Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

23 février 2019

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

21 juillet 2010

Barack Obama contre Wall Street


Gilles Vandal
historien,
Ph.D.
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Balado: Le monde en perspective




Nouveauté. Écoutez en baladodiffusion les rencontres qu'animent les professeures Isabelle Lacroix et Karine Prémont sur des questions qui touchent les enjeux démocratiques, les relations internationales ou les modes de scrutin. Des rencontres de 20 minutes dans un style simple et ouvert avec des spécialistes, des personnes présentes sur le terrain et aussi des étudiantes et étudiants de second cycle.

Au fil du temps

novembre
2018
Élections de mi-mandat aux États-Unis

juillet
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

juin
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

mars
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

décembre
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

septembre
2017
Ouragans sur les Caraïbes

août
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

janvier
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

janvier
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

novembre
2016
Élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis

septembre
2016
Apparition de l'ouragan Matthew

juin
2016
Attentat meurtrier dans une boîte de nuit d'Orlando, aux États-Unis

mars
2016
Début de la visite du président américain Barack Obama à Cuba

janvier
2016
Dévoilement de données confirmant l'établissement d'un record de chaleur en 2015

octobre
2015
Signature du Partenariat transpacifique à Atlanta, aux États-Unis

décembre
2014
Annonce des présidents des États-Unis et de Cuba sur les relations entre leurs pays

novembre
2014
Entente entre les États-Unis et la Chine sur la lutte aux changements climatiques

septembre
2014
Tenue d'une marche en faveur de la lutte aux changements climatiques

novembre
2012
Réélection de Barack Obama à la présidence des États-Unis

La semaine dernière, le Congrès américain a adopté la loi Dodd-Frank portant sur la réglementation des institutions financières.

La nouvelle loi fut, avant même son adoption, soumise à un barrage de critiques. Alors que la gauche lui reprochait son caractère limité et son manque d'audace, la droite trouvait que cette dernière minait les bases mêmes du système capitaliste. Cela dit, cette loi représente la réforme la plus importante et la plus exhaustive du système financier aux États-Unis en 80 ans.

La loi Dodd-Frank, avec ses quelque 2350 pages, a connu une longue odyssée avant son adoption. Dans la foulée de la crise financière de l'automne 2008, les dirigeants démocrates avaient promis d'agir. En mars 2009, le président Obama envoyait au Congrès un projet de loi qui touchait à tous les aspects de la finance américaine, allant des obligations municipales à la rémunération des dirigeants des banques, en passant par la création d'une agence de protection des consommateurs.

Si la Chambre des représentants adoptait dès décembre 2009 une version modifiée du projet de loi, il fallut attendre à la fin juin 2010 pour voir le Sénat faire de même. Deux semaines de négociation intense entre les deux chambres furent ensuite nécessaires pour obtenir un compromis duquel la loi Dodd-Frank découla.

Réformer les institutions financières américaines ne représente pas une mince affaire. Si au Canada nous sommes habitués de fonctionner avec six grandes banques, l'américain moyen est confronté à un système d'institutions financières très diversifiées comportant pas moins de 8400 banques. La nouvelle réglementation devait tenir compte de cette caractéristique particulière du système financier américain.

La loi Dodd-Frank touche à trois domaines essentiels: la surveillance réglementaire, les produits dérivés et le traitement à réserver aux banques en difficulté qui sont trop grosses pour faire faillite.

Dorénavant, le gouvernement fédéral est autorisé à saisir toute société financière ou banque dont la défaillance menacerait le système financier. Par ailleurs, le gouvernement fédéral pourra procéder à la création d'une agence de protection des consommateurs pour contrer les pratiques déloyales ou abusives dans les prêts hypothécaires et les cartes de crédit. Finalement, la nouvelle loi définit de nouvelles règles concernant la mise en marché de produits financiers complexes ou dérivés.

