Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

15 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

7 February 2012

Almir Narayamoga, l'indigène qui défend l'Amazonie


Jasmin Roy-Rouleau
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

October
2018
Élection de Jair Bolsonaro à la présidence du Brésil

April
2018
Arrestation de l’ex-président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva

August
2016
Destitution de la présidente brésilienne Dilma Rousseff

August
2016
Ouverture des Jeux olympiques de Rio de Janeiro

October
2014
Réélection de Dilma Rousseff à la présidence du Brésil

June
2013
Manifestations d'envergure au Brésil

October
2010
Élection de Dilma Rousseff à la présidence du Brésil

July
2007
Présentation de la journée Live Earth

October
2006
Réélection de Luiz Inacio Lula da Silva à la présidence du Brésil

May
2006
Rébellion simultanée dans les prisons de Sao Paulo, au Brésil

October
2002
Élection de Luiz Inacio Lula da Silva à la présidence du Brésil

January
2001
Ouverture du premier Forum social mondial à Porto Alegre

April
1993
Tenue d’un référendum sur le régime et le système politique au Brésil

December
1992
Démission du président brésilien Fernando Collor

October
1992
Émeute dans la prison Carandriu de Sao Paulo, au Brésil

June
1992
Ouverture du Sommet de la Terre à Rio de Janeiro

March
1991
Signature du traité menant à la création du Mercosur

January
1985
Élection de Tancredo Neves à la présidence du Brésil

January
1984
Création du Mouvement des Sans terre au Brésil

Almir Narayamoga utilise les technologies modernes pour montrer au monde entier les problèmes de la déforestation de la forêt amazonienne et ses conséquences sur les peuples indigènes.

Les Surui, un peuple déterminé

Le 7 septembre 1968, la tribu Surui, une tribu indigène du Nord brésilien, a son premier contact avec l'homme blanc. Les Brésiliens nommèrent alors le territoire surui : Terra Indígena Sete de Setembro (terre indigène du Sept Septembre) (2). Ce premier contact avec l'homme blanc a été dévastateur pour les Surui. En quelques années, la population est passée de 5000 habitants à environ 250. Les principales raisons de cette baisse s'expliquent par une famine, le départ d'indigènes qui ont émigré vers les grands centres urbains, mais surtout par la varicelle qui a tué de nombreux habitants. Aujourd'hui, la population indigène de Terra Indígena Sete de Setembro atteint environ 1300 personnes(3). Ce peuple est actuellement dirigé par l'un des plus grands activistes autochtones d'Amérique du Sud, le chef Almir Narayamoga.

Almir Narayamoga est né en 1975, soit cinq ans après la visite du premier homme blanc dans le territoire surui. En 1992, à l'âge de 17 ans, Narayamoga suit les traces de son père et devient chef de la tribu. Premier Surui à aller à l'université, il est diplômé en biologie de l'université de Goiana(4). Avec ce jeune chef à sa tête, la réserve de Sete de Setembro réussit à chasser les colons et les bûcherons. Le peuple autochtone est parvenu à ses fins en s'enchainant après les arbres et en bloquant des routes. Ainsi, 93 pour cent du territoire original a été conservé.

Cependant, la tête du chef surui a été mise à prix en 2007. Des groupes de bûcherons et des propriétaires de scieries, qui avaient des investissements en Amazonie, ont offert 100 000 dollars pour se débarrasser de cet opposant indigène. En raison du danger, Almir Narayamoga se réfugia aux États-Unis grâce à l'ONG Amazon Conservation Team(5).

Un homme qui veut faire connaitre sa cause

À son arrivée aux États-Unis, Almir Narayamoga rencontre les dirigeants de la compagnie Google pour leur parler de son projet : utiliser le logiciel d'imagerie satellite Google Earth afin de montrer la détérioration rapide de la forêt amazonienne et permettre de faire connaitre partout dans le monde les tribus des 400 000 indigènes du Brésil(6).

Narayamoga se promène également un peu partout dans le monde pour présenter son projet de taxe sur le carbone. Ce projet consiste à demander aux grands pollueurs d'acheter des crédits carbones, ce qui permettrait, entre autres, de financer la protection de la forêt amazonienne. En effet, le représentant des tribus indigènes estime qu'il faudrait 120 millions de dollars pour préserver les forêts durant 44 ans et éliminer 16 475 469 tonnes de dioxyde de carbone dans l'atmosphère (7).

Almir Narayamoga participe aussi à de nombreuses conférences sur les changements climatiques, afin de démontrer les bienfaits de la préservation des forêts amazoniennes pour contrer le dioxyde de carbone. Il a d'ailleurs participé comme conférencier à la rencontre « Eye on Earth Summit » à Abu Dhabi. Ce sommet sur le développement durable environnemental et social à l'échelle mondiale, qui regroupait les principaux dirigeants de la planète, a permis d'en arriver à une Déclaration qui sera présentée à la conférence Rio + 20, en 2012(8).

Cependant, Almir Narayamoga a encore beaucoup de travail à faire pour protéger la forêt amazonienne. La déforestation, qui a culminé à 27 000 km2 en 2004, est tombée à 6500 km2 en 2010 en raison de contrôles plus nombreux (9). Toutefois, pour les écologistes, la crise économique aurait aussi joué un rôle important dans cette baisse d'exploitation (10). Selon les experts, la déforestation massive a fait du Brésil le quatrième plus grand émetteur de gaz à effet de serre du monde (11).




Références:

(1) martigo de Amazônia da gente, «Le chef indien AlmirSurui expose un modèle de développement durable lors d'une rencontre internationale», Raoni, publié le 18/12/2011,http://www.raoni.com/actualites-231.php(page consultée le 7 février 2012).

(2) Juliane von Mittelstaedt, «How an Amazonian Tribe Is Mastering the Modern World», Der Spiegel, publié le 06/08/2010, http://www.spiegel.de/international/world/0,1518,6... (page consultée le 7 février 2012).

(3) Ibid.

(4) Ibid. ... Conservation Team, «ACT In the Media: 2010», publiéen2010,http://www.amazonteam.org/index.php/3... (page consultée le 7 février 2012).

(6) Alan Clendenning, «Tribe and Google Earth team to support Amazon forests», The New-York Times, publié le 19/06/2007, http://www.nytimes.com/2007/06/19/technology/19iht... (page consultée le 7 février 2012).

(7) Juliane von Mittelstaedt, op. cit.

(8) Eye on Earth,«ChiefAlmirNarayamogaSurui», publié en 2011,http://www.eyeonearthsummit.org/node/136(page consultée le 7 février 2012).

(9) Agence France-Presse, «Le Brésil veut freiner la déforestation en Amazonie», La Presse, Mis à jour le 18/05/2011,http://www.cyberpresse.ca/international... consultée le 7 février 2012).

(10) Marc Gallichan, «Le Brésil peut mettre fin à la déforestation de l'Amazonie»,Agence Science-Presse, publié le 07/04/2010, http://www.sciencepresse.qc.ca/actualite/2010/04/0... consultée le 7 février 2012).

(11) Agence France-Presse, op. cit.

Dernière modification: 2012-03-06 18:42:32

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016