Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

23 février 2019

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

20 novembre 2012

Présidentielle au Venezuela : Chavez fait face à une forte opposition


Danièle Simo Mamche Octavia
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Balado: Le monde en perspective




Nouveauté. Écoutez en baladodiffusion les rencontres qu'animent les professeures Isabelle Lacroix et Karine Prémont sur des questions qui touchent les enjeux démocratiques, les relations internationales ou les modes de scrutin. Des rencontres de 20 minutes dans un style simple et ouvert avec des spécialistes, des personnes présentes sur le terrain et aussi des étudiantes et étudiants de second cycle.

Au fil du temps

octobre
2018
Élection de Jair Bolsonaro à la présidence du Brésil

avril
2018
Arrestation de l’ex-président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva

août
2016
Destitution de la présidente brésilienne Dilma Rousseff

août
2016
Ouverture des Jeux olympiques de Rio de Janeiro

octobre
2014
Réélection de Dilma Rousseff à la présidence du Brésil

juin
2013
Manifestations d'envergure au Brésil

octobre
2010
Élection de Dilma Rousseff à la présidence du Brésil

juillet
2007
Présentation de la journée Live Earth

octobre
2006
Réélection de Luiz Inacio Lula da Silva à la présidence du Brésil

mai
2006
Rébellion simultanée dans les prisons de Sao Paulo, au Brésil

octobre
2002
Élection de Luiz Inacio Lula da Silva à la présidence du Brésil

janvier
2001
Ouverture du premier Forum social mondial à Porto Alegre

avril
1993
Tenue d’un référendum sur le régime et le système politique au Brésil

décembre
1992
Démission du président brésilien Fernando Collor

octobre
1992
Émeute dans la prison Carandriu de Sao Paulo, au Brésil

juin
1992
Ouverture du Sommet de la Terre à Rio de Janeiro

mars
1991
Signature du traité menant à la création du Mercosur

janvier
1985
Élection de Tancredo Neves à la présidence du Brésil

janvier
1984
Création du Mouvement des Sans terre au Brésil

Une élection présidentielle s'est déroulée au Venezuela le 7 octobre 2012. Le président Hugo Chavez a remporté la victoire, mais cette élection a quand même permis de connaître un nouveau personnage en Henrique Capriles. Né à Caracas le 11 juillet 1972, ce dernier est un avocat et homme politique vénézuélien qui était considéré comme un nouvel espoir de changement pour le Venezuela(1).

Capriles fair-play face aux résultats

Une semaine avant l'élection, la majorité des sondages plaçaient le président sortant en tête de l'élection, mais deux firmes de sondages, à savoir Consultores 21 et Varianzas, donnaient Henrique Capriles en avance(2). Le 7 octobre 2012, le président sortant Hugo Chavez a été réélu pour un nouveau mandat de six ans(3). Il remporte 54,4% des suffrages contre près de 45% au candidat de l'opposition Henrique Capriles(4). Directrice du Conseil électoral national (CNE), Tibisay Lucena a précisé : « Nous avons atteint une des participations les plus élevées de ces dernières décennies (5).»

La victoire du président Chavez a été célébrée et soulignée par des tirs de feu d'artifice dans la capitale Caracas(6). « Pour gagner, il faut savoir perdre (7) », a affirmé le candidat de l'opposition après la publication des résultats. Depuis son siège de campagne, Capriles a tenu parole disant qu'il n'ira pas à l'encontre des résultats, félicitant le nouveau président réélu et remerciant le peuple de lui avoir fait confiance(8). Capriles a également indiqué : « Ici, celui qui n'est pas parvenu à emporter la victoire, c'est moi. Ici, on ne se sent pas vaincu, ici on a contribué à ouvrir un chemin et ce chemin est là. [...] Je suis aussi sur ce chemin, je ne vais pas laisser seule la quasi-moitié du pays (9).»

Concernant le déroulement de l'élection, plusieurs mesures ont été prises pour veiller à ce que tout se passe dans l'ordre. Pour assurer la sécurité du scrutin, il y a eu environ 139 000 militaires dans le pays, les frontières ont « été fermées aux personnes et aux véhicules », le port d'armes par des civils et la vente des boissons alcoolisées ont également été interdits(10). Le peuple y est aussi pour quelque chose car il a fait preuve de maturité en manifestant un grand calme tout au long du scrutin.

