Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

9 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

20 November 2012

Démission de Gérald Tremblay : un dernier geste d'amour pour Montréal


Sabrina Marois-Gagnon
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

October
2018
Légalisation du cannabis au Canada

October
2015
Élection au Canada du Parti libéral de Justin Trudeau

May
2011
Réélection au Canada du Parti conservateur de Stephen Harper

October
2008
Ouverture du douzième Sommet de la Francophonie

October
2008
Réélection au Canada du Parti conservateur de Stephen Harper

June
2007
Ouverture du Sommet du G8 à Heiligendamm, en Allemagne

January
2006
Élection au Canada du Parti conservateur de Stephen Harper

June
2004
Élection au Canada du Parti libéral de Paul Martin

November
2000
Réélection au Canada du Parti libéral de Jean Chrétien

September
1999
Ouverture du huitième Sommet de la Francophonie

June
1997
Réélection au Canada du Parti libéral de Jean Chrétien

October
1995
Tenue d'un référendum sur la souveraineté du Québec

October
1993
Élection au Canada du Parti libéral de Jean Chrétien

December
1992
Signature de l'Accord de libre-échange nord-américain

October
1992
Tenue d'un référendum au Canada sur l'entente de Charlottetown

June
1990
Échec de l'accord constitutionnel du lac Meech au Canada

November
1989
Création de la Coopération économique pour l'Asie-Pacifique

November
1988
Réélection au Canada du Parti progressiste-conservateur de Brian Mulroney

September
1987
Ouverture du deuxième Sommet de la Francophonie

Le 5 novembre 2012, Gérald Tremblay a annoncé sa démission en tant que maire de la ville de Montréal. Il n'a pris que cinq minutes pour annoncer qu'il ne terminerait pas sa dernière année de mandat. Gérald Tremblay a été à la tête la ville durant les onze dernières années (1).

La carrière politique de cet avocat et homme d'affaires débute en 1989 lorsqu'il est élu député libéral d'Outremont au niveau provincial. Pour ce qui est de la politique municipale, il a été élu maire de Montréal en 2001 puis Tremblay a été réélu en 2005 et en 2009 (2).

En plus de quitter la mairie de Montréal, Tremblay laisse aussi ses fonctions de maire d'arrondissement de Ville-Marie, son poste de président de la Communauté métropolitaine de Montréal et son poste de président du conseil d'agglomération (3).

Corruption et politique ne font pas bon ménage

La Commission d'enquête sur l'octroi et la gestion des contrats publics dans l'industrie de la construction qui a présentement lieu au Québec a probablement beaucoup à voir avec la démission de Tremblay (4). En effet, les différents témoignages entendus par cette commission ont permis de confirmer qu'il y avait présence à Montréal d'appels d'offres truqués, d'un cartel dirigé par la mafia italienne, de fonctionnaires corrompus, etc. (5).

Une semaine avant la démission de Gérald Tremblay, un des anciens cadres de la ville a affirmé à la commission qu'Union Montréal, le parti du maire, avait mis en place un système de double comptabilité dans le but de dissimuler l'origine douteuse de certains financements provenant notamment de la mafia sicilienne (6). Gérald Tremblay nie totalement que ces pratiques ont eu lieu. Toujours devant la commission d'enquête, l'ex-entrepreneur montréalais Lino Zambito a affirmé qu'un cartel des égouts à Montréal obtenait les contrats municipaux en donnant des sommes d'argent à des fonctionnaires du parti du maire (7).

Tremblay affirme avoir été avisé dès son arrivée au pouvoir qu'il y avait circulation « d'enveloppes brunes » dans différents services de la mairie. Il prétend avoir instauré des mesures afin de faire disparaître ce problème. Toutefois, plusieurs rumeurs circulent sur le fait que le parti du maire aurait accepté de l'argent sale et des ristournes versées par des entrepreneurs. De plus, la mafia serait très présente dans les activités de la métropole (8). On accuse aussi certains membres de l'administration de gonfler les coûts des contrats publics à Montréal, qui seraient de 30% à 40% plus élevés qu'ailleurs (9).

