Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

12 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

7 February 2012

WikiLeaks : leaders et diplomates n'ont qu'à bien se tenir


Cédrick Guillet
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

November
2018
Élections de mi-mandat aux États-Unis

July
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

June
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

March
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

December
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

September
2017
Ouragans sur les Caraïbes

August
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

January
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

January
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

November
2016
Élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis

September
2016
Apparition de l'ouragan Matthew

June
2016
Attentat meurtrier dans une boîte de nuit d'Orlando, aux États-Unis

March
2016
Début de la visite du président américain Barack Obama à Cuba

January
2016
Dévoilement de données confirmant l'établissement d'un record de chaleur en 2015

October
2015
Signature du Partenariat transpacifique à Atlanta, aux États-Unis

December
2014
Annonce des présidents des États-Unis et de Cuba sur les relations entre leurs pays

November
2014
Entente entre les États-Unis et la Chine sur la lutte aux changements climatiques

September
2014
Tenue d'une marche en faveur de la lutte aux changements climatiques

November
2012
Réélection de Barack Obama à la présidence des États-Unis

WikiLeaks est un organisme médiatique sans but lucratif lancé en 2007 par des dissidents chinois (1). Il base ses principes sur l'article 19 de la Déclaration universelle des droits de l'Homme qui proclame la liberté d'expression comme un droit fondamental. L'organisme précise que ce principe inclut le droit à l'information. À la tête de WikiLeaks se trouve un conseil consultatif de plusieurs personnes, dont le plus connu est Julian Assange, cryptographe de formation.

Le fonctionnement de l'organisation est simple : celle-ci est une plate-forme participative, un peu à la façon de Wikipédia (2). Premièrement, les individus sources déposent les informations dont ils disposent dans une boîte de dépôt (« drop box ») sécurisée assurant leur anonymat. Ensuite, une équipe valide les allégations et écrit un article sur les informations si celles-ci sont confirmées. L'article et le matériel original sont ensuite publiés sur le site internet de l'organisme pour que les lecteurs puissent à la fois lire l'article et faire leur propre analyse à partir de la source (3).

Depuis son lancement, WikiLeaks a été l'objet de plusieurs attaques en justice (4). Son principal porte-parole fait aussi face à des accusations de viol en Suède. Ce dernier les qualifie de « complot » orchestré par le gouvernement des États-Unis qui ne lui pardonnerait pas, selon lui, la publication de certains de ces documents secrets (5).

L'organisation connaît aujourd'hui plusieurs problèmes financiers en raison d'un blocus imposé par les institutions financières américaines (6). Celles-ci, en date du 4 février 2012, refusent d'effectuer les transactions financières de WikiLeaks depuis plusieurs mois, ce qui empêche le site internet de publier des documents pendant une période de quelques mois (7).

Quelques révélations importantes

Parmi les révélations de l'organisme, plusieurs portaient sur des câbles diplomatiques. Certains révélaient une crainte ressentie par les pays arabes à l'égard du régime iranien. L'Arabie saoudite indiquait explicitement avoir demandé à Washington d'attaquer l'Iran en l'invitant à « couper la tête du serpent (8) ».

Une autre fuite mise à la disposition du public traitait de l'espionnage de certains fonctionnaires de l'Organisation des Nations unies (ONU) par des ambassadeurs américains. En 2009, une note diplomatique, signée par la secrétaire d'État Hillary Clinton, a dévoilé une directive secrète qui demandait des informations techniques sur certains fonctionnaires de l'ONU. Parmi ces informations, des mots de passe, des codes secrets et des numéros de carte bancaire étaient demandés (9).

D'autres documents publiés par WikiLeaks concernaient le Croissant-Rouge iranien, chargé en 2006 d'apporter du matériel médical lors de la guerre entre Israël et le Hezbollah libanais (10). L'organisation a servi de couverture à des membres des Gardiens de la Révolution, les élites idéologiques de l'armée iranienne, pour fournir des armes au mouvement islamiste s'opposant à Israël.

D'autres révélations ont dévoilé des secrets sur une foule d'autres sujets, notamment sur la diplomatie française, sur le traitement des prisonniers de Guantanamo ou encore sur les croyances des États-Unis selon lesquels la Chine est responsable du piratage informatique d'États occidentaux.

WikiLeaks ne fait pas l'unanimité

Lors de la publication des câbles diplomatiques américains, WikiLeaks a dû essuyer plusieurs critiques en plus de celles d'hommes politiques influents.

Les éléments permettant de retracer les personnes impliquées dans ces câbles avaient d'abord été rayés par les journaux collaborateurs. Cependant, à la suite de la publication intégrale de ces câbles par d'autres sites qui collaboraient avec l'organisation, celle-ci décida d'en faire autant, mettant possiblement en danger l'intégrité physique des acteurs des fuites (11). À la suite de cette bévue, plusieurs médias qui collaboraient avec l'organisme, notamment le New York Times, ont mis fin à leur partenariat et ont arrêté de publier des articles sur les fuites.

Certains ont dit que la transparence offerte par WikiLeaks pourrait avoir l'effet contraire à celui recherché. Face à la menace de voir les informations diplomatiques publiées, il y a en effet la possibilité que les échanges diplomatiques deviennent encore plus secrets pour ne pas risquer d'être dévoilés (12).

D'autres soutiennent que, après avoir publié des masses impressionnantes de documents, WikiLeaks a commencé à filtrer certaines informations (13). Le 29 novembre 2010, l'organisme avait effectivement annoncé la publication de 251 287 câbles diplomatiques, mais n'en aurait finalement publié que 243 sur son site internet.




Références:

(1) Agence France Presse. Des cyberdissidents chinois lancent un site crypté, Wikileaks, 11 janvier 2007

(2) Tribune de Genève. WikiLeaks : revanche d'un cafteur éthique, 5 mars 2008, p. 40

(3) Site internet de WikiLeaks. [en ligne], http://wikileaks.org/ (page consultée le 4 février 2012)

(4) International Herald Tribune. U.S. judge orders Wikileaks to shut down, 20 février 2008

(5) Le Temps. Julian Assange, un héro assiégé, 19 décembre 2011

(6) Ibid.

(7) Ibid.

(8) LeMonde.fr. Les principales révélations des « fuites » de WikiLeaks, [en ligne] http://www.lemonde.fr/international/article/2010/1... (page consultée le 6 février 2012)

(9) Ibid.

(10) LeMonde.fr. Wikileaks : Les liens entre Téhéran et le Hezbollah, [en ligne], http://www.lemonde.fr/international/article/2010/1... (page consultée le 6 février 2012)

(11) Le Temps. Op. cit.

(12) LeMonde.fr et Agence France Presse. WikiLeaks : une transparence qui fait débat, [en ligne], http://www.lemonde.fr/international/article/2010/1... (page consultée le 6 février 2012)

(13) Ibid.

Dernière modification: 2012-02-13 09:36:18

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016