Une campagne électorale qui cible le peuple

Henrique Capriles était un candidat jeune, modéré et plein d'énergie. Âgé de 40 ans, sa jeunesse et son charisme, contrairement à son adversaire, étaient ce sur quoi il s'est beaucoup appuyé pendant sa campagne(11).

Dans ses discours, Capriles est assez précis. Il essaye de montrer qu'il comprend les problèmes sociaux dont souffre le peuple. Pour ce faire, il se base sur des propos de son adversaire qu'il n'appelle jamais Hugo Chavez, mais plutôt « le candidat du gouvernement (12)», pour démontrer a quel point les préoccupations de la population lui sont importantes(13). Il dit ceci : « Le candidat du gouvernement a dit que l'important dans cette élection, ce ne sont pas les coupures d'électricité, les trous dans les routes, la violence, il a dit que l'important, c'est l'avenir de la révolution! Eh bien, moi, je dis: ce qui est important, ce sont vos problèmes et je veux y apporter des solutions!(14)»

En plus de ces discours, Capriles affirme que le modèle brésilien était sa source d'inspiration concernant les politiques socioéconomiques(15). Ses propositions pour le Venezuela étaient de réconcilier le privé et le public, de mettre un terme au clivage politique entre pro et anti-Chavez et de lutter contre l'insécurité qui est un problème grave au Venezuela(16). Capriles voulait également conserver les programmes sociaux de Chavez(17).

Pendant la campagne électorale, les médias étaient en partie contrôlés par les chavistes. Capriles a ainsi opté de faire campagne en allant vers la population. Il est d'ailleurs accueilli en rock star par ses militants(18). Comme l'a analysé François-Xavier Freland, auteur de "Qui veut la peau d'Hugo Chavez?", aller sur le terrain était aussi une manière pour le candidat de l'opposition de se rapprocher du peuple(19). Il misait ainsi sur son bon état et sur le fait qu'il soit fort et sportif contrairement à Chavez qui, à cause de son état de santé, n'avait plus de force comme auparavant(20).

Pourquoi Chavez et non Capriles?

Henrique Capriles était peut-être un bon candidat, charismatique et en bonne santé, mais il n'a pu empêcher son rival Hugo Chavez de remporter l'élection présidentielle. D'après certains journaux, la défaite de Capriles n'avait apparemment rien à voir avec sa campagne de terrain qui s'est plutôt bien passée(21). Tout était basé sur l'ancienneté de son concurrent Chavez et sur les projets instaurés par celui-ci.

Après 13 ans de pouvoir, Chavez a su séduire une bonne partie des électeurs. Les raisons pour lesquelles il a été réélu sont variées selon les journaux. La plupart pensent que non seulement il est connu par beaucoup de Vénézuéliens, mais qu'il a aussi été pour beaucoup dans ce qu'est devenu le Venezuela aujourd'hui(22).

Militante âgée de 21 ans, Kengly Sanabria a estimé lors d'une manifestation: « Je pense que les gens vont voter pour lui, car il a un bon bilan. Les autres candidats n'ont encore rien fait de concret (23).» Elle ajoute : « Avec Chavez, nous avons un avenir plus sûr(24).» Une jeune maman dans une université publique affirme également : « Je soutiens Chavez, je crois qu'il peut assurer l'avenir de mon fils(25).» D'après cette femme, sans le programme de Chavez elle aurait été incapable de payer ses droits de scolarité(26).

En définitive, Henrique Capriles fut le principal candidat de l'opposition à l'élection présidentielle vénézuélienne et le plus sérieux rival qu'a connu Hugo Chavez depuis son arrivée au pouvoir en 1999(27). Cependant, les résultats ont permis de constater à quel point les efforts et les programmes sociaux du président ont contribué à sa popularité. Le Venezuela souffre toutefois encore de beaucoup de maux, une situation qui pourrait éventuellement jouer en faveur des adversaires politiques de Chavez.




Références:

(1) FRANCE INFO. Venezuela : Henrique Capriles, l'opposant qui fait trembler Chavez, [en ligne], 5 octobre 2012, http://www.franceinfo.fr/politique/venezuela-henri... (page consultée le 18 novembre 2012).