Victime d'un système corrompu depuis trop longtemps

C'est sur une note de déception et d'amertume que Gérald Tremblay a annoncé qu'il quittait son poste : «Après vingt-cinq années au service de la collectivité, je quitte la vie publique. Jadis mon père m'avait dit de ne jamais aller en politique parce que c'était sale et qu'on allait me détruire (10). » Lors de cette même déclaration publique, Tremblay se présente comme une victime d'un système corrompu. Il affirme qu'en démissionnant il pose un dernier geste d'amour envers la ville de Montréal. Il prétend aussi avoir été trahi par les élus et les fonctionnaires de la ville : « On a trahi ma confiance, j'en assume l'entière responsabilité. Un jour, justice sera rendue. La vérité, je l'ai transmise à la commission Charbonneau. Je n'ai malheureusement pas la possibilité de me défendre (11). » En effet, la commission d'enquête n'avait pas prévu de l'entendre à court terme.

Les réactions à la démission de Gérald Tremblay ne se sont pas fait attendre. Ses rivaux des dernières années, Louise Harel (Vision Montréal) et Richard Bergeron (Projet Montréal), font preuve de respect et d'empathie envers l'ancien maire, mais ils sont d'accord sur le fait qu'un ménage doit être fait dans l'administration de la ville. Le président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain affirme aussi que Gérald Tremblay a pris la bonne décision en démissionnant (12).

Selon la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités du Québec, le conseil municipal avait 30 jours pour élire un nouveau maire. Le 16 novembre 2012, c'est Michael Applebaum qui est élu pour terminer le mandat de Gérald Tremblay en tant que maire de Montréal. Les prochaines élections municipales auront lieu dans un an (13).




Références:

(1) LEBEUF, Stéphanie-Hélène, Gérald Tremblay démissionne : « un jour, justice sera rendue » , 6 novembre 2012, Radio-Canada, http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/11/05/gerald-... page consultée le 16 novembre 2012.

(2) RADIO-CANADA, La démission du maire bien accueillie, 6 novembre 2012, Radio-Canada, http://www.radio-canada.ca/regions/Montreal/2012/1... page consultée le 19 novembre 2012.

(3) LEBEUF, Stéphanie-Hélène, op. cit.

(4) CORBEIL, Michel, Démission de Gérald Tremblay : réactions circonspectes à l'Assemblée nationale , 6 novembre 2012, le Soleil, http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/politi... page consultée le 19 novembre 2012.

(5) ibid.

(6) LEBEUF, Stéphanie-Hélène, op. cit.

(7) AGENCE QMI, op. cit.

(8) OUIMET, Michèle, La fin d'une époque à Montréal, 15 novembre 2012, Lapresse.ca, http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/michele-o... page consultée le 16 novembre 2012.

(9) SÉGUIN, Félix, Gérald Tremblay savait, dit Abdallah, 12 novembre 2012, TVA, http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/regional/montreal... page consultée le 16 novembre 2012.

(10) AGENCE QMI, op. cit.

(11) LA PRESSE CANADIENNE, Gérald Tremblay démissionne, 5 novembre 2012, lesaffaires.com, http://www.lesaffaires.com/imprimer/secteurs-d-act... page consultée le 16 novembre 2012.

(12) RADIO-CANADA, op.cit.

(13) MYLES, Brian, Assermentation de Michael Applebaum ? Le maire veut récupérer l'argent volée, 19 novembre 2012, Le Devoir, http://www.ledevoir.com/politique/montreal/364343/... page consultée le 19 novembre 2012.

Autres références

AGENCE QMI, Montréal- Gérald Tremblay démissionne , 5 novembre 2012, Canoe.ca, http://fr.canoe.ca/infos/regional/montreal/archive... Page consultée le 16 novembre 2012.

AFP, Montréal : soupçonné de corruption, le maire démission, 6 novembre 2012, Le Monde, http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2012/11/06... page consultée le 16 novembre 2012.

Dernière modification: 2012-11-26 08:19:10

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016