Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

23 juin 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

5 March 2006

Attentats à Samarra : La guerre civile couve en Irak


Sophie Bernier Ouellet
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

September
2017
Tenue d’un référendum sur l’indépendance du Kurdistan irakien

July
2017
Annonce par le gouvernement irakien de la libération de Mossoul

July
2016
Attentats terroristes à Bagdad, en Irak

June
2014
Proclamation d'un califat par l'État islamique en Irak et au Levant

December
2006
Exécution de l'ex-président irakien Saddam Hussein

January
2005
Tenue d'élections législatives en Irak

March
2003
Début d'une offensive militaire d'envergure en Irak

January
1991
Début d'une intervention militaire au Koweït

August
1990
Invasion du Koweït par l'Irak

August
1988
Entrée en vigueur d'un cessez-le-feu mettant fin à la guerre entre l'Iran et l'Irak

March
1988
Utilisation d'armes chimiques en Irak contre les Kurdes

September
1980
Début de la guerre Iran-Irak

July
1979
Accession de Saddam Hussein à la présidence de l'Irak

October
1973
Début du premier «choc pétrolier»

July
1968
Coup d'État dirigé par le général Ahmed Hassan al-Bakr en Irak

August
1967
Ouverture d'un sommet des pays arabes à Khartoum

September
1961
Ouverture d'une conférence des pays non-alignés à Belgrade

June
1961
Proclamation d'indépendance du Koweït

September
1960
Création de l'Organisation des pays producteurs de pétrole

Le 22 février 2006, une bombe a éclaté dans l'un des quatre principaux lieux saint chiite d'Irak, la Mosquée d'Or de Samarra, à une centaine de kilomètres au nord de Bagdad. À l'aube, des hommes armés ont fait irruption dans la mosquée, qui abrite les tombes de deux imams saints, et y ont posé des explosifs qui ont provoqué l'effondrement de son dôme doré de vingt mètre de diamètre, l'un des plus grands du monde islamique (1).

Même si l'attentat n'a pas fait de victimes, les conséquences sont lourdes pour l'Irak. L'attaque a provoqué de nombreuses manifestations chiites et le gouvernement a dû lancer un appel au calme, puisque des dizaines de milliers de personnes ont attaqué plus de cent mosquées sunnites en guise de représailles. En une semaine, les violences interconfessionnelles ont fait au moins 379 morts et 458 blessés.

Soulignons que les chiites constituent la majorité de la population d'Irak, près de 60 %, alors que les sunnites sont une minorité religieuse qui était au pouvoir sous le règne de Saddam Hussein.

Le religieux chiite numéro un, le grand ayatollah Ali al-Sistani, a appelé au calme et à une semaine de deuil. L'agence de presse Reuters rappelle que « Ali al-Sistani ne sort que très rarement de son silence, et son intervention ne faisait que souligner la gravité des évènements » (2). Le président irakien Jalal Talabani a déclaré que le pays doit travailler pour éviter la guerre civile. Dans une apparition télévisée, il a accusé les attaquants d'essayer de porter atteinte aux tentatives de former un gouvernement de coalition. Il a même invoqué le danger d'une guerre civile.

Le conseiller à la Sécurité Nationale, Mouaffak al Roubaïe, a imputé l'attaque à des activistes sunnites influencés par le groupe terroriste Al Qaïda. Selon la télévision irakienne, le conseiller a ensuite annoncé que dix suspects avaient été arrêtés à Samarra (4). Le régime chiite iranien a, de son côté, affirmé que l'attaque avait été orchestrée par Israël, aidé des forces américaines, dans l'espoir d'attiser les rivalités entre les communautés.

L'imam radical chiite Moktada al-Sadr a promis vengeance contre les activistes sunnites. « Nous n'allons pas nous contenter de condamner et de protester, nous allons agir contre ces activistes. Si le gouvernement irakien ne fait pas son travail en défendant le peuple, nous sommes prêts à le faire, nous », a rapporté l'un de ses porte-parole(5). L'imam Ali al-Sistani a, quant à lui, prôné des manifestations sans violences et sans représailles contre les mosquées sunnites.

L'attentat contre la mosquée de Samarra fait craindre le pire, car une guerre civile ayant comme toile de fond un conflit religieux entre chiite et sunnites est envisageable. La BBC rappelle qu'une lettre du leader d'Al Qaïda en Irak, Abu Musab al-Zarqawi, a été interceptée il y a près de deux ans. Washington en a révélé quelques extraits, dont celui-ci, à propos des chiites; « [ils sont] l'obstacle insurmontable, le serpent qui se cache, le scorpion astucieux et malicieux, l'ennemi qui espionne et le venin qui pénètre [?] Nous entrons dans une bataille à deux niveaux. L'un, évident et ouvert, est avec un ennemi attaquant [?] L'autre est une bataille difficile et féroce avec un ennemi astucieux, qui porte les vêtements d'un ami » (6). L'ennemi astucieux évoqué par Zarqawi est la communauté chiite. Les messages de ce dernier incitent beaucoup d'Irakiens sunnites à attaquer des chiites ou encore des symboles.

Le chef des services de renseignements américains, John Negroponte a admis qu'une guerre civile pourrait embraser la région. « C'est une possibilité » (7) a-t-il affirmé. Il a reconnu que l'Iran pourrait s'engager auprès des chiites, alors que la Jordanie et l'Arabie Saoudite pourraient faire de même auprès des sunnites. Cette guerre civile « aurait des implications sur le reste du Moyen-Orient et sur le monde » (8) a ajouté M. Negroponte.

D'autres observateurs craignent qu'une guerre civile éclate. Selon le journaliste Jean-Paul Mari, les nombreux attentats meurtriers et sanglants ont, « en toile de fond, la guerre civile, l'explosion du pays, l'intervention de l'Iran pour sauver les chiites et celle des pays arabes pour soutenir leur frère sunnites. En un mot, la désintégration de l'Irak et la déstabilisation de toute la région »(9). Cet observateur, comme bien d'autres, craint qui si la guerre éclate entre les chiites et les sunnites en Irak, le monde entier sera déstabilisé.




Références:

(1) La Tribune.fr. Dépêche Reuters : L'attaque d'un sanctuaire chiite suivie de représailles à Bagdad. http://www.latribune. fr/News/News.nsf /AllByID/OFRTP-IRAK-SANCTUAIRE-TOP-20060222TXT

Dernière modification: 2007-05-02 07:13:22

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016