(2) CAWTHORNE Andrew. Henrique Capriles, rival d'Hugo Chavez, sillonne le Venezuela, Le Nouvel Observateur, [en ligne], 01 octobre 2012, http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20121001.REU7... (page consultée le 19 novembre 2012).

(3) FRANCE 24. Hugo Chavez réélu à la tête du Venezuela pour six ans, [en ligne], 08 octobre 2012, http://www.france24.com/fr/20121008-hugo-chavez-ve... (page consultée le 19 novembre 2012).

(4) Ibid.

(5) LE HUFFPOST. Présidentielle au Venezuela: Hugo Chavez réélu avec 54,42% des voix, contre 44,97% à Henrique Capriles, [en ligne], 08 octobre 2012, http://www.huffingtonpost.fr/2012/10/08/presidenti... (page consultée le 19 novembre 2012).

(6) RADIO CANADA. Venezuela: Hugo Chavez réélu avec 54% des voix, [en ligne], 08 octobre 2012, http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International... (page consultée le 19 novembre 2012).

(7) LE HUFFPOST. Op.cit.

(8) Ibid.

(9) Ibid.

(10) FRANCE INFO. Venezuela: élection sous tension, [en ligne], 07 octobre 2012, http://www.franceinfo.fr/politique/venezuela-elect... (page consultée le 19 novembre 2012).

(11) 20 MINUTE. Présidentielle au Venezuela : « l'élection est plus ouverte que les fois précédentes », [en ligne], 5 octobre 2012, http://www.20minutes.fr/monde/1017127-presidentiel... (page consultée le 18 novembre 2012).

(12) BÈLE Patrick. Capriles, le maître atout de l'opposition vénézuélienne, Le Figaro, [en ligne], 04 octobre 2012, http://www.lefigaro.fr/international/2012/10/04/01... (page consultée le 19 novembre 2012).

(13) Ibid.

(14) Ibid.

(15) SAMPSON Ximena. Op.cit.

(16) 20 MINUTES. Présidentielle au Venezuela: Chavez face à son plus grand défi electoral, [en ligne], 7 octobre 2012, http://www.20minutes.fr/monde/1017471-presidentiel... (page consultée le 18 novembre 2012).

(17) SAMPSON Ximena. Op.cit.

(18) Ibid.

(19) BOITIAUX Charlotte, ALLEMANDOU Ségolène. Henrique Capriles, l'homme qui rêve de faire chuter Hugo Chavez, France 24, [en ligne], 02 octobre 2012, http://www.france24.com/fr/20121001-henrique-capri... (page consultée le 18 novembre 2012).

(20) Ibid.

(21) RADIO CANADA. Venezuela : La campagne électorale dans le dernier droit, [en ligne], 5 octobre 2012, http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International... (page consultée le 18 novembre 2012).

(22) GOUESET Catherine. Venezuela : pourquoi Chavez a-t-il été réélu? , L'express, [en ligne], 08 octobre 2012, http://www.lexpress.fr/actualite/monde/amerique/ve... (page consultée le 19 novembre 2012).

(23) RADIO CANADA. Venezuela : La campagne électorale dans le dernier droit, op.cit.

(24) Ibid.

(25) Ibid.

(26) Ibid.

(27) LE MONDE. Venezuela : participation "massive" à l'élection présidentielle, [en ligne], 07 octobre 2012, http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2012/10/07... (page consultée le 19 novembre 2012).

Dernière modification: 2012-11-26 08:32:09

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Le Brésil paralysé par une grève des routiers
>novembre 2018


Élection présidentielle au Brésil : un conservateur et misogyne au pouvoir
>octobre 2018


Inculpation de Luiz Inacio Lula da Silva : la déchéance d'un héros brésilien
>avril 2018


Mobilisation citoyenne au Brésil : la tête de Temer en jeu
>septembre 2017


Petrobras : toxique pour l'État brésilien?
>avril 2017


La situation amazonienne: un éternel débat entre environnement et économie
>novembre 2016


Le Brésil au bord de la crise
>octobre 2016


Des jeux Olympiques inoubliables et une facture salée
>septembre 2016


JO Rio2016 : des Jeux olympiques à rabais
>février 2016


Élections au Brésil : Dilma Rousseff réélue, mais il lui reste à faire ses preuves
>novembre 2014


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016