16 juin 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

7 février 2012

Un « Oui » très symbolique lors du référendum en Croatie


Benjamin Poirier Roy
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

février
2002
Début du procès de l'ex-président yougoslave Slobodan Milosevic

Le 22 janvier 2012 était une date importante pour l'État croate, alors qu'un référendum devait décider de l'adhésion de ce pays à l'Union européenne (UE). Cette candidature ne date pas d'hier. Elle remonte à 2003 alors que la Croatie déposait sa candidature au Conseil européen. Un an plus tard, soit en 2004, celui-ci la validait en faisant de la Croatie un candidat officiel pour l'entrée dans l'UE.

À la suite des négociations d'octobre 2005 à juin 2011, elle en arrive à signer le traité d'adhésion, ce qu'elle fait le 9 décembre 2011 (1). Il ne restait plus pour elle que le « oui » du référendum, ce qui fut obtenu le 22 janvier 2012 lors du référendum, et le « oui » des 27 États membres de l'UE. Si elle obtient cet accord, la Croatie pourra devenir, le 1er juillet 2013, le 28e État membre.

Des résultats qui manquent d'enthousiasme

En vertu de l'article 142 de la Constitution croate, l'entrée du pays dans une quelconque association ou organisation nécessitait qu'un référendum soit tenu, ce qui explique celui du 22 janvier 2012 (2).

À cette occasion, les Croates ont voté en faveur de l'adhésion à l'UE avec un « oui » à 67%. Le taux de participation est par contre très faible, soit de 43,51% (3), ce qui, selon le journaliste Jean-Arnault Dérens, dévoile un certain manque d'enthousiasme et un scepticisme de la part de la population croate (4).

Selon Thierry Portes, un autre journaliste, la campagne des autorités croates pour le « oui » aura coûté plus de 600 000 euros, ce qui n'est peut-être pas gros en terme de dépenses pour les Européens, mais qui représente une somme énorme pour la Croatie (5). Le « oui » issu du référendum ne plait toutefois pas à tout le monde.

C'est le cas de la Slovénie, première des six anciennes républiques yougoslaves à avoir adhéré à l'UE en 2004. Il est important de comprendre que les deux nations voisines entretiennent un différend territorial depuis leur indépendance en 1991, soit les 13 kilomètres carré de terrains entre la frontière ainsi que sur une partie des eaux du golfe de Piran, dans l'Adriatique. Le fait que la Croatie puisse intégrer les rangs de l'UE représente pour la Slovénie une attaque à son statut spécial dans la région des Balkans (6).

Des opposants qui manquent de temps

Deux camps s'étaient formés lors de la campagne pour l'adhésion à l'UE, soit d'un côté ceux qui sont pour et de l'autre ceux qui sont contre. Il est important de discerner ceux qui sont en faveur, soit tous les grands partis présents au Parlement croate (Sabor), de ceux qui ne sont pas en faveur, dont le Parti croate du Droit (HSP), une formation d'extrême droite, ainsi que ses partisans.

Le premier argument qui ressort des discours en faveur de l'adhésion touche notamment la souveraineté de l'État. Selon les dires du chef d'État en fonction, notés dans un article de Zoran Radosavljevic : « l'Europe ne va pas résoudre tous nos problèmes, mais c'est une grande opportunité et la Croatie ne [perdra] pas sa souveraineté ou ses ressources naturelles pas plus qu'elle ne sera dirigée par l'UE(7) ». Pour d'autres Croates, l'adhésion permettra un élargissement des opportunités pour les générations futures, notamment pour ce qui est des emplois (8).

Ceux qui ne sont pas en faveur croient au contraire que la souveraineté du pays risquerait d'être menacée, parce que « seule une Croatie indépendante peut préserver ses richesses face aux compagnies multinationales et aux prédateurs de la mondialisation (9) ». Par ailleurs, d'autres Croates se disent que « l'Union européenne est actuellement comme le Titanic après qu'il eut heurté l'iceberg », et ils se posent la question « pourquoi monter à son bord ? (10) »




Références:

(1) L'Express. « La Croatie signe le traité d'adhésion à l'Union européenne », 9 décembre 2011, [en ligne], http://www.lexpress.fr/actualite/monde/la-croatie-... (page consultée le 4 février 2012).

(2) « Constitution de la République de Croatie », 22 décembre 1990, [en ligne], http://www.constitution.org/cons/croatia.htm, (page consultée le 4 février 2012).

(3) « Référendum 2012 », 22 janvier 2012, [en ligne], http://www.izbori.hr/2012Referendum/rezultati/rezu... (page consultée le 4 février 2012).

(4) DÉRENS, Jean-Arnault. « La Croatie fait un pas vers l'Union, mais sans enthousiasme », L'Humanité, 18 janvier 2012, [en ligne], http://www.humanite.fr/monde/la-croatie-fait-un-pa... (page consultée le 4 février 2012).

(5) PORTES, Thierry. « La Croatie a dit oui à l'Europe », Le Figaro,22 janvier 2012, [en ligne], http://www.lefigaro.fr/international/2012/01/22/01... (page consultée le 4 février 2012).

(6) Ibid.

(7) RADOSAVLJEVIC, Zoran. « Les Croates disent ??oui'' à l'Union européenne », Le Point, 22 janvier 2012, [en ligne], http://www.lepoint.fr/fil-info-reuters/les-croates... (page consultée le 4 février 2012).

(8) POLAN, Hrvoje. « Les Croates se prononcent sur l'entrée dans l'UE », L'Express, 22 janvier 2012, [en ligne], http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/les-... (page consultée le 4 février 2012).

(9) Le Monde. « Adhésion de la Croatie à L'UE : le oui l'emporte », 22 janvier 2012, [en ligne], http://www.lemonde.fr/europe/article/2012/01/22/ad... (page consultée le 4 février 2012).

(10) Ibid.

Dernière modification: 2012-03-08 07:55:20

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Les préoccupations économiques au coeur du débat politique télévisé en Croatie
>janvier 2015


Un « Oui » très symbolique lors du référendum en Croatie
>février 2012


Accord historique entre Zagreb et Ljubana
>novembre 2009


Croatie : le premier ministre Sanader tire sa révérence
>septembre 2009


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016