont au bord de la faillite (principalement à cause des créances douteuses dans le secteur de l'immobilier) et ont besoin de recapitalisation rapide pour éviter le pire (environ 80 milliards d'euros).

Le premier ministre espagnol, Mariano Rajoy, a même évoqué la possibilité que son pays ait recours à l'aide des institutions financières internationales, comme le FMI (Fonds monétaire international). Un exercice qui ne sera pas facile puisque l'Espagne est un joueur beaucoup plus imposant que la Grèce, l'Irlande ou le Portugal. Il s'agit de la quatrième économie de la zone euro : son poids économique y représente 13 pour cent, comparativement à 2 pour cent pour la Grèce, 1,5 pour cent pour l'Irlande et 2,5 pour cent pour le Portugal. Il n'est donc pas étonnant que les pressions se fassent nombreuses et deviennent de plus en plus vives pour que la situation en Espagne ne dégénère pas davantage.

Lors du Sommet du G8 à Camp David il y a quelques semaines, le président des États-Unis, Barack Obama, et le premier ministre de la Grande-Bretagne, David Cameron, n'ont pas manqué l'occasion de souligner l'urgence d'agir face à la situation économique dangereuse en Espagne et ont demandé aux dirigeants de la zone euro, et particulièrement à la chancelière allemande, Angela Merkel, de prendre des mesures rapidement en ce sens. Il y a deux jours, c'était au tour du secrétaire général de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), Angel Gurria, d'interpeler les leaders européens pour " qu'ils arrêtent de se passer la rondelle " et trouvent des solutions à la crise, notamment par des institutions déjà existantes, faisant référence à la Banque Centrale Européenne (BCE).

Un jeu de pingpong politique

Pour le moment, ni la chancelière allemande ni le président de la BCE, Mario Draghi, ne semblent vouloir prendre davantage d'engagements. Mme Merkel continue de croire que la sortie de crise passe par une seule voie, soit la discipline et l'assainissement budgétaires, et que la situation dramatique dans laquelle sont plongés certains pays provient justement du laxisme budgétaire des années antérieures. Seul un retour à l'équilibre des finances publiques pourra calmer les marchés et redonner confiance aux investisseurs. Selon elle, si l'idée d'un pacte pour la croissance est à première vue séduisante, elle demeure difficile à concrétiser. D'ailleurs, le président de la Bundesbank (la banque centrale allemande) a souligné cette difficulté de manière comique lorsqu'il a comparé l'idée de croissance à l'idée de la paix dans le monde : tout le monde la veut, mais personne ne s'entend sur les moyens d'y arriver!

De son côté, M. Draghi ne veut pas prendre d'initiatives qui reviennent aux " décideurs politiques ", notamment en ce qui concerne l'émission d'euro-obligations afin de mutualiser les dettes ou encore l'achat massif d'obligations des pays fragiles pour apaiser les marchés. C'est que rien n'est prévu dans les traités à cet égard et que sans l'assentiment des pays membres - en premier lieu l'Allemagne - rien ne peut être fait.

D'ailleurs, il a profité d'un discours prononcé le mois dernier pour appeler à plus de fédéralisme dans l'aventure européenne : " Nous sommes désormais arrivés au point où le processus d'intégration européenne a besoin d'un saut courageux d'imagination politique pour survivre (...) Il faut que les gouvernements des pays membres de la zone euro définissent de manière conjointe et irréversible leur vision de ce que sera la construction politique et économique qui soutient la monnaie unique ".

Mais ce jeu de pingpong politique - coûteux - ne peut pas durer éternellement. Les populations des pays touchés par la crise, pas plus que les marchés, ne semblent avoir davantage de patience pour le supporter.

De l'incertitude...

En ce sens, la situation critique en Espagne peut devenir une fenêtre d'opportunité extraordinaire pour en finir avec les hésitations, les maladresses et les jeux politiques qui ont marqué la zone euro ces trois dernières années. Cela pourrait pousser plus loin les limites de l'intégration (et de la convergence) européenne, en particulier celle de la zone euro, et redonnerait confiance aux populations dans la capacité de leurs dirigeants à les sortir de la crise. Mais surtout, cet exercice, s'il aboutissait à des avancées concrètes (notamment en ce qui a trait à la redéfinition d'un rôle accru de la BCE), mettrait fin aux spéculations et au climat d'incertitude qui règne dans la zone euro depuis près de trois ans. Il signalerait clairement qu'il y a un pilote dans l'avion, prêt à prendre les décisions qui s'imposent au moment opportun.

Reste à voir maintenant si les dirigeants européens sauront saisir cette opportunité ou s'ils échapperont le ballon une fois de plus, peut-être une fois de trop...



Dernière modification: 2012-07-05 16:09:01

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Le procès des indépendantistes catalans vient mettre de l'huile sur le feu
>mars 2019


Les socialistes espagnols se tournent vers Sánchez pour contrer la chute
>septembre 2017


Le parti Podemos est-il en mesure de briser la tendance vers la droite en Europe?
>octobre 2016


Des élections sans gagnants en Espagne
>février 2016


Espagne : relance réelle ou mirage économique ?
>septembre 2015


Économie espagnole : une première en six ans
>février 2015


La polémique de l'immigration clandestine en Espagne
>octobre 2014


Le gouvernement espagnol abandonne un projet de loi controversé
>septembre 2014


Un démocrate espagnol s'éteint
>septembre 2014


Le chemin tortueux de l'indépendance basque
>novembre 2013


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019