La loi Dodd-Frank limite grandement la liberté d'action des banquiers de Wall Street. Ils n'aiment pas cette dernière. Ce n'est pas un accident si, depuis janvier 2009, ils ont dépensé plus de 600 millions de dollars en frais de lobbying, surtout auprès des représentants et sénateurs républicains. Si les dirigeants de Wall Street n'ont pu empêcher l'adoption de la nouvelle loi, ils ont réussi à éliminer ses dispositions les plus contraignantes.

D'ailleurs, la nouvelle loi comporte plusieurs imperfections. Au-delà d'un questionnement sur le fonctionnement de Fannie Mae et Freddie Mac, elle ne fait rien pour corriger les problèmes posés par les deux géants de financement des prêts hypothécaires. De plus, la nouvelle législation n'impose pas de véritables changements structurels au secteur financier et n'oblige pas les dirigeants de Wall Street à modifier leur façon d'exercer leurs activités. Par ailleurs, elle n'instaure aucun contrôle sur les agences de cotation des banques. Finalement, de nombreuses décisions difficiles sont laissées entre les mains des autorités de réglementation fédérales.

La politique, c'est d'abord l'art du possible. Avec la loi Dodd-Frank, l'administration Obama fait plus qu'engranger un nouveau succès. Elle démontre aussi qu'elle est capable de faire les compromis nécessaires pour atteindre ses objectifs.

Avec la loi Dodd-Frank, l'administration Obama a trouvé un juste milieu, un point d'équilibre fragile entre pas assez et trop de régulation. Sans nuire à la capacité d'investissements des banques et tout en évitant de tuer l'esprit d'innovation, elle a su définir de concert avec le Congrès de nouvelles règles pour limiter les prêts risqués et obliger les institutions financières à plus de transparence. À cet égard, la création d'une agence de protection des consommateurs représente un outil important. Par ailleurs, elle s'assure que les contribuables américains n'auront plus à payer pour l'irresponsabilité des dirigeants de Wall Street.

En dépit de ses imperfections et sans être une panacée à tous les maux économiques qui ont frappé les États-Unis depuis 2008, la loi Dodd-Frank apporte des correctifs importants aux lacunes les plus criantes du système financier américain. Elle représente donc une nette amélioration par rapport au statu quo. En ce sens, non seulement elle met fin à trois décennies de déréglementation, mais elle marque aussi un retour en force de l'interventionnisme de l'État.

La loi Dodd-Frank marque, après la réforme du système de santé, la deuxième expansion majeure du pouvoir réglementaire de Washington sous l'administration Obama. Les États-Unis connaissent donc sous Obama un retour à l'interventionnisme du type du New Deal.

Il ne faut pas croire pour autant que la période des réformes est maintenant terminée. Après la tragédie minière de la Virginie occidentale et la catastrophe du Golfe du Mexique, le président Obama a promis une nouvelle politique énergétique pour surveiller davantage le fonctionnement des compagnies d'énergie. Décidément, les crises et catastrophes offrent des occasions à la nouvelle administration pour renforcer une réglementation trop laxiste.



Dernière modification: 2013-03-21 15:12:35

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Le président Trump frappe encore sur Tweeter
>février 2019


For the land of the free...mais l'est-ce vraiment?
>février 2019


Fahrenheit 11/9 : Michael Moore manque de nouveau la cible avec son plus récent documentaire
>janvier 2019


Un véritable tsunami démocrate
>décembre 2018


Les États-Unis suffoquent sous la dette
>novembre 2018


Le retour de Mitt Romney, républicain anti-Trump
>novembre 2018


Une dangereuse transformation de la politique américaine?
>novembre 2018


Charlottesville : un rassemblement suprémaciste blanc qui a fini en drame
>octobre 2018


Le plus atypique de tous les présidents américains
>octobre 2018


Cinquante ans plus tard: retour sur l'élection de 1968 et la présidence de Richard Nixon
>octobre 2018